UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le cadeau de mon amoureux | Page d'accueil | La musique est... »

17/02/2008

Le rêve du yogi

   Je fais des sauts dans le temps au sujet de la double personnalité de C.G.JUNG, déjà évoquée (voir lien) et de sa relation à la philosophie, la psychologie, le rêve et la spiritualité.

   Une étape importante du cheminement de Jung, la plus importante depuis sa confrontation avec l'inconscient entre 1913 et 1916, quand beaucoup d'amis et surtout d'ennemis l'avaient soupçonné de folie, se situe durant sa grave maladie de 1944. Il avait alors soixante huit ans.  Pendant trois semaines il resta entre la vie et la mort dans une espèce de semi coma. Alors que ses journées étaient remplies de souffrances morales et physiques, les nuits lui donnaient accès à un monde de "la délivrance du fardeau du corps et de la perception du Sens". 

   Il eut de nombreuses visions de symboles alchimiques, en particuliers ceux qui représentaient le thème archétypique de la conjonction des opposés ; le mariage mystique, par exemple. Il raconte ces scènes et le plaisir qu'il avait à les "vivre', de manière détaillée dans le chapitre de Ma vie intitulé " Visions ". Quand je lis ces récits hors du contexte de l'oeuvre complète de Jung  je ne suis pas étonnée qu'il ait passé aux yeux de certains comme un visionnaire mystique hurluberlu. Il décrit aussi ses difficultés et son peu d'enthousiasme envers un retour à la vie réelle, tout en ajoutant cependant que, même au sein de cette béatitude provoquée par les visions, régnait un "manque singulier de chaleur humaine".

   Jung choisit la Vie. Son sentiment de parenté avec la Nature, une acceptation du destin, la curiosité au sujet de l'avenir furent, je crois, ce qui le retint de céder à la tentation de s'"échapper par le haut", tentation qui fut très forte pendant cette maladie. A cela s'ajoutait une exigence morale l'incitant à transmettre les expériences accumulées pendant une existence déjà bien remplie par la pratique de l'analyse, l'accumulation d'un grand savoir livresque, et surtout le travail d'expérimentation sur lui-même.

   C'est après cette période, pendant laquelle il évolua à la frontière entre la vie et la mort, que furent écrites ses oeuvres essentielles. Cependant, de profondes transformations se produisirent dans son attitude, en particulier au sujet de sa double personnalité. Sa maladie et le fait que son conscient avait laissé s'installer une domination de forces inconscientes, avaient redonné la prédominance à la personnalité numéro 2.

   Jung chercha de nouvelles formes d'expressions et ne tenta plus d'imposer son point de vue personnel. Il se laissait plutôt "guider par le cours de ses pensées" ; elles se formaient d'elles mêmes et il les acceptait, sans se préoccuper d'un quelconque jugement d'autrui à leur sujet et, surtout, il fit de nombreux rêves dont l'un, celui du  "Yogi", éclaircit pour lui les relations entre le Soi et le Moi. Les commentaire qu'il donne de ce rêve montrent que les visions "initiatiques" qu'il eut pendant sa maladie avaient conforté en lui le sentiment de devoir revenir à sa à sa personnalité numéro 2. Il lui fallait se désintéresser de son image sociale et privilégier la relation avec l'inconscient. Voici ce rêve  (Ma vie, p.367) qui commence par une excursion et l'arrivée à une petite chapelle :

" La porte était entrebâillée et j'entrai. A mon grand étonnement, il n'y avait ni statue de la vierge, ni crucifix sur l'autel, mais simplement un arrangement floral magnifique. Devant l'autel, sur le sol, je vis, tourné vers moi, un Yogi dans la position du lotus, profondément recueilli. En le regardant de plus près, je vis qu'il  avait mon visage ; j'en fus stupéfait et effrayé et je me réveillai en pensant : " Ah ! par exemple ! Voilà celui qui me médite. il a un rêve et ce rêve c'est moi " Je savais que quand il se réveillerait je n'existerais plus. "

  Jung a longuement commenté ce rêve dans Ma vie et d'autre oeuvres mais je pense qu'il est mieux que chacun cherche à interpréter ce rêve comme s'il était lui même le rêveur car il me semble que, à travers le rêve de Jung, c'est nous tous qui rêvons. 

          Ariaga.
 

