UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Symboles | Page d'accueil | Bouquet de fleurs »

11/03/2011

Un puits d'amour

écriture,amour,philosophie,spiritualité,nature,photo,alchimie

Devenir un puits d'amour, donner à boire à ceux qui ont soif, quel beau projet mais il faut creuser, encore et encore, creuser tout au fond de soi, creuser pendant des temps, avant que jaillisse la toute première goutte de la source ...

Ariaga

 

 

Commentaires

Bonsoir Ariaga,
très belle cette métaphore ...
Bonne soirée
Amitiés
Daniel

Écrit par : bichon39 | 11/03/2011

C'est être source intarissable qui est un vrai trésor..

Écrit par : Ella | 11/03/2011

C'est vrai qu'il faut se donner quelquefois un peu de peine et être accueillant pour récolter de l'amour ! et pourtant, c'est bien plus facile de détester les autres. Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 11/03/2011

Des puits d'amour nous le sommes tous.
Même si nos yeux parfois se ferment,nous restons amour, des amours imparfaits, mais des amours tout de même,
La source est Là, dans un regard, dans un sourire, ou une pensée.
Douce soirée Ariaga.
Je t'embrasse.

Écrit par : Peau d'âme | 11/03/2011

Je creuse, je creuse, mais ce n'est pas facile. Et trop souvent, la terre n'est pas meuble mais bien stratifiée et des couches de grés, de marne, de granit limitent la progression, et la force des bras ne suffit plus et les mains se blessent et s'acharnent sans résultat. Il n'est pas si facile de creuser et l'on découvre en soi toutes ces barrières qui empêchent d'être qui on voudrait. Mais il faut continuer ...

Écrit par : Gicerilla | 12/03/2011

Très juste comparaison, presque une parabole.... Bisous

Écrit par : patriarch | 12/03/2011

Un puits d'amour ...La soif de ce qu'on a perdu ...Comme les trois amants des "Reliques" ..."

Écrit par : Hécate | 12/03/2011

Creuser, aimer, enfanter, n'est-ce pas une instance ?
N'est-ce pas cette source qui nous pousse, qui nous happe ?

Écrit par : Peau d'âme | 12/03/2011

Bonjour ariaga
je suis très heureuse de lire ton message, tu nous es revenue telle que nous t'avons connue
creusons, creusons, il en sortira au moins une goutte
bonne journée, je t'embrasse amicalement.

Écrit par : pseud | 12/03/2011

On a beau creuser,ceux qui ont faim restent des millions et comme les populations s'agrandissent et pas la surface des terres, on aura beau vouloir aider, on n'y arrivera pas ! Mais l'espoir fait vivre et rien ne nous empêche de donner de l'amour au moins tout près de soi. Bises Ariaga

Écrit par : danae | 12/03/2011

Il faut croire que tout profond se trouvent ces gouttes de vie, qu'on ne voit pas forcément...
Il faut du courage pour ça...

Écrit par : Coumarine | 12/03/2011

@ Bichon 39, serais tu un renard de la fable ? je signale aux lecteurs que tu as posté sur ton blog une citation de Jung particulièrement bien choisie.

Écrit par : ariaga | 12/03/2011

@ Ella, oui mais sauf dans le cas d'êtres exceptionnels on ne naît pas source intarissable, on le deviens.

Écrit par : ariaga | 12/03/2011

@ Élisabeth, oui, il faut commencer par donner si on veut recevoir ...

Écrit par : ariaga | 12/03/2011

Je te prêterai ma pelle Ariaga, et si tu veux nous boirons ensemble cette eau nouvelle toute fraiche trouvée...avec du pastis, bien sûr...ra la la, je sais que tu vas dire : ce Pierrot, faut toujours qu'il dise des bêtises quand je philosophe, pfff...

Écrit par : le Pierrot | 12/03/2011

@ Le Pierrot, je ne philosophe pas , mon cher, je suis ! Avec ta pelle je creuserai un grand trou et je mettrai ma tête dedans pour échapper à mes pensées et je serai semblable à l'oie de la note précédente ...

