UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Elle était fleur | Page d'accueil | Koan de l'autre visage dans le miroir »

13/04/2010

Rêve du beau paysage vert

Dans le jardin exotique de Roscoff.jpg

Rêve 2

La rêveuse et son mari sont dans un beau paysage vert où un petit garçon à l'habitude de leur apporter des petits cadeaux (fleurs, cailloux, etc). Ce jour là il apporte des oeufs dans du papier d'emballage grossier. La Rêveuse en casse deux. L'enfant dit : "Si tu veux aller en chercher d'autres, je te dirai où les trouver". Elle lui donne alors une vieille grosse pièce de cinq francs pour acheter des bonbons. Il y a un autre cadeau : une corbeille-cage dans laquelle on peut fouiller et où il y a des conserves de luxe.

Si je propose les rêves en tête des notes c'est pour que vous puissiez les lire et vous faire une idée, sans être influencés par mon interprétation que vous pouvez, à la limite, vous dispenser de lire. Ce qui m'intéresse ce sont vos réactions car l'interprétation d'un rêve est sans limite. C'est d'ailleurs pourquoi, aujourd'hui, je serai assez brève sur l'"histoire" car je voudrais privilégier la symbolique alchimique. Il faut bien que je me fasse plaisir et vous avez probablement deviné vers où penche ma passion.

La représentation de l'inconscient

Ici, la nature, un de thèmes essentiels de la série, est le lieu de l'action. Cela est confirmé par les cadeaux de cette nature, fleurs, cailloux. La présence discrète du mari du rêve initial perdure.

Encore un enfant, mais la petite fille du rêve précédent est un petit garçon, l'autre face de cet enfant intérieur, et aussi une manifestation de la dualité de la psyché.

Le papier d'emballage grossier du cadeau, pourrait être la persona, le masque que nous portons devant la société. Â l'intérieur, si on déballe le paquet il y a notre véritable visage que nous offre le discours du rêve.

Les oeufs m'intéressent surtout sur le plan alchimique mais il est intéressant que la rêveuse en casse deux, ce qui pourrait signifier que la dualité peut être cassée. Le fait que l'enfant dise qu'il connaiît un endroit où on peut trouver d'autres oeufs, l'oeuf ayant alors le sens de rénovation, renaissance, nouveau cycle, me semble une invitation à l'analyse mais il faudra du temps et des épreuves pour que la Rêveuse entreprenne ce travail.

Le nombre cinq est ici, je pense, une précoce annonce de l'union des contraires en tant que somme (2+3) du pair féminin et de l'impair masculin.

Enfin, je pense qu'il est donné à la Rêveuse la permission de fouiller dans la cage corbeille de l'inconscient. Il y à là de riches éléments, des cadeaux précieux pour elle, le fait de rêver étant déjà un cadeau.

Il y aurait encore beaucoup à dire...

La symbolique alchimique

Ce rêve se situe en pleine nature, dans un beau paysage vert. Le vert est une couleur "passagère" entre les quatre principales que prend la matière pendant le Grand Oeuvre. Elle marque" l'animation et la végétation de la matière" et serait une étape intermédiaire entre la nigredo, l'oeuvre au noir et l'albedo, l'oeuvre au blanc, au moment où se produit l'expérience du règne végétal et animal.  Le petit garçon représente une première allusion, assez claire, à l'enfant des philosophes hermétiques. Il apporte comme cadeau des cailloux, un rappel du rêve initial, et, pour la première fois dans la série arrive l'oeuf.

Les oeufs sont au centre de tout un réseau de résurgences d'une philosophie alchimique dépassant le cadre de la pensée courante chez les "chymistes" vulgaires du Moyen Âge. Ceux ci pensaient, en effet, que" l'Oeuf des philosophes" était le contenant dans lequel ils enfermaient leur matière pour la cuire et l'iconographie reflète souvent cette vision. Mais, comme l'explique Pernéty dans son Dictionnaire Mytho Hermetique (1758) le terme "oeuf des philosophes" concerne non le contenant mais le contenu. La coquille de l'oeuf enferme une totalité en gestation et Pernéty écrit: "Cette matière est appelée oeuf, parce que rien ne ressemble mieux à la conception et à l'enfantement de l'enfant dans le ventre de sa mère, et à la génération des poulets que les opérations du magistère, et de la pierre philosophale." On assiste donc ici à la mise en place, qui se vérifiera dans des rêves ultérieurs, du paralléle entre l'oeuvre et la grossesse.

