UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bateau sur la mer | Page d'accueil | Romans policiers, romans de science-fiction »

28/11/2014

Évolution du Laboratoire

écriture,blog,vie quotidienne,pensées,site jung,culture,spiritualité

Une illustration de ÉPHÊME sur le site.

Je me pose  en ce moment pas mal de questions au sujet de l'évolution du Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie spirituelle. Cela fait maintenant nombre d'années qu'il existe et que j'y écris avec plus ou moins de bonheur. Sous sa forme actuelle je dois dire que je suis un peu à bout d'inspiration et surtout un des buts qui était d'être "dans les pas de Jung" me semble avoir été atteint dans pas mal de textes déjà publiés. J'ajouterai que ceux qui veulent suivre ma "pensée" sur Jung, ses concepts, le rêve, Jung et l'alchimie vont retrouver tout cela beaucoup plus développé  sur le site C.G.Jung, rêve alchimie homéopathie qui commence à prendre sa vitesse de croisière. L'enfant grandit ...

Alors que faire ?

Uniquement de la poésie, l'inspiration n'est pas toujours là même si c'est ce qui me donne le plus plaisir quand remontent ou descendent, je ne sais, des mots qui me surprennent.

Devenir plus personnelle et tenir une sorte de carnet quasi quotidien consacré à ce qui me marque, m'interroge, m'inspire, me rebute, me fait avancer ou reculer. Difficile car ceux qui me connaissent savent que je suis assez secrète mais ce serait peut-être le moment de franchir ce pas car c'est cela le travail d'alchimie si on considère que l'on est le creuset où se mélangent les matériaux de l'alchimie spirituelle.

Continuer comme avant mais en publiant peu, seulement quand j'ai le souffle pour écrire des articles "de fond".

Une autre idée pas encore mûre ? Une chose est certaine, je suis très attachée à ce blog et à son titre mais je couve des œufs dont j'ignore si ils contienne des poussins ou des bébés aiglons !

Je m'interroge et votre avis m'intéresse amis lecteurs. Pour les timides, j'ai un mail, en haut à gauche du blog.

Ariaga

 

 

 

 

Commentaires

je vote pour la poésie !!! ah ah ah
besos
tilk

Écrit par : tilk | 28/11/2014

La peau hésite avant que de réciter
les poils se hérissent on n'en fait pas des drisses
je dois reconnaitre malgré le fait que je suis un béotien
dans beaucoup de domaines que ce blog me parle et m'interpelle
et que les questions ne me rebutent pas
les réponses c'est une autre histoire , toute personnelle
Les voyages d'été sont formidables
les transitions de saison bien négociées
le public est varié et la diversité des commentaires en atteste
je serai fort marri si ce site devait fermer
je suis allé sur la pointe des pieds vers le nouveau
mais comme je rêve beaucoup avec remembrance
peut être vais quêter des lumières là bas aussi.

Oui la poésie ça serait bien , tu invites des photographes et des illustrateurs, tu pourrait aussi entamer un carrousel des volontaires
dans ce domaine, la question étant de quoi va t on parler et y a t il un fil conducteur ?

Bref tu feras à ton idée et selon tes envies car tu es seule maitre à bord , mais je t'embrasse fort avec le souffle de l'Autan qui nous tend sur nos terres lauraguaises. Point de pluie ou en si petite quantité.

Avec mon affection et sans affectation.

Écrit par : Thierry | 29/11/2014

Il y a trois mots dans le titre de ce blog qui, pour moi, ne coincident pas forcément : "rêve" "alchimie" "spirituel"...
Cela te laisse un vaste champ d'investigation...
Je ne connais rien de Jung, et il semble que cela ne m'interpelle absolument pas... C'est sans doute pour cela que j'interviens fort peu sur ton blog, parce que je ne comprends pas la plupart des textes ou commentaires ici bas...
Nous parlons la même langue et pourtant je ne comprends strictement rien... J'ai plus de chance en japonais, même si je suis débutant, qu'ici même...
Alors... Écoute seulement ton ressentis sans trop te poser de question... Reste dans le titre de ton blog...
Mais ton penchant cartésien, scientifique t'emprisonne peut-être...
Je ne sais pas, puisque je ne te connais pas et que j'ai le plus grand mal à discerner "Ariaga"... Si j'utilisais une métaphore, je dirai que : dans un combat au sabre, ta posture mettrais immédiatement tous mes sens en alerte, et je serais contraint à établir une stratégie de défense en attendant un mouvement...
Bon week-end à toi et aux tiens, même sous la grisaille, la lumière est là.

