UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les hallucinations de l'alchimiste | Page d'accueil | C. G. Jung et la synchronicité »

20/06/2007

L'univers du rêve

   Dans les rêves, et surtout dans les séries de rêves, l'inconscient ne se soucie pas de notre perception du temps ou de notre idée de la causalité ; le temps, et l'enchaînement logique des événements dont nous avons l'habitude sont en quelque sorte "disloqués". Dans les séries de rêves, des symboles et des schèmas généraux de construction apparaissent mais ils racontent aussi une "histoire". Parfois, la chronologie est respectée, plus souvent elle se perd ou le niveau de l'histoire apparente masque un niveau plus essentiel. Notre nature nous pousse à voir une suite  dans les temps des rêves  puisqu'ils nous parviennent l'un après l'autre. Or, pour Jung, ce n'est pas une évidence . On trouve (à la p.22, 23) de Sur l'interprétation des rêves la citation suivante :

   "Il n'est pas démontré que la suite réelle d'un premier rêve ne parvienne qu'ultérieurement à la conscience. La série qui nous paraît chronologique n'est pas la véritable série. Un nouveau thème peut très bien apparaître dans un rêve, avant de disparaître pour céder de nouveau la place à un thème antérieur. La véritable configuration du rêve est radiale : les rêves rayonnent à partir d'un centre, et ne viennent qu'ensuite se soumettre à l'influence de notre perception du temps. Les rêves se subordonnent en réalité à un noyau central de signification."

   A la suite de ce texte que je trouve tout à fait " fracassant " et qui demande à être lu et relu, Jung avait mis le simple schéma (que je n'ai pas réussi à reproduire sur le blog) d'un petit cercle entouré de huit fléches allant vers les points cardinaux.

   Cette vision "radiale" de la chronologie onirique s'accompagne aussi chez Jung d'une réflexion sur la causalité liée à la fois aux rêves et aux événements de la vie courante. Il lui apparaît que, dans certains cas, quand l'inconscient est particulièrement activé et le sujet très réceptif, on est conduit à postuler un facteur irréductible "par nature " à la causalité. Il faudrait alors admettre, écrit-il, dans Synchronicité et Paracelsica, (p.29) :

   "Que les événements en général sont associés soit directement en chaînes causales soit, le cas échéant, par une sorte de lien transversal, de l'ordre du sens."

   A cette coïncidence d'événements, reliés par hasard entre eux d'une manière significative, Jung a donné le nom de "synchronicité".
  Je vous en parlerai demain, ce sera une première approche mais vous pouvez trouver des renseignements détaillés sur des sites spécialisés consacrés à Jung (vous en avez dans mes liens).

       Ariaga
 

Commentaires

Vous volutez. Cette configuration radiale et ce noyau central de signification sont fascinants. Spirale de l’âme ? Bises synchronistes

Écrit par : djaipi | 20/06/2007

Je pense que nos motivations profondes nous échappent . L'inconscient joue un grand rôle dans nos actes , mais nous préférons l'ignorer pour avoir l'illusion d'être maîtres de notre comportement .
Mais ,
à supposer que l'inconscient existe vraiment , l'humain peut toujours dominer ses pulsions par la raison et la volonté . Un être qui se laisse pouverner par des forces inconscientes n'est pas libre .
Je me demande si je ne rejoins pas un peu Freud là ?
Je laisse quand même !

Écrit par : Chardra | 21/06/2007

"à supposer que l'inconscient existe vraiment , l'humain peut toujours dominer ses pulsions par la raison et la volonté"

J'ai aussi mis en doute longtemps l'existence de l'inconscient, le fait que par la raison et la volonté on puisse tout diriger. La vie m'a appris qu'il n'en était pas ainsi, tout est dans la nuance et le dialogue. L'inconscient ne s'en laisse pas compter (conter ...) !

Écrit par : Claudio Ajar | 23/06/2007

@ Djaipi je crois que ce noyau central de signification peut avoir de miltiples significations, de la plus scientifique à la plus métaphysique.

@ Chardra, merci de ta visite. Je crois qu'il est impossible suaf comme tu le dis pour nous bercer d'illusions, d'ignorer l'inconscient. Je pense que je suis en accord avec le commentaire de...
@ Claudio Ajar et que j'ai, comme lui essayé de me faire marcher à la cravache pendant longtemps avant de m'incliner devant la force de l'inconscient et de penser qu'il était mieux de s'en faire un allié.

Écrit par : ariaga | 23/06/2007

Bonsoir Ariaga ,

Ce petit détour en soi , sur les travers du temps ,
trouve là naturellement , du sens lui donnant voie ,
tout fil d'aiguille une fois , relie en rose des vents ,
le sujet du patient , donne verbe au chemin de croix.
~
NéO~
~
Amitiés par nature & becs au pied levé

Écrit par : NéO~ | 23/12/2013