UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Krishnamurti poète | Page d'accueil | Pause pour grand nettoyage »

20/03/2012

Rêve d'étoile

écriture,poésie,alchimie,amour,philosophie,nature,photo

 

L'homme solaire

Flamme luisante et dévorante

La femme lunaire

Fraîcheur humide et verdoyante

Se sont unis fusion sublime

Copulation ultime

Et dans le vase rempli d'amour

A explosé l'Unique Étoile !

Ariaga

 

Vous pouvez aussi lire sur l'autre blog un texte intitulé Étienne Perrot et la loi de l'amour.

Commentaires

Chère Ariaga,

------------------------------------------

Ici, l'été canicule est venu s'amouracher de l'astre blanc
pour nous révéler l'harmonie de l'univers.

Là, ils se sont enlacés dans les bras de l'infini
et ont découvert sur le rebord du firmament la passion de l'instant.

Avec toute ma poétique sympathie, Jack le poétiste

Écrit par : © Jack le poétiste | 20/03/2012

C'est juste Beau ! J'aime. Je me sens étoile...

Écrit par : Aslé | 20/03/2012

Je lis ton poème et j'y vois une très belle illustration de l'arcane XVII du tarot, l’Étoile ... Tes mots sont d'une force simple, celle de l'authenticité, bouclier suprême de ce "Chevalier Nu" qui n'a plus besoin d'aucune cuirasse, l'amour dans sa vérité étant la seule protection dont il a besoin.

Écrit par : Tempérance | 20/03/2012

Ta poésie est unique ,
alchimique
comme toi :)
Merci

Écrit par : Virginie | 20/03/2012

Quand ils se retrouvent pour d'intimes fusions, soleil et lune en éclipse saupoudrent la Terre d'une furieuse obscurité flamboyante, entre l’argent et l’or, et les hommes tremblent de terreur dans cette lueur phosphorescente.
Pour moi la femme serait plutôt le lumineux soleil, la chaleur douce de son ventre qui accueille pour le faire revivre la froideur de l’homme de désir figée par le froid dans l’éther des airs où il cherche un foyer à sa déréliction rongeuse. Mais l’étoile de leur fusion est unique à chaque conjonction de leurs orbites, et s’il en naît le mystère d’un autre futur désir, la révolution au sens premier est accomplie, pour un autre cycle de tourbillons dans l’attraction des sens.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 20/03/2012

Le vase emplit d'amour.... Je crois bien que j'en ai un à la maison !!!!! Rires. belle journée.

Écrit par : patriarch | 21/03/2012

Vision symbolique cosmique ! ( un peu bref ,j'avoue ...)
Un bonsoir à toi Ariaga .
Hécate

Écrit par : Hécate | 21/03/2012

Sourire Ariaga, je ne peux qu'applaudir ! Bises éthérées !

Écrit par : lechantdupain | 21/03/2012

Pluie sur Montpellier, ça fait du bien...bise ariaga, bon jeudi...

Écrit par : le Pierrot | 22/03/2012

L'Amour, resplendissement astral au Ciel intérieur... Merci et belle journée, douce Ariaga

Écrit par : Phène | 22/03/2012

Comme c'est beau !!!!!!!!!
le printemps, coquine, te donnerait-il des idées gourmandes ? ;-)

(PS il arrive de + en + souvent que ce soit la femme qui soit solaire et l'homme lunaire.. la fusion n'en reste pas moins sublime !)

Bisous verdoyants, Ariaga Jolie !

Écrit par : ambreneige | 22/03/2012

@ Jack le poétiste, il y a un pont de a poésie qui relie tous ceux qui parlent ce langage.

Écrit par : ariaga | 22/03/2012

Aslè, tu aimes ces quelques mots et moi j'aime le voyage immobile que tu entreprends sur ton blog. On aime jamais trop.

Écrit par : ariaga | 22/03/2012

@ Tempérance, je crois, en effet, que quand tous les masques sont tombés, que toutes les peaux ont été grattées, il ne reste que l'amour, au sens vaste du mot. C'est la seule chose qui survit à la mort de l'autre.

Écrit par : ariaga | 22/03/2012

@ Virginie, nous sommes tous "alchimiques", le tout est d'en être conscient.

Écrit par : ariaga | 22/03/2012

Comme l'a dit Aslé, "C'est juste beau !" et c'est déjà tellement...

Merci Ariaga,

Jean

Écrit par : Jean | 22/03/2012

Si ce qui se passe au-dessus de nos têtes nous amène à remplir un vase d'amour, alors je me rallie à ces manifestations astrales ! Bises Ariaga

Écrit par : danae | 23/03/2012

@ ÉPHÊME, très poétique ton commentaire. Je sais que tu es parti pour un assez long séjour au Pérou et j'espère que tu vas nous ramener de là bas plein de beaux souvenirs et des dessins.

