UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« C.G.Jung et le savoir qui étrangle | Page d'accueil | Jung s'ancre dans la profondeur »

28/01/2018

Le Diable de Jung

 

citations,jung,diable,philosophie,faust,psychologie des profondeurs,ariaga,livre rouge

Photo prise au Musée des automates de la Rochelle

C.G.Jung nous montre, dans ce texte extrait du Livre Rouge (p.244), comment, pendant la période où, pratiquant  des "descentes" dans les profondeurs de l'inconscient, il se confronte avec le Diable. On pense au Faust de Goethe et à la pratique de l'imagination active. J'ai souligné en gras ce qui m'a le plus interpellée. Ariaga.

***

" Je me suis confronté sérieusement au Diable et me suis comporté avec lui comme avec une personne réelle. C'est dans le mystère que j'ai appris à considérer de manière personnelle et avec sérieux ces entités inconnues qui vagabondent librement et habitent le monde intérieur, car elles sont réelles parce qu'elles agissent. Il ne sert à rien de dire dans l'esprit de ce temps : il n'y a pas de Diable. En moi il y en a eu un. Cela s'est produit en moi. J'ai fait de lui ce que j'ai pu. J'ai pu parler avec lui. 

[...] Ce serait fuir que de ne pas essayer de m'entendre avec lui. Si jamais tu as eu cette rare occasion de parler au Diable, n'oublie pas de te confronter sérieusement avec lui. Car il est ton Diable, après tout. Le Diable est en tant que contradicteur ton propre autre point de vue, qui te met à l'épreuve et qui dépose des obstacles sur ton chemin, là où tu peux le moins t'en servir.

Prendre le Diable en considération ne signifie pas passer dans son camp, sinon on est possédé par le Diable. Cela signifie bien plutôt : tenter de s'arranger. Par là, tu prends ton autre point de vue en considération. Ainsi le Diable perd un peu de terrain et toi aussi. Et cela pourrait être bon."

 

Commentaires

J'allais dire prendre le diable par les cornes...mais c'est beaucoup moins simple que ça. Il est question de parler, de se parler, déjà de se connaître, pour pouvoir se présenter, se confronter...J'aime beaucoup cette note Ariaga, merci, et je suis heureuse de te retrouver.

Je t'embrasse très fort,

Ta Princesse,

Aslé

Écrit par : Aslé | 28/01/2018

Pratiquait-il ce qu'on appelle maintenant la "sophrologie" ? Rencontra-t-il un Gardien du Seuil, ou bien tout simplement ce démon malicieux que l'on nomme le Mental ? S'il dépose des obstacles sur notre chemin il n'est qu'un envoyé de Dieu ayant mission de nous obliger à prouver notre détermination. En fait il est le mur que l'on croit voir et qui n'existe pas. Il est la peur que l'on doit affronter...

Écrit par : Aloysia | 28/01/2018

Il me faudra relire ce texte et aussi les commentaires, toujours très riches ici. Ce mur/peur qu’évoque Aloysia…cela me parle.
Amitié

Écrit par : Louis-Paul | 28/01/2018

Un texte intéressant à méditer...
"Le Diable est en tant que contradicteur ton propre autre point de vue, qui te met à l'épreuve et qui dépose des obstacles sur ton chemin, là où tu peux le moins t'en servir. "

Je dirais plutôt que nous avons en nous pas le diable mais des "tas de démons"...savoir les regarder en face et leur dire nom.

"La compassion envers nous-même nous donne le pouvoir de transformer le ressentiment en pardon
la haine en amitié
et la peur en respect pour tous les êtres
Jack Konfield

Écrit par : Marie Minoza | 29/01/2018

c'est souvent à l'extérieur que je les croise
il faut les repérerfvite et tirer de bords
est-ce qu'il veullent parler au diable en mi
je serais plutôt pour dire quand je suis fragilec'est làqu'il arrivent
???

Écrit par : lamangou | 29/01/2018

Quand on est tout petit, on apprend ce qu'est le Diable, on nous en parle à certaines occasions (religion, films, livres, famille). Ainsi on peut le reconnaître en nous. Bonne semaine Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 30/01/2018

J'aime ! "Ainsi le Diable perd un peu de terrain et toi aussi. Et cela pourrait être bon."

Écrit par : Miche | 30/01/2018

Le diable n'est qu'une partie de moi-même, ma part d'ombre, seule connue de moi. Elle est tapie au fond de moi et peut se réveiller à chaque instant. Si je suis lucide , je dois l'accepter et l'apprivoiser ....

