UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Il fut un temps où dieu était femme | Page d'accueil | Le chemin en spirale de Dürckheim »

14/11/2009

Le rire est le propre de l'Homme

 

PB090584.JPG

Le philosophe Henri Bergson écrit dans Le rire, essai sur la signification du comique : " Il n'y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. Un paysage pourra être beau, gracieux,sublime, insignifiant ou laid ; il ne sera jamais risible. On rira d'un animal, mais parce qu'on aura surpris chez lui une attitude d'homme ou une expression humaine. On rira d'un chapeau ; mais ce qu'on raille alors, ce n'est pas le morceau de feutre ou de paille, c'est la forme que les hommes lui ont donnée, c'est le caprice humain dont il a pris le moule."

Le rire n'a pas toujours été bien vu dans la Société. Au Moyen Âge, par exemple, il était facilement considéré comme une manifestation diabolique associée au ricanement du diable quand il venait s'emparer d'une âme. Heureusement Rabelais est venu et a proposé , déjà, le rire comme thérapeutique en disant que rien ne pouvait faire plus de bien que de rire en se tapant sur une panse bien remplie. Sur un plan plus spirituel Saint François d'Assise disait : "Un saint triste est un triste saint".

Je me rends compte que je n'ai pas assez ri ces derniers temps et que j'ai eu tort. Comme le pensait Norman Cousin qui se soigna efficacement d'une grave maladie par le rire, ce dernier génère autant d'émotion et d'énergie que les cris et les pleurs. C'est une défense contre les contraintes et les tabous de la société, une libération et aussi un bienfait car faire rire est un acte de bienfaisance en particulier quand, évitant ainsi toute ironie et méchanceté , on fait rire de soi même. J'ai particulièrement ressenti ce rire charitable dont j'ai profité récemment en lisant le livre de  Danae, dont je vous reparlerai : Mon tour d'Asie. A la lecture de situations particulièrement loufoques, parfois embarrassantes pour la narratrice, j'ai entendu un grand rire résonner dans ma maison silencieuse. C'était le mien et je vous assure que j'ai pensé avec Chamfort : " La plus perdue de toutes les journées est celle où on a pas ri." J'étais encore loin du "rire des sages", pour celui là je devrai demander conseil à Lung Ta Zen, mais  j'avais fait un grand pas sur le chemin. Je vais apprendre à rire de ma tristesse car elle n'atteint pas l'être véritable qui ne peut être que joie d'avoir le privilège d'exister.

Ariaga

Commentaires

Il existe bien des associations de personnes dont le but est de rire, car le rire guéri, fait du bien, on se sent bien plus léger. Mais cela n'efface jamais les soucis, ils reviennent quand même.... Mais au moins on aura passé un bon moment : tout est prétexte à rire (j'aime les Louis de Funès....). Bon week end Ariaga.

Écrit par : elisabeth | 14/11/2009

Merci Ariaga pour ce petit retour sur mon ouvrage "mon tour d'asie". Je suis heureuse d'être arrivée à te faire rire ne serait-ce qu'un instant, je pense que c'est grâce à mes "pitreries de gamines " au Japon !
Je t'embrasse fort. danae

Écrit par : danae | 14/11/2009

et en plus il paraît que le rire est excellent pour la santé . bonne soirée

Écrit par : Jean-piere | 14/11/2009

---> Bonsoir, très chère,

Le rire peut t'envelopper comme un arbre, de feuilles vertes pour que tu respires comme le silence dans la clarté paisible.
Ici, sous le platane dans ma chambre basse, le rire est uni au silence pour que je me perde dans l'autre monde où je peux me dessaisir de tous les soucis.
Et quand le rire ne vient pas de lui même, je m'empresse d'aller le chercher là où il loge, jusque dans les plis de mes lèvres muettes.

Douce nuit et bon rire, Jack qui t'embrasse.

Écrit par : © Jack MAUDELAIRE | 15/11/2009

"l'homme est un animal qui fait rire"
lorsqu'il s'empêtre les pieds dans la fluidité de la vie .
Rire c'est voir le noeud, la manière dont l'artifice bloque la vie et par là même toucher celle ci .
C'est un recul pour regarder "Je suis" (Etre et suivre- présence ) à travers "je suis" ( j'existe mentalement ).
Parmis tous les chemins spirituels..c'est peut être le plus court .

