UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Visite des morts chez C.G.Jung | Page d'accueil | Cortège de bateaux »

06/11/2008

L'autre vie du rêve


DSC03821_2.jpg

Quand nous franchissons le pont de la nuit, nous partons pour un voyage dans un monde parallèle où nous menons une double vie , hors du temps et de l'espace. Ce monde qui peut paraître étranger, incompréhensible, est pourtant lnotre, une propriété de grande valeur qui est un bien unique, impossible à reproduire. Et le plus pauvre d'entre nous a accès à ce lieu unique, à ce voyage dans une autre vie qui est la vie du rêve. Non seulement il a la possibilité de faire le voyage mais il le doit car celui qui ne franchit pas le pont meurt.

Dans cet autre lieu, qui apparaît comme la réalité, nous sommes acteurs ou spectateurs dans des scénarios et des réalisations grandioses ou minuscules, criant de vérité ou invraisemblables jusqu'au grotesque. Nous pouvons marcher, voler, nager, voler, dialoguer, aimer, éprouver de la jouissance, de la terreur, effectuer des actes impossible dans la vie éveillée. Les sentiments sont parfois si forts que nous nous éveillons en larmes.

Et, nuit après nuit, pendant, en moyenne cinq ans de notre vie, même si nous avons très peu ou pas de souvenirs, nous vivons notre deuxième vie.

Ariaga

Commentaires

Et oui Ariaga, une autre vie. J'aimerai pouvoir peindre très façon Dali certains de mes rêves. D'autres ressemblent plus à des films d'épouvantes. Et certaines correspondances avec des "private joke" me font sourire en me réveillant. Tu fais du bon travail Ariaga. Bises le nez en l'air.

Écrit par : lechantdupain | 06/11/2008

Les rêves, je n'en fais presque jamais, mais le peu que je réalise sont toujours de bon aloi.
Et au réveil, je n'ai que de petits souvenirs, mais jamais désagréables, non...
et je ne traverse jamais de pont non plus...
Bises amicales Ariaga, bonne soirée...

Écrit par : le Pierrot | 06/11/2008

Très importants pour moi, ils me soutiennent depuis toujours.
C'est à la suite d'un rêve que j'ai décidé d'ouvrir un blog, peut être un autre me le fera fermer.
ils peuvent m'éclairer plusieurs jours comme me plonger dans des gouffres de doute et de malaise, mais ils sont en effet une seconde et très chère vie, souvent plus riche et lumineuse que le quotidien.

Écrit par : la Mère Castor | 07/11/2008

Coucou du soir Ariaga, bonne soirée...bise.

Écrit par : le Pierrot | 07/11/2008

---> Très chère,

Le rêve ne peut être où le sommeil n'est pas, mais peut reprendre son rang dans les poèmes du poète, parmi ses purs vers qu'il a choisi d'animer, et qu'il a su faire chanter pour nous faire croire que le rêve existe dans le réel de nos vies.

Bien amicalement, Jack qui t'embrasse.

Écrit par : Jack Maudelaire | 07/11/2008

La photo n'est que choix, et le tien est superbe. Pour les rêves, ce n'est pas le meilleur de moi-même , presque toujours je suis en train de tout louper ou de marcher dans une merde.... Remords de quoi ? Mais la vie est belle, et j'oublie presque instantanément mes rêves (très rares...) dans la douceur d'un baiser.

BISES

ÈPHÊME

Écrit par : èphême | 07/11/2008

Mes rêves me ressemblent : ils sont sans soucis! Aucun cauchemar! Rien de compliqué! Souvent je ne m'en souviens pas d'avoir rêvé et quand ma mémoire en retient quelque chose...c'est d'une platitude!
Bonne fin de semaine et bons rêves!

Écrit par : too banal | 07/11/2008

A cette heure, où je vais aller de l'autre côté de ma vie, en sommeil, en rêves, dans une barque onirique, je t'embrasse, amie Ariaga.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 07/11/2008

Très beau texte Ariaga, et qui me touche personnellement car mes rêves sont changeants, quelques fois envahissants (les rêves du quotidiens sont d'un troublant!), quelques fois terrifiants, ou tout simplement surprenants. Bref, une vraie vie parallèle, dont je ne me rappelle pas toujours au réveil, mais je sais qu'elle est bien là...
Je t'embrasse et je vais de ce pas franchir mon petit pont à moi.

