UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une lettre de Hildegarde de Bingen | Page d'accueil | Devenir un nouveau né »

02/07/2017

Nécessité du bruit contre l'angoisse selon C.G.Jung

citations,jung,bruit,philosophie,psychologie,angoisse,vie quotidienne,ariaga

Probablement parce que je suis, en ce moment, avec mon travail sur le site, immergée dans l’œuvre de Jung, je n'ai pas d'idées originales. Ce que je voudrais écrire, Jung l'a écrit avant moi, et mieux que je ne saurais le faire ... alors je continue avec les citations extraites de sa correspondance. Aujourd'hui, il s'agit d'une longue lettre de septembre 1957 adressée à un professeur de droit à l'université de Zurich qui avait fondé une ligue contre le bruit et lui demandait d'écrire un article sur le sujet.

Jung, âgé et en mauvaise santé, refuse l'article mais rédige cette lettre qui est, en elle même, un article complet sur le sujet. Je n'en donnerai que quelques phrases mais, si certains d'entre vous le peuvent, elle mérite d'être lue dans son intégralité. (C.IV,p. 225sq) J'ai retenu les lignes où il explique pourquoi le bruit est nécessaire pour certains. Évidement il explique aussi tous les effets néfastes du bruit et de l'agitation.

"Le bruit nous protège contre les désagréments de la réflexion, il dissipe les rêves angoissants, il nous assure que nous sommes tous ensemble, n'est-ce pas, et que nous faisons un tel raffut que personne n'osera jamais nous attaquer."

... "Dans le silence, en effet, l'angoisse l'angoisse inciterait l'homme à la réflexion, et l'on ne peut se faire une idée de tout ce qui lui viendrait alors à la conscience. La plupart des gens craignent le silence et c'est pourquoi toujours il faut sans cesse le bruit permanent ... Le besoin qu'on a du bruit est quasiment insatiable, même si parfois le vacarme devient insupportable : c'est quand même encore mieux que rien du tout. Dans ce que l'on appelle de façon significative un "silence de mort" on se sent mal à l'aise. Pourquoi? Y aurait-il des revenants dans l'air? Peu probable. Ce que l'on craint en réalité , c'est ce qui pourrait vous venir de l'intérieur : tout ce qu'on a tenu à distance grâce au bruit.  ...

Avec la lutte nécessaire contre le bruit ...vous ôtez aussi à ceux qui sont sans importance et dont on entend jamais la voix l'unique joie de leur existence, et l'incomparable satisfaction qu'ils éprouvent à crever le silence de la nuit avec la pétarade de leur moteur, ce qui leur permet de troubler par un vacarme d'enfer le sommeil de leur prochain. À ce moment-là, ils sont quelque chose dont il faut tenir compte. Le bruit est pour eux une raison d'être et une confirmation de leur existence. Il y a bien plus de gens qu'on ne le soupçonne qui ne sont pas dérangés par le bruit, car ils n'ont rien en quoi ils pourraient l'être. ; au contraire, le bruit leur apporte quelque chose. "

Que ceux d'entre nous qui, à un moment de leur existence, ne se sont pas saoulés de musique ou d'autres protections contre les voix de l’intérieur jettent la première pierre à ces "accros" au bruit !

Ariaga

 

 

 

Commentaires

belle image et texte! amitiés

Écrit par : jean pierre a | 02/07/2017

Je ne vois pas ça tout à fait comme ça... Je n'arrive pas à m'imaginer que l'on fasse du bruit ou s'y complaise pour éviter l'angoisse - mais cela dépend de ce que l'on appelle "bruit". Par ce mot j'entends il est vrai une nuisance, des décibels prononcés et discordants.
Je comprends parfaitement le raisonnement de Jung à condition de transformer "bruit" par "musique" par exemple : en effet, la musique aide grandement à traverser les émotions perturbantes, elle sert alors de canal pour les exprimer par procuration. Et en ce qui concerne les pétarades de jeunes à moto - on en a eu récemment, et même qui criaient à 1h du matin : "les voisins ? J'en ai rien à foutre !" mais là je ne crois pas qu'il y ait un souci particulier de faire sentir qu'on existe, pour moi c'est juste leur expression pure et simple : "je me fais plaisir avec ma moto mais elle est comme elle est, pas en bon état, tant pis ça m'est égal" ; ou bien "je parle fort parce que ça me plaît etc." Les oiseaux ne font-ils pas un boucan incroyable le matin dès 4h quand il fait beau et chaud ? Ils n'ont rien à prouver, mais ils s'expriment, tout simplement. Maintenant, l'individu qui vient systématiquement marcher en plein coeur de Paris parce qu'il a peur de la solitude aime-t-il le bruit ? non, je crois qu'il cherche avant tout la preuve qu'il n'est pas seul. Comme celui qui met sa télé ou sa radio toute la journée.
Il est vrai qu'on peut aussi s'amuser à crier dans le silence pour le plaisir de s'entendre...
Ah ! Vaste sujet... Amitiés, chère Ariaga.