Écrit par : daniel | 30/01/2018

Un texte fort en réflexion. Affronter ses peurs, se laisser tenter par le contradictoire.. Je médite sur ce sujet

Écrit par : Sedna | 30/01/2018

On peut lui donner le nom que l'on veut il me semble, personnellement, je l'appellerais plutôt le mental et celui-ci souvent se raconte de drôles d'histoire, il est alors temps d'éteindre le brouhaha ambiant !!! Bises, douce journée Ariaga, à tout bientôt. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 31/01/2018

Un petit coucou amical en passant, bonne journée à toi Ariaga

Écrit par : Joëlle | 31/01/2018

Tiré à hue et à diable
voilà la platine duale
qui joue sa musique ambivalente

et en même temps ...

ombre et lumière
avers et envers
pas histoire que de revers

et puis l'archange
dépravé qui fascine
un faisceau...de présomptions

Écrit par : Thierry | 01/02/2018

Aslè, moi aussi, Princesse je suis toujours heureuse d'avoir de tes nouvelles.

Écrit par : Ariaga | 02/02/2018

@ Aloysia, très juste ce sue tu dis au sujet du mur.

Écrit par : Ariaga | 02/02/2018

@ Louis-Paul, je vois que ce mur nous a parlé à tous les deux.

Écrit par : Ariaga | 02/02/2018

@ Marie Minoza, l'entité Diable est à la fois unique et multiple, comme tout ce qui est. Bonjour à tous tes petits démons !

Écrit par : Ariaga | 02/02/2018

Je l'ai rencontré. On s'est beaucoup parlé. Mais c'est trop personnel pour raconter.
Fidèles amitiés,
An

Écrit par : Binh An | 03/02/2018

Alain Rey nous l'a dépeint sous toutes les coutures dans son discours amoureux sous forme de dictionnaire

Mais dans son château où je l'ai parfois rencontré au delà de son profil sur la falaise sculpté et de profil avec son front bombé, son nez busqué
et les racines de ses cornes, j'ai ressenti un trouble car si ce n'est de sa bouche même, le souffle puissant des entrailles de la terre a puisé des ressources et par les innombrables fissures s’exhalent des relents méphitiques et puis il est partout en ce toponyme évocateur où si tout n'est pas à sa gloire, l'ancien maitre des lieux à sculpté tant et tant dans une invocation allégorique moqueuse comme pour conjurer le renom et la réputation des lieux ou encore accroitre les fantasmes des visiteurs qui à la nuit s'attardent devant les grilles et observent ces deux diables qui flanquent le portail.

Écrit par : Thierry | 03/02/2018

@ Lamangou, oui, c'est quand nous somme le plus perméables.

Écrit par : Ariaga | 03/02/2018

@ Élisabeth, je crois que l'on nous trompe avec cette vision simpliste du Diable et que, arrivé à la maturité, il faut sortir de ces images faciles.

Écrit par : Ariaga | 03/02/2018

@ Miche Merci, tu as bien vu ce rapprochement entre l'ombre et la lumière.

Écrit par : Ariaga | 03/02/2018

il n' y a pas de courage sans peur ou alors est ce de la témérité
mais dépasser les apparences et les représentations c'est plus que tirer le rideau

Écrit par : Thierry | 03/02/2018

@ Daniel, tu résumes ce que je pense. Je veux aussi te remercie pour le travail que tu fais sur ton blog où tu publies, très régulièrement, des notes passionnantes. J'ai particulièrement appréciée la dernière sur la pleine conscience.http://www.lesvoiesdelame.com/

Écrit par : Ariaga | 03/02/2018

Le diable ? connais pas! serait-ce ce démon tentateur dont on nous parlait tant enfant ?Si c'est lui, qu'il aille au diable car je ne suis animée que par le beau et le bon à partager avec tous

Écrit par : Chinou | 03/02/2018

Merci de me lire assidument .....

Écrit par : daniel | 03/02/2018

le diable est partout il y en a même qui vote pour !!!!
muchos besos mon amie
tilk

Écrit par : tilk | 04/02/2018

@ Plumes d'Anges, d'accord mais c'est difficile de supprimer le caquetage mental.

Écrit par : Ariaga | 04/02/2018

Sedna, médite et surtout continue à m'enchanter avec ta poésie.

Écrit par : Ariaga | 04/02/2018

@ Joëlle, merci pour le coucou et surtout pour ta brochette de canards qui m'a enchantée !

Écrit par : Ariaga | 04/02/2018

@ Thierry, "Dépasser les apparences et les représentations c'est plus que tirer le rideau ", j'aime c'est très inspirant.

