UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le rêve de la cage à fauves | Page d'accueil | La femme buvard »

07/10/2010

Le temps des origines

 

Le temps des origines.jpg

Illustration *MEL* Blog de nuit, à laquelle je dédie cette petite poésie.

 

C'était au temps des origines

C'était au temps des androgynes

Tu étais Elle et j'étais Il

Tu étais Il et j'étais Elle

Et nous n'avions qu'un coeur pour deux.

 

C'était au temps de l'oeuf cosmique

C'était au temps du vase unique

Et maintenant  oh mon amour

J'attends tellement le retour ...

Ariaga

 

 

Commentaires

J'ouvre tes commentaires pour saluer ici le talent de Mel dans ses créations et le tien, Ariaga, dans ton accompagnement poétique.
Un bien beau duo avec un coeur à l'unisson auquel je me joins bien volontiers. Bises à toutes les deux.

Écrit par : danae | 07/10/2010

Selon Fathia Nasr ( http://www.fathianasrartculture.com/article-28859086.html ):

Rabia Al-Adawiya (717-801 apr. J.C.) est considérée comme une mystique des plus importantes de l’islam (soufisme). C’est en poèmes qu’elle exprimait sa spiritualité. Voici quelques paroles et poèmes de la très célèbre sainte musulmane Rabi'a El 'Adawiya - Qu'Allah l'enveloppe de Sa Douce Miséricorde.

*********

" Mon Dieu tous ce que Tu me destines des biens de ce monde, donne le à Tes ennemis, et tous ce que Tu me réserves dans le Paradis distribue le à Tes fidèles... Car c'est Toi seul que je cherche ! "

*********

"Mon Dieu si je t'adore par crainte de Ton Enfer, brûle moi dans ses flammes !

Et si je t'adore par convoitise de Ton Paradis, prive m'en ! Je ne t'adore que pour Toi car tu mérites l'adoration. Alors ne me refuse pas la contemplation de Ta face impérissable !"

*********

"Mon Dieu, maintenant que tous est devenu calme et que dans la quiétude de la nuit, chaque amant se retire avec son bien aimé, me voici à Toi.

Je demeure entre Tes mains.

Ô ! Bien aimé, permets que ma solitude avec Toi, cette nuit, serve à me sauver de l'Enfer dans l'Au delà ! "

*********

"Mon Dieu, la nuit s'en est allée et le jour resplendit. Je voudrais savoir si Tu as accepté ma nuit, en quel cas je serais pleine de joie.

Ou si Tu l'as rejetée, alors je saurais me résigner à Ta volonté.

Par Ta gloire, tel sera mon perpétuel souci, aussi longtemps que Tu me feras vivre et me soutiendras.

Par Ta gloire, si Tu me chassais de Ta porte

Je ne m'éloignerai pas car dans mon cœur Ton Amour s'est installé...."

*********

Pourquoi je t'adore ?



Ils t’adorent tous par crainte de ton enfer

Ils voient tous

Que le salut est le meilleur dû

Je n'ai rien à dire au sujet de l'enfer et du Paradis

Moi, je n'accepterai rien

En échange de Celui que j'ai aimé...

*********

Comment je t'aime

De deux amours je T'aime:

L'un tout entier d'amour

Et l'autre parce que Tu es digne d'être aimé.

Le premier, c'est le souci de me souvenir de Toi.

De me dépouiller de ce qui est autre que Toi.

Le second, c'est l'enlèvement de Tes voiles Afin que je Te voie.

Que je ne sois ni pour l'un ni pour l'autre louée

Mais louange à Toi pour l'un et pour l'autre !

Écrit par : mohamed ali | 07/10/2010

Que puis-je dire pour traduire ce que je ressens ...
Tout est si fascinant ! bisou Ariaga.

Écrit par : pseud | 07/10/2010

joli travail de collaboration en effet
j'aime beaucoup le poème.

Écrit par : alainx | 07/10/2010

Un blog où règne l'alchimie des couleurs
Nous sommes bien aux origines
où les formes se cherchent, se mesurent, se fondent et renaissent sans cesse poussant la tentation en fécondations réciproques
Ainsi de tes mots et de l'image

Écrit par : jeandler | 07/10/2010

Très joli poème !
Très bonne fin de semaine.