Écrit par : Aloysia | 02/07/2017

J'ajoute deux choses :
- J'aime l'image que tu as choisie parce qu'elle rappelle des tuyaux d'orgue.
- J'ai beaucoup aimé tes poésies sur ton site, que l'administrateur nous fait lire en mettant des liens vers facebook. Je ne sais pas si tu l'as su.

Écrit par : Aloysia | 02/07/2017

Pas de bruit pour mes oreilles mais des sons, plus ou moins forts, harmonieux, jamais discordants . Savoir reconnaître le bruit du silence est tout un art.

Écrit par : Chinou | 02/07/2017

Bruits divers en été comme trouble fête posés qui nous empêchent de nous poser dans notre cadre intérieur et cet intime perturbé se rebiffe, se rebelle et demande sa rançon, avançons pas seulement nos pions du silence et si cette violence nous élance et nous peine c'est que dans le puits de la vérité il ne faut pas hésiter à muter et savoir résister au désir du langage.
Pourtant ce n'est pas le non être qui émerge de cette gangue sonore ou encore le bang pas supersonique et le gong asiatique qui signalent juste des transitions de milieu et de temps et nous livrent imparfaites les annonces auditives qui nous mettent en alerte mais ne font pas qu'on déserte l'île du il et sans ire et sans rire nous convie au grand partage de la vie sur d'autres rives.

Écrit par : Thierry | 02/07/2017

@ Jean Pierre a merci de ta fidélité à ces citations de Jung.

Écrit par : Ariaga | 03/07/2017

@ Aloysia, Une fois de plus il faudrait remettre ce texte dans le contexte d'une longue lettre de trois pages serrées mais je trouve tes arguments très intéressants. CE, sur quoi insiste Jung c'est le peur d'une majorité de personnes de se retrouver dans le silence face à soi-même.
Pour mes poésies sur le site, merci de les aimer. C'est moi qui décide de ce qui est publié sur le site et de ce qui va sur le Facebook. Je gère ...

Écrit par : Ariaga | 03/07/2017

La nuit j’ai besion d’écouter la télé ou la radio.
Le silence c’est dans le jour qu’il est dense et nourrisier
La nuit , une présence comme une nourrice racontant des histoires.
Merci de cette extrait de lettre merci . je t’embrasse fort à bientôt

Écrit par : lamangou | 03/07/2017

J'ai besoin des deux, parfois le silence m'accompagne pour une introspection nécessaire et parfois, j'ai besoin du bruit pour me rappeler que je ( et nous ) suis, (sommes ) vivants.. Ces citations me plaisent beaucoup car je lis beaucoup de textes sur le silence mais peu sur le bruit, alors, merci.

Écrit par : Sedna | 03/07/2017

La lecture de Jung est toujours tellement enrichissante. Ce texte sur le bruit le montre encore une fois : il a bien raison et montre sa lucidité coutumière.
Merci. Et bonne journée.

Écrit par : Bonheur du Jour | 04/07/2017

Ton billet sur le bruit est intéressant Dans mon entourage , certaines personnes se complaisent à vivre dans le bruit ou bien dans des actions incessantes comme si elle avaient peur de se trouver , seule, face à elle même et aux interrogations sur la vie. Pour certains le silence peut être angoissant et insupportable ! Une fuite en avant en quelque sorte ....