Écrit par : Pimprenelle | 08/11/2008

Salut à tous,

Il me vient à l'idée qu'il faut qu'une poussée t'invite à recueillir tes rêves pour en faire quelque chose peut-être ou rien que les écrire dans un cahier.
J'en fait des poèmes en ce moment, ça me permet d'aller plus loin. Le rêve m'est alors une matière première à partir de laquelle je sculpte. J'explore et je tire des petits fils que me font appel.
Il faut "entendre" une forme d'appel intérieur je dirais.
Aussi bien n'y a-t-il aucun problème à ne pas se souvenir de ses rêves, à faire des rêves ordinaires... c'est une affaire de chacun, et de besoin de répondre à une tension interne, une souffrance.
Mes rêves sont toujours des affaires très compliquées, très touffues, très colorées et parfois angoissants, avec de l'agitation et des interpellations qui me laissent perplexe au réveil.
Pendant que j'étais au bord de la mer, ces derniers jours, j'ai rêvé de mon boulot et c'était pas marrant, ça avait des allures de vaste connerie, si vous me permettez l'expression.
Je ne sais pas si c'est une seconde vie le rêve, c'est la vie vue sous un angle différent, complémentaire je dirais. Jung écrit souvent que le rêve a une fonction compensatrice de la vie de veille.

Bonne journée à tous.

Écrit par : jean | 08/11/2008

Mes rêves sont rarement agréables, soit je cherche ma voiture dans un parking sans me rappeler où je l'ai garée...soit je rêve de choses plus abracadabrantes les unes que les autres...soit je rêve que mon père est toujours vivant mais malade dans un hôpital où je ne suis jamais allée le voir....terrible.
Tous doivent avoir une signification que je ne sais pas traduire.....
Bonne journée.

Écrit par : TANETTE | 08/11/2008

est ce que cette autre vie que tu décris ne pourait-elle pas être celle que nous vivons par écran interposés dans laquelle nous pouvons laisser aller nos pensées les plus profondes, les plus idiots, les plus décalées.

Écrit par : Kris | 08/11/2008

je passe, j'te bise, et j'repars...

Écrit par : le Pierrot | 08/11/2008

Qui n'a pas rêvé de voler dans le ciel avec la légéreté d'un oiseau ? et puis l'on peut voyager vers des contrées féériques sans sortir de chez soi ! Le rêve peut aussi être éveillé, dirigé,un peu comme fait Jack Maudelaire quand il écrit ses poèmes dans le silence.

Je t'embrasse
danae

Écrit par : danae | 08/11/2008

Contrairement à ce que dit Le Pierrot, on rêve toutes les nuits, c'est obligatoire. J'aime les rêves que je fais mais pas les cauchemars qui sont pourtant nécessaires. Sans les rêves nous serions morts : tu as raison. Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 08/11/2008

@ Lechantdupain, moi il m'arrive, et c'est peut être pour cela que j'aime ton blog d'être, en rêve, un oiseau qui monte, monte, en vrille dans le cosmos où il frôle des corps étranges. Ce n'est pas souvent, généralement quand je m'endors en méditant et c'est une merveilleuse expérience.

Écrit par : ariaga | 08/11/2008

@ Le Pierrot, tu finiras bien par traverser un pont, les scénarios des rêves sont sans limites. Merci pour ta fidélité et ta gentillesse.

Écrit par : ariaga | 08/11/2008

@ la Mère Castor, voilà une expérience commune. Moi aussi j'ai rêve mon blog et même le titre, dont j'avoue que je le trouve parfois un peu lourd à porter, m'a été "donné". Quand le Soi s'exprime avec force dans un rêve je n'ai pas l'audace de le contrarier...

Écrit par : ariaga | 08/11/2008

@ Jack Maudelaire, on peut écrire de la poésie a partir d'un rêve. Pour toi qui aime le silence comment fais tu avec les rêves car ils peuvent être très bavards ?

Écrit par : ariaga | 08/11/2008

le temps me manque, juste pour te dire que je pense à toi tendrement. Amitié.

Écrit par : patrick | 08/11/2008

@ èphême, merci pour tes appréciations sur mes photos. Pour des raisons que tu comprendras, ils me touchent particulièrement. Moi c'est ta peinture qui me laisse toujours rêveuse...

