UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Philémon, le gourou intérieur de Jung | Page d'accueil | Sous le masque du Chef ( La décision 2 ) »

30/09/2007

La décision (1)

   J'avais un autre projet de note mais après méditation, cogitation à tendance philosophique, imagination  conduisant à une décision elle même suivie d'une action, j'ai entrepris aujourd'hui de commencer à vous parler de la décision. Je n'ai pas l'intention de faire une action philosophique, ce serait prétentieux, simplement acte de réflexion.
   Je vois en lisant les blogs ou par les commentaires sur mes textes que vos actions, qui sont des prises de décision, changent, transmutent, le cours de votre vie. En effet, si on veut évoluer et que l'on est pas complètement aboulique, on ne peut le faire qu'à l'aide du processus décisionnel.  
   Le sujet n'est pas éloigné de l'alchimie. Alchimie du quotidien : je réagis, j'accepte, je refuse dans le cadre de la vie de tous les jours ; alchimie spirituelle : je décide de suivre un chemin en vue d'une transformation spirituelle, chemin le long duquel je devrai effectuer des choix.
A partir des blogs, Je reçois des échos de choix amoureux, de choix professionnels, des choix de lieux ou de modes de vie. Certains décident de fermer leur blog ou d'en ouvrir un nouveau ; d'autres de disparaître. Sur mon blog ou par mail on m'écrit qu'à la suite d'une lecture on a décidé d'avoir une autre vision de la vie (ça c'est agréable) où que je déçois et que l'on a décidé de ne plus me lire (moins agréable).
   Le sujet mérite donc réflexion puisque de la simple action instinctive (éviter un obstacle) à la décision la plus mûrie il constitue une trame de notre vie. Je ne sais dans quel ordre et à quelle fréquence cette réflexion sera menée car elle a été déclenchée ce matin même par un texte d'Arianil. Depuis il y a surchauffe de mes méninges. 
   Je n'ai pas trop envie de m'étendre (d'ailleurs comment pourrai-je avoir  pareille envie !) sur ce qu'on appelle la praxeologie, c'est à dire tout ce qui concerne les fondements scientifiques de la décision dite "calculée". Gestion, planifications, cybernétique, calculs de probabilités et autre gâteries qui sont censées aider à la prise de décision, avec tous les aléas que comportent ces disciplines qui n'arrivent pas à éviter complètement le coté imprévisible du facteur "humain". 
   Je suis beaucoup plus tentée par la question du déterminisme ( sommes nous libres ou pas de nos décisions ), par les étroites relations entre l'imagination et la décision, et surtout par ce qu'il en est de la décision créatrice en tant que manière nouvelle et personnelle d'agir. Mais cette dernière forme de décision c'est la cerise sur le gâteau. Je ne pourrai y venir qu'une fois le terrain déblayé par une analyse de la décision " ordinaire ", celle qui nous concerne tous et le plus souvent. 
   Je ne sais où aboutira cette réflexion, un peu "en vrac " pour le moment, sur la décision mais, quand je m'y livrerai, elle soulagera ceux qui étaient un peu lassés par Jung, le rêve ou l'alchimie. 
       Ariaga
 
  
 
 

Commentaires

Je suis pas lassé mais cette nouvelle "ouverture" m'intéresse grandement, Ariaga.

Écrit par : Ezrah | 30/09/2007

déterminisme dis tu? je serai tentée d'y croire...va savoir pourquoi, enfin je crois commencer à le saisir!

Écrit par : muse | 30/09/2007

Qui oserait se lasser de la parole d'un Témoin de la Vie, sinon un être que l'Amour n'aurait pas encore touché ou d'un être qui refuserait de se laisser toucher...

Ainsi donc, Ariaga, détends-toi et livre nous en toute liberté ce qui t'anime d'instants en instants...

Très tendrement.

Écrit par : Muttifree | 01/10/2007

L'instance de la décision se produit au moment où une pensée en nous se rend maîtresse des autres sans avoir fait dans le" libre arbitre" l'économie de la lutte.

Écrit par : . | 01/10/2007

La bonne décision "ordinaire" c'est toujours quand j'écoute mon petit guide personnel.

