UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Résonnances | Page d'accueil | C.G.Jung et la totalité de la vie »

21/02/2011

Materia prima

 

poubelle athanor.jpg

 

Une fleur de métal en fusion brûlant dans son coeur athanor

une fleur d'or et de fumier

toute aspergée d'un sang de lave

elle se laisse consumer

dans les puissantes mains de la dissolution.

Ariaga

Commentaires

Joli schéma de la sublimation... Amitié

Écrit par : Phène | 21/02/2011

Je m'interroge sur ta photo ? Elle va bien avec le texte ... Il y a toujours de la recherche chez toi. La dissolution, on y arrivera tous ! Bises Ariaga

Écrit par : danae | 21/02/2011

La solution est la dissolution, pas une histoire de moeurs mais d'affinité en solution, sans solvant pas de soluté (j'évite solutré) et sans faire d'amalgame, sans solution solide ni sites intersticiels pas de mélange caché et cette vocation non à la déploration mais à l'absorption pleine et entière; en tiers parties faudrait il mélanger des matières fertiles, pas fissiles ni fossiles, juste désagrégées mais pas désagréables, il y a dans la dissolution une simplification et une unification dans le mélange et la dispersion qui annihile sans restaurer mais qui instaure un équilibre parfait.

Écrit par : Thierry | 21/02/2011

@ Danae, La photo ? le creux d'une roche dans lequel s'entassaient diverses choses y compris des mégots de cigarettes. Merci de ta fidélité même quand le vent souffle fort ...

Écrit par : ariaga | 21/02/2011

Pas tellement propre ta dissolution, faudrait p'tête donner un coup de karcher dans ce creux de roche, non ? kesse t'en penses Ariaga ? bisou, bon après midi...

Écrit par : le Pierrot | 21/02/2011

Là Ariaga tu enlèves toute poésie à ta photo !!! Oui comme le dit le Pierrot, nettoyer ou je suggère d' y mettre le feu ! Je croyais voir des gemmes dans le fond , tu vois où va l'imagination ! Bise et Bonne soirée ...

Écrit par : danae | 21/02/2011

@ Danae, sache que, pour les alchimistes, c'est à partir du matériau le plus vil que l'on cherche à fabriquer l'Or. Ceci s'applique symboliquement à l'Alchimie Spirituelle. Mais c'était beau de voir des pierres précieuses et puisque tu les as vues, maintenant ils y sont.

Écrit par : ariaga | 21/02/2011

Et bien moi j'aime toujours la photo après explication...et puis ton texte m'en rappelle un autre que j'avais lu ici il y a fort longtemps...

Je me souviens aussi une fois avoir mis une magnifique photo sur mon blog qui me semblait de galets de pierres de minéraux...et ce n'était que des chewing gum collés sur une plaque à l'entrée d'un cimetière...
Enfin...
Je t'embrasse Belle Ariaga et que l'Athanor ne s'éteigne jamais

Écrit par : Aslé | 21/02/2011

J'ose?
cette photo me fait penser à un sexe de femme...
elle me fascine... je suis attirée par elle
Et du coup tes mots prennent une autre densité...
Et ils me fascinent tout autant...

Écrit par : Coumarine | 21/02/2011

ce cliché est parfait ! la preuve est faite...
merci Ariaga

Écrit par : Jean Bissur | 22/02/2011

Je la souhaite tout de même le plus tard possible.

Car justement, je veux passer dans un four. J'en ai tellement construit..... Rires !! Bises !

Écrit par : patriarch | 22/02/2011

la recherche de la photo est sublime, on peut tout imaginer et surtout habillée de ton texte, lui donne tellement d'impression.

Merci

Jean-marc

Écrit par : tamerlan95 | 22/02/2011

Si au début était le verbe, ma matière n'est pas née spontanément mais bien de processus largement involutifs ou les mélanges et les réactions ont trouvé toute leur place, mais c'est la vie et aussi l'oxygène qui ont changé la face minéralogique de notre monde, le projetant dans une autre logique enrichie par la multiplicité combinatoire et sans être comminatoire dans l'étincelle de vie entre animé et inanimé je me demande encore si ce n'est pas le vivant qui a forgé et façonné le minéral, alors quae dans un lieu commun rabaché on prétend souvent le contraire mais la science évolue qui évalue les contributions de chacun, pas de doute même sans être dans la lune, la comparaison qui n'est pas raison, en terme de planétologie comparée a tranché entre terre et lune entre mère et fille ou entre soeurs quasi jumelles il y a une différence essentielle, dans un cas plus de 4500 minéraux et 200 pour l'autre cherchez l'erreur !

