UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La rencontre du cube et de la sphère | Page d'accueil | Le blog : assuétude, liens, contributions »

09/05/2007

Repos : redescendre en soi-même

medium_DSC01650_2_2.2.jpg

 

     Voir remonter vers soi en putrides relents

     les restes de l'ancien visage

     enfouis dans la vase du royaume extérieur.

           Descendre et accepter 

  

medium_DSC01672_2_2.jpg

 

     Courir haletante tomber et ramper

     jusqu'à la porte noire du désir de savoir

     perdre les mots des hommes

     plonger dans un trou noir.

           Descendre et supplier.
 

 

medium_DSC00906_2_2.2.jpg

 

     Toute habillée de larmes

     protégée par l'Amour

     arriver aux confins du royaume intérieur

     dont la beauté fait peur

     par excès de lumière.

            Descendre et contempler.
 

 

medium_DSC01748_2_2.jpg

 

     Par de modestes marches

     retrouver l'harmonie de la quaternité

     car c'est cela la Pierre .

             Monter et remercier.

                   Ariaga
 

 

Commentaires

Bonjour ma très chère Ariaga et vous tous,

Ton post est tout simplement merveilleux et c'est une gymnastique très difficile pour certains. Allez à la rencontre de soi-même, c'est avant tout de s'accepter comme l'on est. Combattre son pire ennemi. Son moi ! Il faut apprendre à dépouiller le vieil homme qui dort en nous. Depuis plusieurs années je m'y attache et j'en suis heureuse. Aprendre l'humilité est magnifique.

Merci pour ce post.

Je t'embrasse très fort et bonne journée à tous
Marie Christine

Écrit par : Marie Christine | 09/05/2007

Merci Ariaga, mais j'ai été - comment dit-on... enlevée dès la première image, et alors accroche-toi pour me donner l'envie de descendre et surtout de "quitter". J'ai donc "entendu", lu, et j'ai vu défiler les images, cependant que mon coeur demeurait là-haut, empli d'assez d'émotion et le visage éclaboussé de cette première eau fraîche. Je reviendrai donc ici pour lire les suivants.
Je crois que c'est toute cette pierre qui fait qu'on la prend au sérieux... et pas moi.

Écrit par : Marie Gabrielle | 09/05/2007

Descendre... des cendres sur le passé...
Brûlé le temps...
Descendre pour remonter le temps... chercher où l'on s'est perdu dans les marches intérieures... se retrouver... et retourner dans la cage d'escalier du présent.
Sur cette échelle, l'avenir n'a pas de barreaux.
sourires

Écrit par : Anna | 09/05/2007

Je prends un peu de repos méditatif mais c'est avec plaisir et affection que je lirai vos commentaires. Et pensez à faire des fouilles dans les anciens textes car la semaine prochaine ça va être du sérieux si la forme est revenue. Je vous embrasse tous .

Écrit par : ariaga | 09/05/2007

Merci de cette adresse attentive et de ta délicatesse à nous dire. Des fouilles, peut-être pas, mais une présence en cause, oui ! Tu sais, je me demande si - effectivement, la méditation ne se confond pas avec le repos... dans l'attitude. Alors, merci pour cette idée d'exemple. A bientôt, et des bises tendres.

Écrit par : Marie Gabrielle | 09/05/2007

Comme nous le rappellent à leur manière les jeux d'aventure "donjons et dragons", il y a toujours grand trésor au fond des souterrains, pour celui qui sait dépasser la peur des monstres qu'il y rencontrera.
Tes photos sont très bien choisies. Elles épousent parfaitement ton propos. Bonne descente...

Écrit par : Arianil | 09/05/2007

tu évoques d'une certaine manière le chemin que j'ai parcouru avant mes révélations.
maintenant, aujourd'hui, je contemple ce passé tout en retrouvant petit-à-petit un équilibre, une harmonie

merci

Écrit par : gaiia | 10/05/2007

Bonjour Ariaga,

j'avais oublié qu'il y avait de la poésie sur ce blog. Merci !

Alors, c'est dans l'obscurité qu'on retrouve cette lumière qui jamais n'éblouit ?

Écrit par : jungne | 10/05/2007

Bon, je veux bien "redescendre", mais hors de question que je remonte... bonjour les escaliers !

Sinon, beau texte, ma chère Ariaga. Bises.

Écrit par : profdisaster | 10/05/2007

j'ai descendu mais j'ai glissé et me suis cogné le menton contre la pierre de la marche qui du coup forcément s'est arrèté je me suis mêmùe mordu la langue et du coup n'ai mêmue pas pu appeller au secours ou même dire m... et même que j' étais coincé le pied entre deux pierre de la marche quansd je l'ai retiré il était entorsé et j'ai même pâs pu remonter heureusement je n'étais pas descendu bien la et j'ai pu me tracter à la force des bras miraculeusement intacts et me hisser en haut de la première pierre d'autant qu'une escouade de fourmis me piquait le derrière et qu'un scorpion mal intentionné me menaçait tel un serpent à sornette ce qui je dois le confesser ( sans jeu de mot je le jure) a h^ater la remontée vers les orties qui courronnaient l'entrée de l'escalier ...( to be continued)

Écrit par : aloredelam | 10/05/2007

Tout un programme!

