UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Barrières | Page d'accueil | Rêve d'Encelade »

02/10/2011

Questions

écriture,philosophie,pensée,société,culture,photo,art

 

Quand on doit, pendant quelques jours, mettre sa vue au repos, plus de lecture, d'écriture, de cinéma ou de télé, plus de contemplation du Livre Rouge, les pensées deviennent un peu envahissantes. Il y a du caquetage mental, comme le disait Krishnamurti, et aussi des questions, parfois absurdes, parfois récurrentes, qui se mettent à passer en boucle. En voici quelques unes parmi les plus simples ( en apparence ! ). Si cela vous intéresse, j'en tiens d'autres à votre disposition ...

1) Pourquoi les pensées qui tournent dans ma tête comme une toupie sont-elles si difficiles à arrêter ?

...

2) Pourquoi ma vision du monde et des êtres est-elle faussée par tant de mauvaises interprétations ?

...

3) Pourquoi ai-je l'impression que mon miroir me regarde ?

...

4) Pourquoi certains objets de la vie quotidienne me semblent-ils " hantés " par mes humeurs ?

....

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Comme le disent inlassablement les enfants ...

Ariaga

 Vous pouvez, sur l'autre blog, lire une poésie dont voici le lien : Par delà le reflet.

Commentaires

Pourquoi le ciel est bleu ?

Je n'ai toujours pas de réponse, par contre j'ai appris qu'il n'y avait aucune certitude.

Je t'embrasse fort fort et une pensée de courage au double royaume un peu privé...de tout...mais ça reviendra.

Écrit par : Aslé | 02/10/2011

Il est plus difficile de poser les questions que d'y répondre... Ta gymnastique de l'esprit est bénéfique même si elle peut sembler enfantine au premier abord pour ceux qui ne sont pas à l'écoute... Et notre âme est si étrange ! De gros bisous pour accompagner tes idées multicolores !

Écrit par : joséphine | 02/10/2011

hou la la, tous ces pourquoi...faut reposer tes n'yeux ariaga...bisou et bonne journée...

Écrit par : le Pierrot | 03/10/2011

je dois aussi de temps en temps, y mettre des volets.... Mais je n'en arrive pas à me poser tant de questions.....

belle journée avec bises

Écrit par : patriarch | 03/10/2011

Mon problème, c'est que je n'ai pas besoin que ma vue soit au repos pour me poser toutes ces questions!
Le moment où parfois cela tout s'arrête me fait le plus grand bien. Un silence plane dans ma tête et je me sens bien centré...

Écrit par : Daniel | 03/10/2011

@ Daniel, Tu parles "du moment où parfois tout s'arrête", ce qui m'intéresse c'est de savoir COMMENT ou POURQUOI surviennent ces moments.

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

@ Aslè il y a quand même des explications "scientifiques" au bleu du ciel tandis que, quand mon miroir m'interpelle comme si c'était plus que mon reflet, alors je dois chercher la réponse au delà du rationnel.

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

2) Pourquoi ma vision du monde et des êtres est-elle faussée par tant de mauvaises interprétations ?

La pollution que tu décris est aussi la voie à suivre...comme un fil d'Ariane qui mène graduellement au coeur du labyrinthe, le Soi.

Et puis la saisir, je trouve que cela aide à accepter l'autre et sa différence, non ?

Jean

Écrit par : Jean | 03/10/2011

@ Joséphine, voilà une autre question qui survient, pourquoi mes idées sont-elle multicolores ? Et pourquoi cette proposition m'enchante ?

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

@ Le Pierrot, je les repose tellement que je vais peut être m'endormir ...

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

@ Patriarch, très joli cette idée des volets. Je pense à des persiennes qui adoucissent la lumière tout en laissant filtrer un peu de clarté.