Écrit par : Binchy | 07/10/2010

Quand on ouvre le blog de Mel, on est surpris par cette musique venue d'ailleurs, et ensuite ses oeuvres magnifiques. Merci Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 07/10/2010

C'est une bonne surprise pour moi le mariage de vos deux talents ! Bises à toutes les deux !

Écrit par : lechantdupain | 07/10/2010

Que dire ?
Rien....
Si.....du fin fond du ciel je vois une étoile qui frémit à la lecture de tes mots.
Amitiés Ariaga
Mel

Écrit par : *MeL* | 08/10/2010

Belle paire, merci !!

Écrit par : patriarch | 08/10/2010

que dire ?
touchée
l'ensemble est harmonieux,
il plait a mes yeux,
il plait a mes oreilles,
Merci à toute les deux !

Écrit par : Peau d'âme | 08/10/2010

L'androgyne ,grand rêve du 19 ème siècle de plusieurs écrivains et poètes ...
"Le plus ancien monument de la forme représente l'androgyne ". ( Péladan )

Très belle réalisation graphique ...:)

Écrit par : Hécate | 08/10/2010

@ Danae, je pense de plus en plus que le laboratoire est une "Oeuvre", une élaboration commune avec l'aide des lecteurs et je suis inspirée par des compositions comme celles de Mutti, ou de Mel ou des illustrations comme celles de Êphème. Mais j'ai toujours autant de plaisir à photographier, tout en sachant que je n'ai rien d'une professionnelle.

Écrit par : ariaga | 08/10/2010

@ Mohamed Ali, je te remercie de m'avoir fait découvrir cette poétesse mystique du soufisme. Je suis allée sur le site indiqué par ton lien et je me suis sentie toute petite ...

Écrit par : ariaga | 08/10/2010

comme si au début on était deux et que maintenant on cherche notre moitié ...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 09/10/2010

De la parthénogenése à la mitose il y a un facteur de division mais aussi de reproduction, d'induction et de conduction.
En aparté la scission venu de l'invagination n'est pas exclusive.
Les noyaux ne sont pas seulement ce coeur sensible de l'information, ce nucleus solaire et irradiant, sans détour le retour n'est pas qu'un titre de film et en rembobinant la pellicule trouverait on des origines des transitions simples, là où l'évolution est adaptation continue aux conditions exogènes et réponse fonctionnelle et fractionnelle aux dangers.
Le vivant ne puise que dans la multiplication son salut et son seule but est de se reproduire et de se transmettre, le génomes peut bien avoir ses variantes, il est dynamique et signe le vivant.

Écrit par : Thierry | 09/10/2010

Très beau mariage de l'image fascinante qui semble vivre bien qu'immobile et des sons qui se balancent à travers les vers. BRAVO !

BISES. ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 09/10/2010

@ ARIAGA À TOUS, une grosse crise de paresse ! Promis, demain je réponds aux commentaires. Je vous embrasse amis lecteurs.

Écrit par : ariaga | 09/10/2010

Très beau poème, bises

Écrit par : Ray | 10/10/2010

@ Pseud, le silence vaut parfois mieux que tous les mots.

Écrit par : ariaga | 10/10/2010

@ Alainx, merci de ta visite et de ton appréciation.

Écrit par : ariaga | 10/10/2010

@ Jeandler, merci, c'est vrai que chaque phase de l'Oeuvre alchimique était associée à une couleur.

Écrit par : ariaga | 10/10/2010

@ Binchy, tu brodes tu tricotes, et tout cela me semble propice à la réflexion, plus que le temps passé à regarder la télévision.

Écrit par : ariaga | 10/10/2010

quand deux talents, deux artistes conjugent leurs émotions, c'est le lecteur qui est comblé !
Kissous
Am'

Écrit par : amélie | 11/10/2010

@ Élisabeth, moi aussi j'ai été transportée ailleurs par la musique du blog de Mel.

Écrit par : ariaga | 11/10/2010

@ Lechantdupain, le mariage est un des buts de l'alchimie ...