La grosse pièce de cinq francs fait intervenir le nombre cinq qui dans la symbolique alchimique est le nombre de la quintessence. Cela conforte l'idée d'une concordance entre les phases du processus alchimique et l'oeuvre de la Nature : la naissance d'un enfant. En effet, ce nombre est considéré comme celui de la vie, de la créature et de l'incarnation.

Le fait que l'enfant apporte aussi des conserves dans une cage corbeille montre que des thèmes très anciens, enfouis, enfermés, seront véhiculés par la série. Un exemple : c'était dans des corbeiles que l'on portait les substances sacrées au cours des processions des Mystères antiques.

Nous savons donc, avec ce rêve, que la Rêveuse va devoir se livrer à l'oeuvre de la conjonction des oposés pour que naisse l''enfant" des philosophes. Une fois encore, il lui est annoncé qu'elle sera aidée, même si elle casse des oeufs, puisque l'enfant guide lui dit : Si tu veux aller en chercher d'autres je te dirai où les trouver.

Là aussi il y a encore beaucoup à dire mais les rêves suivants s'en chargeront...

Ariaga




Commentaires

Je ne sais si je rêve, mais je n'en ai jamais souvenir. Alors pas moyen d'analyser quoique ce soit !!!


Bonne journée et bises.

Écrit par : patriarch | 13/04/2010

Voici, pour l’heure, l’histoire que je me raconte à propos de ce rêve. Hypothèse, projection, allez savoir…?
Une certaine union déjà présente du masculin et du féminin, le couple adulte, se trouve dans une situation de croissance, de renouvellement, d’évolution comme pourrait le suggérer cette verdure. Le petit garçon est comme une jeune pousse de cette croissance intérieure, une jeune pousse de ce couple qui leur apporte du sang neuf, de la sève neuve, ou les divers éléments que celle-ci transporte depuis la profondeur. Les œufs sont des germes de quelque chose de nouveau qui se propose à la conscience. Ce qui passe de l’inconscient à la conscience se présente souvent d’abord sous forme double, exprimant ainsi l’ambiguïté d’une réalité qui est encore de part et d’autre : toujours un peu dans l’inconscient et déjà peu ou prou dans la conscience. Le papier d’emballage grossier peut suggérer qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences, les choses importantes se présentent parfois sans la délicatesse ou le raffinement que nous souhaiterions ou que nous avions imaginé pour elles. La rêveuse en casse deux, c’est sans doute ce qu’il fallait faire : les mettre à jour, ce qui encourage le mouvement d’évolution puisque le petit garçon lui propose alors son aide pour en trouver d’autres. Dans le rêve d’une femme un jeune garçon représente souvent, d’après Marie Louise von Franz, une capacité d’action. Ici, une capacité d’action alchimique d’enrichissement de la conscience. Il y a une action en retour, l’échange n’est pas à sens unique : la femme nourrit l’action (le petit garçon) en lui « fournissant » des bonbons, de la douceur, de la saveur, de l’affection, une reconnaissance de ce qu’il est pour elle. Et pour le faire la femme se place « sous le patronage » de la quintessence recherchée symbolisée par la pièce de cinq francs : c’est vraiment fait pour la bonne cause !!

Écrit par : Amezeg | 13/04/2010

Faute de frappe - Il faut lire dans mon commentaire :
Une certaine union déjà présente du masculin et du féminin, le couple adulte, se trouve DANS UNE situation de croissance

Écrit par : Amezeg | 13/04/2010

@ Amezeg, l'histoire que tu te racontes est celle d'un très bon interprète de rêves. J'ai eu raison d'épargner mon dos douloureux et de compter sur les participants à ce travail du laboratoire pour enrichir mon travail.
Un détail pour un de tes commentaires, il faut écrire Kaïkan et non Häikan. Veux tu que je corrige ?

