UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La montée des marches en alchimie | Page d'accueil | Disparition dans la faille spatio temporelle »

04/01/2007

Archétype et RE-présentation archétypique

On ne peut y échapper, je dois vous parler de l'archétype junguien si nous voulons continuer ensemble à cheminer vers le Soi but ultime de mon exploration. Des blogs entiers sont consacrés à ce sujet si vous voulez creuser...De plus la pensée de C. G .Jung lui même à beaucoup évoluée avec le temps. Je me contenterai donc de repères tout à fait solides donnés par Jung à la fin de sa vie. (Ultérieurement, je donnerai des citations pour les "chercheurs"). Pour mieux comprendre ma note il serait utile de relire celle du 29 -9 intitulée : Représentation =RE-présentation.

Les deux pivots de la pensée du "vieux Jung" sur l'archétype sont : l'ancrage biologique et la réflexion sur les possibilités de représentation.

Les archétypes gouvernent le mode de fonctionnement héréditaire de l'être humain et proposent des modèles de réactions à diverses situations. Il ne s'agit en aucun cas d'une "idée". Comme on est incapable de prouver quoi que ce soit sur ce qui déborde le conscient il n'y a aucun espoir, pense t-il, que puissent être prouvées scientifiquement ses affirmations sur les états ou processus inconscients. Ceci est valable pour l'archétype. Ce n'est cependant pas, dit-il, parce que un phénomène repose sur des facteurs invisibles et non représentables que l'on ne peut pas spéculer sur ses effets. Exemple l'atome.C'est pourquoi Jung va, très nettement distinguer, de l'irreprésentable au représentable à la conscience, un archétype en soi et la représentation archétypique. 

Les archétypes se présentent donc comme des formes de comportement typiques qui, devenues conscientes, apparaissent comme des représentations. Ces représentations ne sont effectives que par l'intermédiaire de représentants qui "traduisent" et illustrent la langue d'un inconscient collectif, une langue de la totalité, qui sans cela serait incompréhensible.

Comment Jung, puisque l'archétype en soi est irreprésentable, à t-il trouvé un moyen de déceler la présence de ses manifestations dans la psyché ? Il a observé de nombreuses données individuelles pour essayer d'en tirer des conclusions générales. Il a extrait quantités d'observations du matériel folklorique, mythologique et historique, dont on peut penser qu'il est issu de l'"inconscient historique", pour démontrer l'identité de forme de l'évènement psychique dans l'espace et dans le temps. Il s'appuie surtout sur l'observation des structures et des symboles présents dans les rêves et les phantasmes. Donc, pour lui, ce qui donne un degré de réalité à l'archétype en soi procède d'effets observables. Cette visibilité de l'archétype permettra à l'individu, dans la mesure où il est capable d'introspection, de méditation sur lui même, de percevoir ses structures instinctuelles sous la forme d'images archétypiques, quasiment universelles, qui se RE-présentent à sa psyché. 

Les représentants du monde archétypique sont bien visibles dans les rêves et surtout les séries de rêves. Ils donnent des représentations où ils jouent divers personnages tels que la "Mère Terrible", le "Vieux Sage, le "Dieu, le "Grand Voyage", la "Mission", l'Oeuvre", le "Trésor difficile a atteindre".

Toutes ces manifestations ne sont pas, aux yeux de Jung, dues au hasard et le reflet d'un univers chaotique. Elles sont au contraire parfaitement régulées par un système semblable à celui qui régule nos fonctions corporelles. A ce coordonnateur il a donné le nom de "Soi".

Il resterait beaucoup à dire, par exemple comment l'archétype est-il "activé" ? Mais je crois que cela suffira pour aujourd'hui. Peut-être une petite poésie pour demain si l'inspiration, encore plus mystérieuse que l'archétype, vient dans la nuit.

       Ariaga

 

 

Commentaires

Cela devient des plus en plus abstrait! Mais bon je crois avoir compris.

A ton avis ça signifie quoi l'archétype "tomber dans le vide, chute vertigineuse..."? ils se présentent souvent dans mes rêves.

Écrit par : Kouka-racha. | 04/01/2007

Ce n'est pas un archétype kouka-rachaton, c'est une représentation archétypique, du thèatre. Cela arrive souvent à ceux qui manquent d'enracinement dans le réel.

Écrit par : ariaga | 04/01/2007

L'archétype? Un rêve dans le rêve...

Écrit par : Phène | 05/01/2007

Bonjour,

Juste une larme pour vous dire... Merci !

Amicalement - HOJIKA

Écrit par : HOJIKA | 05/01/2007

Wi, en fait je voulais dire "représentation archétype" et non archétype (soi...).

Oui alors c'est bien moi ça....
je

t
o
m
b
e
.

[mais toujours sur mes pattes]. Miau.

Écrit par : Kouka | 05/01/2007

Je faisais des rêves de chute libre dans un vide sidéral quand j'étais petit enfant, et c'était assez cauchemardesque, avec cette sensation de tiraillement du plexus solaire, comme dans une attraction foraine. Ces chutes survenant après une phase d'accès à une zone lumineuse, j'en ai déduit bien longtemps après, quand j'ai pu lire les récits de "voyage astral", que j'avais dans ces rêves tenté de fuir ma condition terrestre, pour retrouver un "au-delà", mais ne pouvant m'y maintenir, je retombai brutalement, avec un réveil effaré à la clef. "L'enracinement dans le réel" dont parle Ariaga équivaut à une acceptation de l'incarnation.

Écrit par : Arianil | 05/01/2007

Très intéressant Arianil. Je pense que les rêves demandent une interprétation différente selon le rêveur et le contexte . Tu as problablement une personnalité très éloignée de celle de koukarachaton...

Écrit par : ariaga | 06/01/2007

Intéressant, mais en effet je pense qu'on ne doit pas généraliser, on est tous uniques. (pis je ne crois pas que si je me mets à accepter l'incarnation je cesserais alors d'avoir des rêves de la sorte, qui en plus pour moi ne sont pas des cauchemards, j'aime cette sensation de tomber, c'est bien plus excitant que le statique...bref).

Écrit par : Kouka | 06/01/2007

Voui bien sûr : et tant mieux pour toi Kouka ! Comme pour les impressions éprouvées dans les "grand-huit" et autres attractions à sensations fortes : les uns hurlent de bonheur, les autres de trouille ! :-D

Écrit par : Arianil | 06/01/2007

J'aurais dû écrire : "équivaut dans mon cas à une acceptation de l'incarnation"...

Écrit par : Arianil | 06/01/2007

il y a juste un point qui me semble pas tout à fait vrai, c'est la notion d'hérédité, je ne crois pas que Jung parle d'hérédité, pour lui c'est un concept bien plus abstrait encore qu'il ne veut justement pas réduire à la notion d'hérédité...
voila c tt

Écrit par : alexe | 13/05/2008