UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les illusions du progrès | Page d'accueil | Amour de velours »

07/05/2008

Ariaga : Une annexe du laboratoire

1647237558.jpg
  Il y a des moments où le moral n'y est pas et où j'ai l'impression de jeter des textes dans une espèce de puits sans fond où ils disparaissent à jamais. Quand j'ai commencé ce blog je crois que, inconsciemment, je voulais construire une représentation de l'évolution d'une construction intérieure en commençant par les fondations et en remontant, très lentement, selon le procédé de la voie alchimique "humide", un escalier vers les étages. Je me suis aperçue que, dans le monde des blogs que j'ignorais complètement quand j'ai "ouvert" le laboratoire, cela ne fonctionne pas ainsi.
  J'ai allumé le feu de l'athanor beaucoup trop fort et j'ai mis dans la cornue mes meilleurs matériaux. Tout s'est réduit en cendres. Je sais que dans les cendres l'or peut être couvé et le phénix renaître mais un travail personnel est nécessaire pour que survienne cette renaissance. Parlant d'une manière moins symbolique, je veux dire que j'ai écrit au début de ce blog des textes "fondateurs" pour celui qui ne viendrait pas sur ce blog faire des mondanités et voudrait, sincèrement cheminer en ma compagnie. Le lecteur, et je fais partie de cette espèce quand je vais sur les blogs amis, lit généralement la dernière note ; éventuellement une des dix récentes qui sont affichées. Se répéter, cela m'arrive, mais j'ai la sensation de tricher. Alors j'évite d'aborder certains sujets , en particulier quand il s'agit de la psychologie des profondeurs de Jung ou de l'alchimie car je suis consciente que, sans avoir quelques bases, mon texte sera" difficile " pour le lecteur. Et le temps passe et je reste en bas des marches.
   Pendant ma période de repos et de réflexion, une idée m'est venue. Créer un nouveau blog, ailleurs, pour présenter les textes déjà écrits et qui permettront à ceux qui veulent revenir à ce que je pense être les textes essentiels du laboratoire, de le faire sans efforts. 
  Le Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie spirituelle reste notre lieu de rencontre. Il n'y aura pas de commentaires sur le nouveau blog car je ne peux assumer ce travail mais si vous avez envie de communiquer sur ces textes vous pouvez toujours le faire sur le dernier texte publié sur le blog principal en me disant à quel texte vous faites référence. Voici l'adresse de cette annexe du laboratoire :  http://www.ariaga.net/ . Vous pouvez aussi cliquer en haut à droite de la page d'accueil.
            Ariaga
 
 

Commentaires

Le doux plaisir des textes !

Écrit par : Tietie007 | 07/05/2008

J'suis allé faire mon p'tit tour...

Cette affaire d' " inconscient collectif ", chez Yung, j'avoue qu'elle me gêne un peu, qu'elle ne me semble pas très pertinente...

Qu'en penses-tu ?

Écrit par : Laurent Morancé | 07/05/2008

@ Laurent Morancé, juste une réponse rapide, si tu veux nous pourrons en "parler" mais JUNG dans la notion d'inconscient collectif, ce n'est plus Jung et je suis dans ses pas.

Écrit par : ariaga | 07/05/2008

Se répéter n'est pas tricher, je ne le crois pas. Peut-être ne s'agit-il que d'exprimer un fort désir d'élucidation en appelant autrui à participer. Dans ce cas, nul doute que des voix se feront entendre et que des mains se tendront. Nos baisses de moral sont notre denrée la mieux partagée, il serait d'un bel effet que nous puissions aussi en partager le sommets, pour respirer, reprendre notre souffle. En souriant :)

Écrit par : martin | 07/05/2008

... LES sommets. Pardon :)

Écrit par : martin | 07/05/2008

//
Voici venir le temps du monde du dedans
Voici venir le temps de devenir un vase
Voici venir le temps d'être nue et sans masque
//

Le monde du dedans sort ;
Le vase verse ;
La nudité servira désormais de masque.

Écrit par : r_i_d | 08/05/2008

Se prendre par la main
pour faire ensemble
un bout de chemin .

quoi de plus simple
et aussi de plus délicat
puisque cela suppose

d'ouvrir ensemble les bras
et d'harmoniser ses pas .