Non pas parce que ses choix sont pas toujours couronnés de succès, mais ils m'ont tous permis de progresser.

Quand à la question de l'opposition déterminisme/liberté là il faudra plus qu'un commentaire.

Nous restons toujours dans le sillage de "Ma vie". Il s'y pose beaucoup de questions sur ses origines et sur l'éventualité qu'entre ces ancêtres théologiens et médecins, il soit celui qui, à un certain point d'évolution de l'humanité, réalise un destin familial.

En tout cas je ne suis pas prête à me lasser, ni de lui, ni de toi ! Et merci pour tes passages dans mon petit monde.

Écrit par : L'Arpenteuse | 01/10/2007

Ariaga, je ne vais pas philosopher pour essayer de te répondre.
Je n’ai pas ouvert un Blog pour les autres, mais pour y exprimer mes humeurs, mes coups de cœur, mais coups de « gueule » et quelquefois pour « ce qu’on ne peut dire, il faut l’écrire ».
Tu fais allusion à « … je décide de suivre un chemin en vue d'une transformation spirituelle, chemin le long duquel je devrai effectuer des choix… »
Nous parcourons tous un chemin, il est souvent semé d’embûches, d’obstacles qui nous semblent insurmontables, nos réactions sont guidées par notre appréhension à aborder, voire à surmonter les difficultés. Face à un accident de parcours, je passerai par la droite sans m’arrêter, alors qu’un autre va piétiner et hésiter sur la direction à prendre.
Tu parles de « déblayer le terrain », bien entendu quand tout est bouché, il faut bien relever les manches et essayer de dégager l’horizon pour continuer notre route.
L’inaccessible étoile qui est le but ultime de ma vie, je m’efforce de m’en approcher le plus près. C’est ma quête du Graal… !
Toutefois, attention à ne pas adopter la démarche de l’âne de Buridan… !
Bisous interstellaires.

Écrit par : grainsdesel | 01/10/2007

Voilà une réflexion que je vais suivre... et le hasard peut-il entrer en ligne de compte ?
A bientôt
Cordialement.

Écrit par : rony | 01/10/2007

Un poète à la toute fin LIBRE de mots.
Que ne détermine qu'une voix intime enlevée à la nuit
par deux ailes accueillies librement, mais d'où venues ?

Écrit par : koan | 01/10/2007

@ Ezrah, j'aime le terme d'"ouverture" il rime avec aventure.

@ Muse, tout dépend de par quoi on se sent "déterminé", (pour jouer avec le mot).

@ Muttifree, ne me pousse pas trop à me laisser aller à vous livrer "en toute liberté " ce qui m'anime d'instant en instant. Ce blog deviendrait débarras....

@ :. Un aphorisme bien intéressant. Si il y en a d'autres comme cela je suis preneur.

Écrit par : ariaga | 01/10/2007

merci de tes jolis mots Ariaga , quant à moi je suis porté par le déterminisme , par exemple haut et fort voulant me faire payer j 'ai décidé d'ouvrir un autre blog gratuit et d'ailleur de façon souterraine cela correspond peut être aussi à un changement d'intention , direction etc. , donc quelquechose de caché quoique déterminant, d'un autre coté à chaque fois que j'ai voulu faire plier ou brusquer la vie , cela n'était il pas en fait le fruit d'une nécessité souterraine et non affleurante qui ne m'apparaissait parfois pas clairement mais qui par la suite a pri sens , ainsi nos actes ont ils un muscle bandé vers un but insoupçonné , la vie serait perverse et nous tirerait là ou notre constitution nous amène ; par ailleur je me souvien avoir été fasciné à l'époque de mes 16/17 ans par l'acte gratuit de Gide dans "les caves du Vaticans" , un souvenir de la pente naturelle de Jung me vient à l'esprit (psychologie de l'inconscient) néanmoins l'homme formé s'il peut aimer les vagues et surfer peut aussi porter un regard rieur et se dire qu'il n'en fera quand même qu'à sa tête et faire fi de tous les recoupement que j'évoquais à l'instant , c'est l'exercice solaire de la liberté que j'aime dans le sourire
c'est vrai que ça chauffe ! finallement les chinois n'ont quand même pas tort et la voie du milieu salutaire, c'est un petit peu aussi la vision de la liberté chez Sartre qui est plutot acceptation
à bientot (smile boudhistique) ce qui ne veut pas dire que je boude mais tenderait plutot à prouver que je bhoude
aloa !