Écrit par : ariaga | 12/03/2011

Tu penses, donc tu es ! comme une oie ? les fesses en l'air ? mon dieu, pourvu que la police ne passe pas à ce moment là...

Écrit par : le Pierrot | 12/03/2011

Et l'effet noria, et le don et le contre don, et les lacs d'amour avec ou sans sire (à cause du Syr daria) oui on peut n'être qu'amour et se vider, lentement ou très vite, on peut succomber à une hémorragie d'amour
j'aime oh je réagis...au coeur de tour et parfois je tombe pile et je passe mon coeur (pace maker) mais quand je passe mon tour ou attend un retour (de manivelle) c'est dans la gueule de plein fouet que je me vois navré et éreinté, incapble de réagir et de comprendre qu'une fuite subreptice a tout vidé.

Écrit par : Thierry | 12/03/2011

Très belle métaphore! Il fut un temps où dans les villages chez nous, les gens riches laissent toujours une grande cruche d'eau de pluie devant leur demeure, avec une petite louche. Les passants peuvent venir librement se désaltérer. La fierté du maître de maison est de veiller à ce que la cruche soit toujours remplie, et avec de l'eau la plus fraiche qui soit.

Écrit par : Binh An | 12/03/2011

Très joli Ariaga.
Cette toute première goutte d'Eau vive qui fait de nous un puits d'Amour...

Écrit par : Phène | 12/03/2011

L'eau n'est pas neuve, elle ne fait que se recycler sans cesse selon des sens, trajets qui varient et en disent long, elle se charge d'amour et d'ions, l'eau pur est dangereuse, corrosive, ce sont les solutés divers et encore ! exceptons les produits chimiques ou biologiques, les métaux lourds et autres agents pathogènes , mais bon les oligo éléments dont elle se charge témoignent de son voyage lon et complexe dans les entrailles de la terre qu'elle entaille aussi et pas qu'en surface, et cette eau de jouvence est allée puiser ses principes et ses qualités dans les tréfonds de notre croutes terrestres, alors partageons là et apportons à chacun de manière la plus égale qui soit de peur que demain le manque ne se faisant sentir il déclenche des conflits locaux croissant et multipliant parce que l'eau douce à notre coeur et notre palais est en quantité infime sur la surface de notre planète bleue, dans les lacs (et encore) dans la neige et la glace, et aussi dans les nuages , mais elle n'est que de passage et charrie malheureusment toute sorte de détritus et de matières, fertiles limons, argiles si fines que même les batées des chercheurs d'or vous échapperait; ne nous écharpons pas ni à coup de harpons mais soyons chiches d'un bien si riche.

Écrit par : Thierry | 12/03/2011

Ariaga, en unissant nos efforts nous l' atteindrons plus vite cette source
d' eau vive, c' est ma conviction ce soir.

Écrit par : noëlle | 13/03/2011

Se poser...sentir le va et vient de la respiration.
Et nous atteignons la source !
Qui nous inonde.
Douce journée

Écrit par : anne marie | 13/03/2011

@ Peau d'âme, oui, l'amour est au fond de nous mais, comme tu le dis il faut aussi enfanter et pour certains c'est douloureux. Il y a, comme on le disait autrefois, des "ventres secs".

Écrit par : ariaga | 13/03/2011

@ Gicerilla, tu exprimes avec beaucoup de justesse ce que j'ai tenté d'exprimer de manière lapidaire.

Écrit par : ariaga | 13/03/2011

Eh eh voici un article-poème plaisant à lire ! Sois bénie entre toutes les femmes Ariaga, La face cachée de ce puits d'amour me plait bien et donne envie d'y plonger et d'en avaler la moindre goutte... C'est le désir de chacun de nous ! Je m'y liquéfie... et t'embrasse dans les courants de la vie...