Écrit par : Lilou | 08/05/2008

Bonjour, chère Ariaga,

En effet, ton questionnement est pertinent concernant la sur-vie de la production écrite sur le blog.

Je me suis beaucoup interrogé moi-même et je m'interroge encore sur l'opportunité d'assurer un blog ou un site internet. Déjà il faudrait pouvoir répondre à la question de la valeur de la communication via internet. Je crois que c'est encore plus vrai pour moi qui suis moins communiquant.

J'ai du mal à saisir le sens de ce que je fais en publiant sur mes blogs. Qu'est-ce que je veux? Que voulons-nous?

Si peu de gens lisent et encore moins communiquent sur ce qu'ils lisent et ce qui communiquent sont aussi la plupart du temps des gens qui voudraient être lus sur leur blog ou autrement.

Quelque part cela tourne en rond, ne trouves-tu pas?
Mais ce puits sans fond dont tu parles, cet égarement, comme une sorte de limon qui s'amoncelle dans le fond d'un gouffre et que tu as envie de remettre au Soleil... nous ne pouvons pas "mettre au monde" nos œuvres comme il est possible il me semble de le faire avec un livre papier.

L'édition papier permet cela il me semble, refermer sur un objet fini, clore, achever et se délivrer. Mettre au monde dans un mouvement de différenciation, le livre devient non-moi.
Dans le blog ou le site internet ce mouvement n'est pas possible en soi il me semble.

Alors pourquoi ne pas tenter l'édition électronique, il existe manuscrits.com par exemple. j'y avais publié ce que j'appelle mon premier livre, autobiographique:"LE BRUIT DE LA SOURCE". Même s'il n'est pas lu, ce qui est le cas de beaucoup de livres, cela m'a permis de passer à autre chose.

Alors pourquoi ne pas tenter de boucler ainsi en mettant en forme des textes qui te paraitraient avoir une certaine cohérence entre eux. Recueil de poèmes, de réflexions sur Jung, sur la photographie par exemple où tout cela mêlé dans une composition. J'y pense pour mes textes.

L'autre problème c'est l'abondance, l'impression que tout le monde écrit et personne ne lit. S'interroger sur la valeur de sa production, la légitimité de vouloir passer "par-dessus" ce fleuve de mot. Pourquoi serait-ce moi?

Enfin, je m'arrête-là en espérant t'avoir proposé quelques idées intéressantes.

Écrit par : jean | 08/05/2008

Toutes ces interrogations de ton billet et des commentaires sont très justes et je pense que lorsqu'on "tient" un blog on se sent aussi concerné par cela.

Le tout étant de savoir un peu ce qu'on veut, ce qu'on fait pour soi, et quel partage.

Le blog c'est originellement le "journal" ce n'est donc pas un site
Pourquoi partager un journal avec d'autres ?
Pour moi je dirais pour les "retours" qui enrichissent la réflexion personnelle.
Ainsi mon blog n'est qu'un reflet "apuré" (du trop personnel) de mon propre journal, mes recherches, et les retours (commentaires ou mails) m'aident finalement dans mes interrogations et nouvelles idées
il suffit de peu de personnes
Mon blog n'amène pas énormément de visite (actuellement ± 70/jours) mais c'est déjà un nombre impressionant si on le ramène au mois, espérer plus de 2000 lectures en un mois, il faut faire un "bon roman" pour ainsi être lu ;-)

donc c'est une richesse du net cette possiblilité de partage

Maintenant sur tous ceux qui viennent certains ne survolent d'autres lisent, c'est la règle, mais c'est là où le "peu de personnes" suffit, j'ai des relations épistolaires plus ou moins suivies (ce qui d'ailleurs ne veut pas dire plus ou moins fortes, car chaque relation a son propre rythme d'échange, de plusieurs fois dans la semaine à qqs fois par mois) avec qqs personnes qui m'apportent bcp

donc pour moi c'est une richesse, une vraie relations, pas virtuelle du tout, même si je ne rencontre que peu de ceux là.

