UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« IMAGINATION ! crie l'oiseau | Page d'accueil | SPIRITUALITÉ ... »

02/08/2010

REPRÉSENTATION, le jeu continue

 

Mutti et la représentation.jpg

Tableau numérique MUTTI

Nous continuons notre voyage imaginaire dans le pays des mots (voir les deux notes précédentes) avec REPRÉSENTATION, un mot riche, non seulement du sens que nous lui donnons, mais de tous les possibles avec lequel il est en relation. Je pense, par exemple à son contraire, l'IRREPRÉSENTABLE qui se situe dans une région inaccessible, le lieu de l'" absolument Autre ".

Il m'a été dit que je donnais trop de matériaux aux lecteurs et ne laissais pas assez de place à leurs propositions parce que j'avais tout dit (médisance !). Ma vengeance sera cruelle et je vais juste prendre le morceau du mot qui m'intéresse le plus, vous laissant le soin de trouver ce que l'on peut lire, entendre , amplifier, extrapoler à partir de ce mot. Je sais que ce sont les vacances et que le Laboratoire est un peu dépeuplé mais j'espère que vous ferez travailler votre imagination. Pour moi ce sera la première syllabe :

- RE, à la racine de toute RE présentation, si ce n'est celles de rares génies créateurs. Il donne son impulsion à tout ce qui nous vient à l'esprit, à la succession de nos images mentales. Je pense au RE (ce sera ma minute philosophique, ne fuyez pas !) "radical conceptuel" auquel, comme le pense Edgar Morin, nous attribuons un sens premier dans toute approche de l'idée de représentation. En résumé, nous ne comprenons que ce qui est déja connu, même si c'est inconsciemment. RE-produire, Re-mémorer, RE-connaître, RE-voir, RE-commencer, tous ces mots et d'autres encore qui ne me viennent pas à l'esprit, sont des premières lignes d'une page sur laquelle l'information nouvelle vient s'inscrire.  Il y a aussi un petit côté alchimique dans cette imitation du connu car tout n'est pas à réinventer et il y a quand même une adaptation personnelle qui fait qu'à chaque RE présentation il y a transformation, changement d'état. Je vois aussi dans le RE un lien, comme celui que l'on trouve dans le mot si essentiel : RELATION.

Je me suis fait plaisir avec mon RE, sur lequel il y aurait encore beaucoup à dire et je vous laisse le soin de vous amuser, que vous commentiez ou non sur le blog, avec toutes les facettes possibles du mot REPRÉSENTATION.

.....................

 

Ariaga

 

Commentaires

bonjour chère Ariga, alors je suis la première ici je ne suis pas surprise c'est deux heures du matin mais ok je suis ici au Canada, bien eh oui il faut que je re commence ici.

Quelle inspiration c'est votre texte magnifique.Le re actuellement quand je réfléchis je vois qu'il nexiste pas d'une facon justifiable. On ne peut jamais capturer le moment la situation exactement dans la même facon.La psyché change par chaque seconde la condition de son ciel est toujours kaléiodoscopique comme les conditions du ciel à l'extérieur de nous c'est toujours transformants.

belle journée magique.
merci.

Écrit par : amar | 02/08/2010

Bon, ben ... que vais -je dire ? Tout simplement que tu nous as fait une magnifique PRESENTATION du RE et que c'est un plaisir pour moi toujours REnouvelé de venir te voir et te REvoir.

Écrit par : danae | 02/08/2010

ce jeu est un PRESENT précieux qui m'enchante.

Écrit par : la Mère Castor | 02/08/2010

A reu, dit l'enfant qui essaie de parler.

Écrit par : la Mère Castor | 02/08/2010

dans représentation, je prendrais pré, près de re, et si c'est en langue d'oiseau c'est aussi pré, près de prairie; pret à grandir en fleurs d'été.
un pré pret à tout découvrir des facette du re

bises d'été ma chère Arriaga

Écrit par : venezia | 02/08/2010

@ Amar, tu as raison, chaque fois que l'on recommence il y a des éléments nouveaux venus de l'extérieur mais ces éléments sont eux mêmes des RE, eux mêmes atomes d'une totalité qui se diffuse en multitudes de RE.

Écrit par : ariaga | 02/08/2010

@ la Mère Castor, je vois que tu n'hésites pas à RE venir quand l'inspiration frappe à nouveau à ta porte. Le PRÉSENT je m'y attendais, sous de multiples formes mais je dois dire que le A REU, de l'enfant m'a vraiment surprise. Bravo, la mère aux grandes dents !

