UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'univers du rêve | Page d'accueil | L'alchimiste de J. L. Borgès »

21/06/2007

C. G. Jung et la synchronicité

   Hier je vous ai dit que C. G. Jung suggérait que, en plus de la causalité, existe entre les événements un lien transversal de l'ordre du sens. Il lui donnait le nom de synchronicité. Cependant il attire l'attention de ses lecteurs sur le contresens que le terme de synchronicité pourrait provoquer. Il emploie le concept général de synchronicité dans un sens particulier tout a fait différent du " synchronisme "qui désigne tout simplement que des événements ont lieu en même temps.  La synchronicité, pour lui, caractérise une coïncidence dans le temps de deux ou plusieurs événements, sans lien de cause à effet, mais qui ont un sens identique ou analogue.
   Dans  Synchronicité et Paracelse on voit Jung pousser très loin son idée de synchronicité, jusqu'à la notion d'un "ordre général sans cause". Mais, peu avant sa mort, dans une lette datée de 1958 il pensait que ce genre de problème devait être "radicalement soustrait à toute spéculation philosophique" et que seule l'expérience pouvait aider à avancer. Je vous parlerai aussi, un de ces jours, de tous les échanges qu'il a eu à ce sujet avec l'un des plus grands physicien de son siècle, Wolfgang Pauli. 
  Les contradictions de Jung ne m'ont jamais dérangée mais je dois dire que là où j'ai trouvé le plus de "nourriture" pour méditer sur les notions de temps et de causalité, c'est  à la lecture de la plus plus ancienne et  "simple" définition que Jung donne de la synchronicité. On la trouve dans le Commentaire sur le Mystère de la Fleur d'Or (p. 114)
 
  " Une fréquentation de la psychologie des phénomènes inconscients m'a forcé, depuis un grand nombre d'années déjà, à me mettre à la recherche d'un autre principe d'explication, puisque le principe de causalité me paraissait insuffisant pour éclairer certains phénomènes remarquables de la psychologie inconsciente. Je découvris en effet, des phénomènes psychologiques parallèles entre lesquels il n'est absolument pas possible d'établir de relation causale, mais qui doivent être placés dans un autre ordre de connexions. Une telle connexion me parut consister essentiellement dans la simultanéité relative, d'où le nom de " synchronicité ". On dirait en effet, que le temps n'est rien moins qu'une abstraction, mais bien plutôt un continuum concret refermant des qualités ou des conditions fondamentales qui peuvent se manifester dans une relative simultanéité en différents endroits selon un parallélisme dénué d'explications causales : c'est le cas, par exemple de l'apparition simultanée de pensées, de symboles ou d'états psychiques identiques. "
 
  Ces simultanéités se produisent dans le domaine du rêve lorsqu'un rêve semble avoir une relation par le sens avec un événement de la vie extérieure. Une relation non pas linéaire mais " transversale ". Jung raconte souvent l'histoire d'une femme qui lui parlait d'un rêve avec un scarabée doré et pendant ce temps un scarabée se promenait sur la vitre. Et je repense à Clidre (Alexandre) qui nous a raconté comment il avait rêvé de poisson et rencontra ensuite le poisson ou son symbole avec une fréquence qui interpelle.
       Ariaga
 
 
 
  
 
  
 

Commentaires

Merci Ariaga, tu as rendu tout ça limpide. Bises.

Écrit par : Ezrah Wyden | 21/06/2007

On peut arriver à "maîtriser" , dans un certain sens la notion de temps si on accepte que ce n'est pas une notion abstraite mais que le temps fait partie de notre existence humaine et historique .
Par contre quelle que soit l'échelle choisie (temps humain ou temps cosmique) il peut prendre une dimension qui va nous échapper et il sera impossible de le maîtriser .

Écrit par : Chardra | 22/06/2007

"Observe le temps comme un faucon" : c'est ce que tu fais Ariaga, tout ça est passionnant, grosses bises !

Écrit par : Ray | 22/06/2007

Le principe de synchronicité est repris dans d'autres systèmes de thérapies sous le nom de "résonances"

Elle me parait d'autant plus importante en effet qu'elle est "soustraite à toute spéculation" mais reste un sens que l'on donne en fonction de ce que l'on est dans l'instant
C'est en cela qu'hier dans le billet de mon blog, je citais Christiane Singer & un passage sur le "sens de la vie"

Arrêtons (sûrement que je ne me parle QU'à moi même) de chercher à TROUVER, MAITRISER, GERER
et prenons plutôt la vie comme une poésie, pour sa sonorité, sans chercher à trop décortiquer les mots

merci pour ce très beau pas sage

chaleureusement

Écrit par : Lung Ta | 22/06/2007

A la fois comme le chasseur et comme le chassé;
c'est ça?