Maintenant un blog peutêtre bâti comme un site, (ou directement un site) à ce moment il est plus "écrit, presque figé" et là on les gens vont surtout arriver par les moteurs de recherche, ils vont chercher de la matière

les échanges que cela amène (de par mon expérience) sont souvent plus courts mais plus denses, comme un échange entre chercheurs

ce sont donc deux choses différentes
Le "papier" comme le propose Jean (je crois avoir compris cela ? les éditions électroniques, je suppose que l'éditeur est "électronique" mais le résultat = papier, c'est un peu la même chose que le "site" mais avec moins de probabilité d'être lu, par contre cela peut remplir un désir en effet de "figer" une recheche, comme le dit Jean, c'est un peu la même démarche que le site, mais avec moins de probabilité d'ouverture vers l'autre, il me semble)

je sais que pour ma part j'ai du mal à "lire bcp" sur 'écran, cela me fatigue yeux et nuques, c'est pourquoi j'en reste au "papier" pour des lectures plus approfondies, mais j'aime ce "petit surf" du matin où je vais ainsi à la rencontre de qqs blogs (d')amis autres graines qui peuvent aussi murir en moi, et simplement par "curiosité" de l'autre, de voir ce qui germe en d'autres humains

après un passage un peu dur (physiquement et moralement) + (comme par "hasard") une coupure de connexion pendant 5 jours (je n'étais plus connecté ! jolie métaphore) je n'ai pas envie de reprendre pour l'instant le blog sous forme de textes, car j'ai du mal justement à "apurer" mon carnet personnel, je tiens pas à tomber dans le "risque intellectuel" et pourtant toujours l'envie de fixer, et s'ouvrir aux autres, j'ai résolu cela en faisant un billet sous forme de BD

je ne sais pas encore si je continuerai...
pour l'instant c'est comme cela

en tout cas pour finir ce long comm, c'est vraiment une richesse de partages qu'a amené cettepossibilité de bloger !

Bises

Écrit par : Lung Ta | 08/05/2008

@ A TOUS, continuez s'il vous plait à vous exprimer sur le "puits sans fond" ou autre réflexion sur ce que vous attendez et ressentez quand vous écrivez sur votre blog. Vous m'apportez vraiment beaucoup et vous enrichissez le Laboratoire. Je n'ai pas ouvert les commentaires sur le nouveau blog car je crains une "dispersion" de la réflexion. Comme ol est écrit dans ma note il suffit de me dire sur le dernier texte en ligne que vous commentez tel ou titre des anciens textes repris sur le nouveau blog. Bonne journée.

Écrit par : ariaga | 08/05/2008

Chère amie,

Si je peux me permettre, voici une suggestion pour que ceux qui le veulent puissent commenter sur les textes publiés sur ce nouveau site : Que les textes soient accompagnés là-bas du lien qui permettra au lecteur de les retrouver ici, dans le Laboratoire du rêve et de l'Alchimie Spirituelle. Comme ça, un clic, et hop! On retrouva les commentaires pertinents, et une joyeuse discussion pourra suivre.

Le puits sans fond, c'est l'imagination humaine, et celle-ci s'exprime aussi bien sur du sable mouillé que sur les pages électroniques de nos blogs. C'est différent, mais l'élan reste le même. Moi, j'écris coûte que coûte, même au risque d'être nul ou inutile à autrui, sinon le démon de la créativité me dévore et je tombe dans autre puits sans fond, celui de la morosité. J'écris parce que c'est nécessaire, sur un blog ou ailleurs, avec ou sans lecteur, sans penser à hier ou à demain. Et je lis, parce que la lecture me transporte au-delà de l'horizon rapproché de ma pensée, et je lis spécialement des blogs, par exemple celui-ci, parce que j'y respire l'air vivifiant de liberté qui manque souvent aux textes "autorisés" par le monde commercial de l'édition. Cela dit, un bon livre reste un bon livre, et c'est vrai que l'écran donne bien du mal aux yeux. On ne lit pas de la même façon à l'écran et au café du coin, à l'ombre d'un soleil chantant, ayant à la main un livre aux pages qui sentent... qui sentent bon.

Je vous souhaite à tous une bonne journée !