On rit d'abord de l'autre parce qu'en nous quelque chose sait ce que signifie "Je suis " puis on rit de soi même lorsqu'on s'aperçois qu'on "Est" pas toujours.

Écrit par : Lilou | 15/11/2009

Absolument d'accord sur les vertus du rire. Bien plus, il faut réussir à rire de tout et à ne rien prendre au sérieux!.
Bon dimanche plein de rires et lumineux!

Écrit par : too banal | 15/11/2009

J'ai entendu dire dans une conférence sur le rire guérisseur que le rire est le plus court chemin entre deux personnes. Je l'ai souvent constaté avec les patients, dans mon travail, qui consiste à donner des rendez-vous pour médecins et infirmières. Rares sont les personnes imperméables à l'humour. Bien sûr je parle de l'humour taquin, jamais méchant et souvent tourné vers moi-même!

Écrit par : Michelle | 15/11/2009

chère Ariaga,

les "trains de pensées" doivent se rencontrer, la semaine derniere et plus particulièrement vendredi, j'ai préparé un exposé pour une soirée ce mercredi.
En effet dans mon village une fois par mois nous sommes quelques unes , à nous rencontrer dans le cadre de "connaissance de soi", où nous échangeons et partageons nos idées sur un sujet déterminé.
Voici celui que j'ai préparé "Riez vous irez mieux" !
Intéressant n'est ce pas ?
Rire diminue le stress
renforce le système immunitaire
réduit la tension artérielle et les problèmes cardiaques
Atténue la douleur
Augmente la confiance en soi
Développe les relations interpersonnelles. etc, etc....

Ce n'est qu'un aperçu, et nous aurons bien sûr une application pratique, tu seras associée en pensée, chère amie.
Je t'embrasse fort Ariaga, et bonnes pensées rieuses pour vous tous amis du blog

Écrit par : mariedumonde | 15/11/2009

Magnifique! Et la lecture de ce billet ne peut mieux être la bienvenue que dans ces moments où s'installent de grandes solitudes.
Merci.
Que les temps soient ceux de la danse de l'Ombre familière et de sa fille Lumière.

Écrit par : michelgonnet | 15/11/2009

Mariedumonde tu peux ajouter que le rire favorise le transit intestinal car il procure un massage abdominal.

C'est marrant ça, je viens de lire un travail de fin d'étude sur le rire dans les soins infirmiers.

Le rire constitue un remarquable système de défense psychique contre les stress trop important ou les affects trop difficiles à supporter.

Les situations de fou rire interviennent souvent dans des moments de difficultés, de fatigue psychique.

Écrit par : jean | 15/11/2009

Je reprends avec joie les mots de Mâ Anandamayi...
Je voudrais te voir rire avec ta bouche, ton coeur et tout le souffle de ta vie...
Je t'embrasse fort, Amie

Écrit par : Muttifree | 16/11/2009

Ce que j"aime dans le rire, c'est la façon dont il se transmet, de l'un a l'autre, une véritable épidémie, je ne sais pas si il existe quelque chose de plus communicatif que le rire, c'est difficile de réprimer un rire, même si il n'est pas "convenable" de rire en certaines occasions, le rire lui s"en moque, et puis il se passe de mot, il se passe de motif, il a même par fois le pouvoir d'enrayer certains conflits, il a juste a être, et a circuler de l'un a l'autre ,
le rire, ce grand pacifiste est probablement ce qu'il y a de plus puissant en l'homme !
belle journée ariaga.
Virginie

Écrit par : Peau d'âme | 16/11/2009

Parfois, je mets une pancarte dans mon bureau sur laquelle il est inscrit : "fends toi la gueule Pierrot"...
et le matin, en me levant, lisant celle ci, je me marre, alors ma journée va bien, j'espère simplement ne jamais blesser quelqu'un avec mes éclats de rire...bisous rigolants Ariaga...

