UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Écrire ? | Page d'accueil | Mariage avec l'autre en soi »

15/02/2013

Femme dans le miroir

Musée,automates,art,insolite,photo

Photo prise au Musée des Automates de la Rochelle

Comme il est loin le temps, où elle jouait aux billes, avec le coeur fragile, d'inconsistants amants.

Comme il est loin le temps, où elle croyait savoir, qui était celle femme, improbable reflet, dans le froid du miroir.

Comme il est là le temps, où explose l'image, en ne laissant que ruines, qu'il va falloir raser, avant de reconstruire ...

Ariaga

 

 

Commentaires

Beau poème, plein de délicatesse et de nostalgie, devant le sablier têtu qui grignote le temps sans un battement de cil. Belle photo, comme toujours.

Écrit par : ÉPHÊME | 15/02/2013

Mais non pas de ruines...bise ariaga, ton commentaire est bien passé...bon week end à toi...

Écrit par : le Pierrot | 15/02/2013

Nostalgie, quand tu es là, nous ne voyons que cela dans le miroir.
Joie, quand tu es là, nous ne regardons plus le miroir.

Écrit par : Francine | 15/02/2013

C'est triste tout ça, et je crois que tu fais le bilan de ta vie passée. Tu as remué tant de choses dans ton déménagement que tu n'as pas su faire toujours un choix. Les objets ont parlé un à un et tu t'es souvenue des années où tu étais enfant ou adolescente, jeune femme et puis femme.
Il va falloir aller de l'avant avec ce qui reste....
Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 15/02/2013

Il vaut mieux ne pas trop se regarder dans le miroir, sinon la nostalgie nous prend ! Bises Ariaga, chic on va visiter bientôt la Rochelle !

Écrit par : danae | 15/02/2013

Il vaut mieux ne pas trop se regarder dans le miroir, sinon la nostalgie nous prend. Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 15/02/2013

Le miroir a beau être poli il ne peut que nous renvoyer notre image

Écrit par : Thierry | 15/02/2013

@ ÉPHÊME, tes compliments sont du miel ..., j'espère ne pas trop en manger mais une petite dose, c'est doux.

Écrit par : ariaga | 15/02/2013

@ Le Pierrot, oui, mon dernier commentaire est passé mais deux autres ont disparu dans la faille spatio temporelle où ils ont rejoint quatre réponses aux commentaires que sur le texte précédent j'avais postées ici.

Écrit par : ariaga | 15/02/2013

@ Francine, quelle belle formule, je vais la noter dans mes carnets.

Écrit par : ariaga | 15/02/2013

Mon ressenti après lecture rejoint celui d'Elisabeth; enfin le début de son commentaire, pour le reste, je ne sais pas. C'est pourquoi je suis allé voir s'il y avait un petit @.... , mais non. Je reviendrais. Amitiés et belle fin de semaine.

Écrit par : Louis-Paul | 15/02/2013

Miroirs et automates n'ont pour âmes que celles que l'on veut bien leur imaginer... Continuons de rêver Ariaga, même les ruines et les plus abominables cauchemars ont leurs beautés stupéfiantes... :) Bises !

Écrit par : lechantdupain | 15/02/2013

Le temps passe. Nul regret à avoir. Il en est toujours ainsi, c'est immuable. Les transformations sont toujours intéressantes.

Écrit par : Daniel | 16/02/2013

Sourires..... j'ai une mémoire à tiroirs, j'occulte facilement les mauvais moments que j'ai eu...De toute façon je ne regrette rien... Bonne journée avec bises de nous deux

Écrit par : patriarch | 16/02/2013

@ Élisabeth, il s'agit de poésie et toi qui est poète, tu sais que, à partir d'un "flash", d'une impression, on écrit. J'ai parlé d'ELLE, c'est à dire de toutes les femmes qui ont, à un moment de leur vie, ont ressenti cette impression d'explosion de leur image. C'est nécessaire et positif et c'est cela que je voulais transmettre. Merci pour ton commentaire qui m'a permis de me RE-lire.

Écrit par : ariaga | 16/02/2013

Louis-Paul, je continue avec toi ma réponse à Élisabeth. Je te dirai seulement, et je sais que tu comprendras grâce à ton vécu, l'alchimie spirituelle est faite de phases de destruction et de reconstruction. C'est ainsi que s'affine le "matériau" sur lequel nous devons travailler, c'est à dire nous même.

