UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nouvelles du chat Grisou | Page d'accueil | Les clefs du Laboratoire »

18/10/2008

Blogs et confession

P8201216_2.jpg

Autrefois, quand on pensait avoir commis des erreurs de jugement ou de comportement, des "péchés" on allait voir un prêtre, un pasteur, un rabbin, un imam où on faisait une confession publique. On attendait de cette action un soulagement psychologique et une possibilité d'absolution. Ce processus de la confession était codifié par des dogmes et des rituels.

Si j'en crois l'état des confessionnaux en Bretagne, il semble que, tout au moins pour certains catholiques, la confession n'ait plus beaucoup d'adeptes. Et alors ? Les attentes psychologiques demeurent. Je me suis donc posé des questions, justement au moment où j'avais décidé d'élargir un peu mon horizon, limité le plus souvent à mes liens. J'ai été visiter des blogs de journaux intimes sur lesquels les auteurs s'expriment avec humilité, sans pudeur, avouant à ma grande surprise leurs secrets les plus intimes, "fautes" comprises. Alors, je ne juge pas, je n'affirme rien , mais je me demande si le monde virtuel n'a pas engendré une nouvelle forme de confession publique. La blogosphère serait à la fois le  nouveau dieu et ses représentants, le blog le confessionnal, et les commentaires, souvent indulgents, une nouvelle forme d'absolution. Exercice de l'esprit mon hypothèse ? Pas certain...

Ariaga

Commentaires

Je saute sur l'occasion d'être le premier à m'exprimer sur cette note.
Aurais-je un bon point ?

Cette question présente un intérêt certain à l'heure où nombreux sont ceux qui doutent dans les "systèmes" jusqu'ici reconnus comme seuls '"autorisés" à prodiguer soutien, conseils et soulagement spirituels.
Les systèmes religieux ou philosophiques, et encore psychologiques semblent suspects aux yeux de nos contemporains et on peut le comprendre dans la mesure ou ils sont souvent souillés par des aspects dogmatiques ou mercantiles.

Mais ton billet fait surgir en moi une autre image: celle de la bouteille à la mer. Comme si chacun était seul devant son écran, abandonné, largué comme sur une île déserte. Comme si les voies menant à l'autre "en chair et en os" étaient devenues impraticables. Ceci dit je ne crois pas que le net puisse remplacer cette chair et ces os, ce regard et cette sensibilité de l'autre vis à vis de nos doutes, souffrances et peurs. Mais je n'en suis pas sur.

Je rêve à l'apparition de nouveaux sages à la pureté d'Anges, de Saints auprès desquels des sentiers mèneraient les âmes fatiguées et endolories. Elles pourraient s'asseoir là et parler, le temps qu'il faut, et recevoir un peu de la lumière et de la paix de ces êtres.

Peut-être des sentiers numériques, serais-tu l'un de ces nouveaux sages ?

Écrit par : jean | 18/10/2008

Pour le blog de journal intime , je pense qu'il s'agirait plus de confidences que confession .
Au départ dans mon blog , je voulais parler des misères de la vie que je rencontrais dans mon travail associatif , puis en chemin , je me suis dit, peut-être , j'encombrais d'autres avec ces soucis ,il faut dire que j'ai appris petit à petit à prendre du recul au trop plein que j'accusais aussi.
C'est alors qu'une nouvelle fonction s'est imposée à moi car elle me fait du bien surtout quand je suis dans un désarroi terrible ou sous l'emprise d' une forte émotion et parfois même , les mots viennent tous seuls comme en poésie ...
Aussi quand on parle de soi , à mon avis , on rentre dans un échange plus humain , physique et non virtuel ,
c'est ce que je préfère le plus dans les blogs c'est la touche personnelle , le vécu .
Les blogs où on se propose comme porteurs de savoir , c'est intéressant mais c'est comme feuilleter un journal quelque part , c'est froid ,courtois , ça part de bonne intention , donner quelque chose mais c'est froid ,il n'y a pas d'échanges ni l'implication communicative .
Voilà en vrac ce que je pense du blog ...
Bonne journée Ariaga.

Écrit par : soulef | 18/10/2008

Le commentaire au dessus est celui d'un sage !!! :*

Écrit par : patriarch | 18/10/2008

---> Très chère,

L’arrivée d’internet a permis à moi frère de silence de pouvoir ouvrir une brèche vers le monde des hommes. Désormais, il m’est possible de répandre les mots de mon silence afin que se manifeste mon âme dans toute sa dimension. Par le passé, je devais me contenter de m’exprimer par des gémissements dans le cercle restreint de mes proches dont le cœur était en plus d’aimer ceux qui se présentaient comme leurs préférences, tandis qu’avec internet, il m’est désormais possible de frapper à de nombreuses portes, certes virtuelles, mais ô combien intéressantes quand elles vous accueillent avec autant de chaleur qu’il est possible de donner par le biais des mots, surtout quand votre personne ne peut endurer de contact avec le monde extérieur. Je tenais à le dire au vue de ta note, même si celle-ci était plus écrite dans le sens de la confession que des possibilités qu'offre le net...

