UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le monde matériel | Page d'accueil | Une lettre d'anniversaire de Jung »

24/03/2014

Freud et les actes manqués

écriture,société,culture,Jung,Freud,vie quotidienne,

Aujourd'hui, quand je repense à la manière dont j'ai publié par inadvertance ((cela ne m'était jamais arrivé en huit ans) une photo et deux lignes d'un début de note je pense plus à Freud qu'a Jung pour expliquer cette maladresse.

La lecture de Psychopathologie de la vie quotidienne de Sigmund Freud, son oeuvre la plus personnelle, est particulièrement réjouissante pour ceux qui, comme moi, sont souvent victimes de la malice des mauvais génies. Freud raconte de passionnantes histoires d'actes manqués au sujet de clefs, d'erreur sur les étages, d'objets qui vous échappent des mains et se cassent, d'oublis,  etc etc. ...

Pour Freud, ces méprises et maladresses diverses sont, en fait, non des actes manqués mais des actes réussis et il ne croit pas aux mauvais génies. Si ces actes sont non conformes à l'intention consciente et peuvent apparaitre comme des dysfonctionnements moteurs, ce sont des tours que nous joue notre inconscient. J'avais envie de casser ce vase cadeau de mariage ou d'appuyer sur le mauvais étage de l'ascenseur ou d'utiliser la clef de la maison à la place de celle du bureau.

Alors, quand j'ai cliqué sur "publier" au lieu de "mettre en brouillon" sur la phrase d'introduction d'un texte qui se voulait consciemment optimiste, et que mes lecteurs ont pu lire : " Il y a des jours ou le retour à la vie quotidienne est tellement pénible que l'on a l'impression de marcher dans la vase " peut-être faut il "entendre" qu'il s'agit d'un contenu de mon vase alchimique intérieur, au stade de la nigredo, de l'Oeuvre au noir . Vous comprendrez, amis, que je m'interroge sur cette exhibition qui n'est pas dans mes habitudes ...

Ariaga

Commentaires

Bonjour,


A force de ne trop vouloir décrire que les instants de félicité dans tous les blogs possibles, cela pourrait nous rendre coupable de ne pas ressentir la même chose. Alors que d'être vrai nous fait vibrer en Communion et fait ressortir l'appartenance à une même Voie, celle de l'Authenticité.
Merci pour la tâche accomplie...

Écrit par : Lyse | 24/03/2014

Souvent, ce genre d'actes m'amuse beaucoup : "ces extensions invisibles de moi-même, qu'ont-elles à m'enseigner" ? se dit ma petite tête... Et à d'autres moments, quand c'est plus douloureux, j'imagine le cosmos tout entier et je me dis que l'histoire en train de se jouer représente la tête d'une toute petite épingle... Ici et maintenant, c'est ce que je ressens... Belle journée à toi. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 24/03/2014

@ Lyse, tu as raison, on a trop tendance à vouloir s'échapper par le haut alors que nos pieds s'enracinent dans la terre.

Écrit par : Ariaga | 24/03/2014

@ Plumes d'Anges, ton histoire de tête d'épingle m'a donné une idée pour une prochaine note. Même si je réponds souvent brièvement ou pas du tout je considère ceux qui postent des commentaires comme des chercheurs du Laboratoire qui me nourrissent et me donnent à réfléchir.

Écrit par : Ariaga | 24/03/2014

Serait-ce ton inconscient qui t'aurait fait appuyer sur "publier" et non pas brouillon, je n'en suis pas sûre, moi qui ai les pieds bien enracinés sur terre, je pense que c'est tout simplement une étourderie par inadvertance. En tous cas nous avons bien été pris au piège, car on a pensé que tu étais en vraie perdition ! lol ! Bises

Écrit par : danae | 24/03/2014

@ Danae, et si, au fond de moi, j'avais été en perdition mais je ne voulais pas me l'avouer. Il est toujours bon d'écouter les leçons de l'inconscient même si on relativise ensuite.

Écrit par : Ariaga | 24/03/2014

Cela m'arrive souvent de faire des actes manqués, surtout des oublis ou des omissions. Je me demande à chaque fois pourquoi, sans toutefois trouver la réponse. C'est étrange tous ces actes manqués.....Le dernier, c'était un RDV chez mon médecin. Je l'ai totalement occulté et m'en suis aperçu deux jours après!

Écrit par : Daniel | 24/03/2014

@ Daniel, si tu parcours le livre de Freud (facile à lire, en poche) tu auras pas mal de réponses et vraiment on se projette !

Écrit par : Ariaga | 24/03/2014

mon quotidien est jalonné d'actes manqués (ou réussis, c'est selon ;-)) et je vois plutôt cela comme des petits signes auxquels on peut bien être attentif(-ve) .. Après tout, ce n'est pas forcément mal de changer ses habitudes, de temps en temps ! ... et puis, comme "exhibitionniste", tu as encore du chemin à faire pour me rattraper, chère amie :D
Belle soirée à toi,
bises

Écrit par : petit Sucre | 24/03/2014

d'autant que l'engluement de "l’œuvre au noir", la lumière du soleil noir, sont tout aussi intéressants et vitaux que l'image solaire qui baigne l'horizon de l'idéal. Ainsi à mon humble avis, avançons-nous en équilibre d'un néant à un autre... Bises non manquées Ariaga !

Écrit par : lechantdupain | 25/03/2014

Presque tu me réconcilie avec Sigmund avec ce billet...Mais pourquoi j'écris çà, je ne suis pas fâché! Bon, je me suis régalé de ce billet voilà bien le principal. Amitiés.