Écrit par : ariaga | 02/08/2010

Etonnante Ariaga ! Je m'attendais à tout sauf au "re" . Ca sonne "areuh", comme le dit Mère Castor, le areuh du bébé balbutiant les débuts de sa vie .
Et puis je re-viens sur le "re" dans son sens d'éternel re-commencement qui me tient énormément à coeur .
RE, c'est le contraire de rester figé sur une pensée, une attitude, un jugement, une émotion, un sentiment .
RE c'est donner une chance à l'autre de faire des erreurs et d'apprendre et de changer, c'est être prêt à le voir autrement, à le voir évoluer . C'est le contraire de la condamnation sans appel . La philosophie du RE, c'est donc garder l'esprit constamment ouvert .
Bien sûr, il faut aussi être RE avec soi-même, se permettre d'essayer toujours et encore, se pardonner ses propres erreurs, se re-lever encore jusqu'à la réussite finale (et même sans réussite), c'est suivre une certitude absolue que quelque chose DOIT être fait . Il n'y a donc pas de place pour la honte, la vexation, la culpabilité, la peur ... C'est un appel qui dépasse tout ça .
Reste tout de même "présentation" . Alors je fais le maximum de ce que je peux avec mes moyens, et je présente le tout au Seigneur suprême .
Et parfois, Il me donne une "représentation" de mes efforts, du chemin parcouru ou du chemin qui reste à parcourir .
Et quand c'est une représentation au sens de mise en scène théatrale, ça peut devenir franchement cocasse . On se voit dans une pièce de Molière et on est obligé de se dire : "Quoi ? J'en suis encore là ?"

Écrit par : marie christine | 02/08/2010

Re présente à scion… c'est l'histoire de la canne souple et sensible du pêcheur en eaux profondes. Le poisson inconnu s'en approche à nouveau, se re-présente au scion flexible et vigoureux de l'atten-tion. Si Dieu l'accorde, le pêcheur en fera bientôt la chair de sa chair, se nourrira de ce riche présent en nature. :-)

Écrit par : Amezeg | 02/08/2010

Ce magnifique re-flet de l'anneau d'or résonnant et se propageant ici et maintenant, tel une onde issue de l'insondable et incommensurable profondeur est un superbe commentaire de ce mot. Je lui tire mon chapeau !

Écrit par : Amezeg | 02/08/2010

Euh, je voulais dire que c'est à Mutti que je tire mon chapeau. L'anneau d'or, lui, me connait à visage découvert :-)

Écrit par : Amezeg | 02/08/2010

Tant de fleurs de mots ici... des mots à fleur de peau et d'âme, des mots à fleur de coeur qui appellent au REcueillement, qui se REcoupe incessamment, qui se REponde ou se REpose dans le vase pour qu'à la fin, l'un ou l'autre trouve le REconfort, le REcours de l'Amour... et ainsi fait, REcouvre la Joie... sans craindre de REcracher quelque vilain mot qui ne saurait venir se perdre ici...
Et tout ceci sans REdondance puisque REprésenter ses mots, ce n'est que le DON de la DANSE ... des mots...

Écrit par : Mutti | 02/08/2010

@ Danae, bravo tu rentres dans le jeu des mots avec brio! Et en plus tu proposes PRÉSENTATION, qui sonne pour moi comme présent à la tentation ! tu vois comme je reprends du poil de la bête et comme je reviens au présent....

Écrit par : ariaga | 02/08/2010

chère ariaga Et aussi c'est magnifique et frappant ce que tu dis«nous ne comprenons ce qui est déja connu»
cela veut dire que tous les solutions pour tous les problèmes existent en nous déja....près à découvrir pas à l'autre côté de la terre mais dans nos esprits......

Écrit par : amar | 02/08/2010

Et oui les anneaux sont magnifiques avec le texte- il y a le sens de construire comme le ADN -il ressemble aux hélices des molécules....

Écrit par : amar | 02/08/2010

@ Venezia, c'est avec plaisir que je viens m'asseoir près de toi dans le pré près d'une reine-des-près pour assister à une re près senta tion des beautés de la nature.... (je m'inquiète !)

Écrit par : ariaga | 02/08/2010

ARIAGA À TOUS, je trouve que vous devenez tous tellement brillants et malins que je commence à faire des complexes. Je crois qu'il me faut une bonne nuit de sommeil pour revenir au niveau ! J'espère que le théâtre des rêves me donnera me donnera une belle représentation et à demain...

Écrit par : ariaga | 02/08/2010

Re de rébus, quand repus de mots nous nous limitons aux pictogrammes et à l'aphone éthique, tandis que la faune grouillante tarde à se mettre en scène à rio où ailleurs, mais ne s'agit il pas d'assembler des signes
et des battements de temps, pour donner du sens dans le symbolisme qui peut matérialiser une kyrielle polisémique sans polémique mais pas sans effet sur la recherche des associations les plus généreuses .
Et puis Re ce n'est pas loin du disque solaire, du roi dans cette incarnation à rebours de la puissance , enfant l'ile aussi où je re tourne sans cesse des films dans ma tête comme la vie, cette comédie facile et sessile.
Ces oiseaux m'enchantent qui volètent et reflétent dans nos plumes volages ce vent de l'imagination en marche et de la ré écriture qui dure.

