UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Amour de velours | Page d'accueil | Changer le monde »

19/05/2008

C.G. Jung et le mandala

 
1878674692.jpg
 
    Je laisse à tous ceux qui ont l'habitude de fréquenter le Laboratoire du rêve et de l'Alchimie spirituelle les clefs du blog. Je m'absente pendant quelques jours pour tenter d'améliorer ce problème ce dos qui fait que je ne peux plus gérer ce blog avec la convivialité nécessaire, ce qui lui fait perdre une grande partie de son sens. Mon fidèle Athanor-Ordinateur ne peux m'accompagner et le cordon ombilical avec le laboratoire sera rompu. Je vous propose un texte un peu "sérieux", mais vous pouvez fouiller dans les archives où vous rendre sur l'autre blog. Installez vous comme chez vous...
 
   Le mandala, tel que le conçoit C.G.Jung, participe de deux sortes de représentations : le mandala qui répète et imite, avec un soin parfois religieux, et le mandala production de l'inconscient. Or, selon Jung, l'inconscient réagit instinctivement et l'instinct n'imite jamais. Il suit, sans se préoccuper des modèles du conscient, son "behaviour pattern" biologique. Il a son projet créateur et résiste aux efforts du conscient pour opposer son idée, même si elle est en opposition à ce qui est considéré comme le "bon" modèle par l'esthétique de l'époque. Il n'y a pas de modes pour l'inconscient
   Les mandalas représentation sont très anciens. Le terme signifie à l'origine cercle, et surtout cercle magique. Sous forme de dessin, on le trouve en Orient, en particulier dans le bouddhisme tibétain.  La tradition tibétaine fait remonter l'origine du mandala  au Bouddha, Shakymuni, qui aurait lui même réalisé le Mandala de Kalachkra peu après son éveil. Les mandalas tibétains sont très compliqués. Jung attribue à leur confection un effet apaisant pour l'âme. Leur contemplation apaise les tensions et procure le sentiment d'un ordre et d'un sens de la vie. Ce sont des aides à la méditation et des instruments d'évolution.
   Dans les oeuvres médiévales on trouve des mandalas ornés qui ont un sens rituel ou religieux. Les mandalas chrétiens de cette époque représentent souvent un Rex Gloriae, un roi de Gloire, avec les quatre évangélistes. Dans tous ces types de mandalas l'accent est mis sur le centre
   En dépit de leur valeur esthétique ou spirituelle, ce ne sont pas ces types de mandalas qui incitent Jung à la réflexion, mais ceux qui apparaissent dans les rêves et les dessins d'hommes modernes n'ayant aucune connaissance des traditions ou de l'art religieux et aucun don artistique. Quand ses patients, à la suite de rêves dessinaient des mandalas pour matérialiser leurs réactions, il n'attachait aucune valeur à leur exécution plus ou moins réussie. La fonction du mandala est, pour lui, d'être un représentant. Il écrit ((Psychologie et religion, p.179) :
"L'inconscient produit un symbole naturel que j'ai désigné techniquement sous le nom de mandala, auquel s'attache la significationd'une réconciliation des contraires, donc d'une médiation."
Il y a dans ce texte tout les éléments sur ce que Jung entend par mandalas dans  le cas où ils sont des expressions oniriques. Mandala est un terme qu'il choisit pour désigner le résultat d'une élaboration effectuée grâce à la coopération entre un inconscient, qu'il considère comme "pure nature" et un conscient qui semble rechercher une forme perdue comblant ses aspirations à la totalité . Il écrit dans le dernier tome de sa correspondance :
"Lorsqu'on réalise un mandala, se met en oeuvre tout ce que l'homme sait du cercle et du carré. Mais le coup d'envoi d'une telle représentation, c'est l'archétype en lui-même inconscient qui le donne."
La forme recherchée est proposée par le Soi organisateur, qui fait ici fonction de "médiateur" entre les tréfonds de l'inconscient collectif et la conscience.
  La configuration en forme de mandala apparaît souvent dans les situations de trouble, de désorientation et de perplexité. Je vous cite encore Jung (Un mythe moderne, p.269) :
 "L'archétype que cette situation, par compensation, constelle, représente un schéma ordonnateur qui vient en quelque sorte se poser sur le chaos psychique, un peu comme le réticule d'une lunette de visée, comme un cercle divisé en quatre parties égales, ce qui aide chaque contenu à trouver sa place et contribue à maintenir dans leur cohésion, grâce au cercle qui délimite et protège, les éléments d'une totalité en danger de se perdre dans un vague indéterminé."
C'est pour se protéger de ce danger que les mandalas du bouddhisme Mahâyana sont des images de l'"ordre cosmique temporel, ce dernier pouvant être considéré comme une représentation de l'ordre psychologique.
   Notre époque étant caractérisée par l'angoisse, la désorientation, la perplexité, et cet état étant susceptible de diminuer la puissance d'agir du Moi, il me semble normal que ce type de structures apparaissent dans les rêves des occidentaux comme phénomènes de compensation de cet état. Je pense aussi, dans l'esprit de Jung, que les mandalas, si on sait regarder, sont très présents dans la nature. Voyez les photos de mes précédentes notes. On les trouve au coeur des fleurs, dans la découpe des arbres, dans l'agencement des coquillages sur les plages, et aussi dans les cristaux, les flocons de neige, les constellations.  Les mandalas "naturels" sont partout. A nous de travailler à l'harmonie de notre mandala intérieur et de trouver notre centre.
            Ariaga
 