Écrit par : Hortense | 13/03/2011

Merci encore Ariaga d'avoir supprimé cet odieux doublon (même pas d'espagne) qui m'a échappé dans un geste d'impatience.
Belle journée de Dimanche , l'eau est tombée, la mare est pleine, je vais larguer les amarres .

Écrit par : Thierry | 13/03/2011

@ Hécate, merci pour tes mots et aussi merci, sur ton blog, pour tes présentations de livres qui sont tellement originales et donnent tellement envie.

Écrit par : ariaga | 13/03/2011

@ Patriarch, si je commence à écrire des paraboles je vais peut être un jour marcher sur les eaux, qui sait on peut toujours rêver !

Écrit par : ariaga | 13/03/2011

@ Pseud, je ne crois pas être revenue comme avant car je suis tellement changeante qu'il y a des jours où je ne me reconnais pas dans la glace et encore moins dans mes pensées ...

Écrit par : ariaga | 13/03/2011

Ariaga ,je ne sais pas si la présentation de mes lectures est originale ,du moins ,je tente de donner le climat du livre sans résumer le fil de l'intrigue du début à la fin. Je ne veux parler que des oeuvres qui me semblent mériter d'être partagées .
Bonne soirée à toi.
H

Écrit par : Hécate | 13/03/2011

@ Coumarine, oui, du courage et surtout de la patience ...

Écrit par : ariaga | 14/03/2011

Merci beaucoup Ariaga pour ta commande. Pour l'intérêt que tu as pris à mes écrits, mon premier roman. Je te souhaite une bonne journée....

Écrit par : elisabeth | 14/03/2011

@ Danae, tu as raison et donner de l'amour, du moins en pensée me semble un moyen d'aider ceux qui souffrent en ce moment au Japon.

Écrit par : ariaga | 14/03/2011

@ Thierry, les doublons cela arrive tout le temps en ce moment. Je ne fais pas beaucoup de commentaires sur tes textes car ils m'apparaissent surtout comme des "dépôts" formant une sorte de dune de sable très haute et je ne peux y ajouter, c'est ton sable. Je pense aussi que si on creuse au pied de la dune il y a de l'or mais pour trouver l'or il faut être patient, la patience étant la plus grande vertu pour le chercheur de vérité.

Écrit par : ariaga | 14/03/2011

@ Binh An, une bien jolie coutume mais, en France la coutume qui voulait que l'on accueille les pauvres à sa table à disparu depuis bien longtemps et c'est surtout la loi du chacun pour soi. Même le verre d'eau n'existe plus ou peu.

Écrit par : ariaga | 14/03/2011

@ Hortense, merci de venir ici nous montrer la face cachée de la lune.

Écrit par : ariaga | 14/03/2011

Merci Ariaga de ton aide constante à y voir clair même quand la turbidité et les courants contraires se manifestaient avec une forte vigueur.
Au revoir Ariaga pour un certain temps du moins, nécessaire à mon apaisement, une sorte de retraite (avant l'heure et pas anticipée) , un black out...fin des com pour plusieurs semaines

Écrit par : Thierry | 15/03/2011

@ Phène, L'eau Vive, eau alchimique et, pour certains divine.

Écrit par : ariaga | 15/03/2011

@ Noëlle, tu as raison et si le Laboratoire pouvait être un lieu d'efforts pour cheminer cela me donnerait des forces supplémentaires pour creuser.

Écrit par : ariaga | 15/03/2011

@ Anne Marie, je respire, encore et encore mais il y a des moments où la respiration se bloque et il faut recommencer, inspir, expir ...

Écrit par : ariaga | 15/03/2011

Ce n'est certes pas moi qui vais te contredire...Pour moi, la Source, c'est de l'amour à l'état pur. Elle donne et ne demande jamais rien en retour...
Si tu veux une photo de "ma" source, pas de problème, je te donne celle que tu veux.

Écrit par : Guern' de Bé | 15/03/2011

j'aime bcp ton petit texte ...et c'est vraiment ça...se creuser pour les autres...
besos
tilk

Écrit par : tilk | 16/03/2011