 

 

Commentaires

" Je savais que quand il se réveillerait je n'existerais plus. "
Moi aussi suis en chemin comme Jung, et nous tous en fait, vers l'éveil où le petit personnage qui recouvre mon identité véritable n'aura plus de raison d'être et disparaîtra.
Je voulais te dire Ariaga que ma soeur est en train de lire la vie de Jung et elle m'a dit que tes textes l'aident dans sa compréhension.

Écrit par : kea | 17/02/2008

Doux rêves Ariaga et bonne nuit :) Amitiés

Écrit par : lechantdupain | 17/02/2008

très chère Ariaga,
je peux dire que tu m'épates vraiment... tu es très douée pour faire passer par ta "passion" ce que tu aimes... tu sais que moi et jung c'était bofffffffffff.
eh bien figures toi que maintenant je commence à m'y interesser sérieusement et je lis maintenant tout ce que tu écris à son sujet ce qui n'était pas le cas auparavant quand tu ne parlais que de jung je survolais.
elle est pas belle la vie!
en tout cas merci Ariaga, la force c'est un échange ou un partage d'énergie,comme on veut, on donne on reçoit on reçoit on donne...
bonne journée Ariaga et à vous tous sur ce blog
merci
marie

Écrit par : mariedumonde | 18/02/2008

bonjour Ariaga
ce thème du "rêveur" et du "révé" tel que tu le signale a été pas mal servi dans la Science Fiction (qui a beaucoup puisé et puise encore dans la psychanalyse). Malheureusement, je n'ai pas en tête de titre ni d'auteur, ce qui n'avance pas à grand chose, mais je vais tenter de faire quelques recherches dans ma bibliothèque personelle... et ailleurs. Si je trouve un titre vraiment convaincant à ce sujet je commuiquerai la référence. A bientôt... Amitiés.

Écrit par : jlb | 18/02/2008

Bonjour belle et douce Ariaga... et voilà, je m'éclipse une semaine pour une petite retraite en forêt et... je reviens te lire... pour découvrir entre Jung et Nietzsche, ce phénomène mais aussi grande Loi Générale de l'attraction/répulsion, de ce mouvement énergétique de marée, incessant, pulsant le plaisir et le déplaisir, l'amour et la haine.
Je reviens, et je frissonne au son de la vague qui s'étire et nous laisse admirer la langue runique des pattes d'oiseaux... puis je vibre en profondeur sous l'éclat lumineux de ton Echo à l'Amour...pour finir, en beauté ajoutée (et en mémoire aux épreuves initiatiques que chacun peut avoir à affronter dans l'innocence et l'acceptation, nulle autre alternative d'ailleurs), je repars en voyage entre Jung et Ariaga, revisitant les armoires archétypales de l'inconscient collectif, là où dans les couloirs et les recoins d'un temps relatif je faillis me perdre en 1995, jusqu'à ce que la Vie elle-même me rejette au sol de l'ici et maintenant...
Ariaga... simplement, MERCI;

Écrit par : Muttifree | 18/02/2008

J'interprète ce rêve ainsi : il a conscience que sa vie intérieure est plus riche, plus vraie que sa vie sociale. Il a l'impression de mourir s'il n'écoute pas sa voix intérieure.
Bonne semaine.

Écrit par : elisabeth | 18/02/2008

oups pardon , j'me suis trompé d'salle , mince ! sont sérieux icite !

Écrit par : lam | 18/02/2008

//il me semble que, à travers le rêve de Jung, c'est nous tous qui rêvons. //

belle idée!

le cerveau trouve en rêvant d’intéressantes solutions aux problèmes qui le préoccupent. Il serait intéressant de connaître à quoi réfléchissait Jung quand rêva à ce yogi, mais pas seulement. Il faudrait savoir ce qu’on yogi représentait pour lui, et une église, s’il y manquait un crucifix.

Je lis que // Jung chercha de nouvelles formes d'expressions et ne tenta plus d'imposer son point de vue personnel.//

Peut-être ce rêve d’un yogi méditant et qui portait son visage équivaut à une nouvelle expression de la formule de Rimbaud: Je est un autre. Ça me rappelle Michaud et ses “arracheurs de visage.”

Le plus intéressant, c’est peut-être que Jung comme presque tout le monde s’identifiait lui-même surtout à son propre visage. Le yogi n’avait pas “les pieds” du rêveur ou “son dos.” A quoi aurait rêvé Jung s’il était né avant l’invention du miroir? Car la flaque d’eau…

J’ai rêvé l’autre nuit d’un oiseau qui avait mes ailes, et puis d’un clavecin : il avait ma voix.