Écrit par : Marc | 10/05/2007

Les douces vagues .. de la conscience .. de la rencontre .. de la découverte de "je suis" ..
les vagues nécessaires et indispensables ..
Descendre .. se poser un moment .. là au plus profond et respirer .. ... monter .. remonter .. et venir respirer .. un peu ... à la surface... marche à marche.
Rouler sa pierre .. rouler la pierre ..

Écrit par : cile | 10/05/2007

Beaux... les mots et les photos, surtout la première et tous les mots qui en découlèrent...comme se casser la gueule et en être fière...

"J'ai descendu dans mon jardin..."

Je t'embrasse...dans ces marches qui ressemblent tant...à vouloir descendre...alors...que les marches vers le ciel sont bien ouvertes à qui regarde...

Écrit par : Aslé/ltds/etconsoeur/ | 12/05/2007

C'est dur, triste, tendre et lumineux à la fois. Je suis épatée (une fois de plus). Bises sur les marches.

Prof et Aloredelam/ :D

Écrit par : ada | 12/05/2007

perdre les mots des hommes...

Tout s'efface.......dans le silence de la Conscience......

Une page blanche de douceur et d'Amour.....
Contempler et s'emmerveiller.....
Pleurer de Tant de Beauté......

Écrit par : exos | 12/05/2007

Bonjour Ariaga et vous tous,

Je suis désolée de m’invertir de cette façon sur ton blog mais c’est pour une bonne cause. Un petit bonhomme se bat pour garder sa vie qui ne tient qu’à un fil. Alors je lance un S.O.S à tous mes ami(e)s bloggers pour aider Alexandre et ses parent qui demande de l’aide. Merci à toi et à tes ami(e)s de ce que vous pourrez faire car il a le droit de vivre.

Très affectueusement,

Marie Christine

Écrit par : Marie Christine | 13/05/2007

J'aime bien la 3ème photo. Le texte, à mon sens, serait plus intéressant sans les majuscules à Amour et à Pierre. De plus ce dernier mot, de même que quaternité en font un texte pour initiés et en diminuent très certainement la portée.

Écrit par : Marc | 14/05/2007

Pour MARIE-CHRISTINE. Bien sur, et j'espère que d'autres nombreux se joindront à moi, je prie à ma manière et avec toute mon énergie pour le petit Alexandre. Merci de ma l'avoir demandé, c'est un acte de confiance qui me touche. Avec mon affection. Ariaga.

Écrit par : ariaga | 14/05/2007

Je viens tout juste de remonter les marches vers la lumière et je suis éblouie par tous vos commentaires. Je vais donc replonger dans la nuit (du sommeil) et je vous promet que demain je vais consacrer mon temps à déguster vos textes. Savez vous, tous ceux qui font des commentaires sur ce blog que beaucoup de lecteurs viennent surtout pour vous lire ? Je pense qu'un de ces jours je vais vous laisser les clefs du laboratoire et partir parcourir le vaste monde. Bises à tous.

Écrit par : ariaga | 14/05/2007

@ Merci Marie Gabrielle pour tes commentaires toujours originaux et interpellants.

@ Marie Christine tu as bien raison le plus difficile est l'humilité. Quand je lis certains discours mystiques je me dis que leurs auteurs ont besoin de se coucher sur la terre humide et de la respirer avant de remonter sur les hauteurs.

@ Anna, tu es la représentante sur mon blog de la profondeur des gouffres de la psyché et tes mot sont tellement beaux et justes que, si je ne faisais pas attention un soupçon de jalousie de ma part pourrait montrer son vilain nez.

@ Arianil il y a longtemps que j'ai rencontré les dragons, ils ne me font plus peur, ce sont juste des cracheurs de feu, par contre dans les profondeurs les plus épaisse de mon ombre il y a encore des zones qui me font très peur.

@ Gaiia tu sais, parce que je te l'ai souvent dit combien le chemin que tu es en train de parcourir me fait plaisir et me donne de l'espoir.

@ Jungne : "C'est dans l'obscurité que l'on retrouve cette lumière qui jamais n'éblouit", si ce n'est pas de la poésie...Bravo et merci.

Écrit par : ariaga | 15/05/2007

@ Profdisaster Elles ont l'air un peu rustiques ces quatre marches qui remontent mais croyez moi, elles sont solides et bien enfoncées dans la terre. Il va falloir monter.

@ Aloredelam lambi, mais c'est une terrible aventure que tu nous racontes là, un vrai thriller. J'espère que certaines parties délicates de ta personne ont été épargnées. ... (je pense aux mains par exemple). Et ce pauvre scorpion, une bête si adorable tu ne lui as pas fait peur au moins ?

@ Aslé, protéiforme amie ami amis, c'est parfois quand on est bien en bas que l'on pense à lever la tête pour apercevoir la lumière. Et puis vous avez raison, il ne faut pas avoir honte de se casser la geule. Amitiès sincères.

Ada, tes bises sur les marches sont les bienvenues pour m'aider à les remonter.

@ Exos, merci pour ton beau commentaire. Je suis navrée que tu ai décidé de ne plus écrire sur ton blog mais il était déjà très riche. J'ai toujours admiré les mots de Nietzsche : "dis ta parole et brise toi". Bien peu ont le courage de le faire. Je te laisse quelques temps en lien alchimie spirituelle pour que l'on continue à te lire.

@ Marc, oui, c'est tout un programme, un peu ambitieux mais qui ne tente rien n'a rien.

@ Cile, comme toujours tu parles avec le souffle de ton âme.

Écrit par : ariaga | 15/05/2007