UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quelques photos pour patienter | Page d'accueil | Arracher le masque »

25/01/2015

Le chemin vers la porte

écriture,philosophie,spiritualité,jung,alchimie spirituelle

Maintenant que ceux qui veulent lire des textes "sérieux"au sujet de Jung, des rêves  ou de l'alchimie peuvent me suivre sur le site consacré à ces thèmes, j'éprouve le besoin d'écrire et de publier, ici, d'une manière différente tout en demeurant fidèle au titre : Laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle.

J'ai subi, ces derniers temps, des soucis de santé dont aucun n'était très grave mais dont l'accumulation m'a fait prendre conscience d'un fait que j'occultais plus ou moins : Je suis "vieille" et l'itinéraire qui mène à la porte de sortie comporte de moins en moins de kilomètres. Le temps devient précieux et doit être employé, non seulement à profiter de la beauté  et de la joie de l'existence mais aussi à préparer les bagages ; trier, éliminer, brûler, changer son regard, être de plus en plus le creuset d'un travail d'alchimie spirituelle dont le matériau se trouve  au quotidien.

Comment cela va t-il se traduire pour ceux qui continueront le chemin avec moi ? Des textes parfois très fréquents, des silences, de la poésie, des rêves éveillés, des réflexions, des lectures, des réactions à un commentaire, et Jung toujours présent mais comme une suite de bornes sur un chemin de vie.

Il est évident que je n'attends pas des commentaires sur chaque texte, vous pourrez butiner comme je le fais pour mes amis de blog qui publient fréquemment. Je vais d'ailleurs partir en visites car j'ai été interdite de blogs depuis quelque temps et j'ai hâte d'aller aux nouvelles.

Ce que j'écris aujourd'hui est un peu confus car je ne sais pas très bien vers où je vais mais je connais votre indulgence ...

Je vous embrasse tous amis connus et inconnus.

Ariaga

Commentaires

Bon rétablissement et bonne promenade dans tes différents mondes tant réels que virtuels, conscients ou inconscients. Bises enfarinées Ariaga :)

Écrit par : Lechantdupain | 25/01/2015

Youpi !!!!
Libre et pleine de rêves !!! Merci d'être là, je t'aime !!

Écrit par : Amista | 25/01/2015

Te voici donc "bien vieille, le soir à la chandelle" ? Non, mais tu veux rire ?
Trêve de plaisanterie, quand le corps commence à réclamer quelques égards il est juste de les lui accorder. Mais quant à préparer ses bagages, as-tu vraiment l'intention de déménager ? Hum. Je me demande ce qu'en dirait Karl Gustav... Descendons loin dans nos profondeurs et voyons s'il n'existe pas quelque bastion secret autorisant le "maintien à domicile"...!
Bises, ma chère Ariaga.
(Je t'ai mis un mot "à découvert" sur facebook).

Écrit par : Aloysia_Martine | 25/01/2015

Je suis à l'unisson avec toi "je suis vieille" : j'ai ressenti cette sensation très récemment dans le regard des autres et cette fois-ci j'ai réalisé que peut-être les années m'étaient comptées mais comme le dit la chanson "même en courant plus vite que le vent, plus vite que le temps… je n'aurai pas le temps.

Écrit par : Fanchon | 26/01/2015

Bonjour chère Ariaga...il arrive selon notre état de ressentir le poids des étapes de notre vie...J'espère que tu vas te remettre de tes fatigues, tout comme j'espère pouvoir remarcher normalement. Les doutes viennent...A bientôt te revoir tout de même...Amicales pensées.

Écrit par : Hécate | 26/01/2015

N'est -ce-pas être une "vieille " âme sans âge qui continue à travailler dans son creuset ici-bas, pour mieux se retrouver en l' éternelle demeure sans porte, sans espace, sans temps ?...

Écrit par : icare | 26/01/2015

Ma chère amie, alchimiste de l'âme,

Encore un nouveau virage pour la vie de ton laboratoire, on peut dire que tu en auras parcouru toutes les diagonales...il n'est pas si loin le temps où, en le contemplant, j'eus l'inspiration de créer le mien.

Heureux de te lire et, encore plus, de cheminer avec toi sur le projet du site.

Bises amicales,
Jean

Écrit par : Jean Bissur | 26/01/2015

@ Très cher Jean, j'ai peut-être inspiré ton blog mais je tiens à dire ici pour tous ceux qui me liront que, sans ton travail et ta persévérance, le site n'aurait pas pu exister et continuer d'exister tant que tu en seras le maitre d’œuvre. Il devient, petit à petit, grâce à notre réflexion à tous les trois et aux liens qui se tissent petit à petit entre nos textes un "opus" dont je pense que nous pourrons, un jour, être fiers.

Écrit par : Ariaga | 26/01/2015

@ lechantdupain, j'espère que je ne vais pas devenir schizophrène en explorant mes divers mondes intérieurs !