Écrit par : Shirokuma | 29/11/2014

@ Shirokuma, si tu savais comme je suis peu cartésienne !!! Si je devais choisir un mot ce serait paradoxe. Pour ce qui est du mystère d'Ariaga il diminue avec les années mais il relève aussi du paradoxe car je pense que nous sommes l'un et son contraire ce qui est nécessaire à la totalité d'un être. Ta réponse m'a beaucoup intéressée et j'espère que, même si tu trouves certains textes obscurs, tu viendras quand même encore te promener dans la pénombre.

Écrit par : Ariaga | 29/11/2014

@ Thierry, ta proposition me semble très séduisante mais je frémis à l'idée de ce que ce serait compliqué. Je la mets dans le sac que je vais ensuite secouer pour voir ce qu'il en sort.

Écrit par : Ariaga | 29/11/2014

@ Tilk oui, la poésie mais je crains de ne pas avoir assez d'inspiration pour nourrir un blog. Évidemment il y a la solution de Thierry ...

Écrit par : Ariaga | 29/11/2014

Ma chère Ariaga,

Va où le vent te porte… Personnellement, j'aime bien les surprises et les contemplations que suscitent en moi tes photos qui en disent toujours plus qu'elles ne semblent d'abord le faire.
Nous sommes tous si complexes et contradictoires et je trouve merveilleux qu'avec le relatif éclectisme de tes articles tu parviennes à restituer cette complexité tout en restant toujours sur le même fil.

La suggestion de Thierry d'accueillir ici des invités me semble aussi excellente. Pour tenir un blog depuis longtemps déjà, je sais combien parfois on a envie de lever le pied, tout en tenant à continuer. Les invités peuvent de temps en temps assurer l'intérim et nous mener sur des chemins buissonniers.

amicalement

V

Écrit par : venezia | 29/11/2014

Ariaga,
Le rônin que je suis ne porte aucun jugement ; je sais reconnaitre mes propres limites. Tu peux être certaine que je continuerai à passer ici, dans la pénombre des propos tenus... Même si je m'abstiens d'intervenir, tu peux être sûre que mes yeux sont braqués sur toi...
Cordialement.

Écrit par : Shirokuma | 29/11/2014

@ Venezia, j'ai déjà accueilli des invités et je compte le faire encore. c'est la rubrique contributions du blog. Je pense utiliser aussi, avec l'accord de leur auteur, certains commentaires qui sont parfois de belles surprises. Mais, j'ai aussi envie de quelque chose qui ressemble plus à un journal de bord. Certains mails que je reçois de personnes tout à fait inconnues vont dans ce sens. Rien ne presse car je pense que je ne prendrai pas de "grandes" décisions avant le début de l'année prochaine.

Écrit par : Ariaga | 29/11/2014

@ Shirokuma, j'avais déjà les yeux de mon chat, des yeux d'or parfois très insistants braqués sur moi et te voilà ...

Écrit par : Ariaga | 29/11/2014

Si je ne me trompe pas, nos blogues ont le même âge. (2006)
Je suivrais les réponses à tes interrogations avec beaucoup d’intérêt car moi aussi (c’est récurent mais par périodes) "je m’interroge".
Et de-même je suis très attaché à mon blogue, ce "Carnet " comme je le nommais auparavant. Mais – pour avoir « testé » d’autres réseaux sociaux, je trouve au blogue des vertus et qualités que je ne retrouve pas ailleurs. Mais je me suis " adapté" aux évolutions (dont les miennes) et maintenant j’accepte que certains billets soient commentés ailleurs que sur mon blogue…Et j’ai aussi décidé qu’il y aurait des moments où je publie beaucoup, d’autres moins ou pas.
Alors, si ton blogue reflète un peu plus ton quotidien (on peut le faire en gardant ses « zones secrètes), si la périodicité change, si...J'ai envie de te dire de faire selon ton ressenti!
Je vais terminer en ajoutant que j’aime bien venir ici - car tu varie comme je le fais les thèmes de ton blogue tout en veillant à garder sa personnalité - et que je continuerais à venir. Amitiés.

Écrit par : Louis-Paul | 29/11/2014

Bonjour Ariaga, j'aime conserver le lien avec toi par ce blog. Rien ne t'oblige à publier souvent, mais ce que tu écris est toujours rempli de sens et nous fait réfléchir. Ce serait dommage de l'arrêter d'autant que l'autre est plutôt réservé "aux connaisseurs" ! On se lasse quelquefois mais arrêter un blog c'est perdre les amis qui y viennent ! Alors ce serait trop triste, et puis j'adore les dessins d'Ephême.
Je t'embrasse

Écrit par : danae | 30/11/2014

Chère Ariaga
J'aime venir ici, découvrant à chaque fois ce que tu offres en partage, des mots de toi, d'Ephême, dessins, photos, peu importe, cela me parle toujours d'Ariaga. o)))
Quand tu es silencieuse, c'est encore de toi.
Alors, fais comme tu le sens, c'est toujours bien.
Amitié.