Écrit par : ariaga | 16/02/2013

Bien lu et oui, bien compris Ariaga. Merci de ta réponse.

Écrit par : Louis-Paul | 16/02/2013

Laisser les miroirs qui ne renvoient que les apparences...regarder obstinément ce que le miroir n'atteint pas : le plus profond, le coeur, le centre...

...quant au passé, une fois examiné,...on le lâche !
Impossible d'avancer si l'on a le regard tourné vers l'arrière !
Le chemin est toujours DEVANT...

Belle photo !

Écrit par : La Licorne | 16/02/2013

Ceci me fait penser à l'article que j'ai écrit il y a quelque temps sur la reconstruction...qui s'appelle "chantier"

Oui mais sans "automatismes" inconscients, voilà, se débarrasser de nos automates non ?
Leur rendre visite est toujours magique n'est-ce pas ?

Je t'embrasse

Écrit par : Lmvie | 16/02/2013

@ Danae, je crois qu'il faut continuer à se regarder, avec indulgence et amitié.

Écrit par : ariaga | 16/02/2013

@ Thierry, je vois aussi que tu peux avoir de belles formules lapidaires. Tu es imprévisible, j'aime !

Écrit par : ariaga | 16/02/2013

@ Lechantdupain, comme tu as raison, c'est pour cela que, pour des raisons différentes, les miroirs et les automates ont toujours fasciné.

Écrit par : ariaga | 16/02/2013

Bonsoir Ariaga oui concision et simplicité son possible, la recherche de la synthèse en somme.
je suis heureux pour toi que tu ais découvert le blog de l’œil ouvert
Ossiane est formidable et son blog un lieu où il fait bon aller et je m'y entends !

Écrit par : Thierry | 16/02/2013

Il faut hâter les scoop mais ne pas égratigner les tains

Écrit par : Thierry | 16/02/2013

En partage un poème que je viens juste de lire (sur FB pour ne pas le nommer)
Je t'embrasse :)


Le temps viendra
où, plein d'allégresse,
tu t'accueilleras chez toi,
devant ton propre miroir,

et chacun sourira devant l'accueil de l'autre,
et dira assieds-toi. Mange.
Tu aimeras à nouveau l'étranger que tu étais pour toi-même.
Offre du vin. Offre du pain. Rends ton coeur
à ton coeur, à l'étranger qui t'a aimé

toute ta vie, que tu as ignoré,
pour un autre, qui te connaît par coeur.
Descends les lettres d'amour de l'étagère,

les photographies, les billets désespérés,
détache ta propre image du miroir.
Assieds-toi. Savoure ta vie.

DEREK WALCOTT,
"L'Amour après l'amour"

Écrit par : plume bleue | 16/02/2013

Ces ruines, Mon Ariaga, elles sont nos fondements, nos sols fragiles et riches sur lesquels nous " nous " reconstruisons, ce terreau fertile, délicat empreint de vécu qui nous donne la force tranquille du devenir, d'un devenir à aimer, nos fractures et fissures aux voiles, un peu moins hautaines, un peu moins certaines mais toujours ivres de vent et de découvertes ;-)) Il y a toujours pour toi une place sur le pont, avec la chandelle et la couverture ;-)) Je sais que tu viens t'y poser ;-)) et cela me met en joie ;-))

Écrit par : Kaïkan | 17/02/2013

Bonjour à tous...

Je "casse" un peu le fil de la discussion, excusez-moi, mais je viens de recevoir une proposition (qui a l'air sérieuse) par e-mail...

La voilà :

"Je suis tombée sur votre blog (Grands Rêves) car je recherche des informations sur le fait de tenir un journal de rêve.
Plus précisément, je suis en train de préparer la réalisation d'un petit documentaire de 30 minutes sur le langage du rêve et j'aimerais pouvoir recueillir le témoignage de quelqu'un qui écrit quotidiennement ses rêves et pour qui cela est vraiment important.

Seriez-vous intéressée ou connaissez-vous des personnes qui le sont ?
Merci...

Pascaline
Montreuil-Saint-Denis"

Je ne pense pas avoir le temps de répondre à cette proposition en ce moment ...
Est-ce que cela intéresserait l'un ou l'une d'entre vous ?
Dans ce cas, je le mettrai en contact avec la dame en question...

Bon dimanche à tous !