Écrit par : Thierry | 02/08/2010

Au moment des trois coups, il y a cette redite qui impressionne et cette tension palpable et cette attente
qui vous redonnent le goût des choses, de ces voix posées mais pas faussées, de ces fossés sans orchestre mais pas sans souffleur (souffler n'est pas jouer disent les dames), de ces bateleurs qui laissent les strates du langage à vif et historicisent en ciselant d'étincelante formules qui nous agitent.
Formons nous des images, avivons nous des idées à la conscience, dans cette manière de donner à voir et à penser, si les fauteuils sont bon c'est presque la re laxation, mais quand la loghorrée laxative nous lessive
il faut laisser le re pas et lui emboiter d'autres appendices
car sans rouler sur l'or celui qui erre sur la scène au moins peut il se contenter d'être en accord avec ses impressions d'un soir et entretenir le vertige même dans le noir.

Écrit par : Thierry | 02/08/2010

Pour celles et ceux que cela intéresserait, on peut lire et re-lire, voir et re-voir ici un diaporama à propos d'un certain Anneau d'Or dont les gens ont bien du mal à se re-présenter la valeur… http://diaporamas.chezmaya.com/index.php/par-categorie/Positif/L%27Anneau-d%27Or/details.html Mutti aurait-elle un beau jour rencontré ce vieux professeur, ce vieux mage à l'anneau invendable ?

Écrit par : Amezeg | 02/08/2010

Tout est dans ce Re ("ré, rayon de soleil d'or"), Présentation ne suffisant pas à nous autres bipèdes métaphysiciens.... Ce Re, il roule dans la gorge et gloglotte dans le cerveau... : représenter est un acte dynamique; l'esprit fait l'effort de faire venir au devant de lui quelque chose qui est précédemment vaguement Présent, et lui donne une figure, un modèle, un état lui permettant de le saisir. Il y faut donc un peu de Re-cul (ouh là, qu'est-ce que je raconte !), pour distinguer l'ombre de la lumière...
Pensées douces, chère Ariaga.

Écrit par : Sophie | 03/08/2010

La re-présentation évoque aussi le re-nouvellement de la Présentation au Temple de l' Enfant Jésus. Cette présentation était à la fois la consécration de l' enfant au Seigneur, c'est à dire la consécration à l' ÉTERNEL, et aussi le rachat de l'enfant par un sacrifice offert qui lui permettait de vivre également le PRÉSENT de l'incarnation parmi ses frères et sœurs humains. Chandeleur est le nom populaire de la fête chrétienne qui célèbre cette Présentation au Temple. La langue des oiseaux la dira peut-être "Chant de l'heure", célébration du temps présent, de l'ici et maintenant. Cette fête des chandelles (festa candelarum) où la lumière surgit au cœur de la nuit est l'occasion pour les enfants de savourer de bonnes crêpes, rondes et dorées comme de grandes pièces d'or.

Écrit par : Amezeg | 03/08/2010

@ Marie Christine, moi aussi le re me tient à coeur. j'aime l'idée nietzschéenne de l'éternel retour du même et du si c'était à refaire je recommencerai qui est le matériau de l'amour vrai, même si il y a des moments très difficiles.Mais je suis aussi d'accord avec le fait qu'acceptation n'est pas immobilité et que tout doit être dans cesse dépassé, transmuté.

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

@ Amezeg, oui, ces anneaux expriment, grâce au talent de mutti, les anneaux de la RE présentation, de la présentation à chaque fois semblable et différente.

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

@ Amezeg, prise dans les anneaux de Mutti, j'ai oubliée de te dire qu'avec ton SCION tu m'as projetée dans le monde alchimique du roi pécheur ...

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

@ Mutti, ta suite de mots en RE m'a fait danser de joie ! Dieu que la langue est riche et quand je pense que beaucoup d'entre nous s'enferment dans un vocabulaire limité, abrutis que nous sommes par le caquetage médiatique, je me dis qu'il est temps de danser sur la musique de la multitude des mots. Et aussi de les déguster ... Je vais m'enrouler dans tes anneaux.

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

Seigneur...tous ces anneaux, comme autant d'escarboucles dans le camp où Olivier et Roland vont s'affronter.
Dans ce cercle de feu et de mots qui relie et remplie je rempile, non pas que la flamme dansante me repousse, mais sans céder à la facilité on peut se glisser avec agilité comme serpent sans sornettes, oui le paquetage médiatique est usant et chargé de connotation et d'une langue trop profane façon tisane qui dilue et accentue à mauvais escient mais perd en précision le phrasé ciselé.
Oui c'est cela dansons sur moi, toi et nous avant que les anneaux ne tirent le rideau et prolongeons l'impression
dans la redoute là où l'on travaille sur soi et ses peurs.

Écrit par : Thierry | 03/08/2010

Il y a des haines qui tournent court mais l'hélicité nous rapproche t elle toujours de la félicité, à défaut de tourner en rond j'unirai tous ces anneaux sans donner dans le repiquage de Coubertin parce que pour danser j'aime l'ivresse et pas que celle des mots et que je préfère le Chambertin, avec ou sans coq pour me repaître de saine et joyeuse nourriture, parce que c'est leste.