Écrit par : Ariaga | 26/01/2015

@ Amista, recevoir un peu d'amour est une délicieuse nourriture pour l'esprit.

Écrit par : Ariaga | 26/01/2015

@ Aloysia, tu parles de déménager, c'est bien possible ... Merci pour ton message.

Écrit par : Ariaga | 26/01/2015

Bonsoir chère Ariage, comme je comprends tes mots car moi aussi le temps imparti m'est compté mais profitons de ce temps pour continuer à profiter de l'existence avec plus de joies que de peines, tant qu'à faire !!! Moi aussi je fais le tri ! Prends soin de toi, la santé c'est tout. Bises et merci de tes visites.

Écrit par : danae | 26/01/2015

Vieillir est un état que tout le monde devrait connaître. Malheureusement, beaucoup partent avant l'heure. Vieillir est un privilège dont il faut prendre conscience et même si le chemin est de plus en plus court, on vit en général tous les instants avec beaucoup plus d'intensité car justement nous n'avons plus de temps à perdre. En vieillissant on lâche prise sur beaucoup de choses ce qui permet notamment de faire le tri de tout ce qui nous encombre et on ne retient que le nectar qui nous fait du bien. On finit par relativiser et c'est ainsi qu'on partira un peu plus sage qu'à notre arrivée ..... Merci de ta visite sur mon blog.

Écrit par : Lauriza | 26/01/2015

Tu hâta nord et tu tâta fort mais tu es un sémaphore et même tu sème très fort et d'un bras vigoureux , te dresse et te vêts d'un drap rigoureux.

Chère Ariaga jamais je ne me suis posé de questions sur cet âge, certes il nous habites et compte nos rides mais puisque cela témoigne d'un chemin parcouru , d'une co-naissance de soi alors il n'y a pas que des inconvénients.

Certes il y a le regards des jeunes, des plus jeunes, il faut s'y habituer, et je dois dire que quand on ne se voit pas vieillir , où qu'on a vieilli prématurément, comme moi, cela provoque encore émoi !

Comment passes tu d'un monde à l'autre ? par des trous de vers comme dans l'espace -temps ? On s'adaptera aux itinéraires que tu nous proposera et sinon quant à préparer les bagages j'en suis bien d'accord et conscient que ce temps viendra demain.

"Il faut préparer nos enfants à ce que nous soyons de beaux souvenirs" dit un des héros de "Interstellar" ce n'est surement pas totalement faux, mais bien incomplet.

Chère Ariaga moi je t'aime comme tu es, intemporelle.

Écrit par : Thierry | 26/01/2015

oublions les rides du corps tant que l'esprit est vif.. aucun problème chez toi de ce côté là
cassiopee.binhoster.com

Écrit par : Sedna | 27/01/2015

@ Fanchon, je suis assez inconscient du regard des autres mais je trouve que le précieux véhicule de mon "âme" a de plus en plus de pannes.

Écrit par : Ariaga | 27/01/2015

@ Hécate, je suis navrée, trop préoccupée de moi-même, de ne pas être au courant de tes problèmes de marche. Pourrais tu m'envoyer un mail pour me dire ...

Écrit par : Ariaga | 27/01/2015

Je te souhaite un bon rétablissement. Fais de ton mieux. Je pense aussi quelquefois à faire le tri, je le fais petit à petit. Tu as le temps de réfléchir à tout ce que tu as envie de faire. Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | 27/01/2015

@ Icare, c'est très beau ce que tu écris et cela m'emmène loin ...

Écrit par : Ariaga | 27/01/2015

@ Danae, oui, nous nous comprenons mais j'ai moins de forces que toi, mon véhicule est usé par les années passées à donner tout ce que je pouvais pour conserver une qualité de vie à mon compagnon si lourdement handicapé.

Écrit par : Ariaga | 27/01/2015

@ Lauriza oui, tu as raison, c'est un privilège de vieillir.

Écrit par : Ariaga | 27/01/2015

Bonsoir Ariaga,
Contente de lire que tu vas mieux. J’aime beaucoup la qualité et l’originalité toujours présente, des petits bouts de ton chemin personnel que tu partages ici, quelle que soit la forme que tu leur donnes !
Cordiales pensées
isabelle

Écrit par : Isabelle | 27/01/2015

Thierry, ton texte m'a beaucoup touchée; je n'en dirai pas plus ...

Écrit par : Ariaga | 28/01/2015

Bon...Si mon amie Fanchon s'y met aussi, je ne vais pas en rajouter ...

Juste te dire que c'est toujours un plaisir de venir ici et que (maintenant que "l'autre" site est lancé) je suis curieux de découvrir d'autres "facettes" de ton alchimie. Amitié.