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

Ha et Pourquoi se posent on des questions ?
Parfois j'aime bien me poser des questions, c'est bien de se poser des questions, c'est ludique, c'est amusant , cela montre que quelque chose nous interpelle, cela montre une certaine forme de curiosité.
Et j'avais vu un scketch chez Nout très amusant avec Monsieur Ramesk :http://leveildenout.blogspot.com/2011/09/le-monde-selon-mr-ramesh.html
qui concluait ainsi : La curiosité est un remède à la peur !
Se poser des questions, être curieux, chercher des (ses) réponses, c'est peut être affronter ses peurs, et donc accéder a la liberté ! ;)

Écrit par : peau d'âme | 03/10/2011

Les enfants montrent leur curiosité en disant "pourquoi ci, pourquoi ça " . Les parents leur répondent, mais nous les adultes si on se pose les grandes questions existentielles, personne n'est là pour nous répondre, alors à quoi ça sert de se les poser ???
Bisous Ariaga, je suis contente que tu ailles mieux.

Écrit par : danae | 03/10/2011

Tes questions me semble t-il tournent autour de celle des tes projections. Celle que tu fais sur les autres, le miroir, les objets ... C'est pour cela que j'aime tant le tarot de Marseille, c'est un outil formidable pour travailler sur ses projections, les cerner, les faire évoluer, éliminer celles qui nous encombrent ... Car au final ce ne sont pas tant les pensées elles-mêmes que l'intention cachée derrière, et ce qu'elles nous disent de notre façon de voir le monde qui nous polluent. As-tu déjà essayé la méditation ?

Écrit par : Tempérance | 03/10/2011

@ Jean, je crois, comme toi, que cela fait partie de la vie et du chemin. C'est en essayant de transformer nos "défauts", regardés en tant que matériau, en qualités, que nous progressons vers le Soi. La pollution c'est l'ordure et l'alchimiste pense qu'avec l'ordure transmutée on peut faire de l'Or.

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

@ Peau d'âme, tu as raison, la curiosité est une grande qualité et C.G.Jung pensait qu'elle avait été pour lui le plus puissant des moteurs.

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

@ Danae, mais si amie, c'est bien de se poser des questions car, si nous faisons silence et si nous creusons, nous avons en nous toutes les réponses. Le problème est que nous avons peur de ce que nous allons découvrir en fouillant alors nous préférons nous "divertir" pour éviter certaines vérités.

Écrit par : ariaga | 03/10/2011

Chère Ariaga, je fais maïeutique mienne souvent et n'accouche jamais sans douleur, mais le trop plein de questions m'a fait dérailler ce printemps
et envoyé au tapis pour plusieurs mois, là entre traitement et repos forcé, les neurones ont compris et ont accepté de ralentir, depuis j'essaie de régler la vitesse du processeur sans le saturer et pour éviter de le suturer, je m'ouvre l'appétit à la marche fréquente pour que ça ne sente plus le renfermé.

Bon courage , sans vue je ne sais pas ce que je deviendrai, mais le brouillage oculaire ça me connaît entre auras et crises de tensions r&récurrentes.

Écrit par : Thierry | 03/10/2011

Bonsoir, Ariaga, que je connais encore peu...
Qui ne se pose ce genre de questions vit certainement très bien mais sans trop réfléchir à sa propre existence : j'envierais ces personnes !!!!
J'ai en effet trop tendance à me poser ds questions, éventuellement à interpréter le monde et ses habitants : depuis un certain nombre d'années, je lutte contre cela. Et quand je crois avoir triomphé de moi-même, il peut arriver que je retombe dans un questionnement sans fin....
Ravie d'avoir fait ta connaissance ( ce qui n'est pas une simple formule de politesse )
Cordialement
Denise

Écrit par : Denise Doderisse | 03/10/2011

Ariaga, je crois que les problèmes visuels donnent un accès au Réel bien différents d'une vue normale. Je ne peux m'empêcher de penser que nous les choisissons justement pour regarder en face ce qui ne serait pas visible autrement. Aldous Huxley dans "l' art de voir" parle de la méthode Bates qu'il a pratiquée et le livre de Wiliam Bates - une vue parfaite sans lunettes - a été traduit pour la 1° fois en français il y a 4 ans. Ton dessin m'évoque une quête de vision, Aldous Huxley était ami de Krisnamurti, s'est initié au vedenta et à la méditation et a écrit entre autres "les portes de la perception" . alors ? :)