Écrit par : r_i_d | 08/05/2008

bonsoir Ariaga, drole de non que le "puits sans fond", plus proche d'un peu de découragement dans le fond ...
J'aime votre fraîcheur à vous dire, vos hésitations, votre inconfort, votre malaise, et votre joie, là, quasi permanente, elle flotte dans l'air, dans le puit, vous nous en faites profiter, à grandes louches ... et rien de louche dans tout cela, vous semblez vraie, alors quoi attendre d'autre ?
Je n'attends que cela sur mon blog, et pourtant je n'y suis pas, ce n'est pas moi ...
je ne l'administre pas moi même, ce qui m'est difficile, le ton, le sens, la coloration étant partagée.
Je veux autre chose, mais il a l'avantage d'exister.
Alors il est nécessaire de se créer un autre espace, donnant lieu à un autre temps, pour rassembler les morceaux de soi trop éparpillés.
amitiés.

Écrit par : patrick | 08/05/2008

Pourquoi et comment tu écris , je ne le sais pas vraiment; tes notes me font juste réfléchir à des choses que je n'ai pas l'habitude de forcément penser. Elles m'interpellent aussi sur des pensées profondes que je crois enfouir.

Écrit par : muse | 08/05/2008

tu es une coquine Ariaga, tu as su piquer ma curiosité, et tu as bien fait, car je suis passée hier, sans laisser de comm, sur ton nouveau blog aussi, et je n'avais pas fait attention à la photo ! je crois que je suis encore plus frustrée qu'avant.. tu joues avec mes nerfs ?? non non je plaisante, mm cette simple photo me fait plaisir ! tu as l'air d'être grande !!!
je te souhaite une bonne fin de soirée, et je t'embrasse !
(suggestion : poste une photo de ton reflet dans l'eau du puits ;-))))

Écrit par : ambre | 08/05/2008

Bonjour Ariaga,

Ta description sur Extraits du Laboratoire d'Ariaga m'a plu. Pleine d'humour, de recul sur soi, si vivante.

Et cette manière de procéder sera plus confortable pour approfondir les textes que tu nous fait partager.

C'est une très bonne idée.

Bien à toi.

Écrit par : SiL | 09/05/2008

Ariaga , à propos de " ce que je ressent et j'attend en écrivant sur mon blog " je te dirai : rien et ce "rien" contient "tout " .

Je m'applique à ce " rien " qui est pour moi la manière la plus légère et la plus savoureuse de poser mes pas .

J'ai ouvert un blog pour réunir et retrouver quelques un
de mes textes ,comme un espace où les mots se posent ,un repère où je peux poser d'autre mots .
Je l'ai fait car j'ai de plus en plus de mal à naviguer sur le net et j'avais besoin de centrer mon énergie en un seul endroit .
Il y en moi une intensité du partage à travers les mots que je savoure à chaque instant ..elle est liée aussi au fait que rien ne dure , tout passe ..
Je sais que je peux chaque fois me répéter sans m'en apercevoir .. car chaque jour tout est nouveau pour moi ..quelle importance puisque chaque instant est unique .
Ainsi j'écris juste pour le plaisir de croiser la vie ..en résonance .
Chaque jour est différent et tout peut s'arrêter à chaque instant .
Il y a pour moi une grande Joie à laisser les choses être..tout en étant profondément concernée par chacune d'elle .

Je ne sais pas mieux l'exprimer ..
Disons pour résumer que j'écris sur mon blog ou ailleurs comme si je jetais une boutelle à la mer ..en mettant tout mon coeur sur les vagues de la vie .

Merci de tes mots qui m'ont permis de puiser cela en moi..

Écrit par : Lilou | 09/05/2008

Bonjour, juste ces mots pour dire avec force que l'absence de commentaires sur des textes ne s'apparente pas de fait à une absence d'intérêt ni à un manque de réflexion. Que l'on aime en avoir est une chose, écrire (ou autre forme d'expression) pour en avoir en est une autre que je ne puis partager. Écrire ici c'est laisser "au hasard" le risque d'une rencontre et c'est bien ainsi.
Bonne journée.
michel

Écrit par : michelgonnet | 09/05/2008

Bonjour Ariaga,
J'avoue que j'ai eu du mal à commenter les notes que tu mettais au début de ton blog. Certaines notes demandent de la réflexion, un mûrissement. On ne peut pas immédiatement commenter certaines notes. Le blog c'est de l'immédiat... Un livre publié, on le prend, on le laisse, on le reprend et on ne laisse pas de commentaires à l'auteur. Pour l'auteur du livre, c'est : j'écris quand je veux, quand je suis disponible, quand je suis bien. Un blog n'est donc pas un livre.
Je vais aller sur ton nouveau lien. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 09/05/2008

Que de réflexions, et que de questions...
le blog doit rester un moment d'évasion, point !
merci de ta visite, bon week end à toi...