Écrit par : r_i_d | 18/02/2008

Si un tel rêve m’advenait ? Je me dirais : Tiens, on dirait que tu deviens sage ! L’arrangement floral me semblerait plus normal que des références à des religions plus récentes, la « chapelle » marquant un enclos sacré, un espace spirituel.

Que chacun ait sa propre grille de lecture, j’en suis convaincue, mais ce rêve là me semble très au-delà du particulier, me semble.

Pour moi, plutôt que dans la SF il y aurait forcément une référence à Calderon ou Shakespeare : "Nous sommes de l'étoffe dont les rêves sont faits et notre petite vie est entourée de sommeil. "


Mais si nous sommes fait de l’étoffe de nos rêves, que ces rêves soient paix et harmonie c’est plutôt encourageant, non ?

Le troublant est qu’hier je suis tombée sur ce lien : http://www.psychanalyse-in-situ.fr/livres/ReverSousLe.html
De l’influence du totalitarisme et de la peur sur le monde des rêves. Je vais devoir méditer là-dessus mais pas en lotus :-)

Je t'embrasse

Écrit par : L'Arpenteuse | 19/02/2008

C’est vrai…un peu comme Mariedumonde mon oeil glissait toujours en soif de savoir qui tu étais, mais maintenant je te lis à travers ta passion, c’est là où tu es, où tu partages ce toi avec nous, même si j’aime tes poèmes et ce que tu montres de toi, je sais, enfin je commence à comprendre la notion du laboratoire…de cet endroit à expérienceS à partager en exploratrice.
Je n’avais de Jung qu’une image publicitaire, c’est comme ça, associée aux rêves de représentation, des trucs qui me faisait rire, jusqu’au jour de maintenant, d’il y a longtemps en fait mais que j’avais oublié pour ne pas y croire
Juste merci de me réconcilier avec ça…
Ta Princesse t’embrasse très fort

&

Écrit par : Asl& | 19/02/2008

@ Kea, je suis contente que mes textes aident à lire Jung et surtout du fait q'en ce moment sur ce blog et ailleurs je vois pas mal de gens lire Ma vie. A quand un petit pourcentage de Gallimard!

@ Lechantdupain, chaque fois que je vois ton nom sur le blog je pense aux étoiles...

@ Mariedumonde, tu me dis trop de gentillesses je vais finir par devenir vaniteuse. Et pourtant c'est tellement bon pour mon moral.

Jib tu n'es pas seulement un sorcier de la photo, tu es un sorcier tout court. Comment as tu deviné que je suis (j'ai surtout été) une véritable mordue de SF. Je pense un jour aborder le sujet dans le Laboratoire mais si je commence j'ai peur d'être intarissable. Je suis preneuse d'un titre et même de plusieurs. On verra si, une fois de plus on est sur la même longueur d'onde.

Écrit par : ariaga | 19/02/2008

Je me dirais: Tu es arrivé, maintenant tu peux te tenir tranquille.
Le méditant a les yeux fermés, il ne me voit pas mais je le vois. Qui est la dupe de l'autre ?
Comme une boucle ou l'un sait qu'il est l'autre quand l'autre est stupéfait de se découvrir, pourtant l'un est l'autre et vice et versa.
Celui qui ne voit pas avec les yeux voit-il moins bien que celui qui le regarde?
La chapelle est le centre, un lieu contenant qui figure le Soi. Je suis bien dans le Soi, je suis épanoui comme toutes les corolles de cette décoration florale que je découvre en entrant dans moi.
Paix et Harmonie

Écrit par : jean | 19/02/2008

Mordue de SF, Ariaga ! ??? Science Fiction ou Science Fantasy... remarque, je me suis retrouvée un jour mordue par les deux aspects de cette littérature et peut-être même est-ce de ces lectures que m'est venu le goût des images, numériques ou pas... ah Marion Zimmer Bradley... et tant d'autres, merci d'avoir habité près de moi durant les longues nuits sans sommeil...
Je t'embrasse.

Écrit par : Muttifree | 20/02/2008

@ Muttifree, J'aime bien ton résumé de mes activités sur le blog pendant ton absence. Je vois aussi que j'ai bien du retard pour mes réponses aux commentaires.

@ Elisabeth, C'est une piste vraiment intéressante ton interprétation. En la lisant je me souviens de la fois où il avait dit au sujet d'un rêve, si je ne trouve pas ce que ce rêve veut dire je me tire une balle dans la tête !