Écrit par : le Pierrot | 16/11/2009

bonjour . je peux même t'envoyer du vrai soleil , il rayonne encore aujourd'hui , avec 17° . superbe . bonne journée . bises

Écrit par : Jean-piere | 16/11/2009

bonjour ce soir, Bergson a du bol de ne pas avoir croisé saint François; il aurait peut être compris que le rire est multiple; non mécanique et sans cause; cause lui même;
oser une hypothèse: souffle d'esprit quand il s'empare du corps entier qui s'ébroue; fonction aussi; on s'en fout, c'est en parlant le plus qu'on rit le moins; bisous rieurs

Écrit par : ninna | 16/11/2009

le rire est une merveilleuse thérapie et c'est une spécialiste de "l'humour de la désespérance" (comme disait un de mes amis) qui te dit cela, mais apprendre à rire de sa tristesse ce n'est pas toujours si facile
Depuis quelques temps je les ai perdus mes rires, si tu veux nous pourrions les ré apprendre en choeur et en coeur :-)
je t'embrasse Ariaga

Écrit par : ambre | 17/11/2009

@ Elisabeth, oui, les soucis reviennent mais le fait d'avoir détendu son corps et d'avoir effectué une amélioration physiologique fait peut-être qu'on les supporte mieux ou que le regard change.

Écrit par : ariaga | 17/11/2009

@ Danae, ce ne sont pas seulement tes pitreries de gamines au Japon qui m'ont fait rire. j'ai tendance à aimer l'humour noir et je dois dire que c'est surtout la manière dont tu racontes des situations assez atroces avec du recul qui me font surtout me tordre de rire. Je t'avouerai que j'ai souvent un rire assez "primaire" .

Écrit par : ariaga | 17/11/2009

@ Jean piere, et pourtant on dit "il m'a rendu malade de rire !"

@ jack MAUDELAIRE, je n'avais jamais vu le rire comme enveloppant, plutôt comme arrachant la peau inutile, mais ta vision est si belle que je vais l'ajouter à la mienne et ainsi l'enrichir.

Écrit par : ariaga | 17/11/2009

@ Lilou, je te remercie pour ta vision, si pleine de spiritualité, du rire. Quand j'ai écrit cette modeste note je ne pensais pas recevoir autant. C'est pour lire des propos comme les tiens que je résiste à la lassitude qui me pousse parfois à pense au sujet de ce blog : à quoi bon ?

Écrit par : ariaga | 17/11/2009

il paraît que le rire a des effets bénéfiques sur la santé . alors pourquoi s'en priver . bonne soirée . bises

Écrit par : Jean-piere | 17/11/2009

peut-on à certain moment de sa vie perdre le rire, ne plus le juger essentiel pour poursuivre sa vie?

Écrit par : muse | 17/11/2009

@ Too Banal, ce n'est pas facile de rire de tout, j'en fais l'expérience en ce moment, mais il est important de relativiser et, souvent, ce qui vous avais semblé très désagréable quand on y repense et qu'on le raconte quelques mois après apparait comme plein d'humour noir (lequel humour me fait beaucoup rire)

Écrit par : ariaga | 18/11/2009

@ Michelle, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ton " rares sont les personnes imperméable à l'humour" car j'en connais qui ont un véritable scaphandre bien étanche. Je te dirais même que j'ai beaucoup diminué mes manifestations d'humour car elles m'ont valu de méchants retours, y compris sur ce blog dans les premiers temps.

Écrit par : ariaga | 18/11/2009

@ Mariedumonde, tu sais bien amie très chère, que je je crois à l'unité de la Pensée à un certain niveau, il est donc normal que ceux qui sont sur le même train de vibrations aient de phénomènes de vases communicants. J'espère que vous allez bien rire !

Écrit par : ariaga | 18/11/2009

@ Michel Gonnet, ce qui est magnifique c'est la photo, pour moi purement alchimique, que j'ai contemplée sur ton blog. Merci pour ce moment rare.

