UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le processus d'individuation | Page d'accueil | Joyeuses fêtes de fin d'année »

21/12/2013

Totalité

écriture,poésie,art,photo,socièté,amour,spiritualité,jung

Elle est elle, elle est lui, amour de sa vie, parti sur un autre plan de conscience.

Elle est lui, cet homme sans nom dont elle ramasse le regard perdu.

Elle est elle, cette femme sourire qui verse du miel sur les brûlures.

Elle est l'enfant larmes et rires.

Elle est l'animal dont les membres se brisent sur le chemin de l'abattoir.

Elle est le chat bien nourri ronron sur canapé.

Elle est tous et personne, elle est poussière de Totalité mais, sauvée de la dissolution par l'Amour Véritable, elle  devient Unité dans l'infini Cosmique.

Ariaga

Commentaires

Il y a du monde par là ! Bises pour tous et spécialement pour l'unique ! :)

Écrit par : Hortense | 21/12/2013

Bon jour Ariaga,
Avant de devenir Unité dans l'Infini Cosmique, on n'est qu'une petite goutte d'eau perdue dans l'océan ou une petite poussière qui vole invisible dans le ciel ! Heureusement que l'Amour est là !
Bises ma belle

Écrit par : danae | 21/12/2013

Bonsoir Ariaga ,

Indissoluble en la matière , cette autre moi nous attend tous ,
Elle est l'aimant du coté source , la fleur de l'âme nous étant chère ,
ton œil l'amie est aurifère , il à vu juste au fil d'une course ,
pour naître entier sous la grande ourse , le cœur son alchimie doit faire
~
Pour ton quart de Tour, ce Prix Spécial du Jury : la Rose d’Hors
Merci à toi pour quatre accords , avant le feu d’une Alchimie.
~
NéO~
~
Amitiés pour l’Esprit

Écrit par : NéO~ | 21/12/2013

Thot alité, l'ibis cub , et l’œil oh ruse !

Écrit par : Thierry | 21/12/2013

j'aime beaucoup
besos
tilk

Écrit par : tilk | 22/12/2013

il y a la chaine du temps qui vient du passé et va vers l'avenir
il y a les liens du sang ou du cœur qui magnifient la vie
et forment comme des lentilles mais pas que d'eau revoir
ils sont comme l'abreuvoir des sources de vie et de souvenirs
on se mire et même l'image déformée nous donne l'instant tanné
le clapot n'aura pas tonné qu'il n'aura de cesse de nous étonner
à mon cœur défendant je me replonge sans fendant et je dis go
pas moi ni je, nous , parce que c'étaient eux, émoi

Écrit par : Thierry | 22/12/2013

Très beau et émouvant.
Amitiés

Écrit par : Francine | 22/12/2013

@ Hortense, sous ton masque tes visites me font quand même plaisir.

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

@ Danae, tu as tout compris ...

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

@ NéO, merci pour les perles fines que tu déposes au Laboratoire. Je 'en fais un collier.

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

@ Thierry, on t'en as fait des misères informatiques ! Heureusement que tes textes, toujours aussi intéressants et originaux, ne se sont pas perdus dans la faille spatio-temporelle.

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

@ Tilk, j'aime que tu aimes ...

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

@Francine, moi, c'est le portrait que tu as mis sur ton blog que je trouve émouvant et beau.

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

Si nous avons une longue vie, nous n'arrivons pas (de toutes les façons) à vivre tout ce qui pourrait être vécu. Passe de belles fêtes (on attend le Père Noël).

Écrit par : elisabeth | 22/12/2013

@ Élisabeth, mon problème est que, d'aussi longtemps que je me souvienne, je n'ai jamais cru au Père Noël !

Écrit par : ariaga | 22/12/2013

Elle-Est synchroniquement Conscience limitée et infinie... Belle fin de semaine chère Ariaga, chers tous

Écrit par : Phène | 22/12/2013

non encore des vortex de cortex !

Écrit par : Thierry | 22/12/2013

A force d'être "les autres", est-elle seulement elle-même?

Cela a-t-il seulement un sens, d'ailleurs, d'être soi-même? Ne serait-ce pas notre vanité qui nous fait croire que nous n'existons que par nous-mêmes?

Oui, je dois tout aux autres. Que je le veuille ou non.

Alors, unité (?). Peut-être. Uniquement peut-être. Aucune certitude. Juste une volonté.

Je suis ce que les autres ont bien voulu. Ni plus, ni moins.

La conclusion, car il en faut une, c'est que ce que les autres m'ont donné n'est rien d'autre qu'un cadeau au pire, une offrande au mieux, dont je suis le seul dépositaire et que je dois (c'est vraiment un devoir) faire fructifier. Ne serait-ce que pour les remercier; c'est le moins que je puisse faire. Outre le respect que je dois à tout-à-chacun. Quant à l'amour... bien plus difficile à donner qu'à dire. Et je sais de quoi je parle. Hélas.

