UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Derrière le masque | Page d'accueil | Un rien si bien rempli »

15/10/2018

Avoir un don, chance ou malchance?

Dans Le Livre Rouge de C.G.Jung, on peut lire (p.404) un texte qui peut inciter à la réflexion et à la modestie ceux qui se glorifient d'avoir un don.

***

don,chance,malchance,jc.g.jung,philosophie,photo,ariaga

Photo Ariaga

" Celui qui a la chance et la malchance d'un don particulier se laisse berner par l'illusion de croire qu'il est ce don. C'est pour quoi très souvent il en est aussi le fou, le jouet.

Un don particulier est quelque chose d'extérieur à moi. Je ne suis pas identique à lui. La nature du don n'a rien à voir avec la nature de l'homme qui le porte en lui. Il vit même la plupart du temps aux dépens du caractère de celui qui le porte en lui. Sa personnalité se caractérise par les inconvénients de ce don, et même par son opposé. C'est la raison pour laquelle il n'est jamais à la hauteur de son don, mais toujours en dessous. S'il accepte son autre, il devient capable de supporte son don sans dommage. Mais s'il veut vivre exclusivement dans son don et qu'il rejette pour cette raison son autre, il perd alors la mesure, car la nature de son don est extra-humaine, un phénomène naturel. Il devient lui même extra humain, lui même un phénomène naturel, ce qu'en réalité il n'est pas. Tout le monde voit son erreur et il devient l'objet de moqueries. Et il dit que ce sont les autres qui se moquent de lui, alors que c'est uniquement de négliger son autre qu le rend ridicule. "

 

Commentaires

Bonsoir Ariaga,
ta photo est magnifique.
Une fois, j'ai vu un paon tout blanc, c'est très beau aussi.
Merci pour ce partage.
Belle soirée à toi, je t'embrasse.

Écrit par : Ambre | 15/10/2018

Voila une réflexion très attractive, particulière ce de qui parait être un acquit bénéfique et qui, parfois ne l'est pas toujours . Jolie photo et réflexion qui laisse songeur

Écrit par : Jerry OX | 15/10/2018

Jung voit vraiment très juste !Il est vrai que souvent j'ai du mal à le suivre, dans les extraits que tu nous proposes ; et là encore son explication avec le terme "son autre" me semble peu claire - mais c'est certainement parce que je ne le connais pas suffisamment. Par contre une chose est certaine : tout ce que nous appelons "don", ou même "talent", nous est donné et donc n'a rien à voir avec ce que nous sommes. Nous n'en sommes que les dépositaires, chargés de les faire fructifier. Il a raison aussi de souligner le fait que la personnalité devient marquée par les inconvénients du don... ce qui ne veut pas dire son opposé ! (Il devrait donner des exemples : par exemple si l'on est doué pour le dessin ou pour jouer du piano, où est l'opposé ?).

Écrit par : Aloysia | 15/10/2018

Bonjour Ariaga et ami(e)s du laboratoire.
Un don ? Quelle définition ?
Quelque chose que l'on ferait sans effort
Quelque chose qui génère de la reconnaissance ?
Quelque chose qu'on aimerait tout particulièrement faire ?

Écrit par : Miche | 16/10/2018

Avoir un don signifie être doté d'un talent... avoir du talent consiste à avoir une capacité particulière et remarquable à faire quelque chose, capacité naturelle ou acquise. Je pense que tout être a une capacité particulière à faire quelque chose qu'elle soit artistique, artisanale, intellectuelle, manuelle, relationnelle, que sais-je encore.... parfois cette aptitude se révèle d'elle-même très tôt, parfois très tard et parfois jamais... une fois cette aptitude révélée je pense qu'il faut un travail sans relâche pour cultiver et enrichir cette capacité et en devenir le maître -si j'ose dire- et le mettre au service des autres, en faire don aux autres, et là il devient réellement don. Le talent n'est rien sans le travail, sans le partage.
Avoir un don me semble-t-il est une chance lorsqu’il est partage, don de soi. Sans oublié l'humilité. Il y a de grands artistes d'une belle humilité, et ce sont à mon sens les plus grands. Comme dans la vie commune et courante il arrive de rencontrer des personnes extrêmement douées et talentueuses d'une grande humilité et générosité, pour moi il est là le don.

il y aurait beaucoup à débattre, mais c'est très difficile là en commentaire.

merci en tous les cas Ariaga pour ce partage. ;-)