@ r-i-d, oui, au je est un autre et à l'arracheur de visage. Je pense que tu es d'une sensibilité poétique et artistique qui fait que tu peux comprendre que chaque rêve à un retentissement sur la totalité de l'inconscient collectif. Tout est dans tout y compris tes ailes et ta voix.

@ l'Arpenteuse, j'ai l'impression qu'en ce moment tu couvres beaucoup d'arpents sur le chemin vers ta quête.

Écrit par : ariaga | 21/02/2008

@ Princesse Aslè, bienvenue au coeur du Laboratoire...

@ Jean, j'aime beaucoup ton commentaire à part le mot "dupe", je ne crois pas qu'il y ait de dupe si on est bien dans le Soi qui est comme un noyau au centre de la totalité. Noyau qui rayonne et englobe. Le tout est de se laisser porter mais cela est le plus difficile : la confiance.

Écrit par : ariaga | 21/02/2008

Peut-être bien que dans ce rêve la confiance n'est pas totale, qu'un doute subsiste concernant la nature contenante et rassurante du Soi.
C'est pourquoi la dupe, mais il se peut que la dupe rit.

Écrit par : jean | 21/02/2008

J'avais fait un rêve, il y a maintenant une vingtaine d'années (j'avais alors à peu près vingt ans) où je me voyais allongée en train de dormir. C'était très impressionnant et cela m'avait quelque peu secoué, car les frontières rêve-éveil allaient en être bouleversées. Quand je m'éveillais, pendant quelques instants je n'allais vraiment plus savoir si le fait d'avoir les yeux ouverts suffirait à la réalité, ou même si ce que j'étais n'était pas en fait le produit de celle que j'avais entrevue dans mon propre rêve.
Vous connaissez aussi certainement le rêve du papillon de Tchouang Tseu ?

Écrit par : Véa | 23/02/2008

@ J ean, le jeu de mot m'a bien fait rire...

@ Vea, ce moment entre le rêve et la réalité est celui que je préfère. C'est là que les connexions s'établissent de manière "acausale". Et il ne me semble pas impossible que nous flottions entre le corps et l'esprit. Amitiés.

Écrit par : ariaga | 23/02/2008

Etrange je suis tombée sur ton blog en cherchant à interpreter un reve qui m'obsede depuis 2 jours et comme je suis une fan de Jung j'ai exploré ton blog et je tombe sur le rêve du yogi...que j'ai en partie vecu il y a peu. j'entrais dans une case et dans la pièce il y avait un yogi assis en position de lotus un recipient en caoutchouc rempli d'eau et un sachet de pates chinoises. Le yogi etait aussi en profonde meditation et je n'osais pas le deranger je cherchais quoi faire de l'eau et des pates mais je ne savais pas alors je sortais. j'ai refait un autre reve ou je voyais mon yogi habillé en chasseur inuit qui s'en allait dans la nuit et moi j'etais enfant et le regardait. Il m'arrive souvent de recroiser ces personnages dans mes reves et il faut de la patience pour comprendre le sens de leur message.
Mon reve de ces 2 dernières nuits est plus derangeant je reve que ma fille qui est une ado a 6 ans je l'emmene chez le medecin car elle a un truc bizarre qui pousse entre les 2 yeux. je ne sais pas ce que me dit le medecin mais le lendemain je suis horrifiée ma si jolie petite puce a 2 yeux en plus et decalé. Je prends sur moi pour ne pas l'effayer et je cherche à le dire à son pere dont je suis separée mais a cet instant je realise que je reve et mon reve s'arrete.
Qu'en penses tu ?

Écrit par : sophie | 20/04/2008

@ Sophie, tes rêves, que je vais ajouter à ma collection, sont, surtout le premier, des "grands rêves" alchimiques au sens que Jung donne aux mots grands rêves. Pour moi, il faut remercier quand on reçoit de tels rêves et les contempler. Le sens viendra ou ils seront éclairés par d'autres rêves. J'ai pour habitude de ne jamais interpréter de rêves sur les blogs. Un rêve appartient à une personne et sur une personne que je ne connais pas je ne peux me livrer à aucune amplification. J'espère que tu ne m'en voudras pas et que tu reviendras faire aux lecteurs cadeau de tes expériences.

Écrit par : ariaga | 21/04/2008

il aurait du choisir la personnalité n°3.

Écrit par : consultation psychologue en ligne | 23/06/2009