Écrit par : Elleno | 03/10/2011

Je crois que si c'est difficile au départ, que l'acceptation du changement de nos habitudes entraîne colère parfois ou phénomène de la toupie dans la tête, on apprend à vivre autrement, on force les autres sens qui deviennent alors capteurs d'essentiel ...
Merci pour tout Ariaga ...

Écrit par : Veronica | 04/10/2011

Je me suis toujours posé des questions ...Aujourd'hui ,c'est pourquoi ces connexions du Net sont-elles si embrouillées ? Une matinée à essayer ,du coup ,j'ai perdu un brin de fil de mon idée ...J'espère que tu vas mieux Ariaga ....J'ai eu ,il y a des années plusieurs mois de presque cécité ,confinée dans le noir ,contrainte à ne plus bouger ,ni même me laver les cheveux . Je ne savais si je retrouverais la vue à peu près normalement et les médecins moins encore . Alors ,des questions et des pensées ...il n'y en avait à la pelle ! ...
Si Rimbaud est ton poète favori ,quand tes yeux le permettrons viens m'en confier un peu plus sur ce "voyant " ...
Amitié d'H

Écrit par : Hécate | 04/10/2011

@ Temperance, la méditation est, pour moi, une pratique quotidienne mais hélas, je suis loin d'être un sage et je ne sais pas vivre et agir en méditation permanente. Alors, tu as raison, je projette, je dirai même que parfois je rétroprojette !

Écrit par : ariaga | 04/10/2011

@ Thierry, certainement tu avais besoin de canaliser mais point trop j'espère car quand la lave sort de ton volcan elle fertilise tant ...

Écrit par : ariaga | 04/10/2011

Pour illustrer ton pourquoi du miroir (et éventuellement les projections je te propose une rêve)
Je croise une femme qui conduit une voiture, elle a un ENORME miroir rond, devant elle, au niveau du volant qui masque une bonne partie du part brise, l'envers du miroir est fait de peluche rouge , je lui demande si cela ne la dérange pas pour conduire. ). Non , me répond-elle, j'ai l'habitude. Je lui dis que moi aussi j'ai un gros miroir, mais que je l'ai mis plus en "hauteur" et que cela me dérange moins.
Je suis assise à l'arrière de la voiture avec mes enfants et ils jouent en réseau . Je crois que la femme joue au même jeu que moi et prend le pseudo "persona anonyma."

Écrit par : Peau d'âme | 04/10/2011

Je ne sais déjà pas répondre à mes questions ni, le plus souvent, les poser correctement, alors, modestement, je dirai que c'est mieux que de ne pas s'en poser du tout.

Écrit par : la Mère Castor | 04/10/2011

@ ARIAGA À TOUS, je crois qu'il y a un malentendu quand je lis certains commentaires. Mon problème oculaire n''était PAS GRAVE. Juste handicapant pendant quelques jours et un appel à la prudence. Quand je vois ce qui est arrivé à Coumarine où ce que me décris Hécate ce n'est rien. Juste une bonne leçon pour que je n'abuse pas pour des bêtises d'un sens qui est précieux. Je continue, avec modération mon voyage sur les blogs amis.

Écrit par : ariaga | 04/10/2011

@ Denise Doderisse, c'est comme dans la "vraie vie" on se découvre, on flaire les possibilités d'amitiés, on cherche du semblable ou du différent. Le questionnement naura de fin que quand nous franchirons la dernière porte. Et encore, peut être nous faudra t-il venir chercher d'autres réponses ...

Écrit par : ariaga | 04/10/2011

@ Veronica, tu sais, la toupie dans la tête, c'est juste une image. J'aime trop les images et aussi cultiver le paradoxe qui est tellement plus riche que la vérité unique !

