UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nouveau carnet de pensées et réflexions | Page d'accueil | C.G.Jung et le sens de la vie »

16/10/2015

Edgar Morin et le jeu des interactions

écriture,société,Edgar Morin,philosophie,citations,sociologie,rencontre,association

En relisant mon travail pour la (très lente !!!) publication de ma thèse sur le site C.G.JUNG, rêve, alchimie, homéopathie, je me rends compte de tout ce que je dois à Edgar MORIN quand à la structure à l'agencement et au vocabulaire. Je ferai des ajouts quand cela se présentera mais, en attendant, je veux lui rendre hommage dans le cadre du Laboratoire, en publiant de temps en temps des extraits de ses textes qui ont été, pour moi très inspirants. Les caractères gras sont des ajouts. ARIAGA.

***

"Les interactions sont des actions réciproques modifiant le comportement ou la nature des éléments, corps, objets, phénomènes en présence ou en influence. Les interactions

   1. supposent des éléments, êtres ou objets matériels, pouvant être en rencontre ;

   2. supposent des conditions de rencontre, c'est à dire agitation, turbulence, flux contraires, etc. ;

   3. obéissent à des déterminations/contraintes qui tiennent à la nature des éléments, objets ou êtres de rencontre ;

   4. deviennent dans certaines conditions  des interrelations (associations, liaisons, combinaisons, communication, etc.), c'est à dire donnent naissance à des phénomènes d'organisation.

   Ainsi, pour qu'il y ait organisation, il faut qu'il y ait interactions : pour qu'il y ait interactions, il faut qu'il y ait rencontres, pour qu'il y ait rencontres il faut qu'il y ait désordre (agitation, turbulence).

Le nombre et la richesse des interactions s'accroissent quand on passe au niveau des interactions, non plus seulement entre particules, mais entre systèmes organisés, atomes astres,molécules et surtout êtres vivants, sociétés ; plus s'accroissent la diversité et la complexité des phénomènes en interactions, plus s'accroissent la diversité et la complexité des effets et transformations issues de ces interactions.  ... " 

Edgar MORIN, LA MÉTHODE I. La Nature de la Nature, p. 51, Première partie, l'ordre, le désordre et l'organisation.

Commentaires

ordo ab chaos, ordem i progresso

Écrit par : Thierry | 17/10/2015

C'est peu de dire que les interactions transforment
qu'intelligence et sensibilité s'échangent
et qu'infuse ainsi commun inextricable

Écrit par : Thierry | 17/10/2015

@ THierry, je pense que tes écrits et ton style sont un bel exemple de la "complexité" chère à Edgar Morin.

Écrit par : Ariaga | 17/10/2015

Trop d'honneur, Ariaga, pas donneur de leçons
au moment où commencent à se décomposer les feuilles
je compose, selon le moment, des pamphlets souvent légers
mais où racines et branches entremêlées donnent à voir la diversité.

pas abscons, ou si peu, je les pense féconds d'idées ...

Pourquoi j'aime tant jouer avec les mots et jongler à qui mieux mieux
moins pour l'éloquence que pour la sonorité car il y a une forme de beauté dans les assonances qui dansent et qui rarement...tancent !
Sentence dites vous !

Écrit par : Thierry | 17/10/2015

J'admire la prose de Thierry, il sait toujours nous donner de longs commentaires alors que moi je ne suis pas bavarde. Je ne l'ai jamais été, je me force bien souvent à écrire et parler sur les blogs. Merci pour tes notes très riches Ariaga. Je te souhaite un très bon week end.

Écrit par : elisabeth | 17/10/2015

J'admire aussi "la danse des mots" de Thierry. Il y a là une joie, joie d'écrire, joie de vivre.

Écrit par : Francine | 17/10/2015

@ Élisabeth, oui Thierry foisonne et souvent, derrière tous ses mots il y en a d'autres, invisibles. Pour Édgar Morin, évidemment je cite !

Écrit par : Ariaga | 17/10/2015

@ Francine, je crois que pour Thierry c'est plus que de la joie de vivre, c'est vital ...

Écrit par : Ariaga | 17/10/2015

Le désordre à la base de la richesse et de la complexité des relations j'aime assez l'idée...

Écrit par : Ulysse | 17/10/2015

Merci Ulysse , ça m'a donné une idée courte (échelle)
"ordonné" c'est or donné

j'ai toujours préféré les relations d'équivalence aux relations d'ordre
pourtant l'ordre génère, à courte et longue distance, une structuration
qui détermine le monde

gouverner par ordonnance c'est peut être jouer au médecin malgré lui !

Écrit par : Thierry | 18/10/2015

@ Ulysse, sans désordre il n'y a pas de vie, l’homogénéisation c’est la mort

Écrit par : Ariaga | 18/10/2015

@ Thierry, évidemment, des structures sont nécessaires sans cela tout ne serait que bouillie mais quand tout se solidifie il n'y a plus de vie.