Écrit par : ariaga | 18/11/2009

Je n'ai pas particulièrement ri depuis longtemps non plus et les bonnes blagues sont, pour moi, celles où on ne rit pas au dépens de...
C'est donc bien rare chez nos comiques...
Devos avait de bons mots, sans se moquer de quiconque.
Allez, je n'ai même aucune blague qui me vienne, c'est dommage de ne pas pouvoir t'offrir un bon rire.
Une fois où j'ai vraiment ri de bon coeur (et dont je me souvienne), c'est à regarder le film "la belle verte", où des humains non terriens très évolués dans le respect de la nature et le développement des qualités de l'homme, décrivent comment se comportent les terriens...
Après coup, ça serait plutôt à pleurer ; mais bon, j'ai encore confiance en l'être humain, il ne peut qu'exprimer davantage ses qualités humaines, divines et je pense que malgré les apparences nous sommes en bonne voie...
Bonne fin de semaine
Amicalement

Écrit par : thierryvegan | 18/11/2009

Merci pour cet article...Je suis et resterai un fervent défenseur du rire...

Écrit par : COSAQUE | 18/11/2009

Dans un monde bien triste , informations toujours alarmistes...d'ailleurs je ne les écoute presque plus ... le rire est salutaire .

Écrit par : Bruno | 19/11/2009

Oui Ariaga ,il faut rire de la bètise humaine, rire de nos faiblesses, pour les éloigner de nous .
Alors rions, rions !!

Écrit par : annel'eau | 19/11/2009

@ jean, il y a aussi des rires nerveux qui sont la seule issues à des situations qui touchent un lieu ignoré de notre psychisme. J'ai un souvenir de mon rire à un enterrement, quand j'étais adolescente, qui m'a valu une gifle cuisante (et méritée) de mon Grand Père.

Écrit par : ariaga | 19/11/2009

@ Muttifree, tu parles là d'un rire où l'"âme" participe. C'est beau et rare et quand un tel rire advient il faut remercier...

Écrit par : ariaga | 19/11/2009

j'imagine pas une journée sans rire...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 19/11/2009

on arrive encore à entendre ma voix malgré la maladie, quand je pousse un cri court, je baille et je ris ! (cela n'use pas le même système neurologique que la voix "normale")

maintenant pour la sagesse, y'a encore des neurones à travailler ! ;-))


et quand est il du sourire ? est ce un sous rire ? un rire sous cape (et d'épée ou d'épais ?)

je t'embrasse

▷ frédéric

Écrit par : Lung Ta | 20/11/2009

ARIAGA à TOUS, navrée de ne pouvoir être plus présente. Je règle beaucoup de problème d'ordre matériel en ce moment et je suis souvent loin de l'ordinateur. Je pense pouvoir très bientôt pouvoir me consacrer beaucoup plus au Laboratoire et à ses amis si fidèles. Je vous embrasse tous.

Écrit par : ariaga | 20/11/2009

Ah ? je n'ai pas de réponse à mon commentaire....
pas grave, je devais etre trop vulgaire, excuse moi Ariaga...bonne soirée...

Écrit par : le Pierrot | 20/11/2009

@ Le Pierrot, mais non, il était super ton commentaire et très amusant, mais, comme je l'ai dit dans mon commentaire à tous ,je ne peux assurer en ce moment étant souvent trop loin de ma base . Je répondrai à tous la semaine prochaine et j'en étais à peau d'âme, juste avant toi !

Écrit par : ariaga | 20/11/2009

ARIAGA (bis) à TOUS, j'ai oublié de vous dire, pour ceux qui s'intéressent à Jung et voudraient lire pendant ma courte absence que j'ai mis plusieurs textes sur mon autre blog EXTRAIT DU LABORATOIRE.

Écrit par : ariaga | 20/11/2009

Bien chère Ariaga,
Beau texte, belle réflexion, à moi le rire manque, la légèreté manque, mais tant pis, je vis quand même, et de mieux en mieux, de pis en pis, me voici retranché dans une abbaye, avec une bagatelle, la chapelle sud et la chapelle nord, à reconstruire, les toitures à remonter de plus de 3m, la salle capitulaire à reconstruire j'en passe et des meilleurs, mais je suis hélas heureux de tout cela, je suis interdit de rire, cela m'est tombé dessus quand j'étais petit, d'un père sombre et maladroit, que j'imitais pour me faire aimer, le temps à passé mais l'imprégnation en est resté. Je finis ici cette introspection et je t'embrasse tendrement.