 
 
 

Commentaires

J'espère que tu vas pouvoir bien soigner ce mal de dos. Amitiés.

Écrit par : patriarch | 19/05/2008

Alors bonne récupération Ariaga et doux rêves !

Écrit par : lechantdupain | 20/05/2008

Plein le dos ?

Écrit par : Laurent Morancé | 20/05/2008

Existe -t-il un lien entre ce centre et le nombril de l'homme, qui se situe au centre de l'Homme tout en étant chargé de liens affectifs le reliant à la Mère?
Bon repos...

Écrit par : muse | 20/05/2008

Joli blog! :-)

Écrit par : Chris | 20/05/2008

Et bien Ariaga, prends soin de toi et laisses toi soigner bien sagement :-)

Je t'embrasse

Écrit par : L'Arpenteuse | 20/05/2008

L'angoisse est un peu à l'esprit ce que le mal de dos est au corps : il complique le mouvement.

//les dessins d'hommes modernes n'ayant aucune connaissance des traditions ou de l'art religieux et aucun don artistique. //
Ils ne sont pas facile à trouver, peu importe l'époque, mais c'est mon opinion.

L'un de mes mandalas favoris est le jeu d'échecs : au centre, c'est un délicat équilibre entre la simplicité des règles du jeu et la complexité du dédale de la pensée des joueurs.

J'espère que le repos vous a fait le bien attendu.

Écrit par : r_i_d | 21/05/2008

Tout d'abord, un grand merci, Ariaga, pour ce sujet vaste et intéressant que tu nous offres sans épargner tes souffrances actuelles. En regard de la conception de Jung qui, tu nous le dis, participe de deux sortes de représentation, je voudrais souligner que le principe du mandala, dans le bouddhisme tibétain (notamment le bouddhisme tantrique) fait état également de deux représentations, égales et réciproques : celle du Samsara (la ronde de naissances, de morts et de renaissances que caractérisent la souffrance, l'impermanence et l'ignorance) et celle du Nirvana (l'illumination c'est-à-dire l'extinction des causes de l'existence samsarique).
Le principe du mandala entretient l’idée d’un chaos ordonné ; ordonné parce que le cercle est une structure et chaos parce que cet ordre est extrêmement désorientant.
Le mandala du nirvana est un espace ouvert sans limite… Le mandala du samsara est limité, clôturé.
En ce point de vue, chacun de nous crée et représente, personnellement et collectivement, un mandala samsarique, et chacun, individuellement en son essence originelle se tient au centre du mandala du nirvana…

Je t’embrasse.

