UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La Torah est une braise... | Page d'accueil | Alchimie du quotidien »

20/09/2007

C.G.Jung et la mort du Héros

( Suite de C.G.Jung se laisse tomber dans l'inconscient )

   Les jours qui suivent le saut de Jung, incarnant son mythe du héros, dans les abysses de l'inconscient , les chose ne s'arrangent pas. Il a un revolver chargé dans sa table de nuit et, après avoir reçu un rêve saisissant qu'il n'arrive pas à interpréter, il entend une voix puissante qui lui dit  : " Si tu ne comprends pas le rêve tu dois te tirer une balle dans la tête ".  Pris de frayeur, il cherche de toutes ses forces le sens de ce rêve au cours duquel , en compagnie d'un adolescent à la peau foncée, il tue, au lever du soleil, Siegfried descendant à toute allure sur son char une route serpentant sur le flanc d'un montagne. Après ce meurtre, dont les traces avaient été effacées par une pluie abondante, il avait ressenti une intolérable culpabilité. 
   Sous la pression provoquée par la voix, il réfléchit encore et encore et soudain le sens du rêve se dévoile. Siegfried, le héros mythologique allemand, lui apparaît comme celui qui veut imposer héroïquement sa volonté. C'est cela que Jung pensait jusque là : le chemin est où il y a volonté, héroïsme. Ce rêve lui montre que l'attitude du héros Siegfried, avec laquelle il avait une secrète identité, n'est plus l'attitude juste correspondant à son moi profond. Après avoir tué Freud, le Père, il doit maintenant tuer son mythe personnel du héros car, écrit-il, "il est des valeurs plus hautes que la volonté du moi, auxquelles il faut apprendre à se soumettre ." 
   A la suite de ce rêve, la consternation et la peur éprouvées à la suite de sa première expérience sont dépassées car de nouvelles forces se libèrent en lui et l'aident à continuer ses expériences d'exploration fantasmatique de l'inconscient .
   Des années plus tard, Jung comparera ses voyages imaginaires à ceux d'Ulysse dans l'odyssée quand il descend au séjour des morts.  Il élabore une technique de transe qu'il appellera par la suite " imagination active " qui est une sorte de libre méditation dans le but de rentrer en contact conscient avec des phénomènes psychiques inconscients (je vous en parlerai plus longuement une autre fois). 
   Voici la description qu'il donne ( Ma vie, p. 210 ) de sa manière de procéder, en cette fin d'année 1913 : 
     "Pour appréhender les phantasmes, je partais souvent de la représentation d'une descente. Une certaine fois je dus même faire plusieurs tentatives pour pénétrer dans la profondeur. A la première, j'atteignis pour ainsi dire une profondeur de trois cents mètres. La fois suivante, il s'est agi d'une profondeur cosmique. Ce fut comme un voyage dans la lune ou comme une descente dans le vide. Tout d'abord apparut l'image d'un cratère et j'avais le sentiment d'être au pays des morts.  ...
   En ce lieu, Jung va faire de bien intéressantes rencontres , mais ce sera pour une autre fois.
( à suivre )
       Ariaga.
 
 
 
 

Commentaires

C'est bien agréable d'apprendre de cette façon, tu es très pédagogue...

Écrit par : claudine | 20/09/2007

C'est captivant, et j'attends la suite avec impatience ....... ouah !

Écrit par : elisabeth | 20/09/2007

Les retrouvailles avec Pénélope, symboliseront la découverte de l'autre partie de lui-même. Mais il lui faudra d'abord maîtriser l'imagination active...

amicalement,

Écrit par : Phène | 21/09/2007

je ne connais que très peu de Jung, mais c'est avec intérêt que je lis tes billets... maîtriser l'imagination active voilà une réflexion à mener hé hé !!! bonne journée ariaga !