Écrit par : Thierry | 03/08/2010

@ Amar, en effet, je crois que nous sommes une goutte dans la totalité de l'océan et que, dans cette goutte il y a aussi la totalité.

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

@ Thierry, tes commentaires me font beaucoup voyager dans l'iIMAGEinaire, et, à chaque fois je m'arrête quelque part pour me reposer et boire quelques mots. Je réponds au gré de ces haltes. Il me faudra du temps pour tout épuiser.Sur RE BUS, j'avais pris un bus (facile !) et je me suis arrêtée au merveilleux endroit où Râ brillait dans le ciel et où je me suis laissée enchanter par le vol des oiseaux aux plumes volages qui sont venus me parler à mon oreille alchimique.

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

@ Sophie, je crois que tu as tout compris sur l'acte dynamique de la représentation et la manière dont tu l'exprimes est d'une grande justesse, tout au moins à mes yeux. Et en plus tu ne te prends pas au sérieux ... ton Re cul, m'a fait énormément rire !

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

@ Amezeg, à te lire, j'en apprends tous les jours et ta pratique de la langue des oiseaux me laisse muette ! Je vais faire une crise de jalousie et me retirer dans ma grotte (private joke !)

Écrit par : ariaga | 03/08/2010

Cette "mutation" n'est vraiment pas de celles que je te souhaite, Ariaga, et je vais illico mettre un gros caillou sur la langue du drôle d'oiseau pour éviter de me faire étriller( p j !) plus sévèrement.

Écrit par : Amezeg | 03/08/2010

Je ne voudrais pas être un râ bat joie, mais c'est vrai que l'arreu m'avait effleuré comme un point de départ pour un re tour (de derrière les fagots) en arrière.
ou encore un affleurement en guise de Re surgence à travailler dans l'urgence de l'instant qui passe.

Écrit par : Thierry | 03/08/2010

Représentation : prestation effectuée par un représentant de commerce sur la porte de votre domicile destinée à vous faire accepter comme un cadeau indispensable un objet inutile qui videra votre porte-monnaie et réglera son cachet ( extrait du dictionnaire des mots cachés, éditions LaRosse, vente exclusive en porte à porte ou me contacter) Par extension s'emploie dans les meilleurs milieux mondains et particulièrement prisé par les hommes et femmes politiques soucieux de leur électorat

Écrit par : lechantdupain | 03/08/2010

et si un petit RE-né nous RE-trouvait au milieu de tous les anneaux ?
douces pensées pour la nuit

Écrit par : pseud | 03/08/2010

Représentation

Le sens que l’ on donne, L’ idée qu’ on se fait d’ une chose, extérieure à soi,
qui ré-velle , met bas , l’animal à 4 pattes et 2 cornes parfois sacré, et sacrée vache,
c’est selon l’orientation car ce qui révèle re-lève aussi et du ar-œuf, au 4 pattes, puis à deux, les cornes, ex-croissances du crâne protections nécessaires, fondues dans la corps-nu, ne laissent plus de traces sur le rideau tombé à la fin du spectacle. Seule une poudre d’ or, en présent-tas-sillon-ne le sol.

Écrit par : nöelle | 04/08/2010

Ah ! RE ! dit le nouveau-né qui le re-cherche .
(jusqu'à ce qu'il le trouve !)

Écrit par : marie christine | 04/08/2010

@ lechantdupain, voilà du nouveau sous le ciel étoilé. Le représentant, que d'ailleurs on ne trouve plus à sa porte mais qui se manifeste fortement au téléphone, vous proposait autrefois tout un petit monde dans sa valise. Il y avait aussi le colporteur, le porteur à votre porte mais avait-il un col ?

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

@ Je ne me suis pas perdue dans les anneaux et j'ai suivi le couloir qui menait à ton blog où j'ai vu des nou veaux né !

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

@ C'est un spectacle, une représentation que tu nous donnes ici, dans la lignée des poètes surréalistes.

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

RE mi fa sol la si do....bon, je sors...

Écrit par : le Pierrot | 04/08/2010

@ Le Pierrot, tu vois quand tu veux ...

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

@ Marie Christine, Thierry, Pseud et d'autres que j'ai oubliés, je commence à vous imaginer tous, une tétine dans la bouche en train de faire are! are! are! et je dois dire que cette vision d'une ronde de bébés gazouillants sur le blog commence à m'obséder un peu... c'est contagieux et je vais rapidement consulter un pédiatre.

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

Avec un bonjour et des souhaits de jours lumineux comme un coeur alchimique (sourire)
Merci pour le passage et ce beau texte qui m'apporte beaucoup.