Écrit par : patrick | 22/11/2009

juste pour te souhaiter bon courage Ariaga
je t'embrasse

Écrit par : ambre | 23/11/2009

Je découvre ce blog. Et quelle belle note!
"Je vais apprendre à rire de ma tristesse car elle n'atteint pas l'être véritable qui ne peut être que joie d'avoir le privilège d'exister." Magnifique. Vraiment je suis touchée. Je reviendrais avec plaisir. :)

Écrit par : strand | 24/11/2009

Non seulement le rire est le propre de l'homme, mais il les rallie entre eux... quoi de mieux qu'un fou rire collectif qui abolit tous les différents et les différences ne serait ce que pour un temps...

Écrit par : Renard | 25/11/2009

P'tit coucou Ariaga, je te souhaite bon courage dans tes journées... avec mes baisers, ça devrait aller, non ?

Écrit par : le Pierrot | 25/11/2009

@ Peau d'âme, si il pouvait y avoir des épidémies de rire, je crois que le monde se porterait mieux et qu'il n'y aurait pas besoin de vaccin.

Écrit par : ariaga | 25/11/2009

@ Thierryvegan, je crois que c'est la première fois que tu laissais un commentaire sur ce blog et je dois dire que je l'ai particulièrement apprécié car il est plein de sagesse et de bonté ce qui se fait rare de nos jours où la cruauté est ce qui fait le plus rire.

Écrit par : ariaga | 25/11/2009

@ Merci à Ninna
@ COSAQUE
@ Strand
d'avoir pour la première fois laissé un commentaire sur ce blog. J'espère que vous reviendrez quand je serai plus en mesure de répondre comme il faut aux commentaires. Et naturellement j'ai visité vos blogs, tous enrichissants.

Écrit par : ariaga | 25/11/2009

@ Jean piere merci pour le soleil, j'en vais bien besoin et aussi pour les magnifiques photos de ciel avec des trainées de réacteurs sur ton blog.

@ Too banal, c'était gentil de me souhaiter un bon dimanche lumineux même si ce jour là il a fait noir, venteux et pluvieux. Dans l'imaginaire il faisait très beau !

Écrit par : ariaga | 26/11/2009

@ Ambre, Tu as raison il va falloir s'entrainer ....et s'entraider !

Écrit par : ariaga | 26/11/2009

@ Muse, je ne crois pas qu'on puisse perdre quelque chose qui est inné. Simplement il est enfoui sous les strates de la dureté de la vie et il faut creuser profond pour le retrouver. Cela vaut le coup.

Écrit par : ariaga | 26/11/2009

@ Bruno, c'est vrai que les médias sont fascinés plus par le tragique que par le positif. Heureusement que l'humour est là...

@ Tilk, je croyais cela et puis, un jour je me suis rendue compte que je passaisbeaucoup de journées sans rire. Je me soigne !

Écrit par : ariaga | 26/11/2009

@ Annel'eau, comme tu le dis rions, surtout de nous mêmes.

@ Le Pierrot, tes baisers, même virtuels, m'aident beaucoup.

Écrit par : ariaga | 27/11/2009

@ Lung Ta, j'admire ton humour qui te fait prendre de la hauteur vis à vis des blessures physiques de la vie. C'est bien que le rire demeure pour garder la citadelle.

Écrit par : ariaga | 27/11/2009

@ Renard, pour avoir éprouvé quelques fous rires collectifs je suis tout à fait d'accord. On arrive à une sorte de rire pur, sans origine autre que la relation à l'autre. toutes les frontières édifiées par le conscient disparaissent.

Écrit par : ariaga | 27/11/2009

@ Patrick, je t'ai gardé pour la fin car je suis touchée par ton introspection. Je crois que ton rire qui, comme je l'ai dit à Muse existe obligatoirement est comme un organe qui se serait atrophié pendant une espèce de coma. Tu dois le retrouver sinon tu vas transmettre cette "infirmité". C'est juste un réflexe à re-déclencher ! Il y a même des écoles pour cela et le petit garçon triste doit peut-être retourner en classe....