Écrit par : phyta | 22/06/2007

Et moi Ariaga, qui repense aux fourmis en ce moment... j'en ai vu une noire traverser de gauche à droite devant mon nez bien droit, le corps dans l'eau à pic (le mien), et les deux bras attablés en triangle me tenant au rebord de la piscine... deux jours après, une rousse entre mon mari et moi en pleine conversation au jardin.
Oui, c'est donc très subtil, la différenciation qui serait à établir avec le synchronisme ; et j'y vois l'anticipation prudente face à la tentation de la confusion qui ne s'en est jamais allée bien loin...
Je pense alors beaucoup et toujours aux livres qui se rencontrent, dont certains qui nourrissent, font une coque intérieure et accompagnent.

Sur le temps, je m'attarderais volontiers sur un coktail où se rassembleraient l'hypnose eriksonienne, le jeu de rôle et la notion des subpersonnalités. C'est du saupoudrage, chez moi qui n'y connaît pas suffisamment les sujets...
Toutefois, quelque chose se révèle à moi comme une poche de kangourou. Une poche, dans la poche...

En effet, il me semble que de nos centres affectifs - liés à l'âge de rêves vécus ou associés, recelleraient une vie "éternelle" - au sens où la volonté d'aimer s'y ferait entendre suffisamment fort pour conduire et concrétiser.
Cela n'ayant évidemment rien à voir et s'opposant même à l'infantilisme assassin de l'adulte réfugié dans son narcissisme.

Tout se passerait comme si nous VIVIONS effectivement trois pôles : enfant-parent-adulte, alors non seulement dans les rapports qu'ils établissent entre eux (cf. les flèches du transactionnel), mais avec chacun "sa" vie.
Je me suis un peu engagée, là, non ?

Écrit par : Marie Gabrielle | 22/06/2007

(Ajustement : la transactionnelle... mais bon ; et puis naîtrait, à la place de recelleraient... mais j'ai fait vite.
Travail d'amateur... je sais. Merci de comprendre !)

Écrit par : Marie Gabrielle | 22/06/2007

@ Ezrah, si j'ai pu contribuer à éclaircir quelque chose, j'en suis ravie

@ Chardra Tu as raison, le temps n'est pas "en soi", il est historique. Et il y a d'autre dimensions du temps qui nous échappent complètement.

@ Ray j'aime bien ta citation, "observe le temps comme un faucon" mais il faut accepter que le faucon puisse avoir un capuchon sur la tête.

@ Lung ta, tu es un sage, il faut lâcher la branche. Je suis allée voir pour Christiane singer, c'est très intéressant.

Écrit par : ariaga | 23/06/2007

@ Marie Gabrielle, pourquoi n'écris tu pas de la S.F.poétique avec ton imagination on ferait de ces voyages ! Bises.

@ Phyta : si on veut.

Écrit par : ariaga | 23/06/2007

Peut-être que le temps que j'y arrive, ce sera trop tard ?
Merci du conseil, Ariaga...

Écrit par : Marie Gabrielle | 24/06/2007

"...dans un autre ordre de connexions", avez vous envisagé les harmoniques?
Sans vous offenser.

Écrit par : phyta | 24/06/2007

Je pense à un rêve que ma mère a fait la nuit où j'ai accouché de ma fille. Ma mère était à 1 000 kms de moi. Et pourtant elle a rêvé que j'avais un bébé près de moi cette nuit là alors que je ne l'avais pas encore prévenue de la naissance.
Bonne journée.

Écrit par : elisabeth | 24/06/2007

@ Marie Gabrielle, lâche la branche, arrête de courir après le temps tu n'es même pas à la moitié de ta vie.

@ Phyta, très bien les harmoniques, belle idée.

@ Elisabeth, belle synchronicité avec un zeste de voyance.

Écrit par : ariaga | 24/06/2007

"With one breath, with one flow
You will know
Synchronicity
A sleep trance, a dream dance,
A shared romance
Synchronicity

A connecting principle
Linked to the invisible
Almost imperceptible
Something inexpressible
Science insusceptible
Logic so inflexible
Causally connectible
Yet nothing is invincible

If we share this nightmare
Then we can dream
Spiritus mundi
If you act as you think
The missing link
Synchronicity

We know you, they know me
Extrasensory
Synchronicity
A star fall, a phone call
It joins all
Synchronicity

Its so deep, its so wide
You're inside
Synchronicity
Effect without a cause
Sub-atomic laws, scientific pause
Synchronicity..." (Paroles par Sting)

Le Groupe POLICE, "Synchronicity - I" (Album : Synchronicity -1983)

Écrit par : Nebo | 26/06/2007

Je vois en effet que la synchronicité, nous la vivons souvent ensemble .. tes textes et mes photos .. une fois de plus. Mitakuyé Oyasin. Bises

Écrit par : cile | 27/06/2007

j'aime te lire car à ma grande honte je connais peu des sujets que tu abordes, même si j'ai eu l'occasion de lire par extraits Jung notamment...
Mais la toile est aussi celle qui permet de découvrir encore et encore, merci ariaga !

Écrit par : marie.l | 27/06/2007

@ Merci Nebo pour le texte de cette chanson qui est tout à fait dans l'"ambiance" de cette note.

@ Cile, c'est normal ...

@ Marie.l ,as tu lu , en entier, cela se lit comme un roman, Ma vie de Jung ? cela suffit.

Écrit par : ariaga | 27/06/2007