UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Naviguer sur l'Océan de la Totalité | Page d'accueil | La rune ISA »

26/10/2014

Une histoire zen

écriture,culture,zen,d.t.suzuki,philosophie,spiritualité,pensée,humour

Illustration ÉPHÊME

Comme le savent mes lecteurs, j'aime tirer au hasard, comme au tirage du loto, le matin, un livre de ma bibliothèque et ensuite, toujours au hasard, j'ouvre sur une page. Souvent ce tirage donne un coloration à ma journée. Je trouve que ce matin j'ai eu la main heureuse avec un livre assez ancien de D.T. Suzuki  intitulé : Le non mental selon la pensée Zen. À la page 208, j'y ai trouve une petite histoire, probablement bien connue de ceux qui pratiquent le Zen, que j'aimerais partager avec tous car je la trouve très instructive.

" Ceci fut dit par le maître Wu-chu, de la dynastie T'ang, pour le bénéfice de son disciple Wu-yu : "Je connais une histoire. Il était une fois un homme qui se tenait debout sur une haute colline. Trois voyageurs qui passaient par hasard sur la route voisine, virent de loin cet homme sur la colline, et ils en parlèrent ensemble. L'un dit : "Sans doute a t-il perdu son animal favori". Un autre dit : "non, il doit chercher son ami". Le troisième dit : "Il jouit simplement de l'air frais sur la hauteur". Ils ne pouvaient se mettre d'accord, et leur discussion continua jusqu'à ce qu'ils fussent arrivés en haut de la colline. Le premier voyageur demanda : "O ami, qui vous tenez ici, n'avez vous pas perdu votre animal favori ?" "Non, Monsieur, je ne l'ai pas perdu". Le second voyageur demanda : N'avez vous pas perdu votre ami ?" "Non, Monsieur, je n'ai pas perdu mon ami non plus ". Le troisième voyageur demanda : N’êtes-vous pas en train de goûter l'air frais sur cette hauteur ?". "Non Monsieur". "Pourquoi donc êtes vous là si vous répondez "non" à toutes nos questions ?"L'homme sur la colline dit : "Simplement je suis là".

J'espère que vous serez vraiment LÀ quand vous lirez cette histoire.

Ariaga

Commentaires

et ici et maintenant je te souhaite un bon dimanche Ariaga ! Bises ! :)

Écrit par : Lechantdupain | 26/10/2014

Lolllll, j'aime beaucoup l'histoire et ton petit commentaire "J'espère que vous serez vraiment LÀ quand vous lirez cette histoire."
Bises Ariaga

Écrit par : Miche | 26/10/2014

Ah ! Les jugements, les suppositions, les hypothèses du mental ! Il n'est pas capable de s'effacer celui-là...
Bises et bonne soirée, Ariaga.

Écrit par : Aloysia | 26/10/2014

Je suis là, mais pas de là....

Écrit par : Icare | 26/10/2014

Sans analyse et sans jugement, présent mais observateur ni indifférent ni engagé que puis je décrire de ce que je vois si je n'y mets de moi même des suppositions et des hypothèses, hypothéquant la vérité de soupçons. La présence à soi, en soi est fondamentale car encore une fois et j'ai l'impression de me répéter "je suis celui qui suis , je suis qui je suis, je suis" !

Écrit par : Thierry | 26/10/2014

Ah quel idiot, j'oubliais, bravo à Ephême pour ce paysage superbe, quelle maitrise !

Écrit par : Thierry | 26/10/2014

Te souviens tu, chère Ariaga, comment nous nous sommes croisés sur la toile ?

J'étais là, parmi les fidèles lecteurs de tes partages, mais je n'exprimais pas ma présence...une occasion particulière me poussa à sortir de l'ombre.

Beaucoup sont là, sans que nous les voyons, il est important de s'en rappeler.

