UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La mer est la fin du voyage | Page d'accueil | L'enfant et l'univers »

22/09/2009

Une leçon d'humilité


L'arbre et ses amies les fleurs.jpg

Certains d'entre vous connaissent mon habitude d'ouvrir, chaque matin, un livre au hasard. Philosophie, alchimie, poésie, fiction, tout est bon. La vie, cruelle en ce moment, est comme une tempête de sable qui balaye tout sur son passage y compris ma présence sur les blogs mais cette habitude matinale a subsisté comme un arbre bien enraciné. Il s'agissait aujourd'hui d'un texte de Maître Eckhart dans son Instruction spirituelle dont la lecture m'a frappée comme un véritable message et m'a décidée à écrire à nouveau sur ce blog.

"Les gens ne devraient pas toujours tant réfléchir à ce qu'ils doivent faire, ils devraient plutôt penser à ce qu'ils doivent être. S'ils étaient seulement bons et conformes à leur nature, leurs oeuvres pourraient briller d'une vive clarté. Si tu es juste tes oeuvres le sont aussi. Ne pense pas mettre ton salut sur un "agir" : c'est sur un être qu'il faut le placer."

Ces mots m'ont fait penser à l'humilité, dont Maître Eckhart dit qu'elle est "la racine de tout bien et de tout ce qui l'accompagne" car j'ai compris que je manquais justement d'humilité. Je gravis douloureusement  des marches mais je vois seulement l'arbre solitaire que je deviens sans voir les fleurs qui continuent à pousser pendant mon ascension. Je ne pense qu'à mon impossibilité à agir sur de dures réalités , j'oublie d'être et, surtout, je me fais une trop haute idée de ce que dois être mon action. Cela s'applique au blog. Si j'arrête d'écrire, c'est parce que je pense ne pas avoir la force d'êcrire des textes dignes de ce blog et de ses lecteurs. C'est là que je manque d'humilité. Mon silence est orgueil, peur de ne pas être à la hauteur mais à la hauteur de quoi. De quelle "mission" me suis-je crue investie en tentant de faire connaître à quelques lecteurs Jung ou l'alchimie ou une certaine forme de spiritualité ou ma poésie ou mes photos. Beaucoup d'autres le font mais j'avais placé assez haut la barre de l'exigence. Manque d'humilité sanctionnée par l'arrêt de l'écriture quand je ne pouvais être à ce "niveau" imaginaire et ridicule.

Dorrénavent, je ferai de mon mieux, je verserai ici ce qui se présentera. L'essentiel est que l'athanor recommence à être alimenté. Dans deux jours ce sera le troisième anniversaire du Laboratoire. Il aurait été triste qu'il advienne avec un blog en suspens.

Je vous embrasse tous, amis connus et inconnus et je vous remercie pour le soutien que vous m'avez apporté avec vos commentaires.

Ariaga

 

 

 

 

Commentaires

Un jour ces mots ce sont posés sur mon chemin , ils disaient :

Aujourd'hui

Si ce blog allait disparaître
le mot que j'écris aujourd'hui
serait il différent ?

Si personne ne venait me lire
le mot que j'écris aujourd'ui
serait il différent ?

Si ce jour pour moi était le dernier
le mot que j'écris aujourd'hui
serait il différent ?

Chaque fois que je peux
répondre Non à ces questions
je sais que ma pensée est assez légère
pour ne parler que du présent en moi .

Lise

Écrit par : Lilou | 22/09/2009

Amour Joyeux, très chère et douce Amie... il est bon de te retrouver, ici...
En résonance et en phase avec toi... il est toujours un instant, dans l'existence, où nous découvrons quelque objet ne nous appartenant pas vraiment, qui se dissimule sournoisement en nos appartements, et dont finalement, nous pouvons nous délester consciemment, en toute confiance, avec bienveillance....

Je t'embrasse. M.

Écrit par : Muttifree | 22/09/2009

Dans ces mots que tu écris nous nous reconnaissons, ce qui veut dire qu'ils sont issus de l'Être. Comme le disait une fois Lilou : "La particularité du langage de l'Être est que chacun le portant en soi, peut s'y reconnaître."

La photo de l'arbre exprime si bien ce que tu dis... elle est magnifique.

