UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Rêveries à Vic en Bigorre | Page d'accueil | Nous pouvons tous changer! »

18/08/2017

Emma Jung : Animus et Anima

écriture,Jung,philosophie,psychologie des profondeurs,photo,Ariaga

La femme de C.G.Jung, Emma Jung, ne s'est pas contentée de lui apporter l'aisance financière et d'élever leurs cinq enfants. Elle fut aussi associée aux recherches de Jung et à ses activités. Elle a écrit un ouvrage remarquable intitulé La légende du Graal  (Albin Michel). Il a été publié à titre posthume par Marie-Louise von Franz. De son vivant elle faisait des conférences à partir desquelles a été publié un livre : Animus et Anima (ed. La fontaine de Pierre). Dans l'introduction à cet ouvrage elle donne une définition très claire de ces concepts d'animus et anima qui, je le pense, peut être utile à ceux qui ne sont pas des lecteurs "éclairés" de Jung.

Voici un extrait où j'ai mis en caractères gras ce qui me semble essentiel. 

Après avoir parlé des représentations universelles et intemporelles que Jung nomme archétypes et qui sont devenues des concepts elle écrit :

" Jung a nommé ces deux figures - l'une masculine et l'autre féminine - l'animus et l'anima. Par ces termes il entend un complexe fonctionnel dont le comportement compense la personnalité extérieure ; c'est en quelque sorte une personnalité intérieure dont les attributs sont précisément ceux qui font défaut à la personnalité extérieure consciente et manifeste. Ce sont des attributs féminins chez l'homme et masculin chez la femme qui, normalement et dans une certaine mesure, sont toujours présents mais ne trouvent pas leur place chez les êtres tournés vers l'extérieur, car ils gênent leur adaptation sociale ou l'image idéale qu'ils se font d'eux-mêmes.

Le caractère de ces deux figures n'est toutefois pas uniquement déterminé par les particularités de l'autre sexe, il est aussi conditionné par l'expérience que chacun fait, au cours de sa vie, des représentants du sexe opposé, ainsi que par l'image collective du masculin héritée par la femme et du féminin par l'homme. Ces trois facteurs s’agrègent pour former un ensemble qui n'est pas uniquement une image ou une expérience vécue, mais plutôt une sorte d'entité dont les activités ne sont pas coordonnées de façon organique avec les autres fonctions psychiques. Cette entité suit ses propres lois et intervient dans la vie de l'individu concerné à la manière d'un élément étranger, parfois utile, parfois indésirable, voire destructeur. ..."

Après avoir beaucoup lu Jung, voici ce que j'ai lu de plus simple et de plus juste sur l'animus et l'anima. Évidemment, ensuite si on fouille l’œuvre de Carl Gustav cela devient plus compliqué ... Merci Emma.

Ariaga

 

 

 

 


Commentaires

chère Ariaga
nous attendons la suite et sommes suspendus à ta plume
pour que npos esprits animaux s'esbaudissent
il leur faudra attendre le rebond du temps
comme un tambour qui nous donne une seconde peau

Écrit par : thierry | 18/08/2017

En effet, Emma explique de façon lumineuse la pensée de Jung. Rien de tel que les épouses, qui fréquentent assidûment un auteur, pour parler de son oeuvre !

Écrit par : Aloysia | 18/08/2017

Ni contraire, ni opposé juste complémentaire comme une juste mesure non pas de la sexuation elle même mais de l'équilibre génétique.
Ma part de féminin que je ne peux nier et qui se rappelle à moi avec insistance ne me donne pas mauvais genre.
Pour simple que cela soit c'est déjà bien assez complexe pour en comprendre tous les aspects et moindre ramification.
Mais complet et parlant ça l'est, oui, assurément et de remarquable manière pour cette matière d'équilibriste.

Et la question des transgenres alors, comment l'aborder ?

Écrit par : Thierry | 18/08/2017

Masque grec et frise dorique ou pas qui ne défrise pas , l'histrio de service n'est pas là pour les sévices.
Qui suis je et que montre je ?
ce que je veux, ce que je peux (cacher ou aténuer)
dans les rapports de sociabilité le moule et les empreintes
la rémanence de certains traits (pas tous peints sur le visage)
ce conditionnement donc, joue à plein mais on a pas assez d'une vie pour savoir qui est l'autre derrière le miroir, surtout si on passe son temps à s'observer au lieu de se confronter aux autres, seuls révélateurs utiles

Écrit par : Thierry | 19/08/2017

On a tous en nous une part de l'autre sexe..cela ne me gêne pas, bien au contraire. Nous n'aurons pas assez d'une vie pour nous découvrir pleinement !

Écrit par : Sedna | 19/08/2017

@ Thierry, je suis contente de voir que Emma Jung t'inspire .

Écrit par : Ariaga | 19/08/2017

@ Aliysia, oui, il y en a eu beaucoup.