La Licorne
undeuxtrois4@orange.fr

P-S : J'espère qu'Ariaga, tu me pardonneras d'utiliser ton blog pour faire passer ce genre de message, mais je crois qu'il y a ici pas mal de gens qui pourraient être "intéressés" (et intéressants !).

Écrit par : La Licorne | 17/02/2013

Oups ! Petit rectificatif :

L'adresse, c'est Montreuil Seine-Saint-Denis !

Écrit par : La Licorne | 17/02/2013

Bonjour chère Ariaga,
----------------------------------------------

Ici, comme il est heureux de te voir dans le miroir de l'instant.
Là, comme il est merveilleux de savourer tes mots qui parlent de ce présent plein du reflet de ton coeur.
Enfin, il est temps maintenant d'être là pour trouver la poésie qui se loge en ton âme.

Avec toute ma silencieuse sympathie, Jack le poétiste

Écrit par : Jack Maudelaire - Le Poétiste | 17/02/2013

@ La Licorne, Le laboratoire est fait pour cela. C'est un lieu de recherche et je ne peux que trouver intéressante la démarche de cette personne. J'ai passé des années de ma vie à réfléchir sur des séries de rêves alors je pense que si une personne note régulièrement ses rêves elle pourrait s'enrichir et enrichir les autres en répondant à cette demande.

Écrit par : ariaga | 17/02/2013

@ Daniel, les transformations sont toujours intéressantes, comme tu le dis, mais encore faut-il en être conscient et les assumer pour qu'elles génèrent du positif.

Écrit par : ariaga | 17/02/2013

@ Patriarch, les "tiroirs de ta mémoire ", m'ont semblé une bonne formule de rangement et m'ont fait bien sourire.

Écrit par : ariaga | 17/02/2013

@ Lmvie, je suis aller creuser dans ta cave pour retrouver ton article mais je suis revenue bredouille et toute terreuse. Je n'ai pas du creuser assez profond !

Écrit par : ariaga | 17/02/2013

Ah dans le miroir, je les reconnais les coeurs inconstants d'inconsistants amants !
Mais tu es belle de ces ruines qui sont treize ors, avec les ruines ou peut faire du serein, du soeur, hein ... et dans raser il y a sera ... Ce qui sera reconstruit ... Heureux construit ...

D'une femme à une autre ...

Écrit par : Veronica | 17/02/2013

Voici venue une autre étape du voyage de l’individuation
Voyage sur les mers sans chemins
Comme il est bon, pour les plus courageux de trouver un miroir
Ecran de rencontre avec soi même
Phare arrière dans la nuit glacée
Reflet fidèle du présent
Faire face aux décombres de la mue, âcres et délicieux
Bel espoir, un vent de renouveau souffle sur la Roche Elle

Ton texte que je trouve plutôt positif m’a inspiré ;-)
A bientôt

Écrit par : Isabelle | 18/02/2013

Mais si son regard l'amène au-delà du reflet, elle contemplera l'intemporelle Beauté de son Etre... Bises et bon lundi ensoleillé, chère et douce Ariaga

Écrit par : Phène | 18/02/2013

Ben, moi je ne trouve pas ça triste, lollll.
Bisous Ariaga

Écrit par : Miche | 18/02/2013

@Thierry, en effet, le blog d'Ossiane m'a séduite.

Écrit par : ariaga | 18/02/2013

@ Plume bleue, très bien choisi ce poème en écho. J'ai vraiment apprécié ton analyse envoyée par mail. J'aurais aimé que tu l'écrives ici. Merci.

Écrit par : ariaga | 18/02/2013

@ Kaïkan, Enfin te revoilà ici. Tu m' as manqué mais je sais aussi que la vie est cruelle et je ne retiens que la joie de te lire à nouveau.

Écrit par : ariaga | 18/02/2013

@ Jack Maudelaire, merci ami, mais ces derniers temps la vie matérielle était un verrou qui m'empêchait de déloger cette poésie en mon âme.

Écrit par : ariaga | 18/02/2013

@Ariaga,
Je poste ici ce que je t'ai écris,
Peut-être as tu la réponse aux questions ???

j'ai envie de partager avec toi une phrase (de Mâ Ananda Moyi) croisée ce matin , qui est venue percuter ta poésie (dans mon esprit)

"Question : qu'est-ce que le chitta shuddhi ?
Mâ : C'est lorsque le mental s'est vidé et que, tel un miroir bien propre, il reflète le Soi."