Écrit par : Louis-Paul | 25/03/2014

Bonjour chère Ariaga,
Ton histoire me rappelle un acte manqué qui vient de m'arriver. Il y quelques instant J'essayais d'ouvrir la porte de mon bureau. Et rien à faire, je n'y arrivais pas.Et puis je me suis aperçu que j'avais malencontreusement emprunté les clefs d'une collègue de travail !
La leçon que j'en tire c'est que pour ouvrir sa porte rien ne vaut sa propre clef !
très belle journée à toi :)

Écrit par : plume bleue | 25/03/2014

Acte manqué ou acte distrait ?...

La différence entre la résolution de manquer un acte et la distraction qui détourne l'acte de son intention première ?

Chère Ariaga, en cet instant je ne manque pas de t'envoyer une brassée de douces pensées pour une agréable semaine.

Écrit par : michèle | 25/03/2014

@ Petit sucre, j'ai toujours fait beaucoup d'actes manqués sur le plan matériel mais je dois dire que les actes manqués de l'écriture c'est du nouveau !

Écrit par : Ariaga | 25/03/2014

@ Lechantdupain, après l'engluement vient la dissolution et puis tout recommence ...

Écrit par : Ariaga | 25/03/2014

@ Louis-Paul, je suis contente que tu aies apprécié le menu.

Écrit par : Ariaga | 25/03/2014

Plume Bleue : déduction pleine de logique ! :D
Bisous

Écrit par : petit Sucre | 26/03/2014

L’acte manqué brise parfois le temps. Il n’est pas d’heure pour se sentir exister par-delà même l’existence.
Pensée amicale.

Écrit par : B. | 26/03/2014

englue-tissage de mots et que le corps noir rayonne

Écrit par : Thierry | 26/03/2014

@ Plume bleue, Tu ne peux pas imaginer tout ce que Freud aurait déduit du fait d'emprunter les clefs d'une collègue de travail ...

Écrit par : Ariaga | 26/03/2014

@Michèle, tu trouveras la réponse dans le chapitre 8 intitulé méprises et maladresses. Je te fais là une bonne blague non ? Mais je crois que c'est une simple dis - traction qui ne fera rire que moi!!!

Écrit par : Ariaga | 26/03/2014

Nul doute, "le vase alchimique" est en nous... o)))
Amitié

Écrit par : Miche | 27/03/2014

Plume Bleue, avec une clef qui est mon symbole de prédilection (et à laquelle tu as mis le "f" ce que j'apprécie!) tu illustres bien ce qu'un acte manqué peut signifier et comment on peut l'interpréter. Mais je m'éloigne de Freud, pour dire que, de voir un peu dans ces images un langage qui n'est pas forcément celui de l'inconscient, ou que l'inconscient n'est pas forcément ce que l'on croit, reste une belle ouverture dans laquelle je me suis glissée depuis fort longtemps.
Foi de conteuse...
Thierry, j'aime quand tu fait court, c'est dense ! Haïku...
Ariaga, devons-nous être effrayés d'avoir parfois les pieds dans la vase ? Le noir est vie, tout autant que le blanc. C'est de vouloir toujours tout beau et bien et joyeux qui nous rend si fragiles et si petits devant nos rêves.
"Nous marchons tous dans la boue, mais certains regardent les étoiles..."
Oscar Wilde
J'aime.

Écrit par : la gaillarde conteuse | 27/03/2014

Le vaseux sans mimiques n'est pas la clef de voute, ce n'est pas l’inattention ni l'indécidable, pas l'inoxydable impression que les mots rouillent e qu'on dérouille quand on déraille, quand on détaille tous ces incidents qui ne provoquent pas d'incendie, on ne trouve pas à s'échauffer, échaudé et trahi , mais par qui et pourquoi.
Des erreurs d'aiguillages qui aiguillonnent et montrent que parfois on plafonne mais même si ça ne sonne pas bien pas de quoi en faire en plat
c'est juste la part d'erreur et d'approximation, les choix proximaux et les chemins vicinaux.

Écrit par : Thierry | 27/03/2014

Nous sommes souvent habités de sentiments contradictoires et mr Hyde montre son nez quand le docteur Jekill a le dos tourné...

Écrit par : Old Nut | 29/03/2014

Tu t'interroges ? On a l'esprit qui vagabonde et hop ! on manque la marche ou on fait tomber quelque chose et on râle !
Si les actes manqués ne sont vus par personne, ce n'est pas grave. Mais si on est dans la vie professionnelle, il peut quelquefois y avoir des retombées pas très bonnes pour la carrière.... ou bien on devient la risée des collègues.
Ici, dans ton blog, on relativise. D'ailleurs je n'ai rien vu. Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 29/03/2014

@ B. j'aime ces mots, "briser le temps". Merci.

Écrit par : Ariaga | 29/03/2014

@ Thierry, je vois que tu as retrouvé toute ta verve poétique.

Écrit par : Ariaga | 29/03/2014

@ Miche, oui mais il est parfois difficile d’œuvrer sur son contenu.

Écrit par : Ariaga | 29/03/2014

@ La gaillarde conteuse, si je devais être effrayée d'avoir les pieds dans la boue, il y a longtemps que j'aurais lâché la branche et serais tombée dans le précipice !

Écrit par : Ariaga | 29/03/2014

"oui mais il est parfois difficile d’œuvrer sur son contenu."

Je dirai même que c'est impossible... nous sommes cela.

Écrit par : Miche | 30/03/2014