Très sincèrement, Jack qui t'embrasse.

Écrit par : Jack Maudelaire | 18/10/2008

Cela a déjà été dit mais je pense qu'il s'agit bien là de confidences plutôt que de confessions. Pour ma part, j'y consigne souvent mes passages difficiles, mes turpitudes sans attendre vraiment de secours. Et puis, il y a surtout le plaisir de découvrir les autres qui permettent aussi, parfois, de relativiser ses maux quotidiens.

Écrit par : Kris | 18/10/2008

tu es absoute pour tes mauvaises pensées, tu me réciteras trois Jung, deux Freud, et au regard de la conjoncture un petit Marx !

Écrit par : rem mic | 18/10/2008

@ Kris, je veux tout de suite dissiper un malentendu. Quand je parlais de blogs qui étalent leur intimité je pensais à des choses très "glauques". Tu ne serais pas dans mes liens si c'était le ca.; Ton blog est beau, bien écrit, bien illustré et intéressant pour tous. Il relève dans certains de ses billets de l'alchimie Spirituelle d'autant plus que Jung pense que l'on est soi-même le premier matériau de l'Oeuvre.

Écrit par : ariaga | 18/10/2008

@ Jean, pour ta notation, tu vas avoir un plus et un moins. Un plus pour ta réactivité et les réflexions toujours intéressantes que tu déposes ici. Un gros moins pour tente de m'affubler du nom de sage. Il me va très mal. Je me demande si tu n'es pas bon pour une confession publique en pénitence !

Écrit par : ariaga | 18/10/2008

@ Jack Maudelaire, merci pour cette note qui, avec pudeur, en dit beaucoup. Cette brèche il ne faut surtout pas la refermer.

Écrit par : ariaga | 18/10/2008

Je n'ai rien à confesser sauf à ceux que j'aime...
Sinon j'ai aussi une kyrielle de blogs en transumance de mots...et aussi des bergers en mal de troupeau...et...et...je grandis je crois parce que je sais me taire sans l'absolue nécessité de me parler...je dois être une anti-blogienne post Jungienne ???
Ta note est vraie...sans l'être...car il y a un regain qui n'a rien à voir avec le net et les blogs

Bises Belle Ariaguiste

Écrit par : Aslé | 18/10/2008

juste pour laisser une trace de mon passage ce soir
je t'embrasse

Écrit par : ambre | 18/10/2008

Chère Ariaga
Tu abordes des sujets qui font réfléchir, c'est pourquoi j'ai toujours plaisir à découvrir les articles de ton blog.

Je crois qu'on est arrivé à un point où l'on a besoin de contacts humains et qu'on confierait l'intimité de son âme plus facilement à un blog qu'aux proches que l'on cotoie.

D'ailleurs ça soulage de pouvoir "raconter" lorsque l'on est en peine et puis pour les gens seuls ou handicapés, quel bonheur de pouvoir échanger et de trouver quelqu'un à leur écoute.

Écrit par : Danae | 19/10/2008

@ Soulef, je te lis avec intérêt et je crois que je peux te répondre comme je l'ai fait pour Kris. La qualité de l'écoute et de l'échange dépendent de celle de l'auteur du blog et de ce qu'il est dans la vie réelle. Toutes les manières de donner sont bonnes et aussi celles d'échanger si cela est fait dans un but non lucratif et avec qualité.

Écrit par : ariaga | 19/10/2008

@ rem mic, d'accord, je serai absoute de mes mauvaises pensées mais pour les mauvaises actions qu'est-ce que je fais ?

Écrit par : ariaga | 19/10/2008

@ Patriarch, je veux bien mais qu'est ce que c'est qu'un sage ?

Écrit par : ariaga | 19/10/2008

@Ariaga je ne comprends pas ce que tu veux dire par "dans un but non lucratif".
Pour la qualité ,quelles sont les critères ?s'agissant d'un simple blog , est-ce qu'on ne peut échanger que lorsqu'on dispose d'une qualité égale?performante dans le fond et la forme?
J'avoue que je ne saisis pas...

