UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Photos : vacances alchimiques | Page d'accueil | La langue des oiseaux »

10/04/2007

C. G. JUNG et la fonction transcendante

Dans ma petite boite à outils, intitulée Jung et la psychologie des profondeurs : liste des notes déjà publiées destinée à ceux qui me suivent dans ma recherche d'une progression vers un élargissement de la conscience, en suivant les pas de Jung, j'avais oublié un concept important : la fonction transcendante. Je ne ferai, aujourd'hui, que survoler le sujet qui demanderait de nombreuses pages pour être convenablement traité mais, en cette période pascale, je ne veux pas vous faire souffrir ! 

Le cheminement vers la totalité psychique nécessite une ouverture de la frontière conscient-inconscient et cette ouverture n'est pas sans danger. Elle engendre fréquemment des désordres dus à la situation d'unilatéralité provoquée par la prédominance de l'une des polarités. Les plus graves conséquences surviennent si le potentiel énergétique de l'inconscient est trop puissant. Il est essentiel que les forces de cohésion qui structurent et garantissent la stabilité de l'organisation du Moi conscient demeurent intactes.

Jung a déterminé une fonction (à ne pas confondre avec les quatre fonctions psychiques) susceptible de maintenir l'équilibre et d'aider à la progression de la coopération entre les pôles opposés, conscient-inconscient.  Dans l'Âme et le Soi (p.157) il décrit ainsi cette fonction :" La tendance de l'inconscient et celle du conscient sont en fait deux facteurs qui constituent la fonction transcendante. On l'appelle transcendante parce qu'elle permet le passage organique d'une attitude à une autre, c'est à dire sans perte de l'inconscient."

Cette fonction, surtout importante au niveau de l'enseignement donné par les rêves, l ' "'expression la plus aisément accessible des processus inconscients",  est un moteur d'évolution. Elle induit une sorte d'acceptation consciente des contenus de l'inconscient qui est à l'origine de modifications réciproques, issues de la relation conscient-inconscient.  

La fonction transcendante permet un passage , constructif, d'une attitude de méfiance envers l'inconnu, à la reconnaissance du côté compensateur, enrichissant, des contenus de l'inconscient véhiculés par les rêves, visions et imaginations. Une confrontation des points de vue, et l'accord sur ce que Jung appelle une "base moyenne", rendent possible une progression, en quelque sorte motorisée par une tension énergétique, progression au cours de laquelle chacun des points de vue, souvent opposés, de l'inconscient et du conscient, peuvent se conjuguer, tout en conservant leur valeur propre.

La présence d'un analyste est utile pour "médiatiser la fonction transcendante" du rêveur, en l'aidant à interpréter l'expression symbolique du discours du rêve, et surtout en l'accompagnant dans son cheminement vers une réunion du conscient et de l'inconscient, génératrice d'une nouvelle attitude, à la fois sur le plan psychique et sur le plan de la réalisation pratique. L'autonomie et l'organisation du Moi, centre de la conscience, doivent être protégés alors que la persona, son habillement extérieur, peut subir, sans trop de dommages, de profondes transformations. Je pense, cependant, en espérant que Jung me pardonnera, qu'un observateur attentif et prudent de ses propres rêves peut aussi progresser en contemplant ces rêves et en essayant de coopérer avec l'inconscient. Mais il est certain qu'il aura toujours tendance à laisser les préjugés de son Moi prendre le dessus. 

 

 

Commentaires

Oua ! vous redémarrez sur le chapeau de la roue… La fonction transcendante est un précieux utilitaire de notre lego psychologique et spirituel. Elle a besoin d’attentions. Comme la pensée créatrice (ma Cendrillon psychique préférée). Cette fonction a, effectivement le pouvoir de faire le "lien" entre deux points ou entités séparés, ce rôle est éminemment géométrique, celui de la médiété, celui de l’âme.
Merci Ariaga.

Écrit par : djaipi | 11/04/2007

Attentif, prudent, mais point trop méfiant, reconnaissant... un parcours passionnant et semé d'embuches.

Écrit par : ada | 11/04/2007

Bonjour,

Je suis intéressé par Jung depuis que j'ai 21 ans (j'en ai 23). J'ai découvert votre blog par l'intermédiaire d'un autre. (http://psychologie-cgjung.blogspot.com/).
Je vais poser un article qui fait référence à votre blog sur le mien en y mettant un lien.
En effet, je suis enchanté de découvrir cet article, j'y trouve de la clarté dans l'explication et un apport qui vous est personnel, une créativité. Je parle aussi de Jung sur mon blog. Je vous invite à venir jeter un coup d'oeil et ré-agir sur les articles qui vous parlent, vous interrogent.

Concernant la fonction transcendante, je suis en analyse à Bruxelles (psychologie archétypale se réclamant d'Hillman) et je vis pour le moment un conflit intérieur assez puissant. Mon analyse dit que c'est un conflit comme en parle "Jung" avec apparition d'une fonction transcendante. J'ai envie de témoigné 1) qu'elle ne vient pas tout de suite : il s'agit de contenir les 2 parties en conflit dans le Moi et rester ouvert à l'inconscient tout en gardant le moi stable 2) elle m'est venue au cours de l'expression d'émotions intenses 3) c'est une solution à laquelle je n'ai pas pensé, elle vient directement du Soi.
Qu'en dites vous ?

Je vous mets ici l'adresse de deux amis qui ont aussi un blog et qui font référence à Jung.
Celui de Fox qui étudie la série Millennium au travers de la lunette de Jung/Hillman : http://timeisnear.over-blog.net/article-6406680.html

et celui de Sylvie : matiere-a-esprit.over-blog.com

Bonne lecture et merci d'explorer à travers vos articles l'âme dans ses ombres et lumières.

Bien à vous,

Alexandre

Écrit par : clidre | 17/04/2007

encore une fois très intéressant.

Écrit par : consultation psychologue en ligne | 24/06/2009