Écrit par : Ariaga | 04/02/2018

A mon sens Dieu et Diable ne font qu'UN
et ce UN nous met à l'épreuve au quotidien
ce Un nous met en mouvement et en actes
parfois nous accueillons parfois nous luttons
l'essentiel n'est-il pas de vivre en plénitude avec ce UN
et ses forces contraires

Écrit par : Maria-D | 05/02/2018

Je me pose ici par le biais du blog de Sedna et je lis un texte très intéressant ....Le diable à mon avis ( donc dieu également ) n'a à mon avis que le pouvoir qu'on lui donne , qu'on leur donne , je prèfère penser au bien et au mal ....Merci Ariaga je pense revenir approfondir ma jolie découverte ...Betty

Écrit par : Betty...Harmony | 05/02/2018

et si seul le diable existait !!!!
besos
tilk

Écrit par : tilk | 07/02/2018

@ Maria-D, tellement d'accord que je voudrais l'avoir écrit !

Écrit par : Ariaga | 07/02/2018

@ Betty ...harmony, bienvenue et peut-être à bientôt.

Écrit par : Ariaga | 07/02/2018

@ Tilk pas possible, l'ombre n'existe pas sans la lumière !

Écrit par : Ariaga | 07/02/2018

Père coq sonnant le rassemblement à la basse cour, il est temps d'aller au poulailler le soir arrive vite

Écrit par : celadon7 | 09/02/2018

La part du diable
la part des anges
l’appât à la table
les dégâts sur le râble
pas uniquement question de détails
il y a une étrange lueur au portail
peu importe qui coure au foirail

il y a du dial,
du combiné,
du dialogique

concilier les contraires
essayer de comprendre
ce qui nous étreint parfois

voie étroite qui se dédouble
et vision presque trouble

Écrit par : Thierry | 11/02/2018

Bonjour chère Ariaga , voici comment me joindre sur facebook
Eckate Lefil

amicalement

Écrit par : Hécate | 11/02/2018

@ Hécate, merci, c'est fait !

Écrit par : Ariaga | 12/02/2018

@ celadon 7, je crois que ce coq règne sur beaucoup de poules.

Écrit par : Ariaga | 12/02/2018

@ Thierry, j'ai apprécié la part du ciel, la part des anges ...

Écrit par : Ariaga | 12/02/2018

Merci Ariaga
moral en berne
et période creuse et difficile
mais le courage reste d'affronter
ces diaboliques nouvelles
sans jouer au diabolo
ma vie d'équilibriste

Écrit par : Thierry | 12/02/2018

Satan pas habité par les esprits

Cet encore jeune chien tout roux
Par ses turpitudes encours notre courroux
Du château du diable il est devenu le gardien
Et ce lieu est presque son plus précieux bien
Oreilles dressées en pointe il écoute le voisinage
Prêt à bondir et à faire semblant d’être en rage
Mais en fait il est le plus doux des compagnons
Quand il le veut et qu’oscille sa queue en panache
Dans son écrin ce fauve ne fait pas tache
Par contre il voisine avec un habitat Cro-Magnon
Quand il ne les montre pas il a les crocs mignons
Et c’est la truffe humide qu’il a l’air le plus trognon
Sens en alerte, chaîné tendue, yeux aux aguets
Il semble toujours prêt à franchir le gué
Ses promenades favorites sont les sentiers alentour
Par lesquels en pleine liberté il se lâche pour un tour
Du haut de la tour il hume et embrasse la vallée
Où parfois fou de joie il fait le mouton détaler
Aboie-t-il que c’est sans raison ni crocs montrés
Juste une envie furieuse de cavaler dans les prés
Il porte bien son terrible nom diabolique
Car même s’il n’a rien d’une vieille relique
Par sa couleur et son lieu quotidien de vie
Non seulement il peut générer l’envie
Mais aussi singer l’habitant permanent
Qui dans la lointaine histoire laisse sa trace
Chevaucheur quotidien de grands espaces
Avec sa silhouette élancée il est épatant
Sauf à rappeler par ses habituelles rosseries
Qu’on ne va pas le nourrir à la rôtisserie.

Écrit par : Thierry | 15/02/2018

@ Thierry, courage, l’écriture te fait du bien.

Écrit par : Ariaga | 15/02/2018

Bonjour
Jung avait beaucoup d'humour, c'est ce côté que j'aime chez lui!
Le Diable: plutôt notre ombre, égo. Cet égo qui nous mène par le bout du nez...et notre ombre, n'est ce pas cela dont parle Jung...s'affronter, se confronter à l'ombre n'est pas agréable, beaucoup y renoncent et pourtant c'est elle qui nous fera voir la vérité. La connaissance de soi est un long parcours, le plus beau dans la vie d'un humain.

Écrit par : Brigitte | 17/02/2018

Écrire un commentaire