UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rêve du boulanger professeur de piano | Page d'accueil | Rêve du beau paysage vert »

09/04/2010

Elle était fleur

elle était fleur.jpg

Pour vous, amis, une petite bluette...

Elle était douce

Elle était mousse

Elle disait pouce

Mais c'était oui !

 

Elle était soie

Elle était joie

Rosée d'émoi

Et c'était Oui !

 

Elle était fleur

Coeur de couleur

bout d'une odeur

Elle était Oui !

 

Ariaga

Commentaires

Qu'elle est belle cette fleur, on dirait un papillon
et tes mots emplis de douceur sont un baume pour le coeur.
merci pour cela

Écrit par : Peau d'âme | 09/04/2010

J'aime quand tu es poète...et puis un grand merci pour ta réponse.
C'est beau oui, c'est beau aussi de n'être qu'une fleur.
Je t'embrasse belle Ariaga

Écrit par : Aslé | 09/04/2010

Belle et forte bluette, simple et sensible, et l’on se dit avec Ronsard : « Non ce flambeau qui tout le monde allume D'un bluetter qui lentement se fond.... » mais une braise plus certaine au cœur de soi.

Couleurs et transparence évoquant aussi bien le papillon que l’orchidée, peut-être, dont la langue des oiseaux pourrait dire : orchis-dé, divin orchis…

Écrit par : Amezeg | 09/04/2010

j'aime beaucoup cette petite bluette printanière ! bises douces Ariaga

Écrit par : lechantdupain | 09/04/2010

Oui, Oui, Ouiiiiiiiiiiiii !!!

C'est beau, c'est doux, c'est simple et donc, c'est magnifique... une bluette en trois haïku !!! J'adore ! :)

Bach Lan (prénom vietnamien) = orchidée blanche... le doux prénom de ma fille...

Tout plein de tendres bisous

Écrit par : Mutti | 10/04/2010

J'aime ta fleur
mais ne saurais te l'enlever
je répugne trop, non à partager
les beautés de ce monde
mais pour glisser à la ronde
en un si tendre billet
il faut non seulement de la faconde
et plus encore à te celer
mais j'ai tro peur
de ce que j'y pourrais trouver
si attirante même hésitante
voici l'heure de se retirer
et j'y joindrait le moment venu
d'autres attraits

Écrit par : Thierry | 10/04/2010

comme c'est beau et doux et léger !
j'aime Ariaga poète !!!!

Écrit par : ambre | 10/04/2010

@ Peau d'âme, merci pour le papillon il est doux à man âme...

Écrit par : ariaga | 10/04/2010

@ amezeg la langue des oiseaux me parle beaucoup et dans les rêves je trouve qu'elle est très utile alors merci pour cette divine orchidée...

Écrit par : ariaga | 10/04/2010

@ Aslé, je voudrais bien, princesse, être plus souvent poète mais pour cela il faut que l'inspiration descende.

Écrit par : ariaga | 10/04/2010

Orchidée ne figurait pas dans le texte de la bluette et il n’est pas question de rêve, mais cette fleur évoque vraiment une orchidée, et qu’une fleur s’appelle Orchis-dé, soit : testicule divin, en langue des oiseaux, ne peut manquer d’évoquer pour moi l’Hermaphrodite (ou Androgyne) né de l’union des contraires. L’image, en la regardant bien, montre l’ombre portée ou le reflet du « papillon jaune et rouge» sur l’espèce de phallus blanc qui semble venir dans le creux de la fleur. Quant au papillon, il me semble tout à fait bienvenu en la circonstance.

Écrit par : Amezeg | 10/04/2010

bonjour chère Ariaga,
merci pour le bouquet de douceur,c'est magnifique la photo aussi.C'est transparente comme un fluide beau rêve au centre de l'univers de l'existence.

merci.
belle journée magique.

ps. actuellement j'espère que mon commentaire ne soit pas trop abstrait.

Pour rire je vais dire exactement ce que j'ai pensé autrement. C'était-Ariaga n'était pas abusée! elle vient d'une vie harmonieuse si non elle ne serait pas capable de donner ces cadeaux..

Écrit par : crederae | 11/04/2010

Ho que c'est joli cela Ariaga, tu fais dans la douce tendresse, j'aime bien...hier soir carnaval, 500 clichés, de la folie, super ambiance de ouf...j'y retourne toute la journée, en plus ciel bleu, c'est cool...bise, bon dimanche...

Écrit par : le Pierrot | 11/04/2010

Elle EST fleur ...
Encore et toujours en soif de vie et de caresses ;-))

Écrit par : Kaïkan | 11/04/2010

@ Amezeg, les testicules divins, pour ce beau Dimanche ensoleillé, alors que les oiseaux s'en donnent à coeur joie dans le jardin des philosophes, c'est très poétique...

Écrit par : ariaga | 11/04/2010

@ Ambre, je te dis la même chose qu'à Aslé et aussi merci.

@ lechantdupain, je te mettrai mes bluettes dans un petit sac pour que tu les emportes dans les étoiles.

Écrit par : ariaga | 11/04/2010

@ Mutti, doucement amie, je sens ma tête et mes chevilles qui gonflent !

