UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« S'embarquer pour une pause | Page d'accueil | Une photo pour patienter »

01/03/2010

Ce blog doit-il vivre ou mourir?

 

lierre sur un mur.jpg

Cela fait un mois que je réfléchis à la question. Le laboratoire du rêve et de l'alchimie spirituelle, que j'ai quelque peu délaissé ces derniers temps, est-il en train de se vider de sa substance matértielle et spirituelle ? Si oui, j'en suis responsable car mes lecteurs ont toujours été fidèles et actifs.

Une vie quotidienne très difficile.

Une lassitude après tant de mots jetés dans l'athanor et dont j'ai l'impression qu'ils produisent plus de cendres que de feu.

Une attitude mentale personnelle insuffisante pour évoluer.

Un besoin de se réfugier dans l'illusion du paraître.

Un mur s'est élevé devant la porte du laboratoire, m'empéchant d'y pénétrer.

Ce mur je l'ai édifié moi même, de plus en plus haut, et chaque jour je regarde le mur avec ce qui ressemble à du dégoût et puis aujourd'hui, premier jour de Mars, j'ai vu DEVANT le mur, une branche de lierre, symbole de force de la nature et de pérennité. Elle a fasciné mon regard, transformé ma vision. C'était un miracle de l'alchimie spirituelle.

J'ai compris que la voie de l'évolution physique et animique ne peut être barrée par un mur. Les murs sont faits pour être démolis et tout peut recommencer.

Autrement.

Je ne suis pas seule dans le laboratoire, il y a plein d'autres chercheurs.

Pour l'instant moins de textes que les philosophes appellent "de fond". Plutôt des idées, sensations, citations, interrogations au gré de mes envies ; le tout bref mais plus fréquent.

Pour conclure, je "ressens" qu'après un temps qui commence à être long, tout ce que les lecteurs ont apporté à la quête effectuée en ce laboratoire, ne peut pas être oublié alors le laboratoire va vivre encore. Comment ? C'est l'avenir qui le dira. Et merci à tous ceux qui m'ont "secouée", certains assez vigoureusement...

Je vais maintenant entreprendre le long périple de la lecture des blogs avec lesquels j'ai des liens privilégiés. J'y trouverai certainement une nourriture pour le feu de l'athanor.

La montée des marches de la quête alchimique continue.

Ariaga

 

Commentaires

Et bien voilà de la bonne nouvelle Ariaga...ne construit plus de murs devant ton blog, tu y entres lorsque tu as envie, et tu publies ce que tu veux, sans trop de philosophie, juste un peu...mais fais toi plaisir avec tes écrits, c'est ce qui compte, un point c'est tout...tu vois, moi, à mon age, je fais "songer" mon nours, y des fois je me demande si je ne suis pas un peu débile, ben tant pis, ça m'amuse, et bien tant mieux, me comprends tu ?
je sais que oui, alors grosses sbises, et passes une bonne soirée...demain, le nours songe, ben oui, encore !

Écrit par : le Pierrot | 01/03/2010

Hello, gentille Ariaga,

Un peu moins sévère envers toi-même
Un peu moins accroc à la servitude volontaire
Un peu alourdie d'une mission dont tu t'afflige (c'est pareil)

Et te voilà soudain planant au dessus de toi
Survolant ce mur qui me semble une peur
Légère et tranquille
Promène-toi au grès du vent intérieur
C'est le seul témoin fiable à mon avis.

Je t'embrasse

Écrit par : jean | 01/03/2010

Je suis aussi de l'avis des deux prédécesseur. Bonne soirée ! nises x 2

Écrit par : patriarch | 01/03/2010

"Suivre la ligne de moindre résistance", recommande le Yi-King. Ce conseil m'a souvent servi. Ne jamais s'affoler, et ne pas se sentir obligé de suivre une certaine cadence. Une branche de lierre juste au bon moment, cette plante d'attachement, c'est un beau signe! Qu'importent tes silences, ton blog est si riche de tout ce qui s'y trouve déjà... ne t'en fais surtout pas, belle Ariaga!