P_S: Un petit message (pour celles et ceux qui ont la télé) : Ce soir, "A Dangerous Method" de David Cronenberg. Vu et bien aimé quand il était sorti en salle.

Écrit par : Louis-Paul | 28/01/2015

Oui mais c'est sincère et sans afféteries même si c'est mon style inimitable, à la manière de, pourvu qu'on ait la matière pour dire les choses, ama tiers ! Avant c'était la tabatière mais hier j'étais non abattu mais pensif en regardant la série de Karel sur la Shoah.

alors en partage un texte sur la solution finale ! et pour ceux qui voudraient mieux comprendre la haine de Hitler pour les juifs et les francs maçons lisez donc le petit opus de Arnaud de la Croix "Hitler et la franc maçonnerie" dans la collection texto chez Tallandier, je ne touche pas de com mais c'est pas cher et fort instructif sur les origines du mythe du complot judéo-maçonnique avec le protocole des sages de Sion.

un texte écrit il y a dix ans

Auschwitz soixante ans déjà !

Les restes d’une entreprise sciemment organisée
Sont encore debout afin de pouvoir démontrer
Qu’au-delà de l’humain tout est encore possible.
Les réminiscences de la nature primitive et violente
Qui n’avait ni limites ni tabous sont bien visibles.
Ces alignements géométriques à la morale absente
Sont les arcanes d’un pouvoir maléfique et terrible.
Des wagons aux baraquements, du portail aux fours
L’espace envahissant on n’en fait pas vite le tour.
Lieux emprunts de mémoire et de recueillement
Où il est impossible de trouver un peu d’apaisement.
Solution finale qui s’est donné une arme fatale
Dans la main de bourreaux, fonctionnaires sans âmes
N’est qu’un avatar logistique d’un plan d’extermination.
Au-delà de l’étonnement, de la honte vient la consternation
C’est bien d’une réalité dantesque, on se pique on se damne
Qu’il faut être les témoins incrédules face à ce triste étal.
Pologne sanglante prise en tenaille et qui sert de mors
Pour infliger à des cohortes effarées et trompées la mort.
Développement progressif des démoniaques chambres à gaz
Qui vont déverser leur torrent sacrificiel pour purger la folie
De ces douches fatales qui purifieraient, par quelle ironie
Ces faibles trop petits ou trop vieux, inaptes et sacrifiés
Dont on peine à imaginer ce qu’a du être le regard terrifié.
Puis les charniers immondes, fosses communes si répandues
Dont on ne peut approcher sans avoir sur le nez une gaze
Dont le contenu macabre et anesthésiant va être rendu
A une sépulture à peine plus digne par défaut d’identification.
Pologne catholique balayée en un tournemain par les Stukas
Qui a compris bien trop tard la valeur de certains ukases.
Pays paradoxal antisémite et antibolchevique ; à Katyn
La fine fleur de l’armée nationaliste a été sommairement
Rayée de la carte et enterrée presque définitivement.
Pays de souffrance dont les ghettos, derniers refuges
La peste, le typhus et les poux en l’absence de vermifuge
Ont réduits une population famélique à une ultime résistance.

Écrit par : Thierry | 28/01/2015

Ma chère Ariaga,

Prendre conscience de sa finitude est, je dirais, une "douleur exquise"qui devrait nous inciter à nous enraciner dans chaque instant du moment présent. Chaque éclat de temps est une éternité à vivre.
Mais c'est vrai que ne plus pouvoir courir le 100m en 10 secondes, c'est râlant!
Je t'embrasse

Écrit par : venezia | 28/01/2015

@ Sedna, les rides sont sans importance, elles ne sont qu'apparence ce que j'ai plus de mal à supporter c'est quand les capacités du corps diminuent.

Écrit par : Ariaga | 29/01/2015

@ Élisabeth, j'ai toujours pensé que le temps est une notion relative mais mais je commence à lui trouver des "bouts" comme le disait Raymond Devos.

Écrit par : Ariaga | 29/01/2015

@ Isabelle, merci et félicitations pour la qualité de tes articles sur la pensée jungienne.

Écrit par : Ariaga | 29/01/2015

@ Louis Paul, ce film je l'ai regardé en oubliant mon "savoir" au sujet de Jung et j'ai pas mal apprécié, en particulier la seconde partie. En plus, tout ce qui peut montrer l'importance de la pensée de Jung à ceux qui croient que seul Freud existe me semble bénéfique.

Écrit par : Ariaga | 29/01/2015

@ Thierry, écrit il y a dix ans, ce grand texte méritait que tu le sortes de tes caves.

Écrit par : Ariaga | 29/01/2015

@ Venezia, amie alchimiste, je n'ai jamais couru plus de 10 mètres sans commencer à tirer la langue ! au moins c'est un regret que je n'aurai pas ...

Écrit par : Ariaga | 29/01/2015

Merci Ariaga

Écrit par : Thierry | 29/01/2015