Écrit par : Miche | 30/11/2014

@ Louis Paul, oui faire selon mon ressenti mais il a tendance à être fluctuant.

Écrit par : Ariaga | 30/11/2014

@ Danae, il n'est pas question que j'arrête ce blog auquel s'attache aussi le souvenir de mon bien aimé qui l'a lu tant qu'il en avait la force. Je cherche seulement une nouvelle formule, une nouvelle alchimie, pour qu'il n'y ait pas double emploi avec le site.

Écrit par : Ariaga | 30/11/2014

@ Miche, tu m'apportes beaucoup de réconfort. Je crois qu'il va falloir je je me décide à laisser visiter une partie de mon jardin secret, ce lieu où s'effectue l'alchimie du quotidien.

Écrit par : Ariaga | 30/11/2014

Bonjour amie,
merci pour cette petite pensée depuis le décès de mon épouse
je ne vais pas trop sur les blogs en ce moment
Bonne fin de dimanche
à bientôt
Daniel

Écrit par : dany2121 | 30/11/2014

@Dany, c'est seulement en te lisant et en allant sur ton blog que j'ai appris cette triste nouvelle. J'espère que, ton chagrin un peu apaisé, tu reviendras vers tes amis de blog. Je pense bien à toi.

Écrit par : Ariaga | 30/11/2014

Comme tu dis les gens que l'on aime reste dans nos coeurs, tout cela a été une délivrance pour elle et pour moi d'une certaine façon ...
A bientôt afin de philosopher un peu ensemble
Bises
Daniel

Écrit par : dany2121 | 30/11/2014

J'avoue humblement moi aussi que j'ai du mal à comprendre certains méandres de l'esprit de Jung trouvant peu de clarté dans les explications. N'étant pas une fille qui rêve c'est certainement pour cela que je ne m'y intéresse pas. Quant à la spiritualité je l'ai peut être parce que je ne suis pas matérialiste mais je n'ai aucune dévotion pour une religion quelconque qui n'est que le fruit de l'esprit des hommes. Cela ne m'empêche pas de me poser beaucoup de question sur la vie.

Écrit par : Lauriza | 30/11/2014

A mon avis tu dois continuer en abordant tous les sujets qui t'intéressent sans te limiter à des thèmes précis. L'idée de parler de ressentis personnels me parait intéressante. Il y a toujours à dire sur le sujet car nous nous transformons continuellement. Et puis l'idée me plaît bien. Plutôt que de citer les textes des autres, puiser en soi pour faire connaître tout son travail personnel relevant du développement et de son évolution. Il y a tant à dire !

Écrit par : Daniel | 30/11/2014

Ma chère Ariaga, je te vois là dans la même situation que j'ai été dernièrement avec mon premier blog "l'Espace d'un Instant" (http://www.valentinem.com/) dont je me suis lassée ; mais c'est la transformation de la plate-forme de blog qui m'a obligée à l'abandonner car maintenant la nouvelle formule n'est plus adaptée à l'usage que j'en fais et finalement je le regrette...
Sorti de là trouver l'équilibre est difficile ; depuis que j'ai décidé de ne consacrer "Aloysia" qu'à un carnet de route sur la Voie spirituelle j'ai bien du mal car à un moment ou un autre l'inspiration part sur d'autres voies ; et se scinder entre deux blogs n'est pas facile. Tu trouveras, j'en suis certaine ! Bises, et merci de ta visite dans mon jardin secret un peu confus en ce moment...

Écrit par : Aloysia_Martine | 30/11/2014

Bien sûr, je vote pour la poésie..moi aussi, parfois, j'ai envie de lacher cette sphère virtuelle et puis, j'y reviens car elle me nourrit de mots d'autres personnes que j'aime sans vraiment les connaître.
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 01/12/2014

L'inspiration est le Maître de tout artiste, poète et prosateur n'écrivent que sous sa dictée. "Tout vient à point à qui sait attendre" nous murmure Rabelais .. Belle semaine, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 01/12/2014

Finalement, tu vois, c'est moi qui arrête pour revenir à mes anciennes voies.

Écrit par : Aloysia_Martine | 01/12/2014

@ Aloysa, tu as bien raison, j'aime tes anciennes voies.