Écrit par : Daniel | 04/07/2017

Merci pour ce texte qui me parle beaucoup.
J'ai beaucoup écrit (et souvent encore) avec des bruits de fond, parfois même un soupçon de vacarme sans que cela n'empêche la concentration. Evidemment, je n'irai pas jusqu'au marteau-piqueur! Une radio que je n'écoute pas (et dans la pièce à coté) m'aiderait presque tant j'ai travaillé dans des open spaces avec des téléphones sonnant partout, et il y a bien longtemps, la frénésie sonore des machines à écrire…
Le silence repose, le bruit, souvent, rassure comme l'exprime si bien ta très riche citation.
merci Ariaga et bises

Écrit par : venezia | 05/07/2017

@ Lamangou, et si tu dormais ? (sourire)

Écrit par : Ariaga | 05/07/2017

@ Thierry, "le grand partage de la vie sur d'autres rives" j'aime !

Écrit par : Ariaga | 05/07/2017

@ Sedna, Jung aime cultiver le paradoxe, surtout quand il se sent libre dans sa correspondance. C'est pourquoi c'est ma mine ...

Écrit par : Ariaga | 05/07/2017

@ Bonheur du jour, c'est vrai que même si il l'a un peu perdue à certaine périodes de sa vie, Jung se montre souvent d'une cruelle lucidité.

Écrit par : Ariaga | 05/07/2017

Un texte intéressant, une réflexion intense sur l'environnement où chacun choisit ou le bruit ou le silence!

Moi, j'adore le silence, il me parle, il m'entoure, je n'y suis jamais seule ou si cela arrive je me mets un fond de musique douce...

Écrit par : Marie Minoza | 06/07/2017

quand je faisais mon émission de rock alternatif
un de nos générique d'un groupe punk hardcore américain
disait i hate musique i love noise ah ah ah
muchos besos
tilk

Écrit par : tilk | 06/07/2017

Je vois en toi l'amie des insectes et petits animaux avec cet amas de tuyaux pouvant servir d'abri en saison hivernale .
A moins que cela soit les tubes pour ton futur orgue , j'ignorai ce talent de musicienne à faire pâlir de jalousie la grive du même nom.
Ce qui m'agace un peu est que mon pseudo, mon adresse e mail et mon site n'est jamais visible malgré que je coche dans la case :"retenez mes coordonnées"
.

Écrit par : lecracleur | 06/07/2017

Je dois te dire que je suis accro au silence , devant l'ordi seules les touches frappées par mes doigts agiles font du bruit.le moment préféré est au labo photo argentique entre 14 h et 19 h 30 SEUL le bruit du compte pose (viponel)pour compagnon ne me dérange pas le moins du monde puisque mr silence revient ce n'est pas les glissements furtifs des papier dans les différents bains chimiques qui gênent. une fois sorti je retourne dans ce monde bruyant pour rentrer chez moi

Écrit par : lecracleur | 06/07/2017

Merci de ta réponse, Ariaga. Je suis contente de savoir que tu gères ; et puis j'ai en effet suivi mon impulsion mais bien sûr le point de vue de Jung peut être aussi le mien à certains moments ; tu nous offres là l'occasion de réfléchir et de nous exprimer, c'est bien !

Écrit par : Aloysia | 08/07/2017

Le silence existe-t-il? Notre corps même n'est pas silencieux.
Il faut faire la différence entre le bruit et les sons. Le bruit est insupportable, les sons aussi parfois mais le plus souvent ce sont eux qui nous accompagnent et nous rassurent.
Un monde parfaitement silencieux serait terrifiant.
Un voisin qui fait pétarader son quad à midi m'insupporte mais la nichée d'hirondelles qui crie sa faim à 5 heures du matin me réjouit.
C'est probablement ce qui est évoqué à nos oreilles qui fait la distinction entre le bruit et le son...
Qu'en pensez-vous?

Écrit par : alma | 09/07/2017

@ Daniel, tu es tout à fait dans la pensée de Jung ...

Écrit par : Ariaga | 10/07/2017

@ Venezia, et si on disait que dans certaines circonstances le bruit peur rassurer et dans d'autres le silence est un baume de l'âme. Le juste milieu.

Écrit par : Ariaga | 10/07/2017

@ Marie Minoza, tu as la chance de pourvoir rester seule avec toi même et ce n'est pas donné à tous.

Écrit par : Ariaga | 10/07/2017

Je ne pense que cela soit une nécessité, mais on peut observer ce genre de comportement de fuite devant "ce qui est".
La fuite est parfois la bonne réponse, devant un danger.

Et puis le silence ce n'est pas que l'absence de bruits. Le vivant est bruyant même sans y rajouter notre bavardage mental. Le silence je ne sais plus le définir...