Écrit par : kea | 22/09/2009

Content de te relire Ariaga, une des choses que j'ai compris en psy, est si évidente et pourtant si difficile à mettre en pratique tant les chaînes qui nous enserrent sont nouées rouillées. Je ne porte pas le poids du monde sur mes épaules... Puisse ton chemin continuer le cœur plus léger malgré la lourdeur de l'air. Je t'embrasse

Écrit par : lechantdupain | 22/09/2009

Merci pour ces quelques phrases de Maître Eckhart...
Soyons !
Que le meilleur advienne en votre cœur!

Marie-Aline

Écrit par : Marie-Aline Jung-Brett | 22/09/2009

Tellement de plaisir à te lire que même cette autoflagellation est douceur ;-)
d'autant plus qu'elle parle finalement de respect de soi

voilà comment Maître Tsé l'enseignait à son coquin de disciple de Zem :
http://tiny.cc/grand_meditant

je t'embrasse très chère

frédéric ♥

Écrit par : Lung Ta | 23/09/2009

"Soyez indulgent envers vous-même !", n'avait de cesse de me répéter une personne qui me voulait du bien.
Je rajouterais que nous sommes le produit de ce que nous voulons être avec ce que d'autres font de nous. C'est en quoi, il me semble, il faut être indulgent car nous ne maitrisons pas tout de notre être, loin de là.

Content de te lire à nouveau et de voir se ranimer ce point dans l'infini qui m'est devenu cher au fil des mois.

Écrit par : jean | 23/09/2009

bien heureuse de te retrouver Ariaga, mm si comme Frédéric j'ai été un peu décontenancée par ton "autoflagellation", autoflagellation qui vient peut être du fait que tu es trop exigente avec toi même, mais on ne peut pas être sur tous les fronts à la fois ! surtout les femmes, ai-je envie d'ajouter, car il reste + que fréquent que nous dussions endosser tous les rôles en restant la meilleure dans chacun
Que tu aies fait cette pause m'a semblé salvateur pour toi, j'étais heureuse que tu "lâches" un peu et que tu prennes soin de toi.
Que tu reviennes à petits pas légers me remplit de joie, néanmoins n'oublie pas qu'il reste essentiel que tu continues à prendre soin de toi ;-)
je t'embrasse

Écrit par : ambre | 23/09/2009

je n'ai pas lu le texte mais qu'importe. Je suis simplement heureux de te retrouver. Je reviendrai. bises

Écrit par : jlb | 23/09/2009

---> Bonjour, très chère,

Faire de son mieux, n'est-ce pas marcher devant soi afin d'apercevoir sur le visage de la joie, tout le bonheur qu'il y a d'avancer, même doucement ?

Bien affectueusement, Jack qui t'envoie le souffle aimant de son coeur silencieux.

Écrit par : Jack MAUDELAIRE | 23/09/2009

@ Lilou, Tu as tellement raison c'est dans l'instant accompli en faisant de son mieux que nous sommes.

Écrit par : ariaga | 23/09/2009

@ Muttifree, les amitiés fidèles sont des aides au moment où le ménage en grand devient nécessaire. Nous nous encombrons de tellement de bibelots et souvenirs inutiles.

Écrit par : ariaga | 23/09/2009

Sourires ! bon retour. Tu sais, je ne suis pas littéraire et peu lettré; j'écris comme je sais le faire, sans fioriture. On prend ou on laisse; Autrement où serait mon plaisir si je devais triturer mes méninges !!
Bonne journée et bises.

Écrit par : patriarch | 23/09/2009

Tu reviens, c'est bien...je t'embrasse...

Écrit par : le Pierrot | 23/09/2009

Heureuse de ton retour. Tu n'as pas à t'inquiéter à vouloir trop bien faire. Nous en sommes tous au même point et je te remercie de l'honnêteté que tu as à nous faire part de tes hésitations.
Souhaitant que tu voies à nouveau les fleurs qui poussent sur l'arbre que tu gravis. Je t'embrasse. danae

Écrit par : danae | 23/09/2009

quel bonheur de te retrouver !

déja 3 ans je ne pensais pas que tu nous impressionnais et nous tenais en éveil depuis si longtemps, que le temps passe vite !

"Si tu es juste tes oeuvres le sont aussi. Ne pense pas mettre ton salut sur un "agir" : c'est sur un être qu'il faut le placer." Cette phrase, incluse dans un paragraphe, me parle bien, c'est vrai que nous avons peut être un peu trop souvent tendance à vouloir "faire" à tout prix, essayons en effet d'"être "tout simplement.
C'est ce que tu viens de nous montrer merci chère TOI
je t'embrasse Ariaga

Écrit par : mariedumonde | 23/09/2009

@ Kea, que ce soit sur ton blog ou dans tes commentaires ta pensée est précieuse. Merci.