Écrit par : Ariaga | 18/10/2015

Interaction, stimulation, rencontre, communication.......Dialogue ou conflit .....

Écrit par : Daniel | 18/10/2015

@ Ariaga il faut se méfier du verbe solidifier, il est synonyme de consistance et de rigidité; pourtant les os par exemples se "reconstruisent" sous l'effet des tensions auxquelles les muscles les soumettent lors d'efforts répétés, et de fait ils conservent de bonnes propriétés compromis entre souplesse et raideur, mais ce processus de régénération continue est le propre du vivant qui s'adapte. Ceci est aussi un plaidoyer pour se soumettre (au sens de s'exposer) à l'environnement pour en retirer le meilleur en terme de réaction d'adaptation.

Écrit par : Thierry | 19/10/2015

@ Daniel, c'est la Vie.

Écrit par : Ariaga | 20/10/2015

@ Thierry, j'aurais du tourner mes mots sept fois dans ma tête. Pour moi solidification était symbolique et je suis entièrement d'accord avec ce que tu écris. À bientôt.

Écrit par : Ariaga | 20/10/2015

Bonjour Ariaga , Un beau coup de chapeau à Edgar Morin en vue de la préparation (que j'imagine laborieuse mais fructueuse ) de ta thèse sur le site C.G.JUNG.UN sacré boulot qui fait appel aux interactions entre les hommes et la planète .

Écrit par : Jerry OX | 20/10/2015

Coucou Ariaga, moi je m'intéresse aux interactions et rencontres entre des membres de ma famille oubliés et revus 40 ans après ! Cela donne une vision de notre vie trop courte et du temps qui passe dans ce monde où nous sommes si peu de chose.
Ton com sur mon blog m'a amusée : Bises et bonne fin de journée

Écrit par : danae | 20/10/2015

Jolie vision du "bac à sable" où s'entrecroisent dans un joyeux délire tous les éléments du grand et organisé chaos universel ! Nous jouons à la balançoire et ce faisant échangeons nos trapèzes à la manière de voltigeurs exaltés... Bien, bien ; je ne vois pas ce que tu as pu ajouter, Ariaga car sans les caractères gras les phrases sont incomplètes - peut-être plutôt "changé" ? Mais la démarche est intéressante et Edgar Morin convaincant.

Écrit par : Aloysia | 20/10/2015

@ Aloysia, il y a un malentendu. Quand je dis que les caractères gras sont des ajouts c'est qu'ils n'étaient pas écrits en gras dans le texte d'Edgar Morin. Excuse moi pour cette manie un peu "universitaire" de signaler le modre écart par rapport à l'original, surtout quand les auteurs sont bien vivants. C'est pour moi une manière d'attirer l'attention du lecteur, qui lit parfois en diagonale, sur ce qui me semble essentiel dans le texte. J’aime beaucoup ton idée de bac à sable où joueraient des enfants.

Écrit par : Ariaga | 20/10/2015

Parfois, j'entre en interaction avec le ciel et ses étoiles. une sorte de dialogue s'instaure et m'apporte une forme de paix.

Écrit par : Sedna | 21/10/2015

Ah solidus ce n'est pas le terminus du liquidus !

Écrit par : Thierry | 21/10/2015

les barres d'état qui indiquent les lieux du changement n'ont évidemment rien à voir avec les barres d'immeuble qui devaient signifier ce même changement !

Il est toujours souhaitable de montrer en quoi le texte originel est modifié, sinon il figure entre guillemets pas seulement pour la bonne bouche mais aussi selon le droit de citation.

Le droit de situation est lui plutôt un devoir qui obligé et nécessite de la précision pour jauger l'écart (pas un écart type car on ne fait pas de statistiques) et comprendre le sens des modifications apportées.

Le gras n'est pas souillé, il est juste emphatique, comme une accentuation manifeste.

Écrit par : Thierry | 22/10/2015

@ Jerry OX, j'espère qu'il n'y a pas de confusion, ce que je fais sur le site c'est un publication de ma thèse existante sur laquelle je fais des commentaires et ajouts. Merci de l’intérêt que tu portes à mes recherches.

Écrit par : Ariaga | 24/10/2015

@ Danae, je pense que tu sommes à la fois peu de choses ET indispensables.

Écrit par : Ariaga | 24/10/2015

@ Sedna, tu as beaucoup de chance de faire partie de ces personnes qui peuvent avoir un contact avec notre Mère Nature. Tour le monde a ce don mais la plupart ne peuvent pas percer l'épaisseur du mur de la vie quotidienne.

Écrit par : Ariaga | 24/10/2015

@ Thierry, très juste ce que tu écris sur les citations !

Écrit par : Ariaga | 24/10/2015