Écrit par : ariaga | 13/04/2010

Merci pour l’approbation, Ariaga.
Oui, je veux bien que tu corriges pour Haïkan, j’avais l’intention de rectifier, mais le temps passe et l’oubli vient vite. (J’ai non seulement les aiguillages grinçants, mais mon oeil de lynx n’est plus tout à fait ce qu’il fut...Alors, les trémas n’en font plus qu’à leur (double) tête. :-)

Écrit par : Amezeg | 13/04/2010

Je ne sais pas trop, déjà mes propres rêves je n’ose pas trop les interpréter, mais ça me fait penser à un rêve d’il n’y pas si longtemps et dans lequel il y avait une pièce de cinquante centimes…en franc dans mon porte-monnaie, et voilà je ne savais pas si elle paierait mon café… mais de toute manière dans mon rêve je suis partie sans payer parce que le garçon me rendait la monnaie sur le compte de quelqu’un d’autre et qu’il était si embêté de ne pas comprendre que ce n’était pas moi qui avais commandé un café décaféiné…
Voilà c’est assez bête…
Mais ça m’a marqué ce rêve…
Je t’embrasse ma belle Ariaga

Écrit par : Aslé | 13/04/2010

Le monde à l'envers ! c'est l'enfant qui offre les oeufs de Pâques à ses parents...
Du côté de l'alchimie, la vieille grosse pièce de 5 francs n'est-elle pas en argent ? métal lunaire (la pièce d'argent : une pleine lune ?) qui confirme à la fois l'aspect affectif, cyclique et fécond.

Amezeg nous conte une très convaincante interprétation du rêve, qui associée aux pistes données par Ariaga, offre un bien riche panel de sens. Intellectuellement et émotionnellement réjouissant de vous lire. Cela donne un exemple pratique de la profusion symbolique de certains rêves, richesse qu'il faut tout de même prendre le soin d'aller voir de plus près pour qu'elle apparaisse.

Aux lecteurs qui n'ont pas souvenir de leurs rêves, peut-être est-il possible de rappeler que (sauf prises de médicaments ou troubles particuliers) nos rêves nous restent en mémoire si nous leur portons attention, si nous aimons visiter la cave et le grenier de notre vie intérieure.

Écrit par : Arianil | 13/04/2010

Eh eh après tous ces propos bien savants je me dis que pour faire une omelette il faut casser des œufs... Bon si ma remarque tombe sur le plat ce n'est pas grave, je préfère les œufs durs... :) Bisous Ariaga

Écrit par : lechantdupain | 13/04/2010

Mon commentaire est parti trop vite et bien confus, voici -aussi confus, sûrement, pour parodier Devos, on ne peut pas être plus con fus ;) -

Question alchimie, ce rêve semble vraiment le Grand Oeuvre en réalisation
La rêveuse et son mari sont présents, nous sommes prêts (près) des noces alchymiques
et cet enfant intérieur qui apporte en effet l'oeuf philosophal, encore faut il LE trouver, trop simple s'il n'y en avait qu'un, il faut FOUILLER (alors qu'il n'est pas dit que le lieu où on peut en trouver d'autres soit dans le panier - tiens au fait le panier, n'est ce pas ce récipient où
on met le "pane" le pain ;) )

C'est du mercure ou de l'argent qu'on injecte pour obtenir le rebis ?
5 en tout cas, c'est le nombre de l'humain qui est bon, plutôt deux fois qu'une, dans le cas présent ;))

tout cela me fait penser quand je faisais ma BD, le passage des différents Oeuvres
http://chretienrosacruz.canalblog.com/
http://goo.gl/X6bg
http://goo.gl/KveV

ton blog et ta présence, avait été un soutien pour ces qqs mots et dessins

je t'embrasse

frédéric

Écrit par : frédéric | 14/04/2010

Ton beau paysage vert me fait rêver ... le jour ! Bises Ariaga

Écrit par : danae | 14/04/2010

le panier et les œufs m'ont fait penser à Moïse, et l'image verte donne envie de plonger là et de ne plus bouger.

Écrit par : la Mère Castor | 14/04/2010

Bonne semaine et merci pour ce dépaysement. Pascal.

Écrit par : Djemaa | 14/04/2010

À propos des conserves de luxe, elles évoquent des « réserves » inconscientes de grande valeur qui pourraient venir enrichir la conscience. Si, de plus, le mot luxe est prononcé dans le rêve (en français) ou s’il est indiqué de façon précise dans le rêve, on pense aussitôt au latin lux (lucis) qui signifie lumière : la lumière – de conscience – peut sortir des ténèbres où elle se trouve scellée moyennant le travail d’ouverture produit par la quête de soi, par le travail d’exploration de l’inconnu (on peut fouiller la corbeille-cage, dit le rêve) de la personne en quête.

