UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La lune rouge et le chamane | Page d'accueil | Edgar Morin et le jeu des interactions »

08/10/2015

Nouveau carnet de pensées et réflexions

écriture,philosophie,spiritualité,pensées,photo,nature,Jung,déménagement

Dans le maelstrom du déménagement j'ai égaré le petit carnet où je note les idées et interrogations qui me passent par la tête. Cela a certainement un sens et j'en commence un nouveau dont je vous donnerai parfois des petits bouts. Il n'y a là rien de travaillé et je peux parfois me contredire ce qui, pour moi, est le signe que tout va bien  !!!

***

Nous sommes des récepteurs émetteurs qui captent toutes les formes d'énergie. Des unités reliées directement à la Totalité de ce qui Est.

***

Nous sommes informés de tout mais nous sommes aussi incapables de traiter correctement l'immensurable masse de ces informations. 

***

Nous sommes "saturés" alors nous choisissons, nous jugeons selon la grille d'une image mentale et de la structure parlée. Notre seule fonction bien reliée au Grand Émetteur est la sensation et encore ... nous pouvons être trompés par le mental.

***

L'image que nous avons de nous mêmes est l'aboutissement et la concentration de millénaires de mémoires.

***

Quand nous jugeons, nous classons, nous utilisons des catégories qui n'existent pas dans la nature et, finalement, nos évaluations nous renvoient à nous mêmes. 

***

Ariaga

Commentaires

potierfou le retour Ariaga a n'est pas la seule été délaissée depuis un certain temps , elle n'est pas la seule blogueuse de la liste de mes ami e s.J'ai eu un souci oculaire et intervention de monsieur scalpel au mois de mars puis reéducation les visites sur les blogs interdites et l'ordi en général . neunoeuil se sentait bien la toile en frémissait déjà et voilà qu'il faut que je mette des verres foncés suite à la décoloration de l'iris mes beaux yeux marrons sont devenus en partie bleu-gris je crains donc la lumière et en particulier celle de l'ordinateur .faut pas vieillir ma pauvre dame

Écrit par : lecracleur | 08/10/2015

Riche idée que d'avoir un petit carnet. Les pensées qui surgissent s'envolent vite ! C'est la nuit , pour ma part, que les idées arrivent. Je n'ai pas le courage d'avoir un carnet près de moi. Au réveil certaines se sont envolées !

Écrit par : Daniel | 09/10/2015

@ Lecracleur, je sais que tu as de gros problèmes et je relativise les miens qui sont embêtants mais curables.

Écrit par : Ariaga | 09/10/2015

@ Daniel, ce qui est important c'est de noter ses rêves ...

Écrit par : Ariaga | 09/10/2015

Ce petit carnet perdu n'avait peut-être plus de raison d'être, tu es sur une nouvelle vibration qui te demande du nouveau dans tous les domaines... C'est formidable le vie, elle s'occupe de tout ! Bises. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 10/10/2015

Je trouve ce que vous écrivez très pertinent mais j'adhère particulièrement à votre première réflexion. Oui nous sommes reliés à tout ce qui Est

Écrit par : Ulysse | 10/10/2015

Le mental nous trompe c'est certain, puisqu'il prend pour réel ce qui n'est qu'une apparence. Et comme tu le dis si justement "Quand nous jugeons, nous classons, nous utilisons des catégories qui n'existent pas dans la nature et, finalement, nos évaluations nous renvoient à nous mêmes. ".
Des milliers de reflets de nous-mêmes... que le mental produit.

Pourtant ce qui vient "d'au-delà" se reconnaît à quelques indices inimitables : un grand calme, le mot silence évoque bien aussi cet état de recevoir "l'information". Quant à l"information, elle a cette qualité de lumière, de vivant, que le mental ne sait pas produire.

Amitié

Écrit par : Miche | 11/10/2015

Vous retrouverez sans doute l'autre petit carnet quand cela sera nécessaire.
Bon dimanche.

Écrit par : Bonheur du Jour | 11/10/2015

Un petit carnet perdu (ou fini) et aussitôt un autre qui se remplit; je note depuis un long moment ce nouvel art d'écrire sans y arriver...

Je reste avec mes multiples feuillets, recopiés de carnet(s)en cahier(s) auxquels je dois ajouter ceux de mes disques numériques.