Écrit par : ariaga | 11/04/2010

@ Thierry, tu es un véritable troubadour et si j'étais une jeune femme je t'aurais donné mon écharpe.

Écrit par : ariaga | 11/04/2010

J’essaye de me pardonner ce commentaire iconoclaste en me rappelant que « poésie » a pour sens premier « création », mais je ne suis pas sûr d’y arriver… ! Je dois me faire vieux, le passage impromptu du commentaire de rêves à la lecture poétique exige peut-être trop de souplesse de mes vieux aiguillages rouillés et les parallèles, imaginés ou non, de l’un à l’autre sont alors tentants. Hélas !!

Écrit par : Amezeg | 11/04/2010

@ Si on fait un concours entre nous deux pour savoir lequel est le plus vieux et rouillé" je ne suis pas certaine que tu gagnes...

Écrit par : ariaga | 11/04/2010

< Amezeg . : si tous les rouillés du monde gardent cette poésie, c 'est bonheur au temps qui passe ;-))

Écrit par : Kaïkan | 11/04/2010

Alors, je lève ma coupe de dégrippant chymique ou eau de jouvence à l’assouplissement et aux joyeuses cabrioles de l’une comme de l’autre dans le jardin des philosophes. Tchin !

Écrit par : Amezeg | 11/04/2010

Sa sert surement a rien mais ça me fait penser a un fil avec qui je discuté qui laisse un parfum d'amitié^^

Écrit par : Charles | 11/04/2010

Quand on vit sur les berges de la Garonne au pays des Volques Tectosages on a certes quelques influences des trouvères d'autrefois et l'académie des jeux floraux contribue à entretenir un esprit et un parfum de violette
qui sans être impérial est comtal, si fleurette m'était contée, à dompter les mots il y a quelques risques mais tout finit bien quand ils sont doux.

Écrit par : Thierry | 11/04/2010

toute ouïe

bises

frédéric

Écrit par : frédéric | 12/04/2010

bonjour chère Ariaga-et j'aurais du dit si nous sommes abusés ou affligé c'est guérissant d'admirer vos fleurs et aussi c'est une bonne thérapie de faire l'art comme cela si nous sommes affligés parceque moi je trouve quand on fait l'art c'est bon pour être honnête et montrez nos conflits la violence etc. mais il faut terminer avec le positive.

J'ai vu votre album de photo -magnifique. Je vais retourner encore.

belle journée magique.

Écrit par : crederae | 12/04/2010

oui Ariaga je l'ai constaté maintes fois, parfois on dirait que le stylo écrit tout seul, indépendamment de soi.. d'où vient l'inspiration ?
Souhaitons en tout cas qu'elle te saisisse encore souvent :-)
Prends bien soin de toi
je t'Ambr'asse jolie poète :-)

Écrit par : ambre | 12/04/2010

De la poésie à fleur d'âme ... j'aime ... merci

et merci pour vos douceurs déposées en un coin de ma demeure...

Écrit par : Maria-D | 12/04/2010

@ Kaikan: « c 'est bonheur au temps qui passe », quelle délicieuse expression ! je la tourne en bouche, et en boucle, et ne m’en lasse pas :-)
Je ne serais pas surpris qu’elle me vienne un jour sur la langue, à l’improviste…

Écrit par : Amezeg | 12/04/2010

@ Amezeg, quelle bonne idée d'aller faire des cabrioles imaginaires dans le jardin des philosophes, c'est joyeux !

Écrit par : ariaga | 13/04/2010

@ Le pierrot, cela fait du bien de donner dans la douce tendresse, surtout quand la vie est difficile. Tes photos du carnaval sont très belles et réchauffent le coeur.

Écrit par : ariaga | 13/04/2010

@ Crederae, merci pour tous tes commentaires. ils expriment beaucoup de sensibilité et aussi leur forme est d'une poésie un peu "décalée" que j'aime beaucoup. Ta langue "vernaculaire" n'est peut-être pas le français et cela donne une forme un peu surréaliste très originale. Merci de participer activement aux travaux du laboratoire.

Écrit par : ariaga | 13/04/2010

@ Ambre, oui l'inspiration vient toute seule, sans cela ce n'est pas de l'inspiration mais elle est quand même nourrie de tout un acquis qui se met en place inconsciemment.

Écrit par : ariaga | 13/04/2010

@ Maria D, les douceurs étaient méritées. J'ai découvert ton blog via Kaïkan et j'ai trouvé tes sentiers poétiques originaux et offerts comme des bouquets.

Écrit par : ariaga | 13/04/2010

la douceur

en fleur ...

Écrit par : pseud | 14/04/2010

Ce n'est pas un Cattleya
Ouf!
Pas comme chez Proust et son fameux "Faire cattleya"!

Écrit par : jeandler | 14/04/2010

Le langage des fleurs est empli de symbolisme.

Écrit par : jeandler | 14/04/2010

@ Jeandler, j'ai la honte de t'avouer, discrètement, à la fin des commentaires que Proust m'a toujours profondément ennuyée. En plus je suis une grosse menteuse car je n'ai même pas honte !

Écrit par : ariaga | 14/04/2010

@ pseud, la douceur en fleur, la douceur bonheur d'oublier l'heure...

Écrit par : ariaga | 18/04/2010