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

@ Patriarch, j'en suis certaine !

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

@ Hécate, tu es la première à saisir le sens que je donnais à cette vision ... Mais je sais que ce qui compte, le véritable symbole étant "vivant" selon Jung, que ce qui compte c'est ce que reçoit le lecteur.

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

Merci Ariaga ...Tout symbole est mouvant autant qu'éternel ...Chaque être en étant l'un des reflets et de là se démutipliant autour d'un même axe ...C'est là ,ressenti de l'instant .Amitiés à toi .

Écrit par : Hécate | 23/03/2012

Cet embarcadère sous cette lumière jaune à la fois solaire et lunaire: Quel beau pont pour incarner une union.
amitiés

Écrit par : venezia | 23/03/2012

@ Lechantdupain,il faut vraiment aller chercher les bises dans l'éther ?
@Le Pierrot, je te vois bien chantant sous la plie avec ton appareil photo planqué sous ta veste.

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

@ Ambreneige, c'est toi qui est une coquine, moi je ne parlais que d'alchimie ...

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

@Phène, toi qui est un sage, tu ne trouves pas qu'il y a un peu d'excitation dans l'air ?

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

@ Jean, mauvais élève, tu copies et tu ne finis pas tes phrases ... (sourire).

Écrit par : ariaga | 23/03/2012

Dans le ciel de mars, une jolie conjonction entre Jupiter et Vénus, autre couple, qui vont dès le coucher du soleil de concert, à l'Ouest, et brillent toute la nuit tandis qu'à l'Est, Mars s'efforce d'être à la hauteur. La lune en son premier quartier, rejoindra pour un trio Jupiter et Vénus le 30...

Écrit par : jeandler | 23/03/2012

Franchement, Ariaga, je suis époustouflée par ce texte magnifique !
Bonne soirée.....

Écrit par : elisabeth | 23/03/2012

Il est beau, ton rêve d'étoile ...

Écrit par : Miche | 24/03/2012

Je crois plutôt que la beauté alchimique qui émane de ton poème a tout simplement éveillé en nos coeurs un vif enthousiasme... Bon week-end, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 24/03/2012

@ Danae, je pense que les astres sont avec toi quand je vois les aventures que tu nous racontes.

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@ Hécate, pour moi un symbole qui n'évolue pas ressemble à un archétype. enfin je crois ... le soleil brouille mes idées et me fait vivre sur le mode sensation !

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@ Venezia, c'est ainsi que je l'ai ressenti quand j'ai choisi cette photo pour illustrer le texte. Merci.

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@ Jeandler, merci pour ces renseignements astronomiques.

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

C'est ce qu'on appelle l'amour cosmique !le seul, le vrai, celui qui réunit, celui que j'ai du chercher longtemps sans le trouver. Ce sera pour une prochaine vie !

Écrit par : Daniel | 24/03/2012

Dans mon cœur nucléaire
toute une matière en fusion s'éclaire
tandis que s'ourdissent bien des complots
qui me font tressauter au plus haut
et si ma couleur trahit
mon type et ma composition
elle dénote encore plus mon envie
et ces faisceaux de radiation
je vibre à l'envie sur la toile tendue
j'incarne la sérénade revenue
je me calme et puis m'active
je n'enfle pas encore démesurément
il me faut générer des éléments
et périodiquement alimenter
le tableau de la classification
je forge tel Vulcain du pur acier

je crois bien t'avoir ennoyé mon texte
"à tous les amants cosmiques"

Écrit par : Thierry | 24/03/2012

@ Élisabeth, tu me fais plaisir ...

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@ Miche, il y a de beaux rêves, et parfois de moins beaux mais ils sont tous des messages.

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@ Phène, c'est gentil d'être revenu sur ce texte pour me donner ton sentiment.

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@ Daniel, celle-ci n'est pas finie !

Écrit par : ariaga | 24/03/2012

@Ariaga
Est-ce si important d'en être conscient ?

Écrit par : Virginie | 24/03/2012

Il n'y a pas de quadrillage du ciel car tout y est aléatoire et pas uniformément réparti , enfin les positions n'y sont pas non plus indéfiniment figées et la vision trois D de l'univers réserve bien des surprises puisque ce qui est près peut excursionner bien plus.
Les rencontres d'étoiles ne semblent pas si rares qui déclenchent des cataclysmes .

je pensai encore à l'inaccessible étoile qui nous guide mais n'est jamais aussi lointaine que quand on la croit proche et qui sans reproche continue de nous éclairer sur nos choix , après la naissance sou une bonne étoile résulte des croyances anciennes puisque la vertu du désastre c'est celle d'une mauvaise étoile.