Plaisir de lire ici, vais je en noter une et où?
Bien amicalement.

Écrit par : Louis-Paul | 11/10/2015

@ Plumes d'Anges, je crois que rien ne se perd et tu as raison cette "perte" à un sens.

Écrit par : Ariaga | 11/10/2015

@ Ulysse, oui tout est dans Tout.

Écrit par : Ariaga | 11/10/2015

@ Miche, d'accord. On a un exemple avec les "grands rêves" qui ne s'enracinent pas du tout dans le conscient mais participent de l'Unité.

Écrit par : Ariaga | 11/10/2015

CoucouAriaga, c'est super d'avoir un petit carnet à portée de main pour y noter toutes les pensées qui, souvent passagères, s'envolent dans l'ou bli ! J'aime me relier à la nature et y puiser plein d'énergie. Bises

Écrit par : danae | 11/10/2015

@ Bonheur du Jour, j'aimerai autant qu'il se soit perdu dans la faille spatio temporelle qui s'ouvre pendant les déménagements. Cela me fait plus rêver ...

Écrit par : Ariaga | 11/10/2015

Les contradictions sont le sel de la pensée...

Écrit par : Alezandro | 11/10/2015

Le carnet perdu est un signe. Le suivant annonce le renouveau, une suite de ton destin.. Noter ses rêves est une démarche qui me plait , cela permet de rester en connexion avec eux.

Écrit par : Sedna | 11/10/2015

Oui, noter sur un carnet est tentant, mais aussitôt passée la pensée n'a plus de sens, alors les carnets peuvent s'envoler ! Ils sont comme les feuilles et comme les nuages, ils nous quittent avec nos pensées et nous demeurons, vierges de toutes attaches et comme tu le dis si bien, toutes antennes déployées pour ressentir à l'infini sans rien étiqueter, sans rien retenir !

Écrit par : Aloysia | 11/10/2015

Un carnet de bal où l'on convoque les mots qui nous viennent (pour une valse) et nous parlent dans un entre soi mais pas un entresol, car si tout n'est pas élévation ou même délectation il y a une jouissance éphémère à retenir ainsi l'espace d'un instant ce qui pour nous semble le fixer justement, empreint d'émotion après si on peint des couleurs qui se délavent où ne tiennent pas à la lumière c'est sans doute du à ces soudains éblouissements qui peuvent nous prendre et même parfois nous surprendre car y a t il préméditation au surgissement des ces phrases de médiation entre une situation et nous et si nous éprouvons le besoin de les coucher là sur le papier, pas andains serrés, c'est surement que cela nous tient à cœur.

Alors tant pis c'est dit, c'est fait, c'est écrit et ça peu soulager et même éloigner ou mettre de côté ce qui dérange, et si on le range, est ce forcément pour le ressortir ou le relire ?

Ne peut il y avoir dans la compulsivité qui peut nous saisir un ferment
externe et pourquoi ne faudrait il que nous y mettions que de nous même là où les truchements sont nombreux...même pour les autruches !

Écrit par : Thierry | 11/10/2015

@ Louis-Paul, ne note pas. Si une de ces pensées à éveillé quelque chose en toi cela murira dans ta propre pensée et ainsi de suite ...

Écrit par : Ariaga | 12/10/2015

@ Alezandro, entièrement d'accord avec toi.

Écrit par : Ariaga | 12/10/2015

@ Danae, j'ai remarque que c'est quand on oublie son petit carnet (changement de sac par exemple) que de "belles" pensées nous viennent! On peut alors faire un test : Si rentré chez soi on ne peut les retrouver c'est qu'elles étaient bien superficielles.

Écrit par : Ariaga | 12/10/2015

Bonjour chère Ariaga ,avant j'avais un carnet pour mes lectures,un autre pour les films....A part un agenda utilitaire ,je n'ai plus rien , juste un carnet où quelques pensées d'auteurs, de poètes....relativement à l'abandon depuis un bon moment. Je suis accablée par ma santé , mais hier j'ai tenu à publier un article sur un roman de la rentrée littéraire, je sais que tu aimes les polars, c'est davantage une sorte de thriller...encore que....
Amitiés

Écrit par : Hécate | 12/10/2015

@ Thierry, Ariaga l'autruche (j'ai mes moments autruche) pense, sortant sa tête du sable que tu as bien raison de parler de la compulsivité comme d'un acte créatif qui nous dépasse ... et parfois fait un peu peur.

