UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le rêve du yogi de C. G. JUNG | Page d'accueil | Trois soleils »

03/05/2009

Rêve d'Afrique

Rêve de forêt.jpg

Dans les commentaires de quelques notes, certains d'entre vous m'ont fait part de leurs rêves. J'ai considéré cela comme un cadeau et j'ai envie de vous offrir, moi aussi, une petite part de ce que je considère comme ma vie intime inconsciente. Toute la journée j'ai été joyeuse à la suite de ce rêve du petit matin, et j'espère qu'il qu'il vous rendra aussi joyeux  que moi.

Je suis accueillie dans une communauté d'africains. Il y a du monde partout. Des vieux, des couples, des femmes vêtues de costumes bariolés, des enfants presque nus qui courent dans tous les sens. Tout cela est très bruyant, coloré, joyeux. Je dois rester un moment dans cette communauté et j'ai l'impression que ces gens se donnent beaucoup de mal pour me recevoir de leur mieux, comme si ils avaient grand plaisir à m'accueillir parmi eux. A un endroit, on m'a préparé, par terre, un lit recouvert d'une belle couette blanche qui paraît magnifique dans tout un amoncellement de couchages de fortune. Je m'aperçois, et cela me fait bien rire, que plusieurs gosses, au petit derrière noir et nu qui dépasse de la couette, se sont fourrés dessous et je vois aussi la queue d'un chat. Après, je passe à côté d'une petite piscine pleine d'enfants qui s'amusent. Je dis "oh que c'est bien de se tremper là dedans". Ceux qui sont avec moi ont l'air tout contents que j'apprécie. Ils préparent la piscine pour moi en raclant tout le fond qui est plein d'herbes et un peu boueux. Je dis que je n'ai pas de maillot mais on me répond qu'ici tout le monde se baigne tout nu, alors je me désabille et je vais dans l'eau, vite rejointe par les enfants. Après je continue à me promener dans la communauté et puis on me conduit devant un repas plein de couleurs, de fruits, avec des fleurs qui décorent les plats. Le repas est disposé sur une table ronde avec une nappe blanche.  Je sais que cette communauté est pauvre et cela me met mal à l'aise de voir tout le mal qu'ils se sont donnés pour préparer cette table. Je leur dis que j'aurais pu manger comme eux et m'asseoir par terre.  Ils rient et tapent dans leurs mains en scandant : " mange, c'est pour toi, mange, c'est pour toi ". Je me réveille émue aux larmes.

Ariaga

 

Commentaires

Un rêve qui me plairait bien auquel j'ai goûté quelquefois, ce contact avec les gens du pays qui sont accueillants. Merci Ariaga

Écrit par : danae | 03/05/2009

Bonjour.
Etrange mais ça m'a fait penser à la scène où "jesus" partage son repas avec ses apotres...

Écrit par : eipho | 03/05/2009

j'ai été reçu ainsi par des tribus en N-Calédonie. Après avoir fait la coutume dès mon arrivée. J'y allais dès que j'avais plus de 3 jours de libre,car à l'époque, il n'y avait pas de route après La Tontouta (l'aéroport), que des routes de brousses avec de belles ornières !!

Bises et bonne soirée.

Écrit par : patriarch | 03/05/2009

T'as une photo de toi en pagne ?
je vois que tes reves te portent en des lieux forts plaisants, c'est bien ainsi...
bise et bonne journée Ariaga...

Écrit par : le Pierrot | 04/05/2009

Quel beau rêve pour accueillir un nouveau jour!
Débarrassée du surplus... purifiée... nourrie et le tout dans l'humour ,la couleur, l'innocence et la joie...
J'aurais apprécié rêver un tel rêve!
Un rêve fort qui dépeint une vie saine, sauvage, simple... primitive (au sens noble du terme) comme le sont les tribus qui savent garder contact avec certaines puissances originelles spirituelles...

Bonne journée !

Marie-Aline

Écrit par : Marie-Aline Jung-Brett | 04/05/2009

@ Danae, il y a ce que l'on appelle des "rêves pour la tribu" c'est à dire des rêves qu'un individu, plus sensible que les autres aux messages oniriques, fait pour, ensuite, le partager avec toute la tribu. On fait "comme si" et nous partageons mon rêve.