Écrit par : michelgonnet | 04/08/2010

Re…c’est aussi ce que j’aime dans ce mot, mais comme tu as déjà tout dit, tout pris de ce que j’aurais aimé dire (oui…bon…j’exagère). Mais enfin comme le mot est long, je prends PRESENT, comme un cadeau, un autre cadeau sans re, et pourtant il y a un re dans présent aussi mais avec un accent et c’est toute la différence…
C’est une goutte de vie, un piment qui réveille, une pointe de calva dans le café du matin, un rayon de soleil dans la brume…un radis fade trempé dans le sel. C’est comme une faim qui se réveille. Ca s’appellerait la vie que ça ne m’étonnerait pas !!

…Oui un accent !

Je t’embrasse Belle Ariaga

Écrit par : Aslé | 04/08/2010

@ Aslè, tu es un joli monstre déguisé en princesse. Non je n'ai pas tout dit et les "autres" non plus . J'attends que l'on me parle des divers sens du mot représentation pris en entier, de la RE présentation dans le rêve , du ion, et il y en a encore .... et si on le chante..., si on bégaye....

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

@ Michel Gonnet, j'ai vu chez toi la RE présentation d'une pépite alchimique transmutée sur l'athanor de de art.

Écrit par : ariaga | 04/08/2010

à oui ion comme contre ion et puis couche d'hydratation, couche limite de diffusion et puis migration, électroneutralité, gradient de concentration, force ionique, comme quoi quand la matière est en représentation, et en solution, elle pose des problèmes et montre des limites, mais de toutes ces interactions faibles, de ces transports de matière, de ces réactions aux interfaces il y a une comédie immémoriale qui nous entraine parfois dans des courants secondaires, des phénomènes de solvatation, des interactions électrostatiques, des intercalations entre couches et ce grand mouvement nait des différences qui visent à combler les déséquilibres et livre des dépôts métalliques, des adsorbats, des adatomes, pas des fantomes mais des couches minces, des cycles quantifiables.

Écrit par : Thierry | 04/08/2010

oui chère Ariaga, c'est beau cela et ca c'est pourquoi je me mets en colère trop vite mon aïeuls c'est une étoile supernova, parceque je suis faite aussi comme les étoiles.

Écrit par : amar | 05/08/2010

En écouant sonner ..
re -présen -t- ation

Il y a l'air (er) à l'envers
qui du présent
tais l'action.

Écrit par : lilou | 05/08/2010

@ Thierry, quand j'entends frapper les trois coups qui annoncent que tu viens nous donner tes mots poétiques en représentation j'accours en dansant vers la scène où luit le cercle de feu.

Écrit par : ariaga | 05/08/2010

@Ariaga : merci chère Ariaga, les mots sont parfois tout ce qu'il me reste pour m'exprimer et me donner le goût de vivre, mais de là à être ivre, encore que je puisse paraît il à la longue sembler saoulant. Oui si je fis peu de théâtre (mais continue de faire mon cinéma en cabotin que je suis mais pas en cabot teint, cat j'ai blanchi sous le harnais du temps) c'est un souvenir très cher, autant il fut dur d'avaler un rôle long et presque titre "l'ours" de qui tu sais, depuis j'ai appris non à répéter mais à créer des textes et ça m'amuse beaucoup, mais ça n'a de sens que si des gens les lisent. Pour la poèsie c'est un mode d'expression familier et si je lis en ce moment le dernier N° spécial du Point sur les romantiques, je ne rêve pas d'un phrasé aussi éthéré. Tu me flattes bien trop et je ne le mérite pas mais ta franchise et ta gentillesse me vont droit au coeur.
Adicias

Écrit par : Thierry | 05/08/2010

@ Amar, nous sommes tous des poussières d'étoile, tu dois le savoir si tu vas rêver à l'Astroport du chantdupain.

Écrit par : ariaga | 05/08/2010

@ Lilou, tu sonnes loin ! Et à l'envers en plus ....je pense au sonnet d'Arvers....

Écrit par : ariaga | 05/08/2010

@ Thierry, cher poète blanchi sous le fouet des muses, non je ne te flattes pas. Un peu saoulant ? L'ivresse peut aider à abattre les barrières entre l'inconscient et le conscient.

Écrit par : ariaga | 05/08/2010

Qu'ajouter qui ne soit
redite
réitération
Un reproche?
sans retenue aucune
sans crainte du renom mis à mal
je reste sans réplique

Écrit par : jeandler | 05/08/2010

Bonsoir Ariaga
Représentation ...
Bien sûr l' envie vient de virer le re et le ion pour vivre le présent mais ils sont là, las ces REION comme une ténèbre NOIRE, comme un ION de RE en quête de musicakité intérieure, comme " E nous NIROns plus au bois " et pourtant nous y retournons en ce bois des semblants, des "comme il faut" des représentations de vie, alors je RIS et balance ces lettres aux quatre vents et je souris au présent ... Tiens, il est déjà passé ... Nous IROns Et au bois et au marécage et au lac pur des métamorphoses, la fleur aux dents et le coeur aux souffles du vent, ici, ailleus, quelque part, en présence de représentation ou/et et représentation du présent, va savoir ... Juste un présent à la vie, cadeau de soi à soi , c' est déjà pas si mal ...
Doux rêves à toi, Ariaga, il est tard ...
Je t'embrasse l'Amie
Mich Kaïkan