Écrit par : Amezeg | 14/04/2010

La corbeille-cage offre et enferme (ou retient) ce qu’elle contient. De même, l’inconscient, la profondeur en nous, offre des manifestations que nous pouvons cueillir par l’ouverture proposée : des rêves, des imaginations, etc. Mais cette profondeur retient et emprisonne également ses contenus car nous n’y avons pas accès directement et à volonté comme pour les contenus de notre conscience. La cage corbeille est donc peut-être une image de cette ambivalence de l’inconscient : accessible et non accessible à la fois, ouvert et fermé, selon notre façon de nous placer vis à vis de lui.

Écrit par : Amezeg | 14/04/2010

@ Aslé, il n'y a jamais rien de bête, princesse, dans les rêves et je pense que le tien avec cette pièce en ancien francs ne manque pas de sens. Tu n'as pas besoin d'analyser tes rêves mais les "contempler" longuement comme un tableau ne peut que te faire du bien. Et si tu le fais il est possible que l'explication du rêve soit donné par un rêve ultérieur.

Écrit par : ariaga | 14/04/2010

@ Patriarch, je te renvoie à ce que dit Arianil à la fin de son commentaire. Peut-être ne veux tu pas assez fort te souvenir...

Écrit par : ariaga | 14/04/2010

@ Arianil, c'est vrai que la richesse symbolique onirique est immense. C'est normal puisqu'elle repose sur le socle de tout l'inconscient personnel, familial, historique, collectif, et j'en passe. Pour ce qui est de la pièce elle est en argent si tu veux. C'est ce que j'aime dans ce travail fait "en groupe", on peut rêver sur le rêve. En effet, ce que dit Amezeg est très intéressant et, alors que je ne le connais pas du tout personnellement, il devient un précieux collaborateur du laboratoire.

Écrit par : ariaga | 14/04/2010

Bonjour chère Ariaga, merci pour la magnifique photo en rêve éternel.Je voulais dire vert éternel mais je ne crois pas que c'était une erreur ha ha c'est poutant une idée de l'inconscient oui le rêve en totalité c'est le grand plan de l'univers et chacun partage.


Merci pour l'inspirante interprétation.-Encore j'ai appris.

Franchement j'avais des rêves violents et j'ai lu que si, avant de nous endormir on se dit de oublier nos rêves bien cela arrivera et c'est arrivé pour moi.La vie manque cette richesse des rêves mais je fais l'art alors c'est aussi comme un rêve.

Grand merci pour avoir apprécié mes commentaires.Si je suis inspirée quelquefois j'écris un peu de la poésie dans mes commentaires.
Je suis très contente d'avoir découvert ton blog. Je ne suis pas alchimiste, mais vraiment je trouve le filon de l'or ici.

Encore merci pour le commentaire sur mes coms.Je parle anglais et français mais il faut que je dise je suis aussi surréaliste en anglais que en français ha ha. J'ai beaucoup ri à cela mais je vois le fil d'or là.merci tu es tellement gentille.

a bientôt chère Ariaga.
merci.
belle journée magique sans doute.

Écrit par : crederae | 15/04/2010

C’est un beau rêve, plaisant et régénérant a lire
Le jardin, la verdure, me fait penser au jardin d’éden, a celui de la création, et l’enfant celui qui apporte les cadeaux est donc celui qui fait le lien entre le jardin et le couple, et qui permet la découverte des cadeaux peut être par son regard « neuf », les œufs emballé dans un papier grossier, des potentiels de vie, de naissance, de création enfin quelque chose comme ca, le fait de casser des œufs, cela me fait penser a l’expression « l’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », amène l’enfant a dire si tu en veux d’autre je te dirais ou en trouver donc finalement a d’autre potentiel. (Sinon peut être je ne sais une autre idée c’est casser les « eux » dans l’emballage, la persona et puis en chercher d’autre)
Dans la corbeille les conserve de lux, cela me fait penser au lux la lumière, conserver la lumière.
Je t’embrasse Ariaga,
Belle et lumineuse journée

Écrit par : Peau d'âme | 15/04/2010

Un œuf de couleur pour y conserver le soleil,
Un peu de soi doré à la lumière de l'enfance,
Rien n'est peut-être jamais perdu...

Bises oniriques, chère Ariaga

Écrit par : Sophie | 15/04/2010

@ Lechantdupain, je crois que c'est souvent en faisant de l'humour que l'on dit les choses les plus intéressantes. On ne fait pas une omelette dans casser des oeufs et le travail d'analyse n'est il pas finalement de casser les différentes carapaces qui nous empêchent d'arriver au centre.