Écrit par : ariaga | 04/05/2009

@ Eipho, j'ai du mal à voir Jésus là dedans, je vois plutôt des dieux païens de la nature, mais à chacun sa vision, c'est ce que j'aime dans l'imaginaire...et ce qui enrichit dans la lecture des commentaires.

Écrit par : ariaga | 04/05/2009

Ah ah ! justement. Il me semble bien que le dénommé Jésus avait une philosophie de vie paienne avec le culte du féminin sacré, c'est l'Eglise qui a détourné son véritable message. Mais là n'est pas le débat ; ) C'était juste pour comparer avec le "mouvement" du partage.

Écrit par : eipho | 04/05/2009

Les chemins du rêve (du Temps du rêve) sont sans doute ceux qui s'approchent le plus de nous (sourire) Parfois jusqu'à entendre le souffle du rêveur.

Écrit par : michelgonnet | 04/05/2009

@ Eipho, d'accord avec toi à 150 pour 100 sur le fait que le véritable message du Christ a du être détourné ...

Écrit par : ariaga | 04/05/2009

Vraiment superbe cette article... comme ton blog d ailleurs...


LORENT et ses 2900 tailles-crayon

Écrit par : le fou du taille crayon... | 04/05/2009

@ Le Pierrot, j'ai des photos sans pagne mais elles ont été prises dans une autre vie !

Écrit par : ariaga | 04/05/2009

@ Patriarch, c'est une vision très réjouissante pour moi de t'imaginer sous un arbre en train de faire la palabre.

Écrit par : ariaga | 04/05/2009

Marie- Aline Jung-Brett, j'ai tout mélangé le commentaire à Danae était pour toi mais je n'ai pas envie de corriger car ces échanges ont un sens...

Écrit par : ariaga | 04/05/2009

Merci pour le partage!
Je reçois...
Bonne soirée, belle nuit onirique...
Marie-Aline

Écrit par : Marie-Aline Jung-Brett | 04/05/2009

Coucou dame Ariaga...non, pas de rosé, ni avant ni après, c'était juste pour faire jaser un peu les blogueuses fofolles....bise à toi, bonne journée...

Écrit par : le Pierrot | 05/05/2009

J'ai perdu depuis longtemps le chemin de mes rêves; au matin je suis incapable de m'en souvenir...

Écrit par : muse | 05/05/2009

---> Bonjour très chère,

Un beau rêve que tu nous contes, mais avec un bémol toutefois quand tu nous dis avoir été mal à l'aise. Je pense que tu as eu tort de l'être, car ces gens t'ont accueilli dans la simplicité du coeur et quand elle s'exerce, elle dispense de toute culpabilité, mais sans aller plus loin dans son analyse, ton rêve reste quand même un beau rêve qui nous éclaire sur la générosité que le coeur peut avoir malgré la réalité de la vie...

Bien sincèrement, Jack qui t'envoie une bise d'amitié.

Écrit par : © Jack MAUDELAIRE | 05/05/2009

@ Michel Gonnet, rien n'est plus proche de nous que notre rêve et si l'on croit certains auteurs, le rêve de nos proches peut lui aussi être proche (sourires)

Écrit par : ariaga | 05/05/2009

@ Le fou du taille crayon, je suis allée sur ton blog et je me suis régalée. Une telle "oeuvre" inspire le respect. Moi, j'ai surtout la passion des crayons. je ne peux écrire qu'au crayon et j'en ai des tas dans chaque pièce de peur de manquer. Je les aime tellement que je les mange et j'apprécie gustativement la qualité de leur bois. Contrairement à toi je n'ai qu'UN taille crayon auquel je tiens car je l'ai depuis des années. C'est le seul qui taille bien mes crayons. Merci de la visite, j'ai vraiment apprécié.

Écrit par : ariaga | 05/05/2009

Merci de si bien "entendre" (sourire)
Que les heures soient de lumières.

Écrit par : michelgonnet | 05/05/2009

@ Muse, tu vas bien finir par rêver, au moment où tu t'y attendras le moins. Tu as simplement construit un mur.

Écrit par : ariaga | 05/05/2009

@ jack Maudelaire, merci de ton éclairage sur mon rêve.

Écrit par : ariaga | 05/05/2009

Ce qui m'a frappé c'est le tissu blanc, qui revient deux fois, et qui contraste avec le mouvement et les couleurs de l'ensemble du rêve. Quelque chose de pur, comme une page encore à écrire.
Curiosité de la vie, j'ai appris cet après midi que je dois me faire un costume blanc, pour une "nuit blanche dans les branches".
merci Ariaga pour les messages chez moi, ça me touche à chaque fois.