Écrit par : Kaïkan | 06/08/2010

Bonsoir Ariaga
Représentation ...
Bien sûr l' envie vient de virer le re et le ion pour vivre le présent mais ils sont là, las ces REION comme une ténèbre NOIRE, comme un ION de RE en quête de musicakité intérieure, comme " E nous NIROns plus au bois " et pourtant nous y retournons en ce bois des semblants, des "comme il faut" des représentations de vie, alors je RIS et balance ces lettres aux quatre vents et je souris au présent ... Tiens, il est déjà passé ... Nous IROns Et au bois et au marécage et au lac pur des métamorphoses, la fleur aux dents et le coeur aux souffles du vent, ici, ailleus, quelque part, en présence de représentation ou/et et représentation du présent, va savoir ... Juste un présent à la vie, cadeau de soi à soi , c' est déjà pas si mal ...
Doux rêves à toi, Ariaga, il est tard ...
Je t'embrasse l'Amie
Mich Kaïkan

Écrit par : Kaïkan | 06/08/2010

Oui, mais je peux peut...bon week end Ariaga, bise...

Écrit par : le Pierrot | 06/08/2010

La spirale de l'anneau nous inspire, nous aspire ... On respire !

Écrit par : marie christine | 06/08/2010

@ Jeandler, non, tu ne restes pas sans réplique puisque tu a été proche du RE proche !

Écrit par : ariaga | 06/08/2010

@ Kaïkan, tu as raison, il va falloir virer le Re (je vois d'ailleurs que tu en as mis deux mais ton texte mérite d'être lu deux fois) et trouver un autre mot qui tente d'expulser cette incessante répétition du théâtre de la vie. Mais est-ce possible d'expulser cette enfantine redite. elle sera toujours là, invisible mais RE présentée. Alors acceptons, comme tu le proposes, ce cadeau, ce présent.

Écrit par : ariaga | 06/08/2010

Je suis content que tu apprécies mon travail Ariaga, ça fait plaisir ce que tu m'écris...demain, je publie la dernière note sur ce centre d'exposition...alors merci de cela, je t'embrasse et te souhaite un bon week end...

Écrit par : le Pierrot | 06/08/2010

ARIAGA au sujet du PIERROT, vous savez, celui qui joue les débiles, il y a en ce moment sur son blog un diaporama de photos prises dans un centre d'art contemporain des environs de Montpellier, qui sont de toute beauté....

Écrit par : ariaga | 06/08/2010

@ Marie Christine, espérons que nous ne serons pas complètement aspirés, si ce n'est par l'inspiration !

Écrit par : ariaga | 06/08/2010

Tu vas me faire rougir, ra la la...t'es adorable Ariaga, j'te rebise une fois de plus alors, d'accord ?

Écrit par : le Pierrot | 06/08/2010

Nan mais c'est vrai que je suis un peu débile, mais je ne veux pas me soigner, tout le monde m'aime comme ça, que veux tu...

Écrit par : le Pierrot | 06/08/2010

Les muses me désertent et cela ne m'amuse guère
le Re est venu à point pour rappeler quelques principes
et faire tourner la roue dentée du temps et cliqueter lentement, pied à pied, faisant sonner le pavé sans ébranler la travée.

Écrit par : Thierry | 06/08/2010

Des anneaux dorés, on les pique ou on les assemble comme dans un tour de magie, sont ils creux qu'ils ont été martelés et refermés, soudés enfin, mais dans ce cercle pas cocasse mais presque de feu, on pourrait sinon se mettre en danger du moins essayer de ne pas passer au travers d'une épreuve signifiante.

Écrit par : Thierry | 06/08/2010

@ Thierry, je ne suis pas certaine que les muses te désertent mais peut être ont- elles décidé de t'enfermer dans de transparents anneaux pour te donner l'illusion de passer l'épreuve alors que, quand on tente d'accomplir l'Oeuvre, l'épreuve est permanente et polymorphe...

Écrit par : ariaga | 06/08/2010

Je ne sais pas pourquoi mais à voir ces anneaux, cinq anneaux et pas Cinzano, je pense aux femmes girafes, pas une histoire de ménagerie ni de messagerie, mais de réhausseur raide, de protection contre les bêtes sauvages aussi qui saignent souvent leurs proies au cou.
L'effet est saisissant et quand on pense ensuite que l'atrophie musculaire consécutive ne leur permet plus de porter bien droit leurs têtes qu'elles ont si souvent fort belles.
La représentation est issue de la tradition, parfois millénaire et ces drames qui se rejouent sans cesse pointent ils comme la psychogénéalogie cet éternel recommencement ?