Écrit par : Michelle | 02/03/2010

garder le plaisir de faire, de partager
savoir passer à d'autres choses
ne pas hésiter à recommencer, autrement, ailleurs
et toujours garder le plaisir et la joie ;)

je t'embrasse

frédéric

Écrit par : frédéric | 02/03/2010

je ne peux qu'abonder dans le sens de ce qu'écrit Jean,
il faut que tu essaies d'exiger moins de toi de qui la vie exige déjà tant en ce moment - c'est en tout cas ce que je devine -
Prends toi donc par la main avec beaucoup de douceur, de compassion, de compréhension ..
et pour le blog, ne t'inquiètes pas .. tu sais, un blog finit par avoir sa vie propre, je m'en suis aperçue avec le nombre de fois que j'en ai faits puis supprimés, on croit que le blog, c'est "soi", alors qu'en fait c'est tout un ensemble, on le veut d'une certaine manière au départ puis voilà que de l'échange se crée avec les lecteurs, puis des affinités avec des amis, la communication est virtuelle sans doute mais les gens de l'autre côté de l'écran sont bien réels, eux,
et alors on se rend compte que le blog existe, il est là avec tous les amis autour, tout cela se tient et tout cela nous tient, nous soutient, nous emporte, et là où on croyait voir "un mur", un obstacle (c'est avant de comprendre cela que je détruisais mes blogs) ben en fait c'est de la vie, Ariaga, de la vraie vie de toi avec nous..
Bien amicalement à toi

Écrit par : ambre | 02/03/2010

Quelle joie de te revoir Ariaga,


la vie est loin d'être un long fleuve tranquille !

ce blog est très riche, il ne faut pas hésiter à le parcourir de partout,on se rend compte parfois en repassant sur certains sujets, que nos commentaires pourraient être différents maintenant.
Cela veut dire que le travail intérieur continue de se faire même si nous n'en sommes pas pleinement conscients

Alors merci à toi Ariaga,

et si certains t'ont "secouée vigoureusement" comme tu dis, c'est probablement qu'entre vous, il y a une vraie belle amitié et que tu as une place importante dans leur Vie.

Alors continue ton chemin, tes amis sont avec toi

Écrit par : mariedumonde | 02/03/2010

CE BLOG DOIT VIVRE, c'est une évidence... il suffit ô mon âmie que tu en finisses avec les tortures et les falgellations de ce mental qui ne t'appartient guère et que tu donnes ici ( en toute simplicité et même d'une façon que l'on pourrait dire "ordinaire")... CE QUE TU ES.
Je sais que tu comprends ce que je veux dire puisque je sais qu'existe bel et bien, en ma chère Ariaga, un être libre en qui des pensées profondes et belles, méritent vraiment d'être partagées...
Et si je dois être de celles qui te secouent... je le serais avec tout mon amour, ma belle... compte sur moi !
Hihihi ! Je "t'embrase" bien fort... ce n'est pas une faute d'orthographe... ;)

Écrit par : Mutti | 02/03/2010

Bonjour, chère Ariaga,
je suis sincèrement très heureuse de pouvoir te relire,
très heureuse que tu maintiennes ce blog en vie, ce qui se partage ici est d'une si grande richesse...
Merci douce Amie de ta présence ici,
je vais citer une phrase que m'a laissé en commentaire Ambre après la suppression de mon blog : "ce qui compte avant tout, c’est que tu te sentes en harmonie avec toi-même par rapport à ce que tu fais de ton ou tes blogs."
cette phrase m'a beaucoup aidée :-);
je t'embrasse.

Ps : comme je l'ai dit plus haut j'ai supprimé mon blog, j'en ai donc réouvert un : http://unsensee.blogspot.com/
et toujours :http://peaudamephoto.blogspot.com/

Écrit par : Peau d'âme | 02/03/2010

Fais tout comme tu le sens, à ton rythme, sans te forcer, quand tu en as envie....
On s'en fout du moment que tu es là, quelque part, dans ton labo... même si tu n'y viens que pour rêver.
Je t'embrasse. Fort.