Écrit par : le Pierrot | 09/05/2008

le blog a un coté perturbant car il est un tyran , il ne se laisse pas manipuler , il est un labyrinthe ou plutot un puit ;
il faudrait un blog à l'envers si l'on veut qu'il ai une cohérence , temporelle , une progression ,
quelle est cette ligne du fil d'Ariane , ou est le doigt qui tourne ou qui suit la trace des mots des images , ce plat de la main qui tourne sans ménagement un paquet de page ,
le blog est aussi une tour de Babel ou toutes les voix finissent par construire une réflexion , une séduction , répulsion , il est un laboratoire dans ce sens , une anti chambre , une pause café , un bastringue ou on vient picoler des réflexions des bêtises , des distorsions , des avis vagues des voix et langues étrange , que jamais on n'aurait produit soi même et qui permettent de rebondir , et c'est angoissant car on ne maitrise plus !
moi comme dans la vie hélas , je pratique l'anti-séduction , pour ne pas me laisser piéger au risque de plaire à qui voudra , insistera pour écouter , répondre et revenir faire ami ami , alors je suis ironique , obscur , et je me perds aussi ! d'ailleurs sur mon blog peu de gens et pas de discussion , car je propose , les gens écoutent et se retirent , dommage d'ailleurs , moi je puise mes poème souvent dans la réponse que je veux donner à ce que je lis comme un point de départ , une réplique ou répartie ,
je me mets dans mon atelier ces moments la et je sculpte je cisèle ce que j'ai entrevue ;
essaye le blog à l'envers !
lam

Écrit par : lam | 09/05/2008

Un petit coucou après mon absence au cours de laquelle j'ai pris beaucoup de retard. Merci pour ta visite. A bientôt.

Écrit par : tanette | 10/05/2008

@ A TOUS, je prends du retard pour vous remercier et faire quelques commentaires sur vos interventions vraiment intéressantes mais j'ai un méchant mal au dos qui me rend la position devant l'ordinateur très pénible. J'espère pouvoir me rattraper dans les jours qui viennent. A bientôt.

Écrit par : ariaga | 10/05/2008

Je me souviens d'une des toutes premières fois où je suis venue te lire, tu disais que tu avais trop bien habitué ton blog à le nourrir "copieusement" qu'il était devenu trop gourmand et moi j'avais toute une famille de blogs comme autant d'enfants...parce que je n'avais pas trouvé ce fil (et toujours pas mais je suis devenue raisonnable...deux c'est bien pour alterner mes envies)

En général je fouille dans les archives des blogs lorsque les personnes s'absentent parce que je ne suis pas prise, captivée, captive...de la dernière note.

Et puis il n'y a pas beaucoup de blogs, de personnes je préfère dire que je lis régulièrement, comme des rendez-vous et au fil du temps je me suis attachée...

Le livre papier n'a pas ce côté interactif non plus. C'est différent...Enfin...bon je ne me lance pas trop dans ce débat là...

Voilà...ma petite pierre au puit (à force de toutes ces pierres le fond va remonter à la surface...c'est le principe du blog à l'envers !=)

Je souris...

Je t'embrasse

Princesse Aslé

Écrit par : Aslé | 12/05/2008

A TOUS, le dos ne s'est pas arrangé et j'écris debout devant une commode et cela n'est pas commode (ouaf!ouaf!). Je pense que le hasard n'eixste pas vraiment et que, juste au moment où tant de choses intéressantes ont été écrites sur cette note, si je me trouve physiquement incapable de répondre, c'est que je devais me taire et lire en silence. Pour conjurer le mauvais sort je vous mettrai demain quelques lignes d'une "source" très différente. On verra...