Écrit par : ariaga | 23/09/2009

@ Lechantdupain, tu as vraiment raison on ne doit surtout pas d'imaginer que l'on est tellement important que l'on porte le poids du monde et ne pas culpabiliser quand on a le sentiment de ne pas faire assez pour les autres.

Écrit par : ariaga | 23/09/2009

Merci pour votre retour...

Écrit par : soulef | 23/09/2009

Je passe depuis peu ici,
Mais simplement je voulais te dire,
Mon plaisir de te relire.
Virginie

Écrit par : Unsensée | 23/09/2009

@ Marie-Aline Jung-Brett, et à toi aussi merci pour tes souhaits. Ne voir que le meilleur c'est ce que je voudrais.

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

Ah enfin ! Tu me manquais.

Écrit par : Mû | 24/09/2009

@ Lung Ta, excellent l'enseignement de Maître Tsé, cliquez tous sur le lien !

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

@ Jean, il y a des être qui sont leur pire ennemi, Jung l'a bien montré et quand l'ombre cherche à vous tromper sur ce qui est important il est difficile de s'en rendre compte.

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

L'être en constant devenir.
Sois ce que tu es!

Écrit par : jeandler | 24/09/2009

Bonjour Ariaga, je suis heureuse que tu sois de retour. Tu manquerais d'humilité, dis-tu, et du même coup tu nous prouves bien que tu n'en manques pas! Tu es vraie, c'est ce qui compte, et c'est bien pour ça que tu es aimée. Etre, c'est l'important, et quand on aime écrire, de temps en temps, être c'est écrire ce que l'on ressent. Merci de le faire pour toi-même et pour nous, par conséquent!

Écrit par : Michelle | 24/09/2009

@ Michelle, merci pour ce commentaire qui me touche. j'ai un problème, je n'arrive pas à laisser un commentaire sur ton blog !Ils disparaissent quel que soit le chemin que j'emprunte...

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

Bizarre! J'ai tout vérifié et fait un test et ça fonctionnait!

Écrit par : Michelle | 24/09/2009

Je suis heureux de te lire, amie-Ariaga et je lis cette interrogation sur ton blog comme une invitation à ma propre interrogation sur mon blog et à mes silences qui durent. Je suis sans doute en manque d'humilité : et je veux qu'on aime mes livres et je veux qu'on aime mon blog et finalement, je n'écris plus ni en livres ni en blog. Suivre la dame nature, telle est notre aventure. Oui. Merci de ton retour sur la toile. Je t'embrasse en te souhaitant d'être bien, tu le sais.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 24/09/2009

@ Ambre, tu sais je ne demande qu'à "lâcher" et à prendre soin de moi mais mon destin, depuis longtemps, est de prendre soin d'un autre; quand c'est trop lourd je coule... mais je donne un grand coup de pied au fond et je remonte !

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

@ Jib, j'espère bien que tu reviendras !

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

@ Jack Maudelaire, merci pour tes mots toujours si doux et si sensibles et aussi pour ta fidélité. il m'est arrivé à un moment difficile de retrouver la joie en te lisant; Et puis tu connais si bien le besoin de silence comme un baume guérisseur.

Écrit par : ariaga | 24/09/2009

..suis également adepte de lectures tous azimuts!
A bientôt entre les lignes!

Écrit par : too banal | 24/09/2009

Tout plein de belles pensées s'envolent vers toi, ma belle étoile... et je t'enserre dans mes bras, fort et doucement à la fois...

Écrit par : Mutti | 25/09/2009

Superbe Eckhart ! Il est bon de temps en temps de faire un pas de côté ! bonne continuation et grosses bises !

Écrit par : Ray | 25/09/2009

bon retour chez toi et merci à cet Eckhart.

Écrit par : muse | 25/09/2009

@ Patriarch, je vais prendre exemple sur toi, tu guideras mes pas vers la terre promise !

Écrit par : ariaga | 25/09/2009

@ Danae, merci et félicitations pour la sortie de ton livre que je vais m'empresser de lire.