Écrit par : Mû | 02/03/2010

Et bien tu vois ? que des commentaires encourageants...
quand à me suivre dans mes délires avec le nours, c'est impossible, nous sommnes aussi dingues l'un que l'autre, te v'là prévenue...bise Ariaga, bonne fin d'après midi...

Écrit par : le Pierrot | 02/03/2010

Ce blog doit vivre mais à ton rythme. Rien ne presse. Chacun ici est heureux de te retrouver telle que tu es, toujours sincère et cherchant à nous amener le meilleur.
Bises Ariaga

Écrit par : danae | 02/03/2010

Je vous ai lus, amis, c'est comme du miel qui coule sur mon coeur...

Écrit par : ariaga | 02/03/2010

eh eh, il y faut du plaisir avant tout, il me semble normal aussi qu'il y est des évolutions, j'ai pensé à toi spécialement aujourd'hui. Bisous

Écrit par : lechantdupain | 02/03/2010

Bizarre cette promiscuité géographique … Ça m'apprendra à rendre service aux copains (et vérifier que le repérage géographique fonctionne). Encore plus étrange, je retrouve des signatures qu'il m'arrive de lire chez eux …

"Une vie quotidienne très difficile."
Je vous souhaite d'être sereine.
Sympathique votre photo.

Écrit par : La Dame de Nage | 02/03/2010

coucou Ariaga! bien sûr que tu nous priverais en arrêtant ce blog! et tu te priverais aussi...alors, d'autre part, saurais-tu me conseiller sur une recherche que je fais actuellement sur le "beau, la beauté" ...je pédale....merci d'avance. Tu peux me répondre par mail! bises
marie

Écrit par : astrale | 02/03/2010

Ouais ben je ne suis pas de l'avis de certains, dont je ne doute absolument pas de l'amitié qu'ils te portent ni de leur désir de bien faire et qui soutiennent mordicus que "ce blog doit vivre".
Il se peut tout à fait que ce blog soit devenu pour toi un fardeau, une souffrance même, une espèce de masse que tu traîne sans oser t'en défaire et qu'il doive mourir.
Tout comme un livre que l'on a écrit, une œuvre il arrive un moment où il faut la laisser vivre son destin sans nous voire même, et cela arrive assez souvent, la faire disparaître pour pouvoir mieux lui survivre.
Que nous le regrettions, nous les lecteurs et commentateurs, c'est une certitude, mais il s'agit de ta liberté et de ton bien être avant toute autre considération un peu égoïste sur les bords.
Je le répète, je ne doute pas des bonnes intentions de ceux qui veulent que tu continue, mais je leur demande d'essayer de se mettre à ta place (encore que beaucoup entretiennent un blog sur la toile, mais ont-ils autant de commentaires à lire, autant de blogs amis à visiter ?) Enfin bref, c'est vraiment TON affaire et ton choix sera le notre (enfin, le mien en tout cas).

Avec tout mon soutien

Écrit par : jean | 03/03/2010

Contente de vous lire à nouveau, chère Ariaga, et que vous nous fassiez partager vos interrogations. Le lierre, c'est costaud, on peut s'y accrocher et franchir le mur... La substance ne manque jamais dans votre réflexion et vos émotions exprimées, quelque soit la profondeur du "fonds". Ce qui est en vous ne peut s'effacer, me semble-t-il, même par lassitude.
L'illusion du paraître, c'est justement ce dont on n'a pas besoin dans cet espace privilégié qu'est un blog; on peut donc parfois y être plus vrai qu'ailleurs.
A bientôt, j'espère, pour continuer à partager...

Écrit par : Sophie | 03/03/2010

La vision de ce lierre sur le mur n'est-elle pas une synchronicité ?

Je pense que si ce blog touche un seul lecteur, c'est une raison suffisante pour dire qu'il est utile.

Je vous souhaite des jours meilleurs, chère Ariaga.

Écrit par : Marie-Claire | 03/03/2010

Juste un bonjour pour dire merci de ce retour (sourire)
Les temps d'incertitude sont féconds si le coeur jamais ne se ferme .
Belle journée.