"Anthologie du désastre"

Faut-il croire que surviennent des événements qui n’ont de source que dans les astres, les chanceux et heureux portés par de bonnes étoiles et les autres sous de cieux peu cléments.

Alors ainsi serait fait du déterminisme causal qui voudrait qu’il n’y a pas de bonnes raisons pour expliquer ce qui survient mais juste imputer des vengeances célestes et des conjonctions ou les astres râlent et les hommes en suivant !

Mais dans ce « disastro » qui pointe du doigt au ciel le sort des malheureux il est trop facile de ne chercher que des causes divines qui ne seraient pas du genre de celles que l’on devine.

Sans être devin encore peut-on être enquêteur et mettre en relation des faisceaux de présomption avant d’invoquer l’assomption ce qui n’est pas une mince sanction.

Ah oui des mécanismes résistent à l’entendement et de ces horloges dont les tours déjouent trop facilement notre compréhension il faut apprendre à creuser et interroger les événements, recouper dans des lieux différents des effets sensibles et trouver à exprimer des raisons moins chimériques.

Voltaire en fit ainsi et l’expérience et le constat avec la destruction de Lisbonne il sut trouver des explications premières Qui sans contenter tout le monde scellaient l’avènement d’une science plus indépendante de l’église et qui pouvaient quêter des signes et des indices, se baser sur de saines observations pour démonter les credo papaux officiels sur l’état du Monde et un sacré tour de ronde.

Le clair obscur pouvait alors revêtir des tons plus mordorés et les savants se multiplier pour une bonne cause, pas seulement celle de l’armée, afin que d’apporter de nouveaux raisonnements qui rendraient justice et corps à la phénoménologie.

Écrit par : Thierry | 25/03/2012

@ Thierry, merci pour les beaux textes que tu déposes dans l'athanor. Je ne crois pas avoir reçu celui dont tu me parles mais je dois dire que j'ai parfois des problèmes avec les mails et que je suis plus attentive à ce qui me parviens sur le blog.

Écrit par : ariaga | 25/03/2012

Bon alors je te le remets au cas ou

"A tous les amants cosmiques !"

A vous qui fréquentez le cosmos à vous rompre les os
Monteriez-vous dans des fusées pour être secoué
A vous connaissez le plaisir de filer la queue d’une comète
Ce n’est pas une quenouille et à la chasse on est parfois bredouille
A vous qui rosissez de plaisir en la compagnie scintillante des étoiles
Ne clignez plus ainsi elles en vous pas toutes à l’œil
A vous qui traquez dans l’espoir du grand jour la matière noire
Il faudra se contenter de preuves indirectes, obscure qu’elle est
A ces cortèges de planètes que vous chérissez tant
Vous devez à Kepler ce qui est connu comme la loi des aires
A ce roi soleil éclatant qui nous aveugle pourtant
Nous devons chaleur et bienfaits d’une couronne
A cette lune chère qui contraint les caractères
Nous ferions bien de ne pas essayer de tailler des croupières
A ces astéroïdes qui défilent comme autant de bolides
On aimerait obtenir échantillons et des résultats solides
Vous voulez dire l’attente du savoir et les espoirs mis
Quand pluton déclassée se retrouve isolée, méprisée, éloignée
A la matière primordiale qui bien que sale à perte de vue s’étale
Vous voudriez recueillir du disque proto solaire les thalles
A ces géo-croiseurs dont l’allure vive ne rassurent guère
Faut-il imaginer pouvoir durablement protéger la terre
Que voulez dire au juste qui soit bien audible
Quand du grand réseau vous arrosez mais comme la bible
Avec des champs d’antennes qui pointent dans toutes les directions
Vous n’avez d’yeux que pour le rayonnement fossile
Pas facile de l’attraper, ce n’est pas de la cosmétique
Quant au big bang vous n’êtes pas prêt de l’entendre
Mais regardez donc toutes ces galaxies fuyantes
Qui se décalent fort rapidement vers le rouge
Au fur et à mesure qu’avec Hubble elles détalent
Certaines les céphéides nous donnent de bons repères
Pour calculer distances et éloignement à la recherche de pères
Mais les exo planètes offrent enfin une nouvelle chasse
Qui pour ardue qu’elle soit pourrait in fine nous sortir de la nasse

Écrit par : Thierry | 25/03/2012

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d’une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu’à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D’atteindre l’inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l’étoile
Peu m’importent mes chances
Peu m’importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l’or d’un mot d’amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s’éclabousseraient de bleu
Parce qu’un malheureux

Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s’en écarteler
Pour atteindre l’inaccessible étoile.

http://www.dailymotion.com/video/x338mc_jacques-brel-la-quete_news

Que t'offrir en réponse à part cette chanson? :)

Écrit par : Nout | 26/03/2012