Écrit par : ariaga | 25/09/2009

@ Mariedumonde, tu as par une sorte d'osmose, bien saisi mon ressenti du moment. Merci Amie.

Écrit par : ariaga | 26/09/2009

bonjour du dimanche matin :-)
je t'embrasse

Écrit par : ambre | 27/09/2009

@Soulef, merci pour ne pas m'oublier quand je suis moins présente;

@ Unsensée, et moi je te dis le plaisir que j'ai eu à découvrir ton blog.

Écrit par : ariaga | 27/09/2009

@ Mû, cela fait toujours plaisir de manquer à un autre être humain.

@ Jeandler, merci pour cette belle et profonde invitation à être.

Écrit par : ariaga | 27/09/2009

@ Michelle, merci pour cet échange qui me touche.

@ Mutti, ta tendresse me fait toujours du bien.

Écrit par : ariaga | 28/09/2009

@ Chris Tian, c'est vrai que je crois que nous avons des points communs. Je le pense encore plus depuis que j'ai lu ton livre si sensible et si vrai.

Écrit par : ariaga | 28/09/2009

Bonjour

traducteur de me Eckhart en français (bientôt ses sermons latins en librairie !!!), membre de l'équipe de chercheurs spécialisés sur son oeuvre : une "google alert" m'a signalé votre blog ésotérique.
Pourrais à la façon de Maître Eckhart vous faire remarquer que découvrir le primat de l'être sur le faire et conclure : "désormais, je FERAI de mon mieux, je verserai ici ce qui se présentera.", c'est revenir au fer.
Maître Eckhart vous invite à ce qu'il dit nous être impossible : être. car Dieu seul est. Il y a une solution devenir Dieu. Ce qu'il dit, selon la formule de Maxime le confesseur : "devenir par grâce ce que Dieu est par nature". Ceci advient lorsque détaché, Dieu est enfanté dans l'âme, et que l'humain en est rempli d egrâce : divinisé (cf. la filiation de Dieu, de Nicolas de Cues chez Arfuyen).
Les fours, les techniques, l'athanor sont inutiles. Autant s'en détacher. Il est une voie plus simple. Retrouver son identité à sa propre source, là où elle surgit du néant…

bonne journée

Jean Devriendt

Écrit par : Jean Devriendt | 29/09/2009

très beau commentaire ci-dessus, même si on peut (je peux ;) ) m'interroger sur le fait que retrouver son identité serait advenir comme Dieu (ce n'est qu'une image créée ou ressentie, mais pas une réalité ;) , bon je sais on va me traiter de provocateur) mais finalement qu'elle était la réelle "image" que Eckhart avait de Dieu, sûrement qu'elle était bien éloignée de celle de l'Eglise et peut être pas si éloignée d'autres images que je peux moi même avoir et que je ne nommerai SURTOUT PAS DIEU (ah ben non alors :D)
et j'aime cette invitation à l'impossible en passant par l'être
j'aurais aimé retransmettre cela dans mon dessin cette semaine
http://zemapprentimaitrezen.wordpress.com/2009/09/28/impossible-bouddha/
merci pour tous ces échanges
(Bon Ariaga ne jette pas tout de suite ton athanor, hahaha)

je vous embrasse tous

frédéric

Écrit par : Lung Ta | 29/09/2009

>(je peux ;) ) m'interroger sur le fait que retrouver son identité serait advenir comme Dieu (ce n'est qu'une image créée ou ressentie, mais pas une réalité ;)

Si je puis me permettre, cher Lung Ta, qui vous parle ici d'image crée ou ressentie, si ce n'est vous-même ?
De même que l'on ne peut nier la réalité d'une image, de même l'on ne peut nier qu'une affirmation ne fera paraitre son contraire.

Est-ce que, de manière taoïsante, ce pourrait être aussi être dit ainsi (je pose la question, puisque vous semblez bien connaître) : savoir n'est pas savoir ?