Écrit par : michelgonnet | 03/03/2010

Vous êtes tous trop gentils et surtout vous m'apprenez beaucoup sur moi même. Rien que cette relation d'âme à âme justifie de continuer un blog.

Écrit par : ariaga | 03/03/2010

Du miel ? je vais prévenir mon nours de suite, hi hi...

Écrit par : le Pierrot | 03/03/2010

Difficile de parler après ça, difficile de dire continue quand soi même on pense souvent à arrêter, mais difficile aussi de se passer les uns des autres. Alors, je t'embrasse, et je vote pour ce blog unique.

Écrit par : la Mère Castor | 03/03/2010

bonjour

tout dois se faire par plaisir.... mais j'espere que tu le garderas je passe parfois sans laisser de trace....mais cette fois c'est fait!

amitié

Écrit par : véronique | 03/03/2010

Bonsoir l'amie,
pas facile d'avoir matière
à nourrir son esprit et d'échanger
avec d'autres esprits...
Les temps morts
sont parfois des temps nécessaires
pour recentrer la réflexion
Douce soirée
Amitiés - Daniel

Écrit par : bichon39 | 03/03/2010

Pourquoi détruire ce que tu as construit. Tu as eu besoin de descendre pour remonter mieux ensuite. Tu as bien fait de revenir. Nous sommes tous des humains et avons nos moments de doutes, de creux, de faiblesse etc. ... Bonne fin de semaine.

Écrit par : elisabeth | 04/03/2010

J'ai mis la solution pour mes erreurs, c'est pas bien dur, suffit de cliquer...ra la la, toi alors...

Écrit par : le Pierrot | 04/03/2010

Je me sens proche du commentaire de Jean posté le 03/03, ayant également arrêté un blog quand le feu créateur s'est fait braises sous la cendre de la routine et des obligations que l'on se crée à travers les liens noués.

Cependant, la rencontre d'Ariaga est de celles que je n'oublie pas, de celles qui comptent dans une vie. Merci aux blogs pour ce lien et surtout merci à toi, mon amie spirituelle.

Écrit par : Arianil | 04/03/2010

Puisque ce laboratoire a pour inspirateur C.G. Jung, je vous transmets ce lien que je viens de recevoir par email, concernant une conférence de Michel Cazenave à l'INREES :
http://www.inrees.com/Conferences/Jung-par-Michel-Cazenave/

Écrit par : Arianil | 04/03/2010

Élisabeth, arrêter un blog ne signifie pas forcément détruire son contenu mais cesser de l'entretenir et surtout de l'alimenter. Le blog peut rester sur le net pour ceux qui souhaitent lire ses billets, tout comme un livre reste en rayon des libraires sans que pour autant leur auteur y ajoute des pages.
Ainsi, on peut penser que le blog continue sa vie sans son auteur.

Écrit par : jean | 04/03/2010

Hello Ariaga

"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles." OSCAR WILDE

Continue !

Milko

Écrit par : Milko | 05/03/2010

Des notes joyeuses, pépites d' or aux jours sombres ...
La cendre endormie s'éveille à ce rire enfantin ...

Écrit par : Kaïkan | 05/03/2010

Bonjour un petit passage et un bon weekend

bise xxx

Écrit par : véronique | 05/03/2010

Restez avec nous, je vous en prie, nous avons trop besoin de vous, de voix comme la votre.

Écrit par : Thierry | 06/03/2010

"Je vais maintenant entreprendre le long périple de la lecture des blogs "

le périple peut être court..
Comme pour l'écriture, l'instant suffit .
Venir à la rencontre de l'autre ou de soi même est toujours l'acte d'un instant.

Léger..le pas juste est toujours léger .

"Plutôt des idées, sensations, citations, interrogations au gré de mes envies"

Quand la vie résonne..Joyeusement.

J'ai grand plaisir à te lire..
Merci de cette douce compagnie.

