UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2007

L'alchimiste de J. L. Borgès

4bb818d306062803444f01e0b16a5640.jpg

 

Pour la fin de semaine je vous offre, trouvé dans Philosophie de l'alchimie de Françoise Bonardel, ce poème de  J. L. Borgès, qui escamote l'alchimiste de belle manière :

 

   Et l'alchimiste pense aux semblances secrètes

   Qui font sympathiser la nuit et les métaux.

   Mais au moment qu'il croit avoir de haute lutte

   Triomphé de la mort, certain magicien

   Bien plus philosophal encore le transmute

   En absence, en personne, en poudre, en ombre, en rien.

 

" L'alchimiste ", L'or des tigres, Paris, Gallimard, 1976,p. 49-50.

  
 

  
 

11/06/2007

Faiseurs d'or et philosophes alchimistes

   Pendant quelques temps, je vais me consacrer sur ce blog à des reflexions au sujet du Soi inspirées par C.G.Jung et l'alchimie ; et bien sur au cheminement vers ce Soi suivant la voie du processus d'individuation et de l'Oeuvre alchimique. Rassurez vous, cela sera fait avec le plus de simplicité et d'humilité possible. On se sent tout petit devant ce genre de sujets.  Et puis il y aura des récréations poétiques, photographiques et anecdotiques. Pour l'instant j'arrête les  " contributions " pour les reprendre pendant les vacances. J'ai aussi une note sur la "synchronicité" qui mijote sur l'Athanor depuis un bon moment mais je ne trouve pas la cuisson satisfaisante.
   Il y a  un moment, on m'avait demandé dans un commentaire de préciser la différence entre l'alchimie pratique et l'alchimie spirituelle. J'avais oublié la question ( Ariaga a une tête pleine de courants d'air ) et puis, en me replongeant une fois de plus dans l'inépuisable, et que je n'ai jamais réussie à épuiser, " Oeuvre " de Françoise Bonardel : Philosophie de l'alchimie (Presses Universitaires de france), j'ai trouvé une réponse très éclairante :
 
    "Certes, les origines mêmes de l'alchimie  -  art sacré des forgerons et autres arts du feu - peuvent sembler créditer la filiation Hermès-Prométhée. S'il est vrai que la voie prométhéenne des arts et techniques fut présente aux débuts de l'alchimie grecque et trouva par la suite son équivalent dans la spagyrie, les véritables adeptes en condamnent les ambitions à la fois démesurées, car insatiables, et spirituellement limitées. Tels sont aux yeux des  " Fils d'Hermès ", ces " sophistes" et autres " vendeurs de fumée " : " Ceux qui n'approchent de cet art que dans un esprit d'avarice, et dont le coeur, ne désirant que l'or, fait qu'ils ne sont jamais contents s'ils ont l'or dans leurs mains. " Plus qu'une forme de savoir progressiste, opposée à une plus ancienne et périmée, obscurantiste, le prométhéisme va se révèler un état d'esprit : Là où l'alchimiste OEuvre  avec sa " matière ", le spagyriste travaille la matière pour en exploiter et s'en approprier les énergies. (p. 171, 172).
 
J'ai déja parlé de Francoise Bonardel quand j'ai utilisé un texte de son anthologie de textes alchimiques occidentaux : Philosopher par le feu. (le seuil, points coll. Sagesses). Son ouvrage ,dont je viens de vous donner un extrait, est toujours à l'horizon de mes réflexions. Même s'il m'intimide un peu par la somme de connaissances qu'il contient. Mais je m'accroche !
      
          Ariaga
 
 
 
 

22/01/2007

Philosopher par le Feu

Pour ceux qui veulent lire des extraits de textes alchimistes occidentaux, je recommande un "poche", aux éditions du seuil, de Françoise Bonardel : Philosopher par le feu. On y montre que si le Grand Oeuvre était un don de Dieu, c'est à l'homme qu'appartenait de parachever l'oeuvre de la Nature et d'en accomplir le dessin secret. En une longue préface, Françoise Bonardel, explique la relation, matérielle et spirituelle, entre les alchimistes et leur Feu. Les textes, de différentes époques,  proposent au lecteur un voyage en compagnie des Philosophes de la Nature. Pour ceux qui voudraient lire un travail très complet, mais plus difficile, de Françoise Bonardel, je propose : Philosophie de l'alchimie aux éditions PUF. Voici un extrait de la préface de Philosopher par le feu :

"Les textes  ici présentés montreront assez quelle importance les alchimistes accordaient à leur Feu, à l'appréciation de la qualité des feux en fonction de la matière en voie d'être transformée et, plus encore, à la découverte du fameux Feu secret des Sages dont tout porte à penser qu'il n'était autre que la non moins mystérieuse "matière", mais si parfaitement épurée, équilibrée, mise en phase avec le Feu partout présent dans la Nature (Esprit du monde) que feu et matière ne désignaient plus alors que cet état d'apesanteur matérielle autant que spirituelle et, de l'un à l'autre, la totale réversibilité."