Écrit par : ariaga | 15/04/2010

@ Danae, c'est bien tu nous fais du "rêve éveillé", écris les et tu nous fera encore un joli livre. Merci pour ce joli commentaire.

Écrit par : ariaga | 15/04/2010

Merci Ariaga d'accepter mon commentaire, je redoutais un peu l'effet qu'il allait avoir. En effet il faut casser bien des coquilles et sans en avoir l'air je parlais aussi de mon ressenti ;) Bises pour toi !

Écrit par : lechantdupain | 15/04/2010

Une corbeille cage ...
un papier d'emballage
et un oeuf ou deux
un peu plus si l'on veut
entre les feuillets
un paquet de rêves
un poisson d'argent
et une piécette d'or
pierres de sortilèges
poèmes célestes
et l'eau de la source .... .... ... de vérité.... ... ....

Écrit par : Maria-D | 15/04/2010

@ Maria-D,c'est superbe, ce que je viens de lire. Ouvrir Athanor-Ordinateur et trouver une belle poésie, si bien dans le sens du rêve, que demander de plus....

Écrit par : ariaga | 15/04/2010

@ Frédéric, j'ai beaucoup apprécié tes dessins et j'espère que des curieux iront les voir. Tout à fait d'accord pour le fait que le processus de réalisation du l'Oeuvre est en marche mais je crois qu'il y a encore du chemin, trop d'oeufs et de la casse !

Écrit par : ariaga | 15/04/2010

oups, désolée pour les répétions, je n'avais pas lu les commentaires précèdent avant de poster le mien je ne les relis que maintenant.
j'ai l'air un peu cruche !!

Écrit par : peau d'âme | 15/04/2010

@ La mère Castor, oui, mais, pareil pour Frédéric, ce n'est pas un panier mais une "corbeille cage" a écrit la Rêveuse qui notait ses rêves avec pas mal de précision. Et si on voyait, avec de la langue des oiseaux, le corps bel en cage, ce qui serait une allusion au corps de la rêveuse qu'elle à tendance à mépriser, à garder en cage. Un refus de 'incarnation. c'est juste une proposition...

Écrit par : ariaga | 15/04/2010

@ Peau d'âme, d'abord il y a de très belles cruches, celles en grès en particulier, et puis les répétitions cela ma plait car cela me montre que des lignes (Jung appelle cela des rayons de signification) fortes se dégagent du rêve.

Écrit par : ariaga | 15/04/2010

Et les rêves ici me fascinent parceque il y a beaucoup de sortes de rêve de la vie- comme en l'art etj'écris les histoires et sans doute il y a les symboles là pour analyser et aussi ces analyses montrent la structure de la psyché.Aussi mes propres expériences de la clairvoyance et la télépathie me fascinent. Tout le monde a ces expériences et c'est tout comme un rêve.

Quand j'essaie par un effort conscient d'analyser ces situations bien ça m'échappe, c'est comme essayer d'attraper les rayons c'est si glissant et éphémere mais peut-être c'est plus relier au symboles que je pense.

à bientôt chère Ariaga,

Écrit par : crederae | 15/04/2010

Sachant désormais que la rêveuse tient son corps en piètre estime, et que la corbeille-cage dirait peut-être : corps bel en cage, un esprit malicieux m’a soufflé de soumettre aussi « conserves de luxe » à la lumière iconoclaste de la langue des oiseaux, sachant qu’elles sont étroitement associées au dit « corps bel en cage ». Je n’ai pu résister à cette suggestion de l’esprit malicieux et… je laisse à chacun-e les joies de la découverte ornithophilologique (Ornithophilologie étant, d’après Étienne Perrot, le nom savant de la langue des oiseaux)
P.S. Les traditions nous rappellent que l’union des esprits et l’union des corps se font écho, et que la lumière surgit des ténèbres, qu’une caverne ou une grotte peuvent l’abriter.

Écrit par : Amezeg | 15/04/2010

Bonjour encore chèreAriaga,Et aussi une autre petite idée-j'ai une petite idée maintenant de ce qu'il y a dans le panier du petit chaperon rouge ha ha!