Alors me viennent à l'esprit une multitude de questions que je te pose là, devant ou derrière le miroir de cet écran d'ordinateur.
(je sais que tu adores les questions :) )

Nous sommes en présence de trois éléments :
Celle qui se regarde dans le miroir.
Le miroir,
Le reflet dans le miroir (l'image).

De quel coté du miroir est elle en réalité?
Celle qui regarde le miroir peut-elle changer ?
Est-ce que c'est elle qui change ou juste son image ?
Mais alors qu'a-t-elle à reconstruire ? une image ?
Mais a quoi bon reconstruire une image ?
n'est-il pas plus simple de jeter le miroir, et le reflet avec et juste regarder ce qui est ?

Écrit par : plume bleue | 18/02/2013

Une bise amicale en passant à la poétesse de ces lieux...un vrai talent de photographe en prime.

Jean

Écrit par : Jean | 18/02/2013

il n'y rien de plus beau que de reposer la première pierre

beau petit texte

besos
tilk

Écrit par : tilk | 19/02/2013

Bonjour Ariaga...
Il est des miroirs galants qui renvoient un reflet flatteur...
Il est des miroirs grincheux qui, par plaisir, renvoient un reflet déformé...
Il est des miroirs sorcières qui renvoient le reflet de la magie de notre être intérieur...
Enfin il y a les innombrables regards qui sont autant de miroirs pour y découvrir nos vérités...ou leurs mensonges...

Écrit par : michèle | 19/02/2013

@ Veronica, quel joli commentaire en langue des oiseaux !

Écrit par : ariaga | 19/02/2013

@ Isabelle, ton blog qui s'appelle "psychanalyse Jungienne" ne pouvait que m'intéresser et je l'ai mis dans mes liens (un lieu où il est urgent que je fasse le ménage !)

Écrit par : ariaga | 19/02/2013

@ Phène, je crois que pour contempler l'intemporelle beauté de mon être j'ai encore un caillouteux chemin à parcourir ...

Écrit par : ariaga | 19/02/2013

@ Miche, c'est vrai, ce n'est pas triste, juste un problème de destruction pour mieux reconstruire.

Écrit par : ariaga | 20/02/2013

@ Plume bleue, merci d'avoir posté ici ton texte que je trouvais très intéressant. Non, je n'ai pas de réponses aux questions où plutôt, j'ai des réponses qui s'emberlificotent avec d'autres questions. Je vais probablement te surprendre mais je crois que poser des questions c'est le plus important car cela montre que les réponses sont infinies. ce qui compte c'est d'être un être se questionnant car c'est une spécificité humaine.

Écrit par : ariaga | 20/02/2013

@ Jean, la poétesse photographe commence à avoir les chevilles qui enflent, et la tête aussi, en lisant tes compliments.

Écrit par : ariaga | 20/02/2013

@ Tilk, Oui, mais combien de vies nous faudra t-il pour finir de construire l'édifice ?

Écrit par : ariaga | 22/02/2013

@ Michèle, merci pour ce joli texte sur la multiplicité des reflets, et aussi pour la visite.

Écrit par : ariaga | 22/02/2013

Bonjour Ariaga...
Merci pour ton passage...toujours un plaisir de découvrir un nouvel univers...
Je vais mettre ton espace parmi les liens sur mon blog...
Agréable week-end...

P.S. :par le biais de ton blog je viens de découvrir celui d'Isabelle...

Écrit par : michèle | 23/02/2013

@ Michèle, j'ai apprécié tes pensées quotidiennes et je vais moi aussi te mettre en lien. Merci pour ta visite au Laboratoire.

Écrit par : ariaga | 23/02/2013

Il est toujours aussi doux de vous lire Ariaga.
Merci de partager encore et encore...

Écrit par : Anneleau | 26/02/2013

Il est impossible de traverser le miroir sans briser notre image. Envers de nous-même. L'autre qui nous ressemble est insaisissable.
Amitiés.

Écrit par : Hécate | 27/02/2013

@ Anneleau, merci de donner des nouvelles, je t'avais un peu perdue de vue.

Écrit par : ariaga | 27/02/2013

@ Hécate, je crois que le côté insaisissable vient justement du fait que nous avons les plus grandes difficultés à briser le miroir. C'est une espèce de suicide de notre image.

Écrit par : ariaga | 27/02/2013