UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La terre sans les humains | Page d'accueil | Mourir d'être une fleur »

27/01/2009

Ouvrir la grille de la prison

DSC02914_3_2.jpg

Les aléas de la vie ne me permettent pas de remplir en ce moment toutes mes "obligations" envers mon blog et mes liens mais je ne veux pas que le pauvre Athanor s'éteigne faute de combustible. Je vous propose donc aujourd'hui un texte de Graf Dürckheim (1896-1988) tiré d'un recueil de Rachel et Alphonse Goettmann (Dervy). Je le crois propice à la méditation et à la réflexion. Personnellement, il m'a montré chez moi des manques et une attitude loin d'être juste. Ariaga.

"Quoi qu'il fasse : marcher, s'asseoir, peler des pommes de terre, tricoter, ou la chose apparemment la plus superficielle...l'homme peut regarder en dedans et rester ouvert à la chance d'être touché par le divin ; aucune situation de la vie existentielle ne doit être fermeture ; on est mobilisé entièrement et continuellement. Mais seule l'attitude juste permet d'avancer et de mûrir sur ce chemin : cela est impossible si vous êtes crispés, épaules en l'air et contractées, ventre rentré et respiration de surface, décentré...toutes choses qui expriment à l'extérieur ce que vous êtes à l'intérieur : dominé par un petit moi arrogant, angoissé et solitaire. C'est une prison dont toutes les portes sont fermées ! Tant que le petit moi n'a pas fait sauter les verrous et quitté la place, aucun contact avec l'Être n'est possible."

 

Commentaires

bonjour chère Ariaga,

c'est pas souvent que je prends la parole rapidement mais la réflexion m'impose de le faire....

"quoiqu'il fasse ...... chance d'être touché par le divin"

je crois pour moi que cela impose d'être dans l'éternel "ICI et MAINTENANT" "le moment présent"
qui si nous nous efforçons de le mettre en pratique nous permet de vivre de belles choses y compris en épluchant les pommes de terre.

faire quelque chose , enfin, sans penser à rien d'autre , à ce que je vais faire dans 10 mn,
dire bonjour à l'autre et ne pas se sauver avant d'avoir la réponse,
l'entendre et non pas écouter en pensant à autre chose..

Ce n'est pas forcément facile mais de petits riens parfois nous changent la vie et nous donne une succession de petits bonheurs...

et si nous avons un peu de chance, de la patience et de la persévérance
le contact avec l'ETRE arrivera.

marie

Écrit par : mariedumonde | 27/01/2009

---> Très chère Ariaga,

L'on dit volontiers que dans chaque âme, il y a une parcelle de divin... Je le crois aussi... Et pourtant, j'aimerais savoir pourquoi j'ai toujours l'impression que si je m'adresse à l'une d'entre elles, elle ne sera pas là... Que seul le moi de la personne sera présent ! Ce qui est fort étrange et très pénalisant pour l'âme dont la nature est de vivre selon cette parcelle qui lui a été donnée...

Bien tendrement, Jack qui t'embrasse.

Écrit par : © Jack Maudelaire | 27/01/2009

La percée de l'Etre ou les étapes de la maturité, tu dois connaitre cet écrit alors...
pas facile à comprendre la gloire des ancêtres qui auréolent ce qui est ancien...bonne soirée Ariaga...

Écrit par : le Pierrot | 27/01/2009

Aujourd'hui, une même idée nous a rassemblés...(voir sur le chronophonix blog).
Amitiés
Michel

Écrit par : Michel | 27/01/2009

Vrai que le diamant non libéré de sa gangue peut sembler bien laid à l'oeil profane!

Un très bon sujet à méditer en effet chère Ariaga.

Écrit par : Kea | 27/01/2009

Merci Ariaga, pour cet extrait de Karlfried Graf Dürkeim dont la lecture de "le Centre de l'Etre" peut aider aussi à nous faire entendre et comprendre pourquoi il peut nous sembler si difficile, d'être "touché par le divin", même si nous y croyons avec force.
Dans le texte que tu nous proposes, la phrase : " si vous êtes crispés, épaules en l'air et contractées, ventre rentré et respiration de surface, décentré...TOUTES CHOSES QUI EXPRIMENT A L'EXTERIEUR CE QUE VOUS ETES A L'INTERIEUR : dominé par un petit moi arrogant, angoissé et solitaire"... est d'une importance capitale et appelle à être parfaitement entendue...
Parce qu'effectivement ce qui s'extériorise dans nos attitudes quotidiennes ne peut être autre chose que notre état intérieur...
C'est par là qu'il faut commencer, nettoyer l'intérieur. Et cette tâche incombe à chacun... Comment, avec un intérieur encombré de toutes sortes d'opinions, d'idées préconçues et de jugement qui s'entassent, la lumière du divin pourrait-elle trouver un chemin par où passer...
Observons-nous, nous-mêmes, avant que de juger autrui... d'autant que le jugement ne peut être autre chose que le reflet de cet encombrement intérieur...

Écrit par : Muttifree | 27/01/2009

Je suis athée et le divin pour moi est assez abstrait. On peut être un Homme assez complet, en ayant seulement appris et en appliquant ces mots: "Liberté-Egalité-Fraternité"

Bonne journée. Bises.