Écrit par : soulef | 19/10/2008

Ton idée est très, très intéressante, tout comme les commentaires, que je trouve passionnants. Mais le confessionnal n'était-il pas un exutoire, d'autant plus aisé qu'il était obligatoire, permettait de se "libérer" en toute bonne conscience, et permettait ainsi d'éviter les "psys"? Je pense que pour beaucoup, timides, anxieux, complexés, se dévoiler masquer est une excellente thérapie, et que les blogs peuvent être là très utile... mais aussi que certains, je suppose n'y ayant jamais trainé mes guêtres, doivent être très fangeux. Par contre il est certain qu'ils peuvent devenir des prisons sans barreaux, devenant une addiction forte, comme le jeu ou le sport, coupant du réel les plus fragiles.

Vaste débat... BISES ÈPHÊME

PS : Il n'y a pas que les confessionnaux bretons qui ne sont plus habités que par les toiles d'araignée.

Écrit par : èphême | 19/10/2008

@ Soulef, je me suis mal exprimée et quand je me relis je vois que ce que j'écris est assez fumeux...moi aussi je ne comprends pas ! Je crois que, après mes essais de voyages sur certains blogs j'étais un peu déprimée par leur vulgarité et que je voulais rendre grâce à des blogs comme le tien ou celui de Kris, ou d'autres que j'ai en lien. Les auteurs parlent d'eux même , de ce qu'ils ressentent devant la vie et ils le font avec talent. Je vais m'absenter la semaine prochaine pour cause de fatigue extrême et je cois qu'il était temps. Le silence me fera du bien...

Écrit par : ariaga | 19/10/2008

@ èphême, merci pour ton commentaire qui me remonte le moral car je vois que même si mes réponses aux commentaires ne sont pas brillantes le sujet de réflexion proposé était intéressant. C'est l'essentiel.

Écrit par : ariaga | 19/10/2008

Tes sujets sont toujours intéressants , Ariaga .
On est toujours bien sur ton banc , on apprend tellement !.
Reposes-toi bien et reviens nous vite ...

Écrit par : soulef | 19/10/2008

Je perçois par la grâce des commentaires que ce sujet est immense et mérite un flot d’expressions et d’avis divers… en ce qui me concerne, devant « ces confessions intimes »… il me semble voir, un très intéressant besoin de SE DEVOILER à soi-même, de se déshabiller quelque peu devant le miroir du net… et le dévoilement suprême réside aussi dans le fait, que chaque « confession » dissimulera malgré tout bien des aspects de soi, aussi bien dans un non-dit, que dans un trop dit, ou dans un dit pour paraître… et c’est bien là que se révèle le dévoilement suprême, parce que tandis que le lecteur ne pourra qu’interpréter la confession à la couleur de sa propre sensibilité, l’auteur ne pourra manquer de reconnaître ses dissimulations ou ses excès dans le vouloir paraître… parfois et souvent le vouloir être reconnu, le vouloir être aimé… Un grand merci à la virtualité du Net qui, par tous ces dévoilements, ouvre la porte du soi à soi, chez chacun…

Mille bises, Ariaga...

Écrit par : Mutti | 19/10/2008

Repose-toi bien, Ariaga. Intéressant billet.

Écrit par : la Mère Castor | 19/10/2008

Intéressant ton billet et les commentaires qu'il suscite... Bon repos et à très bientôt.

Écrit par : TANETTE | 20/10/2008

Je me joins à tout le monde pour te souhaiter un bon repos.

Écrit par : Kris | 20/10/2008

Dans un monde où certains n'arrivent plus à avoir de réponses pourquoi pas au travers du net chercher à en obtenir...
Et puis la famille a évolué aussi et il m'est arrivée de ne pas pouvoir parler de certains de mes soucis à ma propre famille. Je me demande si j'avais eu à ce moment là un blog si je n'aurais pas essayé d'en parler sur les blogs.

Écrit par : muse | 20/10/2008

"La blogosphère serait à la fois le nouveau dieu et ses représentants, le blog le confessionnal, et les commentaires, souvent indulgents, une nouvelle forme d'absolution"

Dés que la parole nous est donnée
nous avons tant besoin de nous rassurer
qu'entre le bien et le mal
nous aimons naviguer ..

Écrit par : Lilou | 20/10/2008

@ Lilou, merci pour cette jolie formulation poétique.

Écrit par : ariaga | 20/10/2008

@ Aslé, heureusement, princesse, que ma note est vraie sans l'être j'ai horreur des vérités absolue et je ne fais que proposer...

Écrit par : ariaga | 20/10/2008

@ Ambre, elle est précieuse cette trace en cette période où tu es plutôt silencieuse. Je pense à toi.

Écrit par : ariaga | 20/10/2008

@ Danae, c'est certain que les blogs offrent une possibilité de contact à des gens qui seraient très isolés. Ce nouveau média leur permet, non pas de se confesser car ils n'ont pas fait de "fautes" mais d'échanger.