Écrit par : Ariaga | 02/12/2014

@ Lauriza, il n'est pas toujours nécessaire de "comprendre", il faut juste attendre un "tilt" et alors on reçoit quelque chose de tout à fait inattendu.

Écrit par : Ariaga | 02/12/2014

@ Sedna, oui, j'aime la poésie par dessus tout mais je ne "ponds" pas assez facilement pour avoir un blog où je ne publie que ma poésie. Pour moi c'est un cadeau que l'on ne reçoit que par intermittence.

Écrit par : Ariaga | 02/12/2014

@ Daniel, je crois que c'est, en effet, le pèle mêle qui correspond le mieux à ce que j'ai envie de faire et à l’attente des lecteurs mais je veux prendre mon temps ...

Écrit par : Ariaga | 02/12/2014

@ Phène, comme tu as raison ! Mais c'est une amie inconstante ...

Écrit par : Ariaga | 02/12/2014

Bonjour Ariaga,
Si tu es attachée à ce Laboratoire, il ne faut pas le supprimer. Si tu crois que ce que tu souhaites publier maintenant est toujours plus ou moins dans l'objet de ton Laboratoire, tu peux aller de l'avant. C'est normal qu'on se pose des questions. Je m'en pose aussi pour les miens. J'en ai 4 sur Hautetfort et un autre ailleurs. J'ai envie quelquefois d'en supprimer au moins deux. Il y a eu un engouement pour les blogs au début mais maintenant cela se tasse et beaucoup (je ne sais combien) ont disparu. Tu as encore le temps de réfléchir. Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | 03/12/2014

@ Elisabeth, je viens de relire mon texte car je commence à avoir des doutes sur ce que j'ai écrit. Je ne vois pas à quel moment j'aurais parlé de supprimer le blog. Je m'interroge seulement sur le contenu à lui donner dans les mois qui viennent. Tu n'es pas la seule à faire cette interprétation dans les coms et je ne parle pas des mails de parfaits inconnus qui me disent de ne pas arrêter ce blog ! NON je ne supprimerai pas ce blog.

Écrit par : Ariaga | 03/12/2014

Cela fait huit ans que je cotoie ce blog, et j'ai été avec toi tantôt sur le banc tantôt en haut de grues vertigineuses, puis dans des voyages extraordinaires via le cosmos et l'intérieur infini, mais ce que j'apprécie par-dessus tout c'est de m'arrêter chez toi, je ne sais pas ce que j'y trouverai, mais je sais que je t'y trouve toi, avec toute la beauté de ta poésie, et la chaleur et la bienveillance d'un être qui vit, et l'amour d'êtres similaires, qui jouent à chercher, trouver, jongler et danser au rythme des mots, des formes-pensées, au doux va-et-vient des chemins.
L'important est ta présence et l'envie de partager, merci pour ce grand partage :)

Écrit par : amista | 03/12/2014

Continuer et se réinventer, avec le support et l’admiration de nous autres.

Écrit par : Thierry | 03/12/2014

Passage amical.

P_S: Je pense que l'étude de Bernard Fibicher sur Varini va t'intéresser...

Écrit par : Louis-Paul | 04/12/2014

Bonjour Ariaga,
Un jour que j'étais en panne de réalisation, un âmi m'a dit de me fier à mon inspiration...non pas une inspiration dictée par un mental en ébullition mais de me laisser guider par une inspiration venant de ma nature profonde...

Chère Ariaga, les épreuves du temps nous enseignent qu'il est utile de se poser des questions, sinon aurions-nous la merveilleuse possibilité de nous réinventer ?...

Amicales pensées,
Michèle

Écrit par : michèle | 04/12/2014

La fatigue et l'usure de la blogueuse, voilà un sujet que je connais bien, même si nos blogs n'ont pas grand chose en commun.
Mais l'idée de voir ce qu'il y a dans l'oeuf pondu sur ton blog unique titille ma curiosité, alors...
Fais comme moi, quand tu veux, quand tu peux, souvent ou pas... du tout.
Amitiés.

Écrit par : la Mère Castor | 04/12/2014

@ Amista, ce que tu écris là me touche beaucoup. Mes mots seraient superflus.

Écrit par : Ariaga | 04/12/2014

@ Louis-Paul, en effet ton article "la géométrie en rouge de Varini" est passionnant. C'est un gros travail. Je donne le lien pour ceux que cela intéresse. http://www.louispaulfallot.fr/archive/2014/12/04/la-geometrie-en-rouge-de-varini-5503327.html?c

Écrit par : Ariaga | 04/12/2014

@ Michèle, tu as trouvé le mot juste, se réinventer ... ce n'est pas facile car en bons humains nous nous méfions de l'inconnu.