Salutations,

Écrit par : Valérie | 29/09/2009

Bonjour Valérie

Un peu de mal à tout saisir pour ma petite tête ;)
car bcp de phrases avec double négations et je ne suis pas doué en maths :D

Mais qd je parle d'image je parle de "Dieu", quand Jean Devriendt écrit " Il y a une solution devenir Dieu."
ne connaissant personnellement pas Dieu, n'y croyant pas particulièrement, ne pensant pas que qqn soit capable de décrire ce qu'il est , je ne peux parler que d'image ou de ressenti vis à vis de ce concept
non , pouvez vous en parler autrement ?
merci

en tout cas ce que j'en dis, n'en réduit en rien le concept, pour autant que j'ai capacité et compétence à le réduire ou l'augmenter ;)

Sinon, bien sûr qu'on peut nier la réalité d'une image, on ne peut nier qu'une personne en voit une , mais tout à faire remettre en cause sa réalité
La personne sous l'emprise de stupéfiants pourra voir de multiples choses qui ne seront pas réelles

Pour l'affirmation que "l'on ne peut nier qu'une affirmation ne fera paraitre son contraire."

pas bien compris ???
c'est quoi le pb ?
c'est quoi la question ?
s'il y en a un ou une ;)


Je ne connais pas particulièrement le Taoïsme, je ne connais que mon expérience de vie qui a bien du mal à rentrer dans des cases
mais pour ce qui est de la phrase "savoir n'est pas savoir ?" je dirais qu'elle est surtout juste dans sa réciproque :-D

chaleureusement et avec humour :)

frédéric

Écrit par : Lung Ta | 29/09/2009

Ah oui, désolée pour la dernière phrase, effectivement c'est difficile à comprendre, puisque j'ai écrit : "ce pourrait être aussi être dit ainsi" au lieu de "ce pourrait être aussi dit ainsi (bref, avec un être de trop ! :))".
Pour le reste, je ne vois pas de double négation, cependant.

>"Pour l'affirmation que "l'on ne peut nier qu'une affirmation ne fera paraitre son contraire."

pas bien compris ???
c'est quoi le pb ?
c'est quoi la question ?
s'il y en a un ou une ;)

Non, il n'y a pas de problème, Lung Ta, je montrais juste du doigt la lune ! :)

Au plaisir,
et le meilleur

Écrit par : Valérie | 29/09/2009

@ Toobanal, cela nous rapproche.

@ Ray, merci et j'attends avec impatience ton prochain livre dont j'ai lu un extrait.

@ Muse, tu sais c'est un mini retour car je vis au jour le jour mais j'ai bien du plaisir à vous lire tous.

Écrit par : ariaga | 29/09/2009

@ Jean Devriendt, je suis flattée que ma modeste citation vous ait incité à déposer un commentaire sur ce blog. Je sais que vous êtes théologien à la faculté de Strasbourg et c'est avec émotion que je pense à des échanges d'ordre philosophiques que j'ai pu avoir avec Bernard Kaempf, hélas aujourd'hui décédé, et que vous avez, je pense, connu.

Écrit par : ariaga | 29/09/2009

@ Lung Ta et @ Valérie, je m'incline devant la qualité et l'intérêt de votre dialogue. Merci.

Écrit par : ariaga | 29/09/2009

Je m'incline devant cet espace du possible Ariaga ! :)

je t'embrasse et souhaite le bonjour à tous

frédéric - l'idiot (Gûdo) qui regarde le doigt de Valérie :D -

Écrit par : Lung Ta | 30/09/2009

L'orgueil est le pire des péchés capitaux et le plus difficile à vaincre...je connais certaine personne qui se targue d'arriver à la sainteté...et elle retombe toujours sur le même écueil : son orgueil incommensurable... même dans la manière d'afficher son humilité. Et c'est très difficile de le vaincre cet orgueil qui est assez "malin" pour prendre des formes les plus camouflées.
Pour ce qui est du texte de maître Eckhart...c'est bien un autre écueil et de taille...On pense trop et mal. La plupart d'entre nous (et même les meilleurs) n'arrivent pas à sortir du cadre où ils ont été élevés...Un peu comme les poulets élevés en batterie qui n'arrivent plus à marcher ni à picorer si on les lâche dans la nature...

Écrit par : Guern' de Bé. | 30/09/2009

> frédéric - l'idiot (Gûdo) qui regarde le doigt de Valérie :D -

Puisque mon doigt se voit honoré d'un si doux regard, je m'en vais illico le trancher pour le faire macérer dans le bocal du Sage !

Gasho !

Écrit par : Valérie | 30/09/2009

gasho ! gasho !
Oser me dire cela alors que tu conserves tes doigts dans des bocaux ;-))

bon j'arrête mes koanneries ;-)

bises à tout le monde

frédéric :)

Écrit par : Lung Ta | 30/09/2009

Une humble question Est-ce-que, les doigts sont conservés pour d'éventuelle famines hivernales ? Hi ! Hi !