Écrit par : ariaga | 08/11/2008

---> Très Chère,

Chez moi, les rêves se mettent en marche que lorsque je prends la plume, sinon en dehors de cet état, ils sont inexistants. Certainement parce qu'aucune pensée ne vient troubler la quiétude de mon silence...

Bien tendrement, Jack qui te souhaite une douce nuit.

Écrit par : Jack Maudelaire | 08/11/2008

Bonjour Arïaga,
"C'est beau", c'est beau ne veut pas dire grand chose, "ça me parle" un peu plus, parce que j'aime les rêves, éveillés et endormis.
Les rêves endormis sont peut-être les plus fous, mais ils me sont proches, ils disent, et alertent...
Tu dis si bien, -"le plus pauvre d'entre nous a accès à ce lieu unique", cela est merveilleux...

Je vais m'appliquer à rêver, je te dirai ce qu'il en est ...
Bon dimanche Araïga.

Écrit par : patrick | 09/11/2008

Tu es passé chez moi alors que je modifiais le texte de ma note.
Tu as vu la puce, devant le chat qui dort ?
bise ariaga, bonne fin d'après midi...

Écrit par : le Pierrot | 09/11/2008

@ too banal, je me méfie quand on me dit que l'on ne rêve que de choses banales. C'est comme ton pseudo alors que tes écrits sont loin d'être "banal". Ce sont parfois les rêves les plus simples qui, une fois interprétés, révèlent le plus d'enseignements.

Écrit par : ariaga | 09/11/2008

@ CHRIS-TIAN VIDAL, j'espère que tes rêves sont aussi beaux que tes carnets d'Asie. A ce sujet Je signale à tous que Chris-Tian, CONCOURT POUR LE PRIX GROS SEL. Il est en ce moment second et si vous votez pour lui il pourra conquérir la première place. Allez sur Google, cherchez prix gros sel et, en violet, vous verrez "votez vite". Un clic et ensuite cela prend une minute pour voter pour Carnet d'Asies. Je l'ai lu et je peux vous garantir que vous ferez un bon choix.

Écrit par : ariaga | 09/11/2008

@ Pimprenelle, je ferai un jour une poésie sur ton nom. Je vois que tu as compris l'importance de cette vie parallèle qui est, je crois une véritable soupape pour nous aider dans notre vie "réelle". Le début de ma poésie me vient en écrivant et je crois qu'elle pourrait commencer ainsi :
Pimprenelle
La si belle
En fait de belles
En parallèle !
(c'est pour rire...)

Écrit par : ariaga | 09/11/2008

Vivre cinq ans de sa vie sans en avoir aucun souvenir, admets avec moi que c'est triste et que là encore nous ne sommes pas sur le même pied d'égalité avec ceux qui peuvent tout raconter!

Écrit par : muse | 09/11/2008

Merci pour ta réponse fort plaisante (j'attend la suite du poême avec impatience...!) et qui m'a fait bien rire.

Plein de bises, le message est court mais j'ai encore de nombreuses choses à faire avant de franchir mon petit pont, et malheureusement demain matin je serai obligée de le retraverser bien avant ma volonté, du côté réel comme du côté parallèle!

Écrit par : Pimprenelle | 09/11/2008

Ca me fait inéviablement penser à Nerval.
Merci Ariaga pour ton gentil com chez moi
Reviens quand tu veux... sourires

Écrit par : laura | 10/11/2008

Nous sommes deux ..
L'un rêve la vie
l'autre vit le rêve.

Puis un jour
la rencontre a lieu .

Écrit par : lilou | 10/11/2008

Les ponts c'est bien quand y a l'etre aimé de l'autre coté, sinon ça sert à rien.
C'est ma pensée débile du jour.
bise Ariaga, bonne journée...

Écrit par : le Pierrot | 10/11/2008

@ Le Pierrot, ce n'est pas débile du tout.

Écrit par : ariaga | 10/11/2008

@ Jean, comme d'habitude un texte bien intéressant. Je pense comme toi que le rêve est un matériau pour l'imagination poétique. comme tu as du le remarquer je commente peu tes textes ici, je préfère les laisser découvrir.

Écrit par : ariaga | 10/11/2008

@ TANETTE, je crois que tous les rêves ont un sens. Tu dois les "contempler", méditer sur eux. Si tu rêves souvent généralement une explication viendra dans un rêve ultérieur. Ou bien le sens peut être donné en se souvenant d'un rêve antérieur.