Écrit par : marie.l | 21/09/2007

Tout d'abord mille bises ;-)
Ensuite, je suis de plus en plus conscient et attentif à cette descente aux enfers (ou au pays des morts suivant les croyances) pour atteindre le vide du "ciel"
Je ne sais pas si il est "obligé" de passer par là (j'ai toujours VOULU penser que non), mais on peut en tout cas y être amené, j'en sais qq chose, et alors cela donne "sens" à cette descente, comme la nuit donne sens au jour.

Bises (une de plus)

Écrit par : Lung Ta | 21/09/2007

@ Claudine, au terme "apprendre, je préfère celui de "partager" ses connaissances avec les autres.

@ Elisabeth, j'ai toujours pensé que le récit de la vie psychique de Jung était aussi intéressant qu'un roman.

@Phène, mon ami, maîtriser est-ce que c'est toujours la bonne méthode. ? Il y a des fois où j'ai des doutes...

@Marie.l, je te dis comme à Phène, surtout quand on a une aussi belle imagination que la tienne, pourquoi ne pas un peu la laisser aller.

@ Lung Ta, Cela me fais du bien tous ces bisous. Je crois que la descente est presque inévitable, comme il n'y a pas de lumière sans la nuit...

Écrit par : ariaga | 21/09/2007

Nous sommes ici dans le mourir pour renaître;voilà une phase que je viens d'expérimenter, lors de ma dernière absence...douloureux mais ô combien fascinant et nécessaire. Cela a redonné du sens à ce que je suis ou à ce que je ne suis pas...

Écrit par : muse | 22/09/2007

Ariaga, merci vivement de nous faire partager ta lecture de Jung... et je patiente... en te serrant très fort dans mes bras...
Puis, suivant le fil du commentaire de Lung Ta ... Je ne sais si cette "descente" est un passage "obligé" tout ce que je peux en dire c'est que cela peut se produire sur un instant (pas même recherché) ... que ce passage dans la fange (je ne sais si c'est l'enfer !) cette visite "épouvantable" dans les écuries d'Augias est le dissolvant "idéal" de l'idée d'un moi-je... que tout au fond, un étrange face à face, peut se produire, et qu'il se produit, permettant une remontée, chancelante, à la manière d'un plongeur de grands fonds qui se doit de remonter à la surface par paliers... ce retour est loin d'être aisé notamment s'il se trouvait des témoins de la descente... car alors tout et n'importe quoi peut arriver...
et il devient bien difficile d'éviter "l'exclusion", la mise en examen psychiatrique... En ces instants le symbole chrétien de "la crucifixion" prend son sens le plus réel....

Amour intense

Écrit par : Muttifree | 22/09/2007

J'aime toujours autant venir lire ici même si je ne laisse pas toijours un petit mot.
Bon dimanche!

Écrit par : Lhuna | 22/09/2007

Ariaga, toi, tu partages et moi... j'apprends tellement de choses ! Tu m'inities à une approche de l'inconscient qui me fait un peu peur, je vais vers Jung genre : un deux trois soleil, en avançant et en reculant... Dieu sait pourtant si je suis passionnée par les tréfonds secrets de l'humain.

Écrit par : claudine | 24/09/2007

@ Muse, tu es dans un parcours d'alchimie spirituelle et les morts et renaissances sont le moteur. Dis toi bien qu'à chaque fois il y a un petit reste et que c'est ce petit reste qui est une petite brique pour construire la maison.

@ Muttifree ton texte est important et j'espère que d'autres le liront. Cela leur donnera une nourriture à emporter pour leurs descentes en enfer personnelles. Pour moi, la phase de la "nigredo" alchimique est incontournable. Regarde comme les grands mystiques ont connu des périodes difficiles.

@ Lhuna et moi, cela me fais plaisir d savoir que tu me lis.

@ Claudine, celui qui n'a pas un peu peur manque de prudence. Chacun va à son rythme. Je crois cependant que la lecture de Jung ne peut que faire du bien.

Écrit par : ariaga | 24/09/2007

Il se droguait le dit "Gugus" ? Surment, non ?

texte passionnable

Écrit par : Peuimporte | 29/06/2008