Merci Ariaga de permettre au modeste Electrochimiste que je suis, curieux de l'état des choses de donner à ma façon une illustration
et portes toi bien , nous sommes attentifs à ta santé et à ses manifestations.

Écrit par : Thierry | 22/02/2011

@ Thierry, merci pour tes contributions. Ma santé, sauf si elle influe sur mon cheminement, c'est peut-être cela que tu veux dire par "manifestations" n'est pas un sujet qui doive inquiéter qui que ce soit.

Écrit par : ariaga | 22/02/2011

@ Coumarine, un commentaire à fleur de sensualité ...

@ Tamerlan 95, merci pour ta visite. J'aime bien les nouveaux qui s'expriment surtout quand ils laissent aller leur imagination.

Écrit par : ariaga | 22/02/2011

Coucou Ariaga, merci de ton gentil compliment sous mes photos, ça fait plaisir...bise, bon après midi...

Écrit par : le Pierrot | 22/02/2011

@ JEAN BISSUR, pas trop de compliments ... mais je dois t'en faire sur ton blog. JE RECOMMANDE À TOUS CEUX QUI S'INTÉRESSENT À C.G.JUNG D'ALLER TE LIRE. Tu as vraiment repris le flambeau que je trouvais un peu lourd. Courage, le difficile est de tenir la distance ...

Écrit par : ariaga | 22/02/2011

Mégot ou centre de la terre, qu'importe. C'est beau et je ne sais que dire de plus.
Si : Je t'embrasse.

Écrit par : la Mère Castor | 22/02/2011

j'aime la matière première de tes mots. Bises Ariaga !

Écrit par : lechantdupain | 22/02/2011

Moi aussi, la photo m'a fait penser à quelque chose de puissamment organique. Un bouillon de vie, dans notre complexe intérieur...
Bises affectueuses, dame alchimique

Écrit par : Sophie | 23/02/2011

Très chère Ariaga
la matière primordiale
vient des étoiles
foyers er creusets primordiaux
et cordiaux (coeurs et nuclei des systèmes stellaires)
mais ça tu le sais bien
les super nova jouent des rôles et orientent par leurs flux
l'énantiomère de leur choix, la chiralité est une pièce à pile ou face
il faut un gagnant.
Voici un texte écrit quand on a tenté de recueillir les premières parcelles
microscopiques de cette matière proto stellaire
rien à voir évidemment avec les molécules probiotiques
et l'exobiologie.

"Stardust témoin d’une mémoire lointaine ou éblouissement passager"

Un chasseur de poussière mâtiné de pécheur
Parti dans l’espace a tendu au loin d’étranges filets
On ne peut pas dire qu’il filait un train de sénateur
Et qu’au contact d’une brillante comète la peur
Lui aurait interdit tout contact visuel et sensible.
Aussi étendant de vrais organes préhensibles
Il aura retenu la leçon et piégé dans ses rets
Ce qui, des primitifs espaces, n’est qu’un pet.
Des grains primordiaux dans un délicat aérogel
Et c’est de l’univers la mémoire qu’on congèle.
Woody Allen a célébré en son temps la poussière
Qui des étoiles tombe depuis le firmament
Cette fois ci on nous tient en plus grande haleine
Puisque c’est des cieux qu’on rapporte l’arène
Qui cosmique en diable dans la veine immanent
Va peut être, si le bolide arrive enfin à bon port
Après un parcours fantastique ramener un message
De ceux qui furent inscrits au creux de la matière.
Pas celui qu’on délivre facilement à un tiers
Mais qui découvre du savoir le réel passage
Ainsi de nébuleuse la soupe ancestrale revit
Réchauffée au contact d’un messager bienveillant.
Avant que de fournir de pales signaux balbutiants
Dans un clin d’œil éblouissant qui du temps le verni
Fera sauter pour qu’apparaisse dans sa pale nudité
Des temps passés la matière dans toute sa crudité.
Alors, qui sait, sauterons aux yeux du stade micronique
Les acteurs initiaux d’un bal entamé dans le cirque cosmique
Et qui entre nucléosynthèse et chimie proto planétaire
Auront la vertu de situer les phénomènes de l’éther
Pour revisiter les théories nombreuses qui sur l’accrétion
Font tourner un disque rayé depuis que dans la discrétion
D’un espace froid et plus ordonné se routent ensemble
Qui une sonde, qui un astre luisant bien que temporaire
Pour lesquels on a calculé de la rencontre l’horaire
Afin d’approcher du bonheur insigne d’un temple
Où seraient stockées puis relarguées des pépites
Dont l’observation attentive déjà fait que palpitent
Les cœurs de centaines de chercheurs à l’unisson.
Puisque demain pour le système solaire c’est l’heure
Des retrouvailles et des surprises en cascades
La science progresse ainsi par saccades
Mais le pas qui se prépare sera une confirmation
Ou bien une rupture absolue de quoi désorienter
Presque une complète et patiente génération.