Écrit par : ariaga | 04/10/2011

J'ai bien aimé ta réponse, Ariaga, c'est vrai que c'est en fouillant au fond de nous-mêmes qu'on trouvera la vérité ! Bises

Écrit par : danae | 04/10/2011

Bonsoir amie,
Poser des questions c'est déjà une prise de conscience,
la moitié du chemin est faite ....
A chacun de faire l'autre moitié
Amitiés
Daniel

Écrit par : bichon39 | 04/10/2011

P'tit coucou, et bise Ariaga, je me sauve demain pour quelques jours, tu verras ma note, si tu repasses...

Écrit par : le Pierrot | 04/10/2011

Aux 2 premières questions (des états qui peuvent être polluants même avec une vue normale) je suggerais de réciter un texte, une prière, un poème ...Cela permet de sortir de "son" système de pensée pour entrer dans un autre; (entrer dans l'universalité ).
Pas facile à expliquer... mais cela ne coûte rien d'essayer.

Écrit par : Louis-Paul | 04/10/2011

Bonjour Ariaga,
Dernièrement, m'est venue cette image mentale: un homme se regardant dans un miroir. Et une voix qui dit que cet homme n'est pas lui-même, pas plus que son reflet dans le miroir. Cyrulnik, dans son livre "Les vilains petits canards" écrit: "Le mythe du double ou la magie du miroir possèdent un effet euphorisant, au bord de l'angoisse!" J'ai aussi vu mentalement des jumeaux trois fois ces derniers jours. J'y réfléchis !...
Amicalement!

Écrit par : Michelle | 05/10/2011

c'est vrai que les questions forment une sarabande dans les pensées, il faudrait appuyer sur le bouton stop à chacune et développer le sujet, il est possible de trouver le fil conducteur qui les relie car, cela ne fait aucun doute, elles sont liées ...
oui, le problème visuel que tu as eu est un signe dont il faut tenir compte ... tu vois ? ;-)
bisou et bonne journée

Écrit par : pseud | 05/10/2011

cerf avait voulu faire son auto portrait

Écrit par : lecracleur | 05/10/2011

@ Elleno, merci pour toutes ces précisions. L'accès au réel, je pense que c'est impossible et que nous sommes les habitants de la Caverne de Platon.

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

@ Hécate, c'est avec plaisir, dans un moment, mais je sais que tes textes demeurent un certain temps, que je viendrai te dire ce que je ressens au sujet de Rimbaud.

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

@ Peau d'âme, comme nous sommes tous les personnages de nos rêves, il est possible que la femme qui conduit ce soit tout simplement toi. Une partie de la totalité de ta psyché.

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

@ La Mère Castor, si tu as trouvé un moyen pour ne plus se poser de questions, je vais me transporter sur les bords de la Vidourle pour te demander la recette.

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

Parce que...il y a Ariaga et "un imbécile heureux" !

Belle soirée

Écrit par : Lmvie | 05/10/2011

Merci Ariaga ,car ...je me questionne :)

Écrit par : Hécate | 05/10/2011

En Afrique noire où j'ai vécu très longtemps, une certaine ethnie n'avait pas dans son vocabulaire le mot "pourquoi", ce mot n'existait pas...

Je préfère le "comment" au "pourquoi".

Pourquoi je l'aime ?
Non
Comment je l'aime ?
Ce qui renvoie à soi même.

Pourquoi ai-je la migraine ?
Non
Comment je m'y prends pour avoir la migraine ?
Une fois de plus je suis "concernée"

Car la seule chose qu'on peut changer en ce monde comme dit un proverbe asiatique "c'est soi même", le pourquoi à mon humble avis renvoie à une généralité.

C'est enfantin tout ceci et très "basique" mais utile je crois.

Comment puis-je m'y prendre pour arrêter mes pensées incessantes ?

Comment ma vision du monde est-elle faussée par MA mauvaise interprétation ?