Écrit par : Thierry | 06/08/2010

Je ne sais plus compter, de six je fais cinq et deci dela je passe de l'hexa (main) au quinqua (qui dégénére).

Écrit par : Thierry | 07/08/2010

@ Thierry, ces manipulations des femmes, quelles qu'elles soient me font horreur. Et ce qui me fait encore plus horreur c'est qu'elles soient conditionnées à se laisser faire.

Écrit par : ariaga | 07/08/2010

Oui, mais Re-Présent-ation, c'est surtout le Re-Présent, le retour du présent (dans le sens d'instant, opposé au passé et au futur), l'Eternel Présent c'est l'Éternité, la grande quête mystique. C'est sortir du temps qui passe. L'éternel présent c'est échapper à notre condition d'humains mortels, c'est vivre à la fois tous les moments et tous les espaces possibles. Sortir du temps, le but ultime.
Je re-présente quelque chose : je le rend toujours actuel, éternellement vivant.

Écrit par : Marie-Claire | 07/08/2010

juste un petit mot pour dire bonjour sans meme lire ce texte car je passe a toute vitesse.
je reviens enfin de vacances et je reprend le lead de mon blog

a bientot xxx

Écrit par : veronique | 08/08/2010

Bisou du dimanche matin...oui, je sais c'est de bonne heure, ben alors ?

Écrit par : le Pierrot | 08/08/2010

@ Marie claire, échapper au temps, c'est depuis longtemps le rêve des humains mais je crois que le mieux et de l'oublier et, comme tu le dis, occuper chaque moment, chaque espace, chaque RE, comme si il était unique et total.

Écrit par : ariaga | 08/08/2010

@ Véronique, le titre de ton blog : "C'est la vie" est révélateur de ce travail au quotidien d'accueil et de soutien de l'autre que tu nous fait partager. C'est la vie, et, comme je le disais à Marie Claire, tout occupes toute ta part de temps et d'espace.

Écrit par : ariaga | 08/08/2010

@ le Pierrot, tes visites, tes petits mots gentils, sont pour moi un soutien moral. Je sors de moments difficiles et les amis fidèles m'ont beaucoup aidée.

Écrit par : ariaga | 08/08/2010

chère ariaga -ah les beaux commentaires ici de vous et les autres.

Merci beaucoup Ariga pour les renseignements -je pensais que j'étais la seule personne sur la planète qui vennaient des étoiles.hahaAlors maintenant je sais tout le monde vient des étoiles. ha ha

Alors peut etre le plan cosmique c'est de RE tourner aux étoiles en tournant quelques planètes.

belle journée magique.

Écrit par : amar | 08/08/2010

ARIAGA À TOUS, je vous remercie de participer à ce "jeu" inspiré de la langue des oiseaux. Maintenant que je propose un nouveau mot, je conclus avec un sens qui n'a pas été proposé : la REPRÉSENTATION au sens diplomatique. Celui qui représente d'autres qui ne peuvent se présenter ou ne peuvent être compris. Je pense, par exemple, aux rêves qui représentent l'inconscient.
A bientôt, sur le nouveau mot.

Écrit par : ariaga | 09/08/2010

Et que dire de la démocratie de représentation avec des délégués, des députés; nous n'avons pas de chambre des représentants pourtant il ne sont pas autre chose, élus pour des mandats, leurs électeurs sont leurs mandants et leur délégue le pouvoir d'agir en leur nom et si il n'y a pas de vote impératif et que la clause de conscience peut jouer on ne peut trahir ses engagements et la profession de foi n'est pas du flanc.

Écrit par : Thierry | 09/08/2010

Un peu à la mode normande du mot passant, qu'on ne me fasse pas dire tel un VRP "manants, tout est pour le mieux dans le meilleur des modes REmanentes".
Un signe REvélateur : pas la moindre allusion dans notre illustre assemblée à nos REPRESENTANTS pourtant si fiers de défendRE la REpublique

Écrit par : jmj | 09/08/2010

Je suis en retard pour ce jeu. Comme je travaille dans le milieu juridique, je pense aux avocats qui représentent leurs clients devant les tribunaux.... Ou bien dans les entreprises, il existe un représentant du personnel.... Un peu terre à terre mais je pense à cela. Bonne journée.

Écrit par : elisabeth | 09/08/2010

@ jmj, voilà un nouveau chercheur du Laboratoire qui ne manque pas d'humour !

Écrit par : ariaga | 09/08/2010

@ Élisabeth, tu as bien raison d'en parler et ils sont très présents dans le mot représentation. Ils sont le RE de ceux qui ne peuvent se présenter où se faire comprendre. je pense aussi aux interprètes et traducteurs qui REdisent créant ainsi un lien entre ceux qui, autrement, ne pourraient pas se comprendre.