Écrit par : ariaga | 10/11/2008

Merci de ton passage en mon blog.
Je découvre le tien.
J'ai grâce à la psychanalyse "accès" au sens de mes rêves et j'avoue que c'est absolument fantastique de les décrypter...
Je ne croyais pas que cela m'arriverait un jour, mais tout travail paye.
Bien à toi

Écrit par : Lmvie | 10/11/2008

@ Kris toutes les hypothèses sont possibles. Je n'ai pas pu aller sur ton blog car il faut un code. Je suis navrée car j'aime ce que tu écris.

Écrit par : ariaga | 10/11/2008

@ Danae, rêve nocturne, rêve éveillé pour moi, avec la Nature, le rêve est un des piliers de la vie.

Écrit par : ariaga | 10/11/2008

@ elisabeth, une fois de plus sur la même longueur d'onde. les rêves sont aussi indispensable que l'air ou la nourriture.

Écrit par : ariaga | 10/11/2008

@ Patrick, oui, c'est merveilleux cet accès à un monde où tout est possible, ou le temps n'existe pas, ou l'imaginaire peut se nourrir.

Écrit par : ariaga | 11/11/2008

@ Muse, cinq ans, en effet, cela fait un grand trou mais même s'ils sont occultés, les souvenirs existent dans l'inconscient. Ils peuvent même revenir dans les rêves auxquels il faut alors accorder une grande attention. Rien ne se perd vraiment.

Écrit par : ariaga | 11/11/2008

Tiens, tu ne me réponds pas?

Écrit par : laura | 11/11/2008

@ Laura ici c'est à la queue ! Comme je dispose d'un temps limité et que je réponds sur plusieurs jours c'est chacun son tour dans l'ordre où j'ai reçu les commentaires. Comme j'aime bien les exceptions il m'arrive d'ouvrir le blog et d'être interpelée par un com. mais j'essaie de me tenir à cette manière que les habitués du blog connaissent. Je veux prendre mon temps et éviter de répondre n'importe quoi ou de faire des oublis comme cela m'est arrivé assez récemment alors que j'étais très fatiguée. C'est aussi l'occasion d'aller sur les blogs de ceux qui ont la gentillesse de me visiter et que j'ai un peu négligés.
L'évocation de Nerval m'avait semblé très bien venue et à creuser...et le sourire m'avait fait plaisir.

Écrit par : ariaga | 11/11/2008

@ Lilou, cela me plait beaucoup cette manière de dire. Cette dualité qui ne peut se dissoudre que dans la conjonction était chère à Jung.

Écrit par : ariaga | 11/11/2008

@ Lmvie, avec l'aide d'un analyste c'est vrai que le travail sur les rêves est plus payant. Pour moi tout cela est passé et je préfère maintenant les contempler et méditer dans le silence et la solitude. il parait que tu as eu des problèmes avec les commentaires. Tu étais sur mon autre blog qui est un enfant délaissé sur lequel je dépose simplement des textes de ce blog plus "difficiles" ou assez anciens à la disposition de ceux que cela intéresse. Le blog principal est celui-ci. J'ai beaucoup aimé chez toi tes récits de chirurgie esthétique....

Écrit par : ariaga | 11/11/2008

Le rêve est une autre vie, ainsi commence un des plus beaux texte de Nerval.
Nous sommes bien plus vivants dans l'immobilité du someil que dans l'agitation des veilles, souvent.

Écrit par : hermeline | 11/11/2008

@ Hermeline, je vois que mes lectrices aiment Nerval. Cela tombe bien moi aussi ! Et c'est vrai que, dans la vie éveillée nous somme parfois de vrais pantins alors que le rêve est si vivant.

Écrit par : ariaga | 12/11/2008

Aurélia...
N'oubliez que c'est cette année le bicentenaire de la naissance de Baudelaire...

Écrit par : laura | 17/11/2008

En rêve je vole toujours plus haut que je n'arrive à nager vers le bas, mais l'autre jour je m'extasiais de pouvoir fumer sous l'eau (moi qui ne fume pas.)

L'esprit est fort, me disais-je, qui peut convaincre la flamme d'aimer l'eau.

Écrit par : r_i_d | 18/11/2008

Peut-être que la vie est vraiment un songe, qui sait? Peut-être que "vraiment" n'existe pas, qui sait?

Écrit par : Florine | 18/11/2008