Écrit par : ariaga | 27/11/2009

Merci chère Ariaga, tu prends soin de moi, et de beaucoup d'autres, le plus difficile est pour soi même je crois, ton rappel me touche, ton mot me touche, être gardé pour la fin n'est pas rien, je fonctionne comme cela, tes paroles arrivent au bon moment, c'est mon fils qui m'apprend à être disponible à l'instant, à la légèreté du temps qui passe, très peu de choses se passent comme prévues, rien n'est grave, si nous sommes en paix avec nous mêmes, je lui apprends les limites, il m'apprend la légèreté et le rire, nous aimons tous les trois la vie, nous vous aimons aussi, j'ai vu que nous ne sommes pas loin, d'un département à l'autre, un jour peut-être nous verrons à l'abbaye, vous y seriez les bienvenus, nous vous embrassons très tendrement.

Écrit par : patrick | 28/11/2009

@ Patrick, dans ma réponse je pensais à ton fils même si je ne voulais pas évoquer ici ta vie privée. C'est pour lui que tu dois réapprendre à rire pour ne pas reproduire le modèle de ton père.

Écrit par : ariaga | 28/11/2009

Il paraît que l'humour est la politesse du désespoir...Rire à un enterrement, ça arrive parfois. Et personnellement je ne donnerais pas de gifle à mon fils si ça lui arrivait. On peut rire de la mort aussi... et peut-être même surtout...
L'enterrement de mon père a été très joyeux, personne n'a pleuré, par contre le champagne a coulé et les rires aussi. Je suis persuadée qu'il en aurait été ravi...

Écrit par : Guern' de Bé. | 30/11/2009

J'oubliai : le rire n'est pas le propre de l'homme : les singes rient aussi...

Écrit par : Guern' de Bé. | 30/11/2009

Les animaux savent rire . Cela m'est arrivée trés souvent de rencontrer des animaux qui rient et aussi des animaux farceurs . Bon ,je ne vais pas t'écrire toutes les anécdotes parceque ... parceque , voilà ! ....
Les arbres et les herbes savent être joyeuses ou tristes . Le rire n'est pas le propre de l'humain , selon moi en tout cas . Je sais ce que tu pourrais me répondre : "que j'ai bien de la chance d'y croire " mais ..... bon , c'est pas grave . Moi je sais que c'est vrai .....

Écrit par : ZOE | 30/11/2009

Nous étions en communication par ce livre que j'ai lu pendant ma cure...!
N'étant pas de ta région, dois-je en rire?
Henri Bergson dans le chapitre: "Du comique en général"
cite une anecdote:
Un homme, à qui l'on demandait pourquoi il ne pleurait pas à un sermon où tout le monde versait des larmes, répondit: "Je ne suis pas de la paroisse". Ce que cet homme pensait des larmes serait bien plus vrai du rire.
Bisous complices...!

Écrit par : grainsdesel | 02/12/2009

Bonjour mon amie-alchimiste, il y a date que je n'étais pas venu te rendre visite et je te prie de m'en excuser. Et puis, tu sais, je lis tes articles et je devine derrière quelque chose de douloureux. Un événement douloureux que je n'ai pas encore lu mais on devine ta tristesse, la douleur. Tu sais que je me disais, un de mes soirs dans ma chambre où je rêve avant de m'endormir où je laisse divaguer mes pensées : que j'étais comme la société et que je riais pas assez. Quand bien même il ne serait pas le propre de l'homme, je suis partant pour un bon coup de fou rire partagé : une complicité complice ? Des bisous et merci pour la qualité de tes articles que tu as la générosité de nous faire partager. Chris-ami.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 05/12/2009

@ Grainsdesel, il pouvait être drôle le père Bergson ...

@ Chris-Tian, oui il y a de la douleur quand se dissolvent lentement le corps et l'esprit de l'être aimé, mais il y a aussi la grande acceptation de la loi de la vie. Merci pour ce commentaire.

Écrit par : ariaga | 06/12/2009