Écrit par : Miche | 11/07/2017

Bonjour amie,
merci de ta pensée et de ton coucou
Bonne semaine
Bisous

Écrit par : dany2121 | 11/07/2017

Auriez vous des tuyaux (pas percés si possible) sur la manière de s'isoler manière de ressentir la matière autrement ?

Auprès des grandes orgues on peut facilement prendre "un vent" artificiel pour ce qu'il n'est pas mais la naissance d'un son dans un caisson de graves ça c'est quelque chose !

Toutes nos chambres ne sont pas anéchoïques et c'est tant mieux car les pointes en mousse peuvent avoir quelque chose de rébarbatif en même temps qu'anti réverbérant, barbant donc pour qui s'y frotte, bleues avec des pointes noires en carbone.

Le noisy c'est pas noisy le sec sauf par temps humide et quand il pleut à tout rompre et que le silence s'estompe dans des trombes d'eau.

Le cosy (pas van tutte) c'est pas choisi quand le roi passe outre les limites de la bienséance (tenante) pour faire claironner à tout va sa venue auguste, en majesté.

La nature réserve tant de belles surprises dans la découverte des bruits nocturnes comme dans la réserve du fiers d'Ars sur l'île de Ré !

Comment ébruiter la notoriété de certains lieux sur un mode sourdine pour que tout le monde ne s'empresse pas de s'y précipiter ?

Si le silence est dehors, où est donc passé le bruit ?

Terrifiant le silence absolu qui comme le zero n'existe pas vraiment tant un battement de coeur, un souffle de respiration font déjà monter dans les tours une matière biologique qui ne sait tout garder et amortir soeur ou pas des caisses résonnantes que sont certaines parois.

Qui n'a pas essayer le galop des chevaux sur sa cuisse galbée ou encore la cavité résonnante de sa bouche pour jouer de quelques instruments à l'étrange vibrato métallique ?

Écrit par : Thierry | 11/07/2017

J’apprécie toujours autant tes partages Ariaga,
Je t'embrasse.

Écrit par : plume bleue | 12/07/2017

Bruit nuit comme suie quand on sue le son qui répond et rebondit
parois qui angoissent

pourtant le bruit c'est la vie

un joyeux vacarme dans un capharnaüm indescriptible
une belle ambiance de cymbales aimables

un concert de klaxons pour une jour de fête ...pas de petits vélos ni de facteurs...moraux dans tout cela, le grand cirque du petit manège qui ménage nos souvenirs d'enfant et nous réjouit.

Le bruit de la mastication inextricable de nos ancêtre paysans, laboureurs ou serfs , la façon de montrer sa satisfaction aussi bien au Maghreb ou au japon, pas de Ba ni de No , des ba ba et des balbutiements comme des ciments pour un concert de louanges quand les sushis font oublier les soucis même sans baguettes !!!

Tic tac ou toc toc des rythmes connus nous rappellent à nos devoirs envers les autres et nous même, pas de privation de liberté mais un cadre qui permet de s'épanouir et de jouir pleinement de l'instant.

Tenez j'écoute Génésis en ce moment au casque , ce n'est pas du génépis mais ç'est comme du petit lait (pas gêné au pis) et si "the lamb lies down on Broadway" alors je veux bien dans mes souvenirs de vingt ans si énormes et émouvants et de bientôt quarante ans rappeler du fond de ma mémoire tous ces instants magiques qui m'agitent encore " why don't you touch me " ....now now now !!!

Ce n'est pas du bruit c'est revivre aussi vivement en intensité cette jeunesse enfuie et enfouie qui remonte comme une autre vérité et m'amène cette eau de jouvence qui me stimule et me permet de renaitre au monde, meilleur de mon expérience et de mon recul, je ne parle jamais de sagesse (j'ai toutes mes dents) , c'est un souffle puissant , un appel d'air, un rappel des airs anciens et des rappels de concert qui servent encore.

C'est ma vie, je hais le silence, Ariaga peut en témoigner et si je veux bien m'employer et m'empoigner pour me coltiner les mots et laissant les maux de tête de côté sans dodeliner , c'est que patelin même dans un bled je suis de civilisation orale par laquelle tout se mime et se dit, se transmet.

Merci de me comprendre et de m'excuser mais je mourrai en parlant
car même au final ...sera le verbe ... pas au point de couper l'herbe sous les pieds du marcheur céleste que j'entends...être !