Écrit par : ariaga | 30/09/2009

bon j'avais dit que j'arrêtais là, alors je ne veux pas m'en mordre les doigts et encore moins ceux (certainement délicieux ;) ) de Valérie

bises

frédéric Gû :)

Écrit par : Lung Ta | 30/09/2009

Ah comme certains jours on a l'impression de se sentir mal avec soi-même, comme dans une impasse. Il faut savoir trouver la sortie, c'est ce que tu as fait. Merci d'être revenue et n'essaye pas de porter le poids du monde sur ton dos. Relève-toi : c'est ce que tu as fait. Bon samedi et dimanche.

Écrit par : elisabeth | 03/10/2009

@ Merci Elisabeth pour ton empathie et ta fidélité.

Écrit par : ariaga | 03/10/2009

Bonjour Ariaga,
Souvent, je suis à la traîne quelque part, lors d'un évènement, voici qui le confirme ;-))

Je n'ai pas de connaissance suffisante pour étoffer ton texte ni les commentaires, par contre, tout comme toi, j'essayais de faire toujours "au mieux", nous avons sans doute été "déformés" dans cette image il y a longtemps déjà.

J'ai appris à lâcher prise aussi, tout comme tu viens de le faire ... tu verras, petit à petit, c'est un automatisme qui s'installe et c'est si bon !

Je suis heureuse de te retrouver.

Bisous.

Écrit par : pseud | 26/11/2009

@ Pseud, tu dis que tu es heureuse de me retrouver Est-ce RE-trouver ou retrouver ? Nous sommes nous connues dans un "autre" monde ? Ton commentaire, et aussi celui sur mort et alchimie, m'a fait plaisir. C'est agréable de vibrer sur la même longueur d'onde. Je t'embrasse.

Écrit par : ariaga | 26/11/2009

Je ne saurais dire, ariaga ... ce que je sais, c'est que nous sommes en effet sur la même longueur d'ondes, depuis un bon moment et nous paraissons, toi et moi, traverser des moments semblables au même moment ;-)
j'aimerais que ce soit des RE-trouvailles, quand je l'ai écrit, il s'agissait de nous retrouver sur nos blogs.
Je t'embrasse.

Écrit par : pseud | 26/11/2009

J'ai bien ri vous lire, me croyant revenu à la nuit noire.
Maître, il était, parce que dominicain, et son dieu et le dieu de l'église d'aujourd'hui sont bien le même… Pour adhérer à la pointe de Me Eckhart il faut croire en dieu, car être athée n'est pas être « incroyant » c'est croire que dieu n'est pas. C'est être autrement croyant. Il est aussi absurde de dire que le néant sans force produit de rien et par rien toutes choses, que de dire que dieu existe. Je n'ai jamais vu, touché, senti, goûté l'amour. J’y crois, parfois à tort, dans ses multiples manifestations possibles.
Nos dernières études le montrent : couper Eckhart du Christianisme revient à cueillir un coquelicot : entre nos doigts, il se fane. Ne demeure que l'ombre d'un rouge éclatant d'été. Cet été qu'il fut à montrer.
On ne peut avec Eckhart "rompre avec l'étude et vivre sans souci", Lao Tseu l'aurait fait rire, et il serait retourné à ses chères études. Maître ici n'est pas Tseu. Tout comme le vide oriental, traduit du chinois, langue sans ontologie, est loin du "bloss" eckhartien, de le vie nudité ou naît dieu en l'âme. À rapprocher ce qui diffère trop, on risque de jeter du sucre dans la mer : inutilement on se croira changer le goût des choses. On n'aura changé que l'image que l'on a de soi…et gaspillé du sucre.
Bon week-end.

Écrit par : Jean Devriendt | 12/11/2011

@ Jean Devriendt, cette citation de Maitre Eckhart, était un simple support, sorti de son contexte, et comme je ne suis en rien "spécialiste" de ce penseur je ne peux entamer un dialogue valable sur ce sujet avec vous. Et puis il s'agit d'une note ancienne et comme je pense, dans les pas de C.G.Jung, que les idées doivent évoluer sans cesse, je n'écrirais probablement pas la même note aujourd'hui. Je suis quand même heureuse de vous avoir fait rire. Le rire c'est tellement important essentiel ...

Écrit par : ariaga | 12/11/2011