Écrit par : ariaga | 09/08/2010

De ce RE doucereux, gargouilli carambolesque que je me présente à nouveau, bébé tentant à communiquer avec mon semblable, surtout pourvu de lactaisons éternelles. Moi, fort de l'idée que je me défais de moi, et de Toi, glissant sur les versants gelés du lac de Constance.
Bon, je galège là mais n'ayant en deça rien lu d'aucun des nombreux commentaires qui m'ont cueillis en retour de vacances loins, je me présente à nouveau en queue de peloton, car la pelote se fait et se défait toujours tirée par un bout de vous.
J'ai fait du théatre, si, en amateur et je me représente en actions musicales, triturant mon biniou pour en faire sortir des invaginations (voir IMAGINATION) bulbeuses de sons très équivalentes à des RE, d'ailleurs il y en a dans le tas de notes qui sont des RE.
Je ne sais pas si je respecte bien la règle du JE, mais je me donne, ça s'est sûr, présentant ma redevance et me courbant devant la grace de la meneuse de Je qui soigne l'idée qu'elle se fait du monde.
Je lis Freud et d'autres et les lisant je me délie, comme un défi devant la Sarkozy belliqueuse et querelleuse. La représentation est toujours très intime. J'y reviens mais quoi, tous les bébés disent RE, qu'elle que soit leur nationalité.
J'ai bientôt rattrapé ce temps qui me perd de plus en plus.

Écrit par : jean | 10/08/2010

@ jean, tu arrives en queue de peloton mais tu y gazouille fort joliment en langue des oiseaux. Je n'en attendais pas moins de toi, cher ami poète.

Écrit par : ariaga | 10/08/2010

Je n'en REviens pas de vos REcherches ,aussi me Re voilà ,l'irREel est donc REalité ...
Hécate du carREfour :)

Écrit par : Hécate | 12/08/2010

Trois coups et six anneaux, un flux qui se concentre, des vortex éclaboussant les cortex, des turbulences en diable, une accélération, et cet épanchement soudain au sortir du tubule articulé, si bien articulé que tous les mots et couleurs du langage ont pu être convoqués pour donner du mouvement l'aspect essentiel, une unité de lieu et de temps où se suspendent nos haleines en veine de trouver de nouvelles expressions pas seulement figuratives, car si hâtives sont nos figures, de style et d'immanence, il n'y a pas de permanence et le passage à l'acte prend forme sur la scène, le grand festin se joint au destin, il faut déguster cette céne dans les enroulements qui vectorisent et intériorisent l'image que l'on se fait.

J'ai plaisir à revenir sur cette note, sans texte ou l'ayant oublié rien que pour l'émotion du dire, merci ariaga d'avoir permis à défaut de transe mutation un exercice approfondi de l'esprit critique, en attendant l'esprit tout court.

Écrit par : Thierry | 13/08/2010

@ Hécate, tu brilles comme un réverbère à la croisée des chemins.

Écrit par : ariaga | 13/08/2010

@ Thierry, c'est intéressant d'observer ce que tu écris dans ce lieu de liberté qu'est, en ce moment le Laboratoire. Ton processus créatif en spirale, qui part souvent en vrille, conserve cependant une logique interne assez fascinante ...

Écrit par : ariaga | 13/08/2010

Merci Ariaga de ta générosité, il est tentant de passer en dernier et de réunir ce qui est épars, de ramasser en un geste superbe la brassée de réactions suscitées et sus citées, parce que ce dernier coup d'oeil ou d'aile peut amener tout près du décrochage, il n'est rien de plus dur que de se rétablir d'une vrille, mais oui sans doute mu et ému par des ressorts secrets qui tardent à se dévoiler est il mieux de garder ainsi cette cohérence tardive mais symbolique qui veut que ce n'est qu'en agrégeant tous les morceaux que l'on peut vraiment trouver le sens.

Écrit par : Thierry | 13/08/2010

on peut également y voir le cycle de la vie, l'éternel REcommencement...
bonne journée

Écrit par : amélie | 06/09/2010

@ Amélie, l'éternel recommencement du perfectionnement de l'âme voilà quelque chose que je "ressens".

Écrit par : ariaga | 07/09/2010

Ariaga ne manque point de Re -ssort ni de Re-source ...:)
Re-nouveau ,Re-commencement éternel Re-tour ! Re-naissance ...
A ces jeux de mots je crains bien d'er-Rer et de m'égarer !
Amical bonsoir .

Écrit par : Hécate | 27/01/2012

Hécate, mais tu fouilles dans mes ressorts ! Avec mon sourire ...

Écrit par : ariaga | 28/01/2012

Bonjour Ariaga...REtirée en ma paresseuse rêverie, je REviens...vers toi tout de même. Dans les spirales de l'anneau doré, je me représente tout un monde trop indicible pour en dire plus en ce dimanche très chaud.
Amitiés.

Écrit par : Hécate | 21/07/2013

@ Hécate, tu es comme un ressort qui rebondis à travers les textes et les années. Merci de ton amitié et de ta fidélité. Demain je vais publier un texte de Éphême qui va t'amuser.

Écrit par : ariaga | 21/07/2013