Écrit par : la Mère Castor | 05/05/2009

...Ce n'est pas vraiment facile de transcire ses rêves...Mais là tu as superbement réussi...
Un rêve comme ça, on aimerait la nuit suivante le retrouver, par forcément une suite, mais pour cette ambiance, ces sensations, cette chaleur...
Enfin ! Les rêves n'en font qu'à leur tête aussi...

(Bon ! J'avoue que pour m'endormir, il m'arrive de reprendre un rêve et d'imaginer toute une histoire...et parfois plusieurs nuits d'affilée)

Je t'embrasse

Écrit par : Aslé | 05/05/2009

À l'enfant prodigue aussi on a fait une grande fête. Peut-être es-tu en train de revenir à toi-même et qu'il est bien normal que la joie perdure.

Écrit par : Kea | 05/05/2009

@ La Mère Castor, j'apprécie beaucoup les phénomènes de synchronicité, au sens que Jung donne à ce mot. Il signifie que d'invisibles liens, en dehors de la causalité, se tissent dans la totalité de ce qui est. Si je laisse ces messages chez toi et si je t'ai mise en lien sans que le lien revienne, ce que je fais rarement, c'est parce que ce que tu écris me touche beaucoup. Tu es dans la lignée de la symbolique de la philosophie de la Nature.

Écrit par : ariaga | 06/05/2009

@ Aslé, j'ai transcrit des volumes entiers de mes rêves. Ils sont pour moi un enseignement permanent. J'aime bien, moi aussi, pratiquer le rêve éveillé, prolonger certaines scènes et il arrive parfois que cela ouvre sur une poésie.

Écrit par : ariaga | 06/05/2009

Voilà, le lien est fait, excuse moi, je ne les mets pas à jour très souvent.

Écrit par : la Mère Castor | 06/05/2009

@ Kea, j'espère que tu as raison et que je chemine vers ce que je suis.

Écrit par : ariaga | 07/05/2009

@ La Mère Castor, merci, ce lien m'est particulièrement précieux car tes écrits sont vraiment dans l'esprit du laboratoire.

Écrit par : ariaga | 07/05/2009

Salut,

Je suis un peu en retard sur ce billet mais tant pis.

Ton rêve m'a tout de suite fait penser à ton blog et à la multitude bariolé de tes commentateurs qui t'aiment.

Écrit par : jean | 07/05/2009

Merci de répondre à nos commentaires parlant de nos rêves par la description d'un de tes rêves.
Je pense qu'il commence à faire chaud et tu as envie que cela continue. Vivre nu comme les animaux, comme au premier jour de notre vie, quoi de plus normal. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 09/05/2009

@ Elisabeth, pour l'instant, dans ma Bretagne le besoin de vivre nu ne se fait pas encore sentir ! Où alors protégée comme les anciens Patagons par une peau de mouton orientée dans le sens du vent.

Écrit par : ariaga | 10/05/2009

@ Jean, je ne crois pas au temps mais je crois à ton interprétation qui fait partie d'une des possibilités que j'avais envisagée dans ma propre interprétation. Tu vois nous sommes sur la même longueur d'onde.

Écrit par : ariaga | 11/05/2009

Amie, un jour passe du rêve à la réalité; vas-y. Ce continent t'envoûtera et tu ne la quitteras pas impunément; la peau, le coeur, l'âme bariolés de beauté et de générosité emphatiques! oh! prépare aussi tes mouchoirs car le contraire de la beauté rudoie la joie, malmène le bien-être, la paix! Cependant je tiens à te signaler que les endroits où les hommes vivent nus sont quasi inexistants de nos jours, même les pygmées s'habillent en Adidas et en Nike, c'est pour dire, nos marchands de breloques et fariboles sont passés par là...
Baisers en retour!

Écrit par : Bona | 14/05/2009

@ Bona, je crois, en effet, que la réalité doit être à la fois plus belle et plus cruelle que mon rêve. Merci pour ta visite et ton commentaire si sensible. On sent l'artiste...

Écrit par : ariaga | 14/05/2009

Quel rêve magnifique. assieds toi devant le festin de la vie… c'est ce qu'il me dit

Écrit par : venezia | 14/05/2009

@ Venezia ton interprétation me plait beaucoup !

Écrit par : ariaga | 15/05/2009