UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quand la mer se retire | Page d'accueil | Le rêve du yogi »

14/02/2008

Le cadeau de mon amoureux

 

9ccb2bc3459d6cf02fc173bdf2baa94c.jpg

  

   Aujourd'hui, comme chaque jour et chaque nuit, mon amoureux m'a fait le plus beau des cadeaux : rester en vie à mes côtés, refuser une mort programmée.

  C'est une tâche douloureuse, une tâche de tous les instants de l'ici et maintenant. Il y a des branches coupées, l'écorce a disparue mais le ciel est toujours éclairé par une antique lumière venue du fonds des âges, une lumière d'amour et d'éternel retour.

            Ariaga.
 

Commentaires

Comme je comprends jusqu' au tréfonds de mon être la portée de tes mots, Ariaga ... Cette confidence dit aussi ton amour, la confiance que tu portes à la vie, la reconnaissance aimante pour ton compagnon, la confiance que tu portes à nous tous qui passons ici ... et je suis en force de vie avec vous ... je comprends mieux à présent cette présence que tu as au sensible de chaque instant ...ce post est d' une forte intensité ... Merci pour ce partage de ton vécu ...

Écrit par : Kaïkan | 14/02/2008

Mystère du pur échange. C'est beau l'amour, n'est-ce pas?

Écrit par : Bona | 14/02/2008

L’amour vit ou il n’est pas. L’amour donne ou ce n’est pas de l’amour. Qui disait ? …que l’amour a ceci d’extraordinaire qu’en donnant tout ce qu’il a, il a toujours davantage à donner.

Je vous souhaite un ciel lumineux.

Écrit par : r_i_d | 14/02/2008

c'est vraiment un bel amour !
merci ariaga de nous le faire partager,
c'est bien écrit tu es un vrai poête
je me régale de te rendre visite tous les jours
je t'embrasse et ton amour aussi....
marie

Écrit par : mariedumonde | 15/02/2008

Je savais un petit peu de quelques mots glissés sur le banc de nos pensées…Il est beau votre amour et fort, c’est sa beauté qui transparaît dans ce peu de mots que je sais de toi, de ta vie…Voilà… et l’amour ne se mesure pas, il n’est pas programmé…

Je t'embrasse très très fort...je vous embrasse

Écrit par : Aslé | 15/02/2008

j'ai l'air comme çà de t'avoir oubliée, mais ce n'est que l'air, rassures toi ! mes neurones fonctionnent à 100 à l'heure (enfin comme ce sont des neurones nounouniens cela nous fait du 25 à l'heure ordinaire)
bon le truc c'est que je vais pondre le texte que je te prépare avec un max de retard mais bon que veux tu, je meurs, je renais, j'accouche, purée je suis crevée, et en plus j'aime venir te lire, or tu parles en jungien, un langage quasi incompréhensible pour moi. Misère.. j'ai mal à la tête !
je t'embrasse et à très bientôt AriagaBella!!

Écrit par : ambre | 15/02/2008

Coucou, Ariaga, un peu en panne pataty mais très touché de ce cours et intense partage que tu nous proposes.
ET merci pour tes commentaires sur mon (mes) blogs.

Écrit par : jean | 16/02/2008

c'est un très beau cadeau, merci Ariaga
bises

Écrit par : djaipi | 16/02/2008

Refuser une mort programmée : je me suis souvent posé cette question : sommes-nous concentant de nous soumettre à l'inéluctable ?

Écrit par : paradox | 16/02/2008

parfois il y a des choses, des personnes avec les seules dont tu sais...à partager la mort.

Et c'est si facile d'en rire lorsque tu es jeune et en bonne santé, ou de faire semblant, je comprends tout ça aussi

Je suis quand même un peu choquée par les commentaires, même de moi...

Le mieux est de me taire, je t'embrasse très fort Ariaga...

Écrit par : & | 16/02/2008

@ Kaïkan, tes mots si justes me touchent beaucoup.

@ Bona, merci de ta visite. Oui, l'amour c'est beau, même quand il est difficile.

@ r-i-d- , j'aime vette manière que tu as de dire que le véritable amour est une source inépuisable.

@ Marie du monde, ce sont des êtres comme toi qui ajoutent de la force à la force mystérieuse qui aide ceux qui en ont besoin et qui demandent sincèrement.

Écrit par : ariaga | 17/02/2008

@ Aslé & compagnie, c'est vrai que l'amour n'a ni dimensions ni programme. Il n'y a pas d'impudeur à faire des commentaires sur des sujets qui me touchent car il n'y a pas d'indiscrétion. C'est moi qui ai décidé de me "montrer" un peu plus pour que mes lecteurs fidèles comprennent mieux le chemin que je suis et les difficultés que j'ai parfois à "assurer " les réponses ou les visites. Tu ne peux pas savoir la force que me donnent, sans le savoir, ceux qui fréquentent mon petit laboratoire.

@ Ambre, mais non je ne pense pas que tu m'oublies. Tu es comme nous tous (voir réponse à Aslè) tu as des moments de submersion.

@ Jean le partage est réciproque. Tes textes sont excellents et je dis à tous ALLEZ VISITER LE MONDE DE PataTy (dans mes liens Alchimie spirituelle. )

@ Djaipi, je sais que tu en es conscient. J'espère que tu va arriver à résoudre tes problèmes sur ton blog.

Écrit par : ariaga | 17/02/2008

Vraiment je regrette de m'être emportée et je salue ta force et ton courage...et de m'avoir répondu, merci tu sais

Écrit par : Asl& | 17/02/2008

Tes mots me touchent beaucoup... Pas besoin de lettres qui définissent pourquoi.
Je vous embrasse tous deux tendrement.

Écrit par : Pimprenelle | 19/02/2008

l'Amour , le fleuve , s'y noyer et renaître pourquoi ce our , beau son sans lequel am se sentirait si seul endeuillé du parfum magique comme une langue maternelle oubliée ou les sons des mots que la source cristalline éparpille ,
j'en reste au mot , au son qui relie les fils à quelque chose dans ma nuit d'épanouissement fertile en corolle nénuphar sur une eau , j'allais dire dire no ,et que ce no , péripétie virevoltée, une o qui ouvre et porte ,
le mot se forme et épouse une étoile de sens , profère un chemin hertzien et délivre un rêve bien réel , en doute à conquérir
our
je retiens l'our

Écrit par : lam | 22/02/2008

Couper une branche de l'un de mes amis si proches , c'est comme si on me retirait un bout de moi même et mon coeur saigne .
impossible de vivre sans eux !

Écrit par : arlette | 26/03/2008