Écrit par : Ariaga | 04/12/2014

@ la Mère Castor, je sais que toi aussi tu te poses des questions. Nous avons un point commun : durer ... et je sais aussi que ton blog fait partie des indispensables.

Écrit par : Ariaga | 04/12/2014

ARIAGA À TOUS, je suis allée chez la Mère Castor http://lamerecastor.canalblog.com/
et contrairement à ce qu'elle avait annoncé elle a recommencé son fameux calendrier de l'avant. Elle compte sur les amis de blog pour lui suggérer des mots inspirants alors moi je compte sur vous qui avez tellement d'idées !!!!

Écrit par : Ariaga | 04/12/2014

Merci Ariaga. Cela me fait plaisir car effectivement c'est "un gros travail "de recherche(mais passionnant). Cette Note faisait partie de celles "en chantier" que je tenais à publier. Je suis content que cela soit fait. Amitié.

Écrit par : Louis-Paul | 04/12/2014

Il faut peut-être faire confiance à la vie, c'est elle qui te montrera le chemin quand le moment sera venu... Là, tu apprends la patience, en plus c'est si bon de "couver", non ? Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 04/12/2014

@ Plumes d'Anges, oui, la patience c'est bien mais le temps avance vite pour moi ..

Écrit par : Ariaga | 05/12/2014

@ ARIAGA À TOUS Je vous remercie avec tout mon cœur de ce que vous m'avez apporté par vos commentaires et vos mails. Je vois mieux où je vais et ce qui m'apportera de la joie à partager. Je mets tout cela au chaud sur l'athanor et je l'utiliserai quand le plat sera bien mijoté. En attendant j'écris comme cela vient, ce qui est probablement la meilleure formule ...

Écrit par : Ariaga | 05/12/2014

Bonjour Ariaga. Continue ainsi selon ton inspiration, en tous les cas j'apprécie toujours même si je viens de manière épisodique et m'exprime peu.

Écrit par : Francine | 09/12/2014

@ Francine, ce n'est as important si tu t'exprimes peu, les pensées circulent.

Écrit par : Ariaga | 09/12/2014

La plume glane et moissonne, elle racle et sarcle pour retourner ce terreau intime.
la plume fouge et bouge et parfois elle est rouge …d’énervement
mais ça ne dure qu’un instant.
La plume fume et hume elle est senteur et parfum mais quand on a faim de mots.
La plume enfle et perce elle est révélateur et correcteur qui déverse
le trop plein des âmes.
La plume tance et balance, elle n’est pas la constance incarnée ni la nuance avisée.
La plume vole et virevolte, légère et allègre pleine de fougue et de panache.
Parfois elle se tend et hache , elle tranche pas étanche et de notre soif se joue pour ne pas tendre la joue.
La plume livre doucement un duvet soyeux et onctueux qui délivre
et amortit.
La plume lacère et déchire car elle seule ulcère et ouvre ces brèches
profondes par ou sourd la noirceur de l’encre.
L’ancre justement que jette par dessus bord la plume ne s’enfonce
pas dans le tréfonds du moi pour amarrer quelques impressions sournoises car à chercher des noises on récolte des horions.
La plume se taille et se paille, elle s’émousse et se trémousse et quand elle fait mousser le verbe c’est pour trousser la phrase, celle
qui imparfaite fait tousser et annonce la fin.
Pourtant avant que d’atterrir la plume se déploie et qu’elle soit rémige ou félibrige elle fait, libre dans l’air, des battements incertains.
Alors la plume s’allège et jamais ne galéje car serait elle trop chargée
que d’un malaise il s’agirait.
Pourtant il plane une doute, une inquiétude s’installe, un siège s’avance, la plume seule ne peut rien car elle n’est qu’un obscur instrument qui peut entrer dans la lumière au contact de l’esprit.
Et que dire de ces sels qui négligemment jetés sur la feuille absorbent
ses derniers regrets.
La plume dorénavant est posée dans son écrin et se repose…l’air de rien elle en a bien besoin

Écrit par : Thierry | 09/12/2014

Chère Ariaga, content que tu continues à très bientot
Lam

Écrit par : lamsabu | 15/12/2014

Il faut suiivre son chemin, smile

Écrit par : lamsabu | 15/12/2014

@ Lam, cela m'a émue de voir ici une trace. À la mort de mon bien aimé je me suis un peu laissée couler et j'ai perdu des contacts auxquels je tenais beaucoup.

Écrit par : Ariaga | 19/12/2014