Bises,
Jean

Écrit par : Jean Bissur | 27/10/2014

Où ça là ?... ;-) Belle semaine, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 27/10/2014

Dans un autre espace-temps, mais toujours ici et maintenant, voici mes félicitations destinées à Ephême pour cette intéressante illustration inspirée par la zenartitude ! :)

Écrit par : Lechantdupain | 27/10/2014

@ Lechantdupain, oui, ici et maintenant. Je pense que Éphême sera sensible au compliment. Il est très pris en ce moment par la famille venue du Pérou.

Écrit par : Ariaga | 27/10/2014

@ Miche, je vois que tu as compris.

Écrit par : Ariaga | 27/10/2014

@ Aloysia, oui, il est indestructible car il nous structure mais on peut le remettre à sa place !

Écrit par : Ariaga | 27/10/2014

@ Icare, jolie formulation.

Écrit par : Ariaga | 27/10/2014

On peut très bien ne penser à rien devant un joli paysage c'est être contemplatif. On est zen, serein et en paix. Pourquoi les gens cherchent ils toujours à interpréter les pensées de l'autre selon leurs propres pensées ? J'ai bien été là en lisant ton histoire.

Écrit par : Lauriza | 28/10/2014

Une belle histoire. Etre là sans se poser de questions!

Écrit par : Daniel | 28/10/2014

Je souris, Ariaga car en lisant ton message sur le Kaïkan, je me suis dite que c'est pour toi et Maria que j'ai repris la barre ;-)) Alors oui, je suis là et bien là, en présence ;-))

Écrit par : Kaikan | 28/10/2014

Et je joins aussi mes compliments pour l'illustration ;-)) toute en finesse ;-))

Écrit par : Kaikan | 28/10/2014

Être là, tout simplement et pourtant on l'oublie souvent, trop souvent... La page du jour est un beau cadeau, merci Ariaga. Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 30/10/2014

De jolies pensées au travers de cette histoire..à méditer ou à mettre en pratique !
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 31/10/2014

ARIAGA À TOUS, je suis très provisoirement éloignée du blog mais, patience, j'arrive très vite.

Écrit par : Ariaga | 31/10/2014

Seul l'homme qui agit sait pourquoi il agit. C'est lui qui décide et on peut faire toutes les suppositions possibles pour n'arriver à aucun résultat ou presque, mais alors c'est une loterie si on devine juste. Bonne pause Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 01/11/2014

Oui, Ariaga, je suis là, ici et maintenant. :-)
Merci pour cette jolie histoire. Amitiés.

Écrit par : Françoise | 01/11/2014

Moi, je n'aurai simplement pas répondu aux questions, j'aurai souris, me serais incliné et serais parti... aussi simplement qu'un courant d'air.
C'est cela "Moshutoku" (le non mental de la pensée)

Écrit par : Shirokuma | 02/11/2014

Belle semaine, chère Ariaga. Une vilaine angine me "pompe" toute mon énergie... Bien chaleureusement

Écrit par : Phène | 04/11/2014

@ ARIAGA À TOUS, retour sur la net, mais à petites doses car je dois un peu lever le pied. Merci pour vos commentaires et amitiés à tous.

Écrit par : Ariaga | 04/11/2014

Je prends grand plaisir à lire cette histoire au retour de "mes" montagnes... Amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 04/11/2014

Bonjour Ariaga, je félicite Ephême pour sa belle illustration dans le style chinois. Ensuite, je suis là de retour sur ton blog après avoir fait une jolie virée à Lanzarote au milieu des volcans et champs de lave. Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 06/11/2014

Nous sommes là. Simplement là.

Écrit par : la Mère Castor | 06/11/2014

Ici bas où d'ailleurs, le fait d'être là en soi, invite le voyageur à s'arrêter au delà, ma foi d'âme Ariaga, tout l'hors vient au chercheur, quand entre deux battements, l'esprit sonde trois couleurs.
~
becs à l'œil

Écrit par : NéO~ | 07/11/2014