Écrit par : Ariaga | 12/10/2015

Merci de prendre de mes nouvelles! Comme je réponds souvent : 10 / 20 soit juste dans la bonne moyenne. Je ne m'en plains pas et crains surtout de monter à 18 / 20 et de redescendre ensuite à 4 / 20...
Je suis de moins en moins sur les blogs. Mais tu peux me trouver de temps en temps en suivant les liens (Mes autres blogs) indiqués par ici :
http://iconoclasse.blogspot.com
Bonne semaine lumineuse et chal-heureuse!

Écrit par : too banal | 13/10/2015

Tous ces jets, an après an, ces gouttelettes de temps retombées
suspendent l'espace d'un instant nos vies entre deux épisodes
et si bien sûr de nos souvenirs certains pans parfois s'érodent
il reste ces mots qui sont dans notre cœur comme une flambée

Dressés les constats amiables avec soi même où des propos enviables
nourrissent une réflexion qui ne manque pas de hauteur
en surplomb de la feuille

Tous ces rets tendus pour recueillir comme la rosée du matin
les perles qui viennent se construire entre conscience et stylo
réveillent en nous des images reconstruites comme bibelots
et la plongée soudaine dans ces pages n'est pas un geste vain

Écrit par : Thierry | 13/10/2015

La photo est vraiment superbe et m'intrigue beaucoup. Où l'as-tu prise?
De tes notes, je retiens ceci "L'image que nous avons de nous mêmes est l'aboutissement et la concentration de millénaires de mémoires. "
Cela me fait penser à une conversation que j'ai eu récemment avec une de mes filles où il était question de "petits bouts de ma mère qui avaient sauté en marche pour venir en moi" :-)
J'aime beaucoup cette idée de millénaires de mémoires, ça a quelque chose de rassurant, je trouve.
Je t'embrasse

Écrit par : _Petit Sucre_ | 13/10/2015

@ Petit sucre, cette photo est ma vision de la fontaine de la place de Verdun à Tarbes. Merci pour ton commentaire qui sonne très juste aux oreilles de ma réflexion.

Écrit par : Ariaga | 14/10/2015

@ Hécate, je suis navrée que tu aies des soucis de santé et je viens d'aller lire ta note qui m'a donné une forte envie (comme souvent) d'aller voir le libraire.

Écrit par : Ariaga | 14/10/2015

Car nettes sont mes idées quand je les range ainsi dans ce petit carnet en simili élastiqué.

Elles trouvent sans problème leur place entre deux petits dessins qui ornementent et illustrent mes gribouillis raturés.

J'ai bien eu autrefois un autre réceptacle en moleskine avec la place pour le crayon papier et puis le fermoir coulissant qui bloque.

Il est si familier et trouve si naturellement sa place dans ma poche là où je peux l'extirper prestement quand me vient, telle une étoile filante, un idée, une formule, un raisonnement.

Oh parfois je le referme bien vite, sans histoire et sans que trouve à s'exprimer et à s'étaler le moindre début d'observation, je ne vais pas plier en quatre ce qui ne veut pas se lier!

Écrit par : Thierry | 14/10/2015

Je ne suis pour rien dans l'égarement du carnet, je vous le jure, Monsieur le Juge.... Ariaga est assez grande pour perdre toute seule ses affaires.

Écrit par : ÉPHÊME | 15/10/2015

Tu en as recommencé un, c'est que ça bouillonne. J'aime ces citations qui me parlent. Je n'en ai pas un moi-même puisqu'il me suffit d'ouvrir un de mes livres de citations et d'en choisir une que je n'ai pas encore publiée. Je choisis suivant mon humeur du moment. Les citations nous font réfléchir, c'est un bon petit moment où notre cerveau se met à bouillir.

Écrit par : elisabeth | 17/10/2015

@ Élisabeth, ce ne sont pas des citations, je les aurais mises entre guillemets. Ce sont juste les petites idées qui me passent par la tête. Elles ont surement été inspirées par quelque chose car je crois que l'on ne fait que RE-dire autrement (clin d’œil à Edgar Morin).Merci, amie, de toujours être fidèle malgré mes éclipses.

Écrit par : Ariaga | 17/10/2015