UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C. G. Jung et la synchronicité | Page d'accueil | Un Philosophe de la Nature : Micher Maïer »

22/06/2007

L'alchimiste de J. L. Borgès

4bb818d306062803444f01e0b16a5640.jpg

 

Pour la fin de semaine je vous offre, trouvé dans Philosophie de l'alchimie de Françoise Bonardel, ce poème de  J. L. Borgès, qui escamote l'alchimiste de belle manière :

 

   Et l'alchimiste pense aux semblances secrètes

   Qui font sympathiser la nuit et les métaux.

   Mais au moment qu'il croit avoir de haute lutte

   Triomphé de la mort, certain magicien

   Bien plus philosophal encore le transmute

   En absence, en personne, en poudre, en ombre, en rien.

 

" L'alchimiste ", L'or des tigres, Paris, Gallimard, 1976,p. 49-50.

  
 

  
 

Commentaires

On se doute que derrière ces quelques phrases se cachent de complexes processus ! C'est bien d'avoir une synthèse technique aussi courte et claire !

Écrit par : yubai | 22/06/2007

... et en poussière d'étoiles ? Bon début de WE Ariaga

Écrit par : marie.l | 22/06/2007

Je ne sais... Bon, on va faire comme d'ab, franco;
quand même, en ce lieu si entendu, l'incongruité de cette demande... enfin, la curiosité est une mutation du virus de naïveté; incurable. Donc:
possible, s'il vous plaît, préciser votre propos avant le poême cité?
Je vois bien un contenu latent dans le poême, mais votre position à son égard m'instruirait. Merci

Écrit par : phyta | 22/06/2007

Bonjour, je vous invite à découvrir un lieu, un carrefour de rencontre pour les écrivains, lecteurs et éditeurs indépendants.

C'est ici: http://andyverol.asianfreeforum.com/index.htm


A.V.
Site Andy Verol: http://andy-verol.blogg.org

Écrit par : Andy Verol | 22/06/2007

Cette poudre / poussière d'étoile (comme parle Marie L) ramène l'alchimiste (nous) à cette interconnexion historique et géographique, avec le reste de que nous ne croyons pas nous
Nous devenons rien, absence d'ego, et pourant bien plus , transmuté
Merci pour ce beau poème que je ne connaissais pas

chaleureusement et bon week-end

Écrit par : Lung Ta | 23/06/2007

Oh Sainte-Chronicitée priez pour nous pauvres pêcheurs !! lol

Écrit par : Milko | 23/06/2007

"En absence, en personne, en poudre, en ombre, en rien."
Voici, chère Ariaga, ce que m'inspirent spontanément ces quelques paroles de sagesse :

Poudre des pensées tourbillonnant dans le temps qui font de l'ombre à l'invisible Je de lumière que je suis et qui seul a le pouvoir d'engloutir le mental savant dans l'Un-connaissance pour faire jaillir dans l'instant la Parole de sagesse du Coeur de silence...

Douce âmitié.

Écrit par : mouniprema | 23/06/2007

Grâce à la sublimation , l'énergie vitale peut être détournée vers des idéaux esthétiques ou mystiques , parce que certaines passions ou certains sentiments ont la capacité de changer de but sans perdre de leur intensité . Alchimie du vital et de la spiritualité comme une sorte de "délire" sacré .

Écrit par : Chardra | 23/06/2007

Passer toute une vie en sachant que nous ne serons rien qu'un peu de pousière quelle leçon d'humilité cela donne t-il aux générations futures!

Écrit par : muse | 24/06/2007

c'est vrai, on se demande; depuis que l'humilité existe, ça fait bien... pffoou... au moins aussi longtemps que la relativité, la leçon se répète et le niveau... mais ça, c'est de la mécanique quantique: il se peut qu'il soit haut; tant qu'on ne le mesure pas.

Écrit par : phyta | 24/06/2007

La question cruciale me semble être, en ce qui concerne le poème de Borgès, Qui est ce magicien qui fait disparaître l'alchimiste ? Qui/quoi en nous est plus réel que nous, au point de nous rendre évanescent, fumée de vie, rien du Tout ? Je crois aussi que ce renversement est différent du classique "tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière", car ce constat (celui de l'Ecclesiaste) n'offre pas dans son énoncé l'issue alternative.

Écrit par : Arianil | 24/06/2007

@ Merci yubai, tes visites me font toujours plaisir et quand je vais chez toi j'admire vraiment les photos et les petits textes en dessous.

@ Marie.l A toi aussi une bonne fin de semaine. Oui, pour les poussières d'étoiles.

@ Phyta, je ne vois pas ce qu'il y a à expliquer ?

@ Andy Verol, merci de la visite, moi aussi je suis allée faire un tour chez vous.

@ Lung Ta oui, tout est transmuté mais de la transmutation il reste toujours quelque chose, même un petit rien...

Écrit par : ariaga | 24/06/2007

Presque tout se résume dans cette dualité magie-alchimie. A commencer par l'Ecclésiaste jusqu'à l'OGM.
Par ailleurs, je te remercie Ariaga pour tes généreux com.
Si tu permets je mettrai dans ma liste d'amis un lien vers ton laboratoire du rêve et de l'alchimie. Je le ferai avec conviction et plaisir.

RAFRAFI

Écrit par : RAFRAFI | 25/06/2007

@ Milko fais tu allusion à la Sainte Chronicité du Coran teint, le Livre rouge d'Etienne Perrot ?C'est une sainte qu'il faut prier régulièrement.

@ Mouniprema, très beau texte, et merci à toi de ne pas m'oublier...

@ Chardra, je suis toujours d'accord pour une certaine dose de délire...

@ Muse ,c'est la première fois que tu me laisses un commentaire et en plus de qualité. Tu me fais vraiment plaisir.

@Arianil encore un de tes retournements, Jung dirait énantiodromie, si je ne me trompe pas, qui me fait subir quelques "g" dans mon fauteuil (qui n'est pas éjectable).

Écrit par : ariaga | 25/06/2007

Quelques G?
Où sont les opposés?
Ce magicien est il?

Écrit par : phyta | 25/06/2007