Lucide, au minimum.

Enfin, oublions les leçons. Qui suis-je pour cela?

Salut ariaga.

Écrit par : paradox | 22/12/2013

Il-Elle est né-e, le-la divin-e Enfant,
Chantons tous son avènement
...............
Une étable est son logement,
Un peu de paille, sa couchette,
Une étable est son logement,
Pour un Dieu, quel abaissement !
................
O Roi-Reine, tout-e puissant-e !
Régnez sur nous entièrement!

Écrit par : Amezeg | 22/12/2013

uni n'est ce pas taire soi protestataire, nier sa diversité et sa mosaicité
alors que notre richesse et notre originalité sont liées à nos "tous" qui font tousser et indisposent ; l'arrêt connaissance c'est cet inventaire jamais fini et ces liens qui se matérialisent entre ces parties de notre grand tout, pas manitou !

Écrit par : Thierry | 22/12/2013

Sur la patère, nos défroques abandonnées,
Car ce Dieu que Moïse a cité
N’advient que dans notre plus grande nudité.
Devant Lui il nous faut protester de notre humilité
Et promettre qu’un vent de terre trop délétère
Jamais en nous ne fera taire, à l’infini,
Le souffle plus grand de l’Esprit qui unit.

Écrit par : Amezeg | 22/12/2013

Je te souhaite de passer de joyeuses fêtes, chère Ariaga. Dommage qu'on ne se soit pas rencontrées lorsque tu étais à Morlaix. Bises

Écrit par : danae | 23/12/2013

J'aime bien ton texte Ariaga. Nous sommes poussière, tout petit dans l'infini mais nous sommes aussi une partie du cosmos. Nous sommes le cosmos et nous sommes reliés. Nous devrions en prendre plus conscience car cette reliance ouvre la porte à tous les possibles. Les fêtes arrivent et je te souhaite d'agréables moments, seule ou avec des amis.
En pensée avec toi.

Écrit par : Daniel | 23/12/2013

Tu es une des rares à savoir à quel point je goûte ce "petit" texte plein de cœur rayonnant, là où l'amour illumine la moindre particule d'air et l'instant infinitésimal d'un regard d'amour plus riche que les trésors de la reine de SABA. Je suis fasciné par la richesse des commentaires, à tel point que je suis resté coi lors de ton dernier, ne sentant rien à dire dans un domaine qui me paraissait un peu "abstrait" pour moi, ridicule vers de terre dans les sphères des philosophes. Mais le foie gras approche, et vive la vie avec les amateurs de saveurs, de cieux pleins d'étoiles et chatons ronronnant sur les genoux, princes sublimes se la dépendance connue mais méprisée, tant (bien sûr) que la gamelle n'est pas en cause.
BISES de l’escargot hautain du jardin.

Écrit par : ÉPHÊME | 23/12/2013

@ Danae moi aussi je te souhaite de bonnes fêtes. À Morlaix je n'étais pas remise de mon deuil et me suis repliée dans la solitude mais ce n'est que partie remise. C'est beau la Rochelle.

Écrit par : ariaga | 23/12/2013

Beau texte, qui résume tout !
Bises

Écrit par : Ray | 23/12/2013

Coucou rapide, pour te souhaiter un bon Noel, chère Ariaga, pour toi et tes proches...des bisous joyeux...

Écrit par : le Pierrot | 24/12/2013

Bonnes fêtes de fin d'année à tous, pleines de joie.

Écrit par : Francine | 24/12/2013

Bonjour Ariaga et merci pour ces belles paroles à l'approche de la nuit de Noël, fête familiale mais surtout fête de l'homme en devenir.
Joyeux Noël !

Écrit par : Isabelle | 24/12/2013

@ ARIAGA À TOUS, merci pour vos commentaires qui me touchent et j'espère que, quelle que soit votre situation, vous avez eu des moments de joie en cette journée de Noël. Il y a les grands moments et les joies minuscules. Les deux peuvent être aussi lumineux.

Écrit par : ariaga | 25/12/2013

Elle, Il, Eux, Nous ... Chacun d'entre nous et nos inter-actions ou non actions ... Quoiqu'infiniment petits, nous influençons , sommes acteurs en cette immensité ... Mes pensées de chaleur vers toi, Mon Ariaga, ;-))

Écrit par : Kaïkan | 27/12/2013

C'est très beau....
Amicales pensées chère Ariaga.

Écrit par : Hécate | 07/01/2014

je n'ai plus la tonalité, allo !

Écrit par : Thierry | 07/01/2014