UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C. G. JUNG et l'idée de totalité | Page d'accueil | Repos : silence et méditation »

03/03/2007

Marie-Louise von Franz : Matière et psyché

Cette lecture, que je vous recommande, est un complément à ma note de hier. Marie-louise von Franz à, très jeune, travaillé étroitement avec C. G. Jung. A la fin de la vie de Jung, elle a rédigé son troisième tome du Mysterium conjunctionis. Dans son livre Nombre et temps, elle a prolongé la pensée scientifique et psychologique d'un Jung devenu trop âgé pour continuer sa recherche sur la notion d'unus mundus, c'est dire un monde un, au delà de la dualité esprit matière. Le livre dont je vous donne un extrait aujourd'hui, s'appelle Matière et psyché. Il s'agit d'un recueil des différente contributions de Marie Louise von Franz sur la non dualité et l'espace où esprit et matière se rejoignent en un lieu de "mystérieuse conjonction". Le lieu de la totalité.

 

                       Indivisibilité du Tout

La notion de complémentarité que Niels Bohr a introduite pour mieux expliquer la relation paradoxale entre l'onde et la particule, peut aussi être appliquée à la relation des états conscient ou inconscient d'un contenu psychique. Jung a découvert ce fait, mais il a surtout été élaboré par Wolfgang Pauli. Bernard d'Espagnat a relevé que la non séparabilité dans le monde particulaire, prouvée par l'expérimentation scientifique (suggérée par le paradoxe d'Einstein-Podolski-Rosen), confirme l'idée de Bohr d'une "indivisibilité du Tout" : des particules qui ont été unies puis se sont séparées, se comportent comme si l'une "savait" ce qu'est l'état de l'autre, même à très grande distance, ce qui semble exclure l'idée d'une interaction superluminale (ce qui est souvent discuté), il resterait, comme le souligne d'Espagnat, le fait d'une indivisibilité du Tout.

Jung a constaté de même que la dimension totale de la psyché objective est ultimement une ; il appelle cet aspect unitaire de la psyché : le Soi.

          Matière et psyché, p. 248

          Ed, Albin Michel, tr. fr. 2002 

Commentaires

Blog très intéressant mais qui nécessite une connaissance particulière sur l'oeuvre de Jung, d'où la difficulté de comprendre. Chacun a son langage et chacun a le besoin de l'exprimer comme il le voit à l'intérieur de lui... Malgré tout, je reviendrai...

Amicalement - Jack Maudelaire

Écrit par : Jack Maudelaire | 03/03/2007

@Cher Jack Maudelaire, votre commentaire me fait à la fois plaisir et m'attriste. En effet, il me montre, et cela est très instructif pour moi, que, pour l'instant je n'ai pas atteint mon but. D'abord, ce blog se veut pluraliste : poésie, alchimie, photos, j'essaie de ne pas m"'enfermer" avec Jung. Il me dournit surtout une boite à outils conceptuelle. Ensuite, depuis les débuts du blog, dont j'ai dit dans mon à propos, qu'il était destiné aux non spécialistes, j'explique, le plus clairement possible les quelques concepts junguiens que j'utilise(ce n'est pas fini). Je crois, en vous lisant qu'il est urgent, que je fasse un répertoire de mes précédents textes, avec un accès facile. (liens)Vous voyez que votre visite m'a été utile car j'avais plutôt tendance à écouter de fidèles lecteurs qui me poussaient à "avancer"plus vite. A bientôt. Ariaga.

Écrit par : ariaga | 04/03/2007

Je trouve particulièrement intéressante cette intégration des théories physiques dans ce type de réflexion. Merci pour ce texte, chère Ariaga.

Écrit par : profdisaster | 04/03/2007

Cher Ariaga,

Je vous remercie de m'avoir répondu mais sachez que ce n'était pas dans mon intention de vous attristez.
Je voulais simplement être honnête et sincère avec vous comme j’essaie de l’être avec tout le monde sans aucune discrimination relationnelle afin de mettre ma propre dimension aux yeux de tous comme un petit enfant qui n’a pas peur de mourir de honte quant à son volume intellectuel.
D’autre part, si je n’ai pas pris le temps de lire vos précédentes notes, c’est que la description sous le nom de votre blog fait mention de Jung « Dans les pas de Jung… », ce qui a eu pour effet immédiat de freiner mon intention d’explorer avant votre blog, mais puisque vous m’avez fait part de son contenu, je prendrai le temps de l’explorer à son juste contenu...

Merci à vous et à bientôt – Jack Maudelaire

Écrit par : Jack Maudelaire | 04/03/2007

Sur l'indivisibilité des particules pourtant éloignées dans l'espace-temps, une application "poétique" pourrait être le mythe des âmes-soeurs décrit dans le Banquet de Platon : séparées par les Dieux, les deux moitiés errent en portant en soi l'autre "en creux", à travers son manque. Idem, ces histoires de jumeaux où l'un sait à distance ce que ressent l'autre... Des particules quantiques au monde humain, quel niveau est une métaphore de l'autre ? (toujours la correspondance entre micro et macrocosme.)

Écrit par : Arianil | 05/03/2007

@Arianil, ce commentaire est beau et apporte une nouvelle dimension au texte. Merci à toi.

Écrit par : ariaga | 06/03/2007