Écrit par : crederae | 16/04/2010

C'est temps-ci, endormie ou éveillée, je ne rêvais que de vert et de campagne... rien d'autre... dans une heure à peine je prendrais la route et dans trois heure je serais, ici et maintenant partout ;) ... dans un endroit aussi frais et beau que cette magnifique photo... peut-être rêverais-je de fées dansant sous l'aulne près de la mare où les grenouilles chantent peut-être déjà ... couaaa ? - Si si, elles chantent !!!
Voilà, je ne pouvais partir sans te faire un doux bisous... A bientôt Amie

Écrit par : Muttifree | 16/04/2010

ARIAGA à TOUS, en ce moment ma connexion à internet est des plus fantaisiste. Rien de toute la matinée. Si, à un moment vous êtes sans nouvelles de moi ne soyez pas étonnés et gardez les clefs du Laboratoire. Je vous embrasse amis connus et inconnus.

Écrit par : ariaga | 16/04/2010

@ Amezeg, je n'avais pas pensé, mon esprit étant peut être moins malicieux (où alors je me retiens !)que le tien à jouer avec conserves de luxe en langue des oiseaux. Je suis arrivée à de grands amusements mais moi aussi je laisse à chacun le soin de jouer avec les mots et les sonorités.

Écrit par : ariaga | 16/04/2010

Je m’en suis paresseusement tenu, Ariaga, à ce qui me venait aussitôt à l’oreille et je ne doute pas qu’une fois lâché, cet esprit tien ne t’ait mis sur la piste de compréhensions subtiles et délicates qui auront échappé à ma grosse truffe masculine, tant les femmes on parfois l’avantage en ce domaine de la vie intérieure, de ses mystères, de son langage. Ce qui n’est pas dire, bien sûr, que les hommes en soient incapables : Etienne Perrot ou Jung sont là pour nous le rappeler, mais il y a certaines finesses ou certaines approches qui semblent avoir davantage d’affinités avec l’esprit des femmes. Les hommes ayant peut-être, ici ou là, d’autres atouts dans leur jeu.

Écrit par : Amezeg | 16/04/2010

@ Pascal Djemaa, merci de ta visite. J'ai été voir ton blog sur le cinéma et j'y ai pris beaucoup de plaisir. Il faudrait plus d'une vie avec les obligations du quotidien pour épuiser la richesse des blogs de ceux qui laissent des commentaires. Je regrette de ne pas pouvoir y passer plus de temps.

Écrit par : ariaga | 18/04/2010

@ Peau d'âme, merci pour ton commentaire. Je ne me répéterai pas tu sais combien je les trouve intéressants et spontanés. J'aime bien la proposition du casse les "eux". J'y verrai aussi casser l'image que nous présentons à eux, au autres. nous pensons de la même manière au sujet de la persona.

Écrit par : ariaga | 18/04/2010

@ Sophie, voilà une poétique manière de déposer tes mots dans la boite aux lettres du laboratoire. Merci.

Écrit par : ariaga | 18/04/2010

@ Crederae, comme cela tu sais ce qu'il y a dans le panier du petit chaperon rouge ? Je voudrais bien savoir moi aussi ...
merci pour tes interventions pleine de poésie et d'imprévu. Je ne réponds pas à chaque fois car comme je l'ai déjà dit à Amezeg, tes mots se suffisent à eux mêmes.

Écrit par : ariaga | 18/04/2010

@ Muttifree, je te souhaite des rêves féeriques, des grenouilles amoureuses, de baigner dans le vert et encore plein de bonnes choses qui dépassent mon imagination !

Écrit par : ariaga | 18/04/2010

Bien joli rêve encore, bien dessiné et précis. La lecture de tes rêves et les commentaires que tu en fais, ainsi que d'autres, m'interpellent à bien des égards, mais il faut que cette interpellation murisse encore avant d'en faire état.

Qu'est-ce donc qu'une "corbeille cage" ? Je pense à une cage construite en osier tressé. Une sorte de grande cage à oiseau en fait ce qui s'assortit bien avec les œufs.
Je me souviens d'un rêve dans lequel je trouvais une "pièce à secret". Il s'agissait d'une pièce de monnaie mais elle avait quelque chose de spécial, elle contenait un secret. Ce mystère est toujours entier aujourd'hui.
Au rêve suivant.

Écrit par : jean | 22/04/2010

Bonsoir Ariaga,
tes texte sont passionnants ainsi que certains commentaires ...
Un mariage savant de la psychologie et de l'alchimie, une véritable disciple de Jung
Bon week end
Amitiés
Daniel

Écrit par : bichon39 | 23/04/2010