UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Athanor de l'amour | Page d'accueil | L'univers du rêve »

18/06/2007

Les hallucinations de l'alchimiste

   Après avoir lu un texte alchimique très poétique et particulièrement délirant je me pose une question : certains  alchimistes étaient ils sous l'influence de drogues hallucinogènes ? Mon ami le vieil alchimiste, celui que vous connaissez déjà et qui murmure parfois à mon oreille intérieure me dit : "bien sûr Ariaga". 
   Au Moyen Âge, les " sorcières " connaissaient bien toute la famille des solanacées telles que la belle Belladone ou la mystèrieuse Mandragore, et d'autres encore, qui étaient utilisées comme euphorisants, filtres d'amour, donneurs de visions. Les alchimistes, qui étaient les meilleurs chimistes de leur époque moyenâgeuse, devaient se livrer à moult expériences avec de nombreuses substances dont certaines hallucinogènes. Rien ne les empéchait de faire des essais personnels et cela expliquerait que leurs textes ressemblent parfois à des récits poétiques écrits sous LSD ou mescaline.  
   Ils devaient aussi être drogués, ou plutôt empoisonnés, à leur insu, par les produits qu'ils employaient, en particulier le mercure, et subir une intoxication chimique. Les textes parlent de mauvaises odeurs, de vapeurs néfastes, et de l'Oeuvre comparée à un "poison mortel". Il est écrit que la fumée leur faisait des blessures au visage, perdre leurs dents, souffrir de nombreuses infirmités. 
   Sur le plan psychique, il n'est pas étonnant que ces chercheurs, qui passaient leurs jours et leurs nuits à observer les transformations de la matière dans leur vase (vaisseau, cornue), aient subi l'influence de vapeurs nocives et de substances hallucinogènes, il n'est pas étonnant donc, qu'ils aient effectué des "projections" de leur inconscient. Ces projections se traduisaiient par des représentations symboliques d'une infinie richesse mais que les mots de la vie ordinaire avaient du mal à décrire. 
    Les contenus de l'imaginaire de l'alchimiste du Moyen Âge devaient souvent être effrayants pour cet homme pieux qui voyait à travers le verre de sa cornue comme un film projeté par un inconscient incontrolable metteur en scène de mouvances peu convenables. C'est pour cela qu'il priait longuement dans son oratoire et que les plus " sages " craignant la folie ont progressivement abandonné la chimie et la spagyrie pour se consacrer à la " Philosophie de la  Nature " et à une alchimie plus spirituelle. Mais on dit que Paracelse, encore un ragot de mon vieil alchimiste murmureur, avait, sous forme de " médecine ", son " arcane " personnel dont il ne pouvait se passer...
       Ariaga
 
 

Commentaires

je suis très peu au fait de tout cela, mais je découvre avec plaisir... si je comprends bien et uniquement mon interprétation : les alchimistes étaient de pré - surréalistes :)

Écrit par : marie.l | 18/06/2007

Très intéressant ce texte, ça me fait penser à Marie Curie et Pierre Curie, victimes de leurs expériences.

Écrit par : aliscan | 18/06/2007

Un brin chamanes aussi, peut-être... Très intéressant.

Pour ce qui est des surréalistes, ils n'ont pas inventé grand chose. Ils ont juste réactualisé et développé des procédés et une esthétique déjà existants bien avant eu. (on jettera un coup d'oeil sur les "Fatrasies" de Philippe de Beaumanoir, poète du non sens, par exemple, ou sur Bosh pour la peinture).

Écrit par : C. | 18/06/2007

Je dirais même plus... ;)

Écrit par : Ezrah | 18/06/2007

Qu'est-ce qu'une arcane, exactement ? Ariaga ?

Poète du non sens, Ezrah... il faut me dire et raconter, cela. J'en profite pour vous dire que j'ai beaucoup aimé vos "tableaux antérieurs" de Bosch.

Écrit par : Marie Gabrielle | 19/06/2007

Bonjour Ariaga!
Merci d'être passée. Je reviendrai quand je serai plus disponible, je bosse un peu. J'ai des choses à apprendre ici, à ce que je vois (Jung etc...) Merci!
Bonne journée!

Écrit par : Bona | 19/06/2007

Outre le fait que, certes les plantes, champignons, mélanges étaient d' une aide non négligeable, le corps physique de l' homme était à cette époque sans doute moins matérialisé que maintenant ... L' homme avait encore commerce avec les êtres élémentaires et spirituels, il avait encore l' ouverture aux signes, la délicatesse et l' art d' y lire présages et sagesse ...
Autre époque, autres chemins, ce que l' homme recevait de l' extérieur, il a maintenant à le trouver au-dedans de lui, à le spiritualiser ... Le penser en chemin de penser du coeur ... Connaissance et amour ... Un bien beau chemin pour l' homme d' aujourd'hui ...

Écrit par : Kaïkan | 19/06/2007

Arcane ....

... ou Hard Came ?
;-)

Écrit par : Lung Ta | 20/06/2007

@ Marie.I tu as tout compris

@ Aliscan, je n'y avais pas pensé mais la comparaison, au moins sur la partie "opératoire" du travail des alchimistes, est très juste.

@ C. la peinture de Bosh est particulièrement alchimique par la variété des "matériaux" de la représentation. Pour les surréalistes je suis presque d'accord. D'ailleurs on a toujours des ancêtres. Je pars à la recherche des 'fatrasies".

@Ezrah, seigneur des courants d'air et des iles découvrant à marée basse...Bises.

Écrit par : ariaga | 20/06/2007