Comment se fait-il que j'ai l'impression d'avoir un miroir qui me regarde ?

Etc etc...

Bon courage

Écrit par : Lmvie | 05/10/2011

@ Bichon 39, avoir fait la moitié du chemin c'est déjà pas mal. Je vais prendre mon sac à dos et partir pour continuer sur l'autre moitié ...

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

@ Louis Paul, une vieille renarde comme moi connais toutes ces "techniques" mais il y a des moments où on ne peut que subir la pollution mentale et comme l'avait dit Jean Bissur dans son commentaire il est possible que cela ait un sens.

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

@ Michelle, très intéressantes tes visions et imaginations, il y a de l'influence de Jung la dessous. Symboliquement les jumeaux m'apparaissent comme une dualité sans contraire, c'est à dire quelque chose de merveilleusement paradoxal.

Écrit par : ariaga | 05/10/2011

@ Ariaga,
Je l'avais bien vu comme cela !

Écrit par : Peau d'âme | 05/10/2011

A mon humble avis, après avoir soigneusement lu tes questions,
la seule réponse qui , en moi, s'impose à tous les pourquoi est:
"parce que j'y pense"
Le mental tente de saisir le jeu du mental..
Et cela est sans fin.

L'arrêt c'est se laisser surprendre et rester "bouche bée" devant
"ce qui ESt"

Si dès le premier pourquoi tu te poses aux côtés des pensées comme si tu regardais un coucher de soleil, un vol d'oiseau,le bleu du ciel..
en observant ce qui se passe..comme une porte ouverte aux
" possibles"..alors " tout peut arriver" non sous la forme d'une réponse mentale mais d'une évidence sensible.

Voilà j'ai tenté de mon mieux de mettre en mots ce qui me semble être la voie la plus juste dans mon cheminement actuel.
Merci à Toi de ce partage.

Écrit par : Lilou | 06/10/2011

Dis-moi Ariaga, et s'il n'y avait pas de pourquoi ?... Amicalement

Écrit par : Phène | 06/10/2011

@ Phène, avec quelques mots, tu as bombardé le joli espace personnel que je m'étais installé dans un coin du Laboratoire. Mais je vais survivre ! Certainement tu peux avoir raison et une partie de moi est d'accord avec toi mais comme j'ai une grande capacité à penser une chose et son contraire je continuerai vaillamment, comme je l'ai toujours fait à me poser et à poser aux autres des tas de questions. J'aime énormément, ami Phène, les commentaires comme le tien, ils me stimulent ...

Écrit par : ariaga | 06/10/2011

@ Pseud, merci d'avoir vu que les questions étaient liées. D'ailleurs ne peut-on se demander si toutes les questions ne sont pas liées ?

Écrit par : ariaga | 06/10/2011

@ Lecracleur alors tu vois un cerf dans la photo. je voyais autre chose mais maintenant que tu l'as dit je ne vois plus que cela. De la relativité de la perception, comme l'aurait dit Merleau Ponty.

Écrit par : ariaga | 06/10/2011

Se faire "Voyant " comme le disait Rimbaud ! Je vois un visage dans cette photo Ariaga !!!!!....
Il annonçait ces temps d'exploration de l'inconscient ! ...

Écrit par : Hécate | 06/10/2011

Je ne vois pas un cerf, mais je vois ... une girafe !!! Na !

Écrit par : danae | 06/10/2011

moi c'est une dame aux serpents !

Écrit par : Thierry | 06/10/2011

Je pense, Ariaga, que l'intelligence, la pensée, sont tout à la fois des merveilles et des pièges. S'ils nous permettent de chercher des clefs, ils troublent aussi l'eau de notre perception des choses. C'est comme s'il y avait en nous une intelligence positive et une intelligence négative qui prennent chacune leur place au gré des instants. A-tu remarqué que dans la position horizontale les pensées négatives ont plus facilement le dessus ? Difficile à gérer, tout cela, personnellement la méditation est un excellent remède à l'intelligence négative, mais nous parlons ici du mal et non pas du remède... n'est ce pas ?