Écrit par : ariaga | 20/10/2008

@ ARIAGA à TOUS, je suis sur le départ pour quelques jours et n'ai pu répondre aux derniers commentaires. J'espère que vous continuerez à déposer ici vos réflexions. Merci à èphême, Muse,Kris...Et bises à tous.

Écrit par : ariaga | 20/10/2008

Ce n'est sans doute pas "simple vue de l'esprit"(sourire)
Que tes journées soient lumineuses.

Écrit par : michel gonnet | 20/10/2008

Ta note mérite réflexions, mais je pense qu'il y a pas mal de vrai dedans, oui...
bise Ariaga, bonne journée...

Écrit par : le Pierrot | 21/10/2008

Courage ma grande, je pense à toi et à nos frites...

Écrit par : le Pierrot | 29/10/2008

Je n'ai pas commenté cette note : je suis d'accord pour dire que les blogs permettent d'avancer quelque part dans la résolution de certains de ses problèmes. On tente, on se risque à parler de soi-même, on avance et on recule aussi de peur de froisser les lecteurs. Il faut un peu de talent aussi pour faire revenir les lecteurs. Celui qui veut se confesser, peut le faire masqué. Bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 30/10/2008

Pas con ce billet-là, Ariaga... Le pensais que les psys en général étaient les nouveaux confesseurs... J'ai souvenir d'être allé à confesse, plusieurs fois en l'Eglise sainte-Marie de Taurize. Comme en Bretagne, les églises dans l'Aude sont vides ! Les commentaires en absolution... Pas faux tout ça... Pas faux !

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 31/10/2008

Pour moi, la confession, loin d'être un soulagement, a été une source de souffrance et d'anxiété, jusqu'à ce que je laisse tomber la pratique religieuse, à l'âge de 20 ans. J'étais d'une sensibilité à fleur de peau quand j'étais petite... il m'en reste encore des traces! Ma première expérience de la confession, un prêtre gros, impatient, m'a chicanée parce que j'avais oublié mon acte de contrition. Tous les premiers vendredis du mois, les soeurs nous emmenaient à la messe et à la confesse. Je m'accusais toujours des mêmes "terribles" péchés. J'y ajoutais le mensonge, alors que mon mensonge, c'était de m'accuser de mentir, histoire d'étoffer un peu ma courte liste de péchés... et le jour où je me suis accusée, vers l'âge de 10 ans, d'avoir touché et regardé les parties sexuelles de mon corps (tel qu'on le disait dans le petit catéchisme, section: Ce qu'il ne faut pas faire pour aller au ciel!), le prêtre, pourtant novice donc jeune, m'a dit... que j'avais perdu mon âme. Je me souviens de ma perplexité quand je suis revenue à mon banc... heureusement, je ne l'ai pas cru, je me suis dit que c'était impossible, ça ne se pouvait pas... Quand j'ai pu échapper au joug des religieuses de l'école primaire... je ne suis retournée à la confesse comme on disait (en langue des oiseaux: cons, fesses, bizarre!!!) une fois par année pour faire mes Pâques, et ne pas commettre de péché mortel. J'avais ça tellement en horreur que j'aurais voulu que le printemps n'arrive jamais... jusqu'à ce que je laisse complètement tomber ces rituels qui ne me donnaient vraiment plus rien. Après, comme je croyais tout de même en Dieu, du moins en une force supérieure à moi, je me suis mise à lire pour trouver ma voie. J'ai lu "Les grands initiés" qui était un bon départ, et après, j'ai lu Max Heindel (fraternité rosicrucienne), Aurobindo, et puis Carl Jung, Etienne Perrot, qui ont fait mes délices pendant bien des années et m'ont grandement aidée à trouver ma propre voie.
La confession... quel mauvais souvenir pour moi! Seul point positif, cette aversion profonde m'a poussée à chercher plus loin et plus profond... tout sert dans la vie!

Écrit par : Michelle | 16/05/2009

@ Michelle, je te comprends, cette obligation de raconter sa vie privée à un autre m'a été odieuse alors que j'étais très jeune. Merci pour ce témoignage qui permet de mieux te connaître.

Écrit par : ariaga | 16/05/2009

eh bien dis donc, moi qui avais t'ellement envie d'aller "au caté" lorsque j'étais enfant ..
Michelle a raison " tout sert dans la vie" (du moment qu'on "se sert" de toutes nos expériences :-))

Écrit par : ambre | 16/05/2009

Les psychologues ont pris le relais de la confesse.

Écrit par : consultation psychologue en ligne | 19/06/2009