Écrit par : lilou | 08/03/2010

Je renouvelle, car certains continuent à mettre des messages sur cette note, mes remerciements à tous ceux qui m'ont encouragée à continuer ce blog. Ils seront peut-être déçus car je ne suivrai plus que mes envies mais ils m'ont fait beaucoup de bien.

Écrit par : ariaga | 09/03/2010

LIERRE
RELIER
RELIRE
...

Écrit par : rémi | 09/03/2010

Bonjour Ariaga,

Le voyage continue sur ce grand vaisseau qu' est la terre. Devons nous ignorer ce qu' est sa destinée? Non. Nous la construisons tous, ensemble, celà déplairait-il à certains.
C' est pourquoi il est temps de sortir de l'ornière et d' aller de l' avant. Tu N' es PAS seule, Ariaga dans cette nouvelle énergie qui t' amène à te requestionner. Laissé, le passé à ses spectres. L' athanor est cosmique, et le feu, céleste, à présent. C' est lui maintenant qui a besoin de toi. D' autres viendront, et poursuivront la tâche, personne à laisser sur le bord du chemin.
http://www.ariane.qc.ca/fr/videos.php.
car c' est l' appel de l' âme, et du Soi supérieur.
Belle contribution Ariaga, belles découvertes et plein de bonheur pour toi.

Noëlle

Écrit par : Noëlle | 18/03/2010

Il ne faut pas laisser le point à la fin pour que le lien fonctionne.

http://www.ariane.qc.ca/fr/videos.php

Noëlle

Écrit par : Noëlle | 18/03/2010

De toute mort, faisons des renaissances ! Ton blog respire. Il a son souffle de vie, parfois ténu. Un murmure mais sur la toile on le perçoit. Merci d'être toujours là, amie alchimiste. Ton Chris-ami à l'écoute des murmures.

Écrit par : Chris-Tian Vidal | 18/03/2010

ne méprisez pas la cendre, elle contient les germes du futur bénou, on a tous des périodes de Nigredo, de mélancolie saturnienne où on se décompose, vous êtes, ce que vous êtes, un être en état de transformation, et c'est cela la vie, c'est ce qui nous fait vibrer qui fait vibrer votre blog. Soyez moins dure avec vous la rigidité casse et aimez vous, comme vous aiment(à ditance) les lecteurs de ce blog, car il ne peux y avoir d'oeuvre spiritruelle sans amour.
Allez croyez moi, coupez la tête au corbeau!

amicalement

Meretseger

Écrit par : meretseger | 20/03/2010

@ Meretseger, merci pour ce commentaire réconfortant et qui sonne juste à l'oreille de mon coeur. Pour ce qui est du corbeau je préfère le garder perché sur mon épaule !

Écrit par : ariaga | 22/03/2010

MATÉRTIELLE...
Cet heureux lapsus calami ou glissement de plume me met aussitôt en bouche la langue des oiseaux, et cette substance nommée "matértielle", soit : "ma terre ciel" ou "mater ciel" ou "Mat air/erre ciel" me parle d'androgyne et d'exploration fructueuse du ciel intérieur. Le spiritus rector n'avait donc pas déserté le lab-oratoire... :-)

Écrit par : Amezeg | 01/08/2010

@ Amezeg, une bonne idée d'être revenu en arrière sur un moment où je me demandais si j'allais pouvoir assumer. La réponse était non mais je prenais mal le problème. Il faut savoir baisser les bras, renoncer, vider le vase. C'est la seule chance de pouvoir un jour le remplir à nouveau avec un liquide différent.

Écrit par : ariaga | 01/08/2010

Je ne sais plus très bien, Ariaga, ce qui m'a conduit à relire aujourd'hui ce billet sans l'avoir cherché, mais cette petite faute de frappe sur "matérielle" pourrait bien être l'un de ces petits messages quotidiens et discrets que nous adresse ce Mage dont parle si bien Marie Christine. Ces petits clins d'œil peuvent, à l'occasion, souligner les irremplaçables leçons que nous pouvons tirer de l'attention assidûment portée aux rêves.

Écrit par : Amezeg | 01/08/2010