Écrit par : Gaillard Patricia | 07/10/2011

ARIAGA À TOUS, il y a des problèmes de réseau dans ma ville et la wifi n'arrête pas de "sauter". Impossible de répondre aux commentaires mais j'espère que le problème sera réglé demain. À bientôt.

Écrit par : ariaga | 07/10/2011

Eh! pareil pour moi : tout bloqué :(
C'est mieux ce soir :)
Belle nuit Ariaga

Écrit par : Hécate | 07/10/2011

Ariaga, Jack Maudelaire est de retour sur mon blog. Tu devrais venir ! Bisous

Écrit par : danae | 07/10/2011

Krishnamurti disait que la réponse est dans la question.
Une invitation à se poser… comme on pose sur la table un verre rempli d’une solution trouble, le moment vient où les particules se déposent dans le fond et au-dessus l’eau claire.

Bien à toi, Ariaga.
Tout est utile.

Écrit par : Miche | 08/10/2011

Mes réponses, lol, comme un jeu, comme les enfants... ils savent qu'il n'y a pas de vérité...
Seulement une mise en circulation.

1) Pourquoi les pensées qui tournent dans ma tête comme une toupie sont-elles si difficiles à arrêter ?

Parce qu'on veut les arrêter.

2) Pourquoi ma vision du monde et des êtres est-elle faussée par tant de mauvaises interprétations ?

Il n'y a pas de vision juste, où encore, elles le sont toutes.

3) Pourquoi ai-je l'impression que mon miroir me regarde ?

Parce que l'image qu'il nous renvoie, nous est étrangère.

4) Pourquoi certains objets de la vie quotidienne me semblent-ils " hantés " par mes humeurs ?

Ben, c'est un fait, brusquement tout tombe en panne, ou refonctionne sans que l'on sache pourquoi... cela s'attire, je crois.

Écrit par : Miche | 08/10/2011

@ Lilou, merci pour cette réponse par laquelle tu nous fais partager ton cheminement. Elle me parle beaucoup ton expression évidence sensible qui offre un point d'ancrage dans la spirale des questions sans fin.

Écrit par : ariaga | 08/10/2011

@ Lmvie, Je repars un peu en arrière dans les commentaires et je trouve bien intéressante cette manière de remplacer les pourquoi par les comment.

Écrit par : ariaga | 08/10/2011

@ Gaillard Patricia, Les pensées négatives sont le poison de notre corps et de notre esprit. Hélas il n'y a pas de lumière sans ombre ...

Écrit par : ariaga | 08/10/2011

@ Miche, EXCELLENT ton exercice de réponses. Je ne répondrai pas sur tes réponses car elles se suffisent à elles mêmes. Merci.

Écrit par : ariaga | 08/10/2011

Bonjour très chère Ariaga,

Question subsidiaire :
Est-il grave de se poser des questions ?
Si non, apportons-leur les bonnes réponses.
Si oui, laissons la parole du silence envahir notre esprit.

Puisses-tu voir dans ces quelques paroles
le sourire du soir assis au coin de mes lèvres muettes !

Un grand merci pour ton message chez Danae
où je me suis réfugié, le temps de trouver une demeure
qui sied à mon cœur silencieux.

Jack qui t’embrasse…

Écrit par : Jack MAUDELAIRE | 08/10/2011

@ Jack MAUDELAIRE, c'est une vraie joie de te voir sortir de ton long silence pour venir ici déposer ces quelques paroles. Moi aussi je t'embrasse et j'attends ...

Écrit par : ariaga | 08/10/2011

ARIAGA À TOUS, pressée par la nécessité d'utiliser les créneaux pendant lesquels internet voulait bien marcher et le fait que je dois économiser mes yeux, il est possible que j'ai laissé quelques commentaires sans réponse. Vous pouvez protester !