Écrit par : Maria-D | 16/10/2018

ma très chére ariaga
très belle pensée de notre cher ami Young
et son carnet rouge.
je ne vais pas répondre à la va vite
j'ai besoin d'y repneser aprés l'avoir relu.
j'ai eu beaucoup de combats verbaux là dessus avec des collégues d'écriture ou éléves;

et je parlais de don 5 minutes le reste des heures et des heures de travail de remettre l'échaveau sur l'établi
et naisse nt les esuise ect..; et nous nous découvrons.
quand poser l'ouvrage et dire c'est la fin
c'est un si grand voyage.

je t'embrasse fais des coucous de temps en temps car , je te perds à force de ne jamùais te voir à la maison du blog
je l'ache il n'est plus très interressant
mais à force du pipi de chat de mots
il y a un moment où je coupe
pourquoi perdre du temps

?

Encore du vieux narcissisme primaire mais la parole de l'autre m'interresse

je t'envoie ce mot
gros bisous

Écrit par : lamangou | 16/10/2018

Ce paon a l'avantage d'être très beau quand il fait la roue, mais il ne le sait pas.. Pour les humains ayant un don ( dans le regard des autres ), il faut l'utiliser à bon escient et rester modeste.. c'est tout à fait réalisable.

Écrit par : Sedna | 17/10/2018

Je trouve très pertinent le texte de Jung, même si le « rejet de l’autre » m’est un peu obscur. Par contre le don « phénomène naturel » est pour moi évident. Toute la famille avait et a des «dons artistiques». Mais par goût et sans la moindre contrainte, je suis le seul, je ne sais pourquoi, à avoir «travailler» depuis l’âge de six sept ans le dessin avec passion. Un fabuleux prof de dessin au lycée Condorcet m’a donné les bases techniques. J’y avais un statut très particulier qui me donnait l’autorisation d’assister à tous ses cours pendant mes heures libres, ou en soirée, avec les prépas, et (plus étonnant…) à dessiner tout le temps pendant les autres cours, puisque je suivais parfaitement en même temps ; et j’ai passé des milliers d’heures à me perfectionner avec un immense plaisir. J’ai continué pour moi-même toute ma vie, facteur essentiel de mon équilibre, tout en me spécialisant aussi par hasard pour la photo. Mes filles et mon petit fils sont très doués, mais n’ont jamais franchis ce pas, tout en étant par contre d’excellents photographes. C’est un peu dommage.
En complément quelques citations glanées un peu au hasard qui collent assez bien au sujet.

«Un talent (ou don) sans travail n’est qu’une sale manie» (Georges Brassens)

«Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.» (Confucius)

«L’ouvrage a toujours l’air facile, quand le travail est un plaisir» (Cardinal de Bernis)

Écrit par : ÉPHÊME | 17/10/2018

Beaucoup de justesse, comme toujours, dans les propos de Jung. C'est si difficile de n'être qu'un, en accord avec son moi profond.
Bonne soirée.

Écrit par : Bonheur du Jour | 17/10/2018

Dont acte , pan sur le bec

le vrai don est ce donner ou recevoir ?

sans parler de génie il y a des personnes favorisées par la nature
sans avoir fait jamais aucun effort

sont elles conscientes de leur chance ?

ces facilités, capacités, qui leur donnent un avantage là où d'autres ont des handicaps (des fois on peut avoir les deux) c'est la chance, le hasard ou encore la génétique qui les leurs ont octroyés pour autant cela n'est pas un du mais un prêt qui peut ne pas être durable selon certaines circonstances et occasions.

Ces inégalités peuvent parfois les amener à se sentir différents voire supérieurs aux autres mais on pourrait presque citer Paul Valéry ou encore saint Saint-Exupéry sur les différences.

Là où ça se corse c'est quand ils se gaussent, se vantent, se flattent de ces distinctions, pas si naturelles que cela, et s'en octroient du coup tout les mérites comme si une personne bien née ou dans un pays développé pouvait se sentir supérieure face à ceux du tiers monde.

Ce facteur chance, car c'en est une ne doit pas faire oublier le reste et les autres et si un don est bien utilisé aussi au service des autres alors c'est différent, mais l'image du paon tout de fierté de ses belles couleurs est effectivement bien trouvé.

Le mot talent me gène, rabâché et galvaudé qu'il est , les anglo saxons disent "gifted" , qui a reçu un cadeau, et c'en est un vrai mais un talent ça se reconnait par les résultats mais ça ne résulte pas forcément d'un grand et long travail et pour autant il y a des besogneux magnifiques d’opiniâtreté et de persévérance.