Écrit par : lambi | 01/10/2007

@ L'arpenteuse, ton petit monde est un macrocosme. Je crois qu'il ne faut pas confondre, puisque on est dans le monde de Jung, le déterminisme et l'inconscient familial. Je crois aussi que tu as bien raison d'écouter ton petit guide personnel. On nous inflige tellement de conditionnements que c'est un miracle d'entendre encore sa voix.

@ grainsdesel, merci pour ce commentaire si intéressant où tu nous fait cadeau d'un petit morceau de ton âme. Elle n'est pas inaccessible ton étoile, elle brille dans l'espace infini de ton monde intérieur.

Écrit par : ariaga | 02/10/2007

@ Rony, cher électron libre, je me souviens de ta tête de Janus. Le hasard, je ne sais mais les choses peuvent échapper à l'enchaînement logique et aussi être et et, à la place de ou ou.

@ Lambi, merci pour ce beau texte à la fois poétique et plein de sens. J'en apprends plus sur toi en ces lignes que depuis plusieurs mois. Tu as tout à fait raison pour le côté souterrain de nos actes. On saisit un prétexte assez futile pour agir mais en fait c'est le déclencheur de toute une éruption soit de l'Ombre, soit de la voix du Soi qui emprunte des chemins détournés pour se faire entendre. Je ne suis cependant pas encore certaine que tu vas devenir un bouddha. Je t'embrasse.

Écrit par : ariaga | 02/10/2007

Décision ?
Combien de fois, ne nous posons-nous pas la question du choix à faire, du " bon" choix à faire ... Bon sens, intuition, chemin emprunté dont on ne comprend pas le sens mais qui , une petite voix nous le dit, mènera quelque part, chemin où l' on sent qu' on va se casser les dents - ou le coeur- et que l' on prend quand même - va savoir pourquoi - Ce qui me révolte le plus à notre époque, c' est l' obligation que nous impose le monde du travail de faire des choix - Et la conviction profonde de devoir aller à contre courant qui ne simplifie pas toujours la vie ... Des choix existentiels où résonne le mot ciel et existence - et le luxe que nous avons de vivre dans des sociétés où l' on peut se poser ces questions - En sommes-nous assez reconnaissants et employons-nous cet espace à bon escient ?
"Décision" je lisais dernièrement un livre sur la volonté douce ... Ecouter la voix du coeur et faire con-fiance, se fier à ...
Belle méditation que ce questionnement ... Belle initiation que la vie ...
Que cette soirée te soit douce, Ariaga ;-)

Écrit par : Kaïkan | 02/10/2007

Le déterminisme ..
Nous appartenons à la chaine ..
Quel maillon ai je envie/choisis d'être?
L'alchimie du /au quotidien ..
la spiritualité au raz des pâquerettes ..
C'est celle que je préfère.

Écrit par : cile | 03/10/2007

Ariaga, tu viens de me renvoyer sur la piste de mon inconscient familial et je découvre à cette occasion la richesse du Net sur le sujet.

Une fois encore merci

Sur la sujet du chef je fais un blocage. Ma devise à longtemps été ni dieu, ni maître. Et ce blocage là, j'y tiens :-)

Écrit par : L'Arpenteuse | 04/10/2007

@ Kaïkan, merci pour ce commentaire. Tu as mis le doigt sur quelque chose d'important, le luxe que nous avons de vivre dans une société où on peut se poser des questions sur la décision.

@Cile, tu es trop modeste et je crois qu'il n'y a pas de spiritualité au ras des pâquerettes. Il y a spiritualité ou non. Tendres pensées et forces pour toi.

@ L'Arpenteuse, pas de blocage sur le Chef, lis plutôt entre les lignes...

Écrit par : ariaga | 04/10/2007