Écrit par : ariaga | 12/05/2008

Conséquence directe de toute cette discussion, de ma réflexion sur ce sujet épineux et d'un commentaire d'Ariaga (faut qu'ça pulse), je modifie radicalement l'orientation de mon blog personnel: changement sur le fond donc et aussi sur la forme puisqu'après avoir changé le thème graphique je vais migrer le tout sur Dotclear.
Au plaisir de vous y voir sous peu, tous!

Écrit par : jean | 13/05/2008

Merci à tous pour vos lucarnes magiques ouvertes sur votre imaginaire et vos savoirs. Je n'ai pas de blog et écrit de façon journalière pour moi et m'interroge sur mon envie récurrente de partager mes textes. Chose que je fais ponctuellement en les adressant à des amis, mes récits de voyage en particulier. Je connais le blog de Jean depuis longtemps et ai toujours apprécié ses textes, son approche pataphysique et psychanalytique, et parfois si sombre. J'ai quelque fois commenté ses écrits, mais toujours avec l'appréhension de perturber l'acte du créateur. Ariaga m'enchante par sa féminité sensible, poétique et paradoxalement très pragmatique dans ses réponses et approches. Même si parfois je m'agace à penser d'elle : quelle optimisme incorrigible, je reconnais notre féminitude universelle. A vous lire, vous et tant d'auteurs par ailleurs, je me dis tout est déjà écrit...Nous sommes surement nombreux Jean, à visiter vos pages sans nous montrer, ne lâchez pas prise. Amitiès, Dominique.

Écrit par : dominique | 13/05/2008

« La vérité est dans le puits, et ceux qui ont su la trouver sont devenus eux même des puits de sciences »

Et quelques lignes plus loin :
Imago Mundi : Image du monde et des choses transmise par un miroir

Christian Godin « La Totalité » http://books.google.fr/books?id=1Xm1sQI2bKUC&pg=PA204&lpg=PA204&dq=+IMAGO+MUNDI%3Bmiroir+du+monde&source=web&ots=ToQf4gIP7G&sig=BfsuHAzf1j8QNfhXyXg4sLIxS5U&hl=fr

Amusante synchronicité, non ?

Pour ma part, je pense que ceux qui ont besoin de te trouver te trouveront, et ils n’hésiteront pas à aller sonder la profondeur du puits. Et d’autres passeront peut être plus superficiellement, mais ils auront reçu au cœur une petite graine qui germera plus tard.

Le blog pour moi, c’est un peu refléter la vie telle que je la reçois. Et même je me suis déjà fais la réflexion que c’était cocasse pour une pessimiste comme moi de refléter la joie. Mais, c’est ainsi, dans ma vie, c’est ce que je reçois et commenter ce que je ne connais pas en moi serait un mensonge. J’aimerais bien pouvoir aussi semer quelques petites graines de cette joie, mais la germination n’est pas de ma responsabilité. Le partage par les commentaires est une source d’enrichissement supplémentaire, et mutuel j’espère.

Dans la « vraie » vie il n’est évident de trouver des personnes pour partager sur les rêves, les synchronicités ou l’alchimie spirituelle. Je n’ai pas envie de me retrouver à Sainte-Anne ;-))

En conclusion, continue d’alimenter le puits Ariaga, et qu’ils soient nombreux ceux qui viennent s’y désaltérer.

Je t’embrasse

Écrit par : L'Arpenteuse | 14/05/2008

Ariaga à TOUS, quand je vois tous vos commentaires qui s'accumulent je suis navrée de ne pouvoir répondre individuellement. Mes problèmes de dos se sont améliorés mais la semaine prochaine je vais m'absenter pour m'en occuper sérieusement et être à nouveau plus apte au dialogue que j'aime tant avoir avec les lecteurs de ce blog. Tant de choses intéressantes ont été dites ces derniers jours, tant de beaux textes ont été déposés que je suis frustrée de ne pas participer plus. Demain je vais tenter de rendre quelques visites et de remercier les " nouveaux" qui sont venus ici. Je compte aussi demander de l'aide pour que ce blog soit "nourri" avant mon départ par du texte écrit par moi à la main et tapé par un bon samaritain . Je vous embrasse tous.

Écrit par : ariaga | 15/05/2008