Bref ceux que le don élève au dessus de la moyenne, de la norme, qui sont devant, à part ne doivent pas oublier qu’ils font partie d'un ensemble et s'ils tirent la couverture à eux et pour leur seul bénéfice au delà des qualités propres qui les rendent plus quelque chose mais pas meilleurs ne doivent pas perdre la tête et donner dans l'hubris.

On peut être conscient et ne pas en jouer et cette attitude non démonstrative au delà des faits patents qui n'en fait pas rajouter me semble la plus responsable et respectueuse des autres et de soi même.

L'admiration du paon ne va pas plus loin que l'exclamation sur les belles couleurs montrées

Écrit par : Thierry | 18/10/2018

Moi aussi je préfère le mot "don", qui correspond à l'anglais "gift", «cadeau», «don», avec ce côté un peu mystérieux pour celui qui en bénéficie...

Écrit par : ÉPHÊME | 18/10/2018

@ ARIAGA À TOUS, et moi qui me faisais du souci parce que, en ce moment, j'ai très peu de temps pour le blog que je souhaite cependant maintenir en vie ! Il est très cher à mon cœur ainsi que ses lecteurs. Et voilà que vous m'écrivez des commentaires formidables qui, chacun à sa manière, sont de véritables textes dignes d'être des notes. En ce moment, la laboratoire c'est vous tous. MERCI.

Écrit par : Ariaga | 19/10/2018

Finalement derrière le don il y a la problématique de l'usage que l'on en fait et si on en fait profiter les autres sans chercher à les intimider, rabaisser, éblouir, alors de la manière la plus naturelle qui soit peut être le partage on incidemment quelque part

Écrit par : Thierry | 19/10/2018

Tout le monde ne développe pas son et ses dons, c'est dommage ou bien la plupart des gens n'ont pas de dons ? Je vais relire le texte car j'ai du mal.... bonne soirée Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 19/10/2018

Je pense que la plupart des gens ont plus ou moins un "don". Mais le contexte du milieu, l'impression que l'on en n'est pas capable, la paresse, l'indifférence des proches parfois font que soit il n'éclot pas, soit il s'éteint vite...

Écrit par : ÉPHÊME | 19/10/2018

À travers la personne, le don chemine et se déploie avec plus ou moins de bonheur. Il peut même être inexprimé. C'est selon.
Selon les aspirations de l'âme et l'accordance entre celle-ci et le don.

Écrit par : Altaï | 22/10/2018

Paon du donc
guère y don
on ne se guérit pas d'un don
on l'accepte, le supporte, l’assume
même si parfois ça peut être assommant
non dans les faits mais dans les conséquences

Selon le don on peut prendre...le melon

le don se fige t il sur l'effigie

laisse t on un don sur un banc en abandon

Écrit par : Thierry | 24/10/2018

moi aussi je fais la roue !!! mais c'est bien moins beau ah ah ah
muchos besos
tilk

Écrit par : tilk | 25/10/2018

A l'est on passe du don à la volga en voguant si on est batelier mais il y a tant de barrages que cela demande des ruses russes

Écrit par : Thierry | 26/10/2018

A qui attribuer le don, même rémunérateur ? Un observateur attentif sans se départir de as plus franche neutralité peut il constater comment se manifeste "ex nihilo" ou pas des capacités extra ordinaires qui supplantent le commun sans pourvoir répondre au comment.
Des chocs traumatiques peuvent causer des altérations intellectuelles positives inexplicables simplement tant les mécanismes neurologiques sont complexes.

les expressions don du ciel, don du seigneur
me font penser au dindon mais pas un dingue don
car pas besoin de carillonner en forme de ding dong
ce coup de gong pour les king kong

Le bénéfice du don doit revenir au bénéfice du doute quitte à retenir qu'au delà de prédispositions et d'appétences il y a souvent entrainement et travail et puis le devenir des surdoués et autres phénomènes pas de foire s'il défie l'entendement attise la curiosité et parfois la convoitise, sortir du lot n'est pas donné à tout le monde.

Écrit par : Thierry | 26/10/2018

Adonner est un terme de marine
dondon nous rappelle le dodelinement
mais dans ce donjon forteresse
où la douceur du don est comme une caresse
rien ne presse ni ne nous pousse à la paresse
et nous ne sommes pas assiégés
tout au plus assignés
obsidional dans une abside

Écrit par : Thierry | 26/10/2018

Écrire un commentaire