Écrit par : ariaga | 09/10/2011

J'aimerais citer le poète...
"Une oiseau ne chante pas dans un buisson de questions"

Écrit par : Gaillard Patricia | 10/10/2011

@ Gaillard Patricia, tu nous proposes une jolie conclusion. Merci.

Écrit par : ariaga | 10/10/2011

Il y a assez longtemps Ariaga que j'ai remarqué moi aussi que mon miroir me regarde.
Une présence insaisissable
qui ne s'identifie que partiellement à ce reflet dans le miroir.
J'ai la même impression lorsque j'entends deux personnes
prononcer mon nom au cours de leur conversation.
Avant je croyais que c'était parce que je n'aimais pas mon nom.
Maintenant ça me donne plutôt l'impression qu'à mon nom
est rattaché tout un personnage qui n'est qu'une image de moi.
D'accord j'ai un corps qui est mon véhicule
une personnalité qui résulte en grande partie de mon vécu
surtout le vécu de l'enfance
mais ce n'est là qu'un expression de moi
un moi beaucoup plus vaste
qui aurait pu être tout autre dans d'autres circonstances.
Lentement une dissociation est en train de se faire
entre "ce que je suis"
et la partie visible, changeante, de ce que je suis.
Entre la partie finie et la partie Infinie de moi.

Écrit par : kea | 11/10/2011

@ Kea, je croyais que Gaillard Patricia avait conclu mais ces questions qui semblent avoir un peu dérouté au début continuent à recevoir des réponses qui apportent beaucoup de combustible à l'athanor. Merci, tu m'as vraiment intéressée.

Écrit par : ariaga | 11/10/2011

Merci Ariaga
et je suis si heureuse de retrouver des mots de Jack ici
il nous manquait
s'il trouve une demeure pour son coeur silencieux
j'espère qu'il nous en donnera les coordonnées.

Écrit par : kea | 11/10/2011

Pouquoi toutes ces questions ? Et au fait, as-tu eu les réponses quelque part ? Et les tiennes de réponses ? Où sont-elles ? Dans ta tête ! Les pensées sont difficiles à arrêter mais je crois plutôt que c'est impossible. Bonne soirée.

Écrit par : elisabeth | 11/10/2011

@ Élisabeth, oui, l'arrêt complet est difficile sans électroencéphalogramme plat !

Écrit par : ariaga | 12/10/2011

Ah les fameuses questions qui commencent par "pourquoi" et qui n'ont pas de réponse. Ariaga, il faut les repousser et les poser autrement comme on pose une équation à une inconnue, et alors peut-être l'inconnue se fera connaître. Abandonnez le pourquoi, et tentez de trouver le comment. Le pourquoi est stérile la plupart du temps quand il interroge des sujets bien au-delà de notre capacité à concevoir. Enfin, ce que j'en dis, c'est ce que je vis...

Écrit par : Gicerilla | 18/10/2011

1) elles sont difficiles à arrêter parce que tu essaies de les arrêter^^

Écrit par : gmc | 20/10/2011

Dans le film "inception" la toupie est une sorte de rappel mémoire lorsque l'on voyage dans les réalités parallèles pour savoir si on est bien "rentré" dans sa réalité ..... disons .... quotidienne , habituelle, appropriée comme réelle .....
Quand elle s'arrête (l'atout py) c'est que l'on n'est pas .. "ailleurs "
Mias qu'est l'ailleurs et l'ici .... rhalalaaaa
Quoi que cela puisse être .. celà n'est pas.... disent il ?
*****!*****
Douleur des miroirs ..
Ne pas pouvoir retenir l'image qu'ils reflètent ni empêcher que celle-ci se reflète sur d'autres miroirs.
S'ils le pouvaient...chaque miroir briserait tous les autres,
risquant ainsi sa propre continuité,
puisque la solitude finit toujours par faire voler en éclats les miroirs

Roberto Juarroz (fragments verticaux)

Bisous ...oui je sais ce n'est pas courant ici de se faire des bisous ... mais voilà : bisous *

Écrit par : Kris | 30/11/2011