Écrit par : Mutti | 22/05/2008

Merci beaucoup Ariaga pour cette définition du Mandala et toutes les explications autour de ce mot.
Je te souhaite de retrouver la sérénité qui guérira ton mal de dos.... Bon rétablissement.

Écrit par : elisabeth | 22/05/2008

Bonjour Ariaga, alors ton mal de dos toujours présent ? ou s'est il un peu atténué ?

Le dos colonne du corps physique.

Bien à toi.

Écrit par : SiL | 24/05/2008

magnifique texte qui aborde bien des aspects , j'aime beaucoup d'ailleurs la fin , le rapport au monde me semble en effet essentiel ,
j'ai un texte de jung : the secret of the golden flower , connais tu l
j'espère que tu vas vite te rétablir ! je t'envoie de bonne ondes guérisseuses
j'aurai plein de choses a dire sur la question mais le sujet est complexe !
R I D je ne saisis pas bien ? ils ne sont pas facile à trouver ...

Écrit par : lam | 25/05/2008

@ Iam

//R I D je ne saisis pas bien ? ils ne sont pas facile à trouver//


Je voulais dire qu'on ne les trouve pas facilement, les hommes modernes qui n'ont //aucune connaissance des traditions ou de l'art religieux et aucun don artistique // C'est une question de definition, je suppose.

Écrit par : r_i_d | 25/05/2008

un petit coucou juste pour dire que je viens souvent boire à cette source, même si je ne commente pas.
Prends bien soin de toi, Ariaga et à très bientôt.

Écrit par : astrale | 25/05/2008

ok

Écrit par : lam | 25/05/2008

ARIAGA à tous : je suis de retour en meilleur état et même si je dois être très prudente je vais pouvoir reprendre petit à petit mes activités dans mon cher laboratoire que je trouve plein de toiles d'araignées. J'ai eu le temps de réfléchir, libérée des contraintes matérielles, et je commence dès aujourd'hui à remettre un peu de combustible dans l'athanor. Je vais ensuite aller faire le tour de mes liens. Vu le retard que j'ai accumulé cela prendra du temps ! Je remercie tous ceux qui, sans attendre de réponses, ont continué à faire des commentaires et aussi les auteurs de mails qui m'ont bien remonté le moral. Je vous embrasse tous.

Écrit par : ariaga | 28/05/2008

Salut Ariaga,

Je suis content de repasser et de te lire.
As-tu vu le film "le labyrinthe de Pan" où la nature a crée elle-un labyrinthe, un mandala qui est une porte vers ... je n'en dis pas plus ;-)
Concernant le Soi et le Mandala, je t'invite à lire Rohart qui montre l'importance avec Hillman de prendre en compte un processus d'individuation qui n'est pas QUE monothéiste (Jung, domination du Soi). Le processus
d'individuation est aussi polythéiste :

http://jeandaniel.rohart.free.fr/auto_education.html

Voici un exemple de processus d'individuation polythéiste où c'est Héphaïstos qui est ordre, créateur et donneur de sens :



http://archetypes.forums-actifs.net/espace-de-lecture-publique-f23/pinterovic-archetype-de-l-invalide-hephaistos-t712.htm?highlight=arch%E9type

Je t'invite aussi à lire ce texte de mon analyste sur le transfert (et donc l'alchimie). Remarque la notion de "banalité de l'archétype" qui permet d'éviter l'idéalisme kantien dans lequel Jung est tombé :

http://www.emiliedanchin.be/transfert/transfert_pintetexte.html

Avec toi de coeur consoeur alchimiste,

Alexandre

Écrit par : Clidre | 18/11/2008