Écrit par : Thierry | 23/02/2011

Stardust témoin d’une mémoire lointaine ou éblouissement passager

Un chasseur de poussière mâtiné de pécheur
Parti dans l’espace a tendu au loin d’étranges filets
On ne peut pas dire qu’il filait un train de sénateur
Et qu’au contact d’une brillante comète la peur
Lui aurait interdit tout contact visuel et sensible.
Aussi étendant de vrais organes préhensibles
Il aura retenu la leçon et piégé dans ses rets
Ce qui, des primitifs espaces, n’est qu’un pet.
Des grains primordiaux dans un délicat aérogel
Et c’est de l’univers la mémoire qu’on congèle.
Woody Allen a célébré en son temps la poussière
Qui des étoiles tombe depuis le firmament
Cette fois ci on nous tient en plus grande haleine
Puisque c’est des cieux qu’on rapporte l’arène
Qui cosmique en diable dans la veine immanent
Va peut être, si le bolide arrive enfin à bon port
Après un parcours fantastique ramener un message
De ceux qui furent inscrits au creux de la matière.
Pas celui qu’on délivre facilement à un tiers
Mais qui découvre du savoir le réel passage
Ainsi de nébuleuse la soupe ancestrale revit
Réchauffée au contact d’un messager bienveillant.
Avant que de fournir de pales signaux balbutiants
Dans un clin d’œil éblouissant qui du temps le verni
Fera sauter pour qu’apparaisse dans sa pale nudité
Des temps passés la matière dans toute sa crudité.
Alors, qui sait, sauterons aux yeux du stade micronique
Les acteurs initiaux d’un bal entamé dans le cirque cosmique
Et qui entre nucléosynthèse et chimie proto planétaire
Auront la vertu de situer les phénomènes de l’éther
Pour revisiter les théories nombreuses qui sur l’accrétion
Font tourner un disque rayé depuis que dans la discrétion
D’un espace froid et plus ordonné se routent ensemble
Qui une sonde, qui un astre luisant bien que temporaire
Pour lesquels on a calculé de la rencontre l’horaire
Afin d’approcher du bonheur insigne d’un temple
Où seraient stockées puis relarguées des pépites
Dont l’observation attentive déjà fait que palpitent
Les cœurs de centaines de chercheurs à l’unisson.
Puisque demain pour le système solaire c’est l’heure
Des retrouvailles et des surprises en cascades
La science progresse ainsi par saccades
Mais le pas qui se prépare sera une confirmation
Ou bien une rupture absolue de quoi désorienter
Presque une complète et patiente génération.

Écrit par : Thierry | 23/02/2011

J'apparente cette photo à la Création du Monde qui a tant fait parler d'elle ...
Amitiés ariaga

Écrit par : pseud | 23/02/2011

Bravo Thierry !

Écrit par : lechantdupain | 23/02/2011

@lechant du pain : merci mais j'ai peu de mérite, je travaille depuis fort longtemps dans le domaine spatial , en suis l'actualité très régulièrement
mais c'est de mes textes c'est celui qui illustrait le mieux la materia prima

Écrit par : Thierry | 23/02/2011

Oui un bouillon de vie...et légèrement à droite et au fond, un oeil qui nous observe !

Écrit par : anne marie | 23/02/2011

ARIAGA À TOUS, merci à tous ceux qui ont mis des commentaires. Je réponds un peu "comme ça vient" et pas à tous, en particulier quand je pense que votre commentaire se suffit à lui même, mais je vous lis avec attention et je crois sincèrement que vos mots sont le combustible essentiel de l'athanor du Laboratoire.

Écrit par : ariaga | 24/02/2011

Et je suis, pour ma part, tout à fait d'accord, Ariaga, avec ce que tu as dit juste un plus haut : " ….. mais je crois qu'il y a, dans notre monde actuel où notre attention est sollicitée par tellement de bruits et d'images inutiles, un baisse de la faculté de réflexion et surtout de concentration. Il est difficile de lutter contre cela." Cette remarque a d'ailleurs sans doute contribué à la naissance de mon commentaire.

Écrit par : Amezeg | 26/02/2011

La touche tabulation m'a joué un tour de sa façon… Mon précédent commentaire était destiné au billet "C.G.Jung et la totalité de la vie", bien sûr, et mérite d'être supprimé ici…:-)

Écrit par : Amezeg | 26/02/2011