Je hais le silence qui est la mort pour moi comme le mouvement en est une des manifestations les plus tangibles, mais ais je jamais eu le choix avec un père manuel et si vaillant depuis ses douze ans que j'ai du reproduire les travaux d'Hercule ....

Écrit par : Thierry | 12/07/2017

grace à la téléet à la radio je peux dormir
.....
kiss

Écrit par : lamangou | 12/07/2017

La sixième extinction de masse est en cours
anthropo scène de crime perpétrée par un être dit "supérieur" !!! hum
on risque d'avoir une extinction de voix devant cette absence de voies possibles, la marche avant est enclenchée et malgré les climato- sceptiques de tout acabit à la trumpitude patentée il faut bien se rendre à l'évidence des sons familiers vont disparaitre, le guépard et son feulement léger notamment, tout cela va se passer dans le silence ...

funeste expérience supérieure en vitesse à la précédente où trapps du Deccan et Astéroïde de tchitchulub /Yucatan causèrent la montée du règne des mammifères.

Qui va nous succéder ? Ca me laisse sans voix !

Écrit par : Thierry | 12/07/2017

J'ai du mal à voir le bruit comme un moyen de se protéger des angoisses... La musique, en revanche..........!
Cela me rappelle toujours une scène du film "Les enfants du silence" au moment où l'héroïne, sourde et muette, se met à danser, totalement habitée par la musique..
Bonne journée Ariaga, je t'embrasse!

Écrit par : Ambre | 13/07/2017

"Quand la musique était rare, sa convocation était bouleversante comme sa séduction vertigineuse.
Quand la convocation est incessante, la musique repousse. Le silence est devenu le vertige moderne. Son extase. J'interroge les liens qu'entretient la musique avec la souffrance sonore." Pascal Quignard
https://www.musicologie.org/publirem/lambert_permiere_suite.html

cette satanée musique avec laquelle l'on nous bassine à longueur d'heures dans les supermarchés, les salles d'attente, les répondeurs, ou toute attente téléphonique, les films parfois noyés par des bandes musicales incessantes.... etc etc ... nous amène à même haïr la musique parfois.

Ta note m'a renvoyé à un livre de Quignard que je lus il y a quelques années "La haine de la musique" dont je t'envoie un lien ci-dessous.

Aujoourd'hui oui, nous avons une grande frayeur du silence et en avons oublié ses bienfaits...

merci

Écrit par : Maria-D | 13/07/2017

@ Maria-D tout ce que tu écris dans ton commentaire m'intéresse fort mais je ne vois pas le lien ci-dessous.

Écrit par : Ariaga | 15/07/2017

Qu'ont entendu les premiers hommes sur la terre ? Le chant des oiseaux, le bruit de l'eau qui s'écoule d'un ruisseau, le bruit du vent etc... C'est vrai que certaines personnes craignent le silence et ouvrent de suite, en se réveillant, la radio ou mettent un CD. Ma belle-soeur déteste le silence de sa maison, il lui faut toujours un fond sonore (télé ou radio ou disque). Sinon trop tue !

Écrit par : elisabeth | 15/07/2017

@ Élisabeth, je crois qu'il faut de tout. E qui aiment le bruit, des qui ne l'aiment pas, des qui l'aiment de temps en temps. le monde est vaste et l’univers encore plus ...

Écrit par : Ariaga | 15/07/2017

@ Maria-D, je m'excuse, je pense qu'il s'agit du lien un peu plus haut dans ton commentaire.

Écrit par : Ariaga | 15/07/2017

Thierry me fait toujours rire quand je lis ses longs commentaires !

Écrit par : elisabeth | 15/07/2017

Des amis asiatiques me disaient que quand on approche du silence on tient le bambou ! Lol

Ma chère Elisabeth certes je m'épanche (pas de synovie) mais je ne suis pas mou du genou comme néo ancien athlète qui a retrouvé le chemin des stades.

On m'a toujours dit qu'il fallait mieux faire rire que pleurer alors j'ai choisi mon camps depuis longtemps.

Ariaga a le chic pour nous mettre sur des pistes sérieuses à creuser et si d'aventure on a besoin de buses alors c'est que rien n'est tari.

En Gascogne on à le domaine du Tariquet bien connu vers Eauze , c'est le début d'une longue quête dans des blancs souples et agréables.

Écrit par : Thierry | 15/07/2017

Écrire un commentaire