Écrit par : Ariaga | 19/08/2017

@ Sedna, pas de problème, nous aurons encore beaucoup de vies.

Écrit par : Ariaga | 19/08/2017

Je suppose qu'elle aima Jung profondément au point de percer à jour sa pensée et de peser ses mots sans trébucher dans une explication cognitivo - rationnelle qui traite du relationnel entre soi et soi .
Poursuivre le dialogue intérieur par ce truchement est nécessaire et une vraie chance, même pour celui qui pourrait nier sa part d'altérité.
Quelle aménité et bienveillance e tout cas.
Si le chat a sept vies combien avons nous de personnes alités au fon de nous ?

Écrit par : Thierry | 20/08/2017

qu'à donc ce vert de gris qui bistre la face
comme si la suie qui suait par tous les pores
pouvait exprimer de l'intérieur un supplément de couleur
alors que sont soulignés les principaux traits

Écrit par : Thierry | 22/08/2017

Voilà un livre que je me suis acheté, n'ai lu que partiellement, puis donné, puis plusieurs années après je l'ai racheté. Je ne sais pourquoi j'ai de la difficulté à m'y mettre, et cette notion d'animus a toujours été pour moi abstraite. L'animus est paraît-il souvent comme une assemblée d'homme, alors que l'anima est unique. Ça je l'ai souvent vu, en images mentales surtout: plusieurs hommes dans un camion s'en vont au travail, je vois plusieurs noirs alignés, quelques hommes assis autour d'une pièce. Jamais menaçants. Mais quand en rêve je ressens une menace sourde, une entité qui me met ou nous met en danger (ce qui m'est arrivé très souvent), il s'agit toujours d'un être masculin. - Jung dit que l'animus pour une femme et l'anima pour un homme représente le lien avec l'inconscient. Ça c'est mystérieux pour moi. Enfin, un mystère c'est en quelque sorte une promesse de découverte ... mais il faudrait bien que je le lise, ce livre, pour commencer! Merci Ariaga!

P.S. Souvent en cherchant une précision sur les propos de Jung je suis "tombée" sur un lien me ramenant à tes partages ... et même parfois aux miens! Hi, hi!

Écrit par : Michelle Nadeau | 23/08/2017

Bonjour Ariaga, merci de faire de temps en temps de ces notes qui nous éclairent. On apprend beaucoup. Nous sommes des êtres très complexes. On n'a pas fini d'en discuter et de faire des découvertes. Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 25/08/2017

gare à ne pas confondre animus avec mini bus
pas seulement des histoires de minus qui basculent de l'autre côté
je disais à Ariaga combien les hommes ne sont rien sans les femmes et que derrière chaque soit disant "grand" mec , qu'à t on sinon une femme présente, attentive, aimante, concernée qui hausse le mousquet

Écrit par : Thierry | 25/08/2017

@ Merci pour les commentaires de ceux auxquels je n'ai pas répondu. Promis, la situation va s'améliorer !

Écrit par : Ariaga | 27/08/2017

Moi aussi, j'ai envie de dire Merci Emma, j'ai précieusement noté les références de c(s)es deux livres... mais je dirai aussi Merci Ariaga, toi qui nous montres un chemin. Bises et douce soirée estivale. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 28/08/2017

Merci de relancer le débat animus-anima, Ariaga !

La question que je me pose, moi, c'est tout bêtement : est-ce que les choses sont encore identiques à ce qu'en a dit Jung ?

Parce que, voilà, il est né (en 1875), à une époque où les rôles étaient tranchés : les hommes devaient avoir un comportement bien "mâle" et les femmes ne devaient pas trop sortir de leur statut, non plus.
95 % des gens voire plus, étaient bien "typés" et n'assumaient pas les traits du sexe opposé...
D'où cette présence dans l'inconscient des traits du sexe opposé...

Mais aujourd'hui, les moeurs ont évolué, on ne "refoule" plus forcément ce qui n'appartient pas aux normes "standard" de son sexe affiché...et on joue plus sur l'entre-deux, voire sur l'ambivalence.
C'est particulièrement vrai chez les femmes, qui se sont beaucoup affirmées, depuis les années soixante Jung est mort en 1961) et qui ont acquis le droit de se comporter de façon plus indépendante et plus assurée. Elles "portent" parfois le pantalon (réellement et psychologiquement) et les hommes, eux, ne cachent plus leur fragilité ou leur sensibilité.
N'étant plus "refoulés", ces traits sont-ils dans l'inconscient...ou dans le conscient ?

Alors...peut-être faudrait-il songer à revoir, non pas les notions d'anima et d'animus, mais au moins ce qui en avait été dit... :-)

Écrit par : La Licorne | 29/08/2017

Une légende plus complexe qu'il n'y parait pour voir la vie de manière plus simple et conquérante !!

Écrit par : Jerry OX | 01/09/2017

Écrire un commentaire