Écrit par : patriarch | 28/01/2009

C'est si juste, et pourtant si vite oublié. J'essaie de pratiquer le centrage (à ma sauce, je n'ai pas de maitre, seulement des souvenirs assez précis) dès que je crispe, patates ou autre, c'est très efficace. Il ne faudrait pas rester plié dedans, facile à dire.
Pour le divin, je ne me prononce pas, certains mots me dépassent.
Continue à te reposer, à faire ce que tu dois faire, nous veillons.

Écrit par : la Mère Castor | 28/01/2009

La grille est lourde, mais il suffit de charnières bien huilées pour l'ouvrir. Ne pas oublier de se déplier du dedans pour s'ouvrir au monde. Facile à dire et vite oublié, distraits que nous sommes.
Continue à te reposer, nous veillons.

Écrit par : la Mère Castor | 28/01/2009

Oulalala... Que de jolies petites leçons de morale bien apprises madameeeeuuu! C'est bien, très bien, le divin doit être proche enfin de vous dérober à l'humanité en vous lavant de l'intérieur de vos inquiétudes bien cachées. Ni vu, ni connu, seul dans son nombril et avec son nombril, que la vie est belle maintenant, hein?!!!
Bonnes continuations microbes éplorés par ce qui se passe à l'extérieur et qui vous préoccupe. Pourquoi? Vraiment? Votre ennui est donc si grand? Pardonnez-moi ma franchise!

Écrit par : Sentierre | 28/01/2009

Rien qu'en se promenant dans la nature, en s'abandonnant au plaisir d'être là sans penser à rien, il me semble que l'on se rapproche du divin ?

Écrit par : danae | 28/01/2009

C'est toujours ainsi lorsqu'on risque une tête hors des sentiers battus... il faut s'attendre à des réactions!

Est-il égocentrique de boire le l'eau lorsqu'on a soif?

Écrit par : Kea | 28/01/2009

Comme une projection, j'avais lu initialement "ouvrir les grilles de la passion" ! Sommes-nous en prison de nous-mêmes ? C'est possible mais si nous y sommes c'est que nous n'en sommes pas conscients et dès lors comment faire pour trouver la clé si la conscience de notre enfermement ne nous apparaît pas ?

Écrit par : Gicerilla | 29/01/2009

Vous passez des lignes et des heures dans la banalité et vous manquez totalement de compassion vous etes+normaux que normaux avec des momo de bobo

Écrit par : Sentierre | 29/01/2009

bonne nuit ariaga,

et n'oublie pas l'instant présent rien que l'instant présent... le blog il attendra ne t'inquiétes pas nous veillons...

énormes bisous et fortes pensées pour toi...

marie

Écrit par : mariedumonde | 29/01/2009

Ariaga, je n'ai pas lu l'article mais je dis à tes lecteurs et à toi que Sentierre qui renvoie les com. sur mon blog, ce n'est pas moi et je te remercie de me donner l'adresse IP de cette personne. Je t'embrasse. Loyalement. Chris.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 29/01/2009

Je lis ton article, après cette mauvais surprise qu'un pseudo peu aimable utilise mon blog en lien pour te déverser ses propres misères... Soit ! Je t'ai répondu en courriel. Tu vois, je relierais ton article avec la médecine chinoise traditionnelle : si l'humain n'a plus son contact primaire avec la nature, le corps dysfonctionne et effectivement cet humain-là ne peut être que replié sur lui, en repli, sans mouvement. Quand la nature reprend possession de lui, l'amorce est possible et en recevant les énergies, l'homme avance droit, le regard tourné dans les autres. Je t'embrasse. Prends soin de toi. Chris-Tian.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 29/01/2009

bonjour Ariaga,
Juste pour que tu saches que je passe te voir souvent, sans commenter .. aujourd'hui je te laisse un petit coucou
Je t'embrasse

Écrit par : ambre | 30/01/2009

ARIAGA à TOUS, je signale qu'un quidam qui a pour pseudo Santierre a donné comme adresse de blog celui de mon grand ami Chris-tian Vidal. Ce n'est absolument pas lui qui écrit et je lui ai communiqué l'IP du quidam à toutes fins utiles. On peut écrire ce que l'on veut au sujet de mon blog et de ma personne, d'ailleurs je n'ai même pa envisagé d'effacer, mais pas en se faisant passer pour un de mes amis.
Je ne peux toujours qu'assurer quelques textes et je vous remercie tous de votre fidélité car l'audience du blog n'a pas baissé. Cela fait vraiment plaisir. Bises à tous.

Écrit par : ariaga | 30/01/2009

Vous avez l'air bien sûr de vous! A propos je ne faisais que remettre en question les perrorages spiritualistes douteux

Écrit par : Sentierre | 31/01/2009

Pardon pour url faux, erreur de clavier

Écrit par : Sentierre | 31/01/2009

Bon week end Ariaga...

Écrit par : le Pierrot | 31/01/2009

je ne sais pas qui est derriere sentierre, s'il n'est pas content des perrorages spiritualistes qu'est ce qu'il fout ici, passes ton chemin , arrêtes toi ailleurs et n'usurpe pas l'identité de quelqu'un d'autre ou alors.....l'autre est très fort....
qui sait ?

le mat

Écrit par : mat | 31/01/2009

Le problème vient souvent des prisons que nous construisons nous-mêmes autour de nous et des verrous que nous fermons pour nous couper de tout...
Bonne journée lumineuse!

Écrit par : too banal | 03/02/2009