Écrit par : ariaga | 11/10/2010

@ Mel, mes mots n'existeraient pas sans ton image ...

Écrit par : ariaga | 11/10/2010

@ Patriarch, de la dualité renait l'unité.

Écrit par : ariaga | 11/10/2010

C'est très joli chez mel, j'y passe de temps en temps...bise et bonne fin d'après midi Ariaga...

Écrit par : le Pierrot | 11/10/2010

@ Peau d'âme, que bellement ces choses là sont dites, merci.

Écrit par : ariaga | 11/10/2010

@ Hécate, l'androgyne était aussi très important pour les philosophes alchimistes du Moyen Âge. Merci pour ta culture qui apporte des pierres à la construction du Laboratoire.

Écrit par : ariaga | 11/10/2010

Un petit coucou rapide,
manque de temps
amitiés philosophique
Dany

Écrit par : bichon39 | 11/10/2010

Un pur poème d'amour, Ariaga... D'une certaine façon, dans notre vie cahotique, nous sommes tous poètes, puisque nous aspirons à cette moitié qui viendrait nous compléter. Mais de ce rêve des androgynes de Platon, il vaudrait peut-être mieux se réveiller : l'autre ne nous complètera jamais, car il n'est pas conçu pour s'ajuster à nos insuffisances et à nos manques.
Bonne journée, Ariaga, porte toi bien, je t'embrasse.

Écrit par : Sophie | 12/10/2010

Fascinant !

Écrit par : ulysse | 12/10/2010

“This is the junction, this is the marriage: perfection has come into the imperfect.” (Prem Rawat)

Tes mots m'ont ramenés à cette citation percutante que j'ai lue ce matin. Merci Ariaga d'exprimer la richesse qui t'habite.

Écrit par : kea | 12/10/2010

@ Tilk, c'est juste.

Écrit par : ariaga | 12/10/2010

@ Thierry, de la parthénogenése à la mitose, tu est d'humeur scientifique en ce moment, cher poète ?

Écrit par : ariaga | 12/10/2010

@ Éphême, les sons qui se balancent, c'est une vraie trouvaille.

Écrit par : ariaga | 12/10/2010

Bonsoir Ariaga, c'est que je suis de formation scientifique mais toujours intéressé par les sciences humaines et sociales et cherchant un équilibre difficile dans l'écriture. Un littéraire qui a mal tourné quoi ! Enfin l'histoire et la poèsie me tiennent lieu de compagnes depuis si longtemps, mais que ne ferait on pas pour assurer sa subistance et celle des siens, pas que des stances mais avec constance. J'ai eu notamment d'excellentes bases en biologie à l'UPMC mais c'était il y a longtemps.

Écrit par : Thierry | 12/10/2010

Merci pour ce poème; il me fait frissonner. Et merci pour la découverte du blog et de l'univers de Mel

Écrit par : venezia | 13/10/2010

@ Ray, merci du compliment et de la visite.

Écrit par : ariaga | 14/10/2010

@ Amélie, ceux qui sèment quelque graines sur la toile sont eux aussi comblés quand le lecteur est content.

Écrit par : ariaga | 14/10/2010

@ le Pierrot, c'est même plus que joli chez Mel ... Un des lieux les plus envoutants que j'ai découvert ces derniers temps.

Écrit par : ariaga | 14/10/2010

@ Bichon 39, fais attention il ne faut pas emballer la machine philosophique !

Écrit par : ariaga | 14/10/2010

@ Sophie, oui, mais cet "autre", évoqué ici, est un autre absolu, un autre poétique. Tu sais bien, Sophie qu'ici nous rêvons ...

Écrit par : ariaga | 15/10/2010

@ Ulysse, c'est trop !

Écrit par : ariaga | 15/10/2010

@ Kea, très alchimique cette citation. C'est en effet à partir de deux imperfection que se fait la mystérieuse conjonction.

Écrit par : ariaga | 15/10/2010

@ Venezia, je manque souvent de temps pour voyager sur les blogs mais quand je découvre un blog intéressant, et que je peux partager ma découverte avec d'autres, je me dis que les voyages virtuels ne sont pas aussi vains que je le pense parfois.

Écrit par : ariaga | 15/10/2010