UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La femme qui rétrécit | Page d'accueil | La gourmandise spirituelle »

16/05/2012

Point d'interrogation

oiseau point d'interrogation.jpg

Être un vivant point d'interrogation, n'est-ce pas un beau chemin de vie ?

Ariaga

Commentaires

Bonjour Ariaga,
J'aurais voulu mettre deux points d'interrogation, un à l'envers et un autre à l'endroit, à l'instar des phrases interrogatives espagnoles, mais mon clavier n'a pas cette option. Voilà, cela aurait représenté l'infinie humilité et l'infinie patience dont doit faire preuve celui qui se met en quête du Graal... Belle journée, douce amie

Écrit par : Phène | 16/05/2012

Si, c'est un beau chemin, c'est la plus belle définition qui soit pour des "chercheurs de vérité", et je pense que tu mènes bien ton blog dans ce sens chère Ariaga.

J'aime bien cette nouvelle façon que tu as pris de "publier", je trouve que ça redonne de la vie, comme le printemps finalement.......

Je t'embrasse fort Amie !

Écrit par : mariedumonde | 16/05/2012

Le point d'interrogation - ? - n'est-il pas comme l'image de l'enfant qui vient au monde la tête (le point) la première tandis que son corps et ses membres (la courbe) sont encore enroulés dans la matrice. L'individu qui vient au monde n'est-il pas une question posée à lui-même. Il tombe sur terre puis se met debout. Lorsqu'il aura ensuite opéré le renversement nécessaire, tête en bas et jambes en l'air, comme le pendu du Tarot, jaillira peut-être l'exclamation - ! - Eurêka ! J'ai trouvé !

Écrit par : Amezeg | 16/05/2012

@ Phène, c'est une belle idée, l'interrogation serai à la fois ouverte et encadrée.

Écrit par : ariaga | 16/05/2012

@ Mariedumonde, mon chemin est sinueux mais je fais de mon mieux ...

Écrit par : ariaga | 16/05/2012

@ Amezeg, j'aime énormément ton commentaire qui procure à mon imaginaire (image+air) un sujet qui va me ventiler pendant la journée.

Écrit par : ariaga | 16/05/2012

Il est toujours bon de souffler un peu même, ou surtout, lorsqu'on lorsqu'on aspire à trouver réponse à son interrogation.
Bonne ventilation, Ariaga !

Écrit par : Amezeg | 16/05/2012

Tien c'est amusant, c'est exactement comme cela que je t'imaginais, avec une tête en forme de point d'interrogation !
Oui c'est un beau chemin que de vivre pleinement chaque question, y compris celle que l'on porte en soi.

Écrit par : Virginie | 16/05/2012

Dommage qu'il y ait un point... dans cette interrogation ? Poser les questions est un art bien plus difficile que de répondre à des questions qui ne se posent pas... Après tant d'efforts, les questions inutiles se trouvent au fur et à mesure éliminées, non que l'on ait obtenu une réponse, sauf à savoir qu'elles n'étaient pas importantes et qu'il n'est plus nécessaire maintenant d'y répondre... Il est tellement plus facile qu'un autre y réponde pour nous, cela sociabilise et a-lie-haine. Tout cela est un chemin de vie, beau c'est une autre question ! :)
Bises Ariaga

Écrit par : lechantdupain | 16/05/2012

Bonjour Ariaga et merci d'être passée sur mon blog ce matin. Ta photo est originale.. il fallait attendre le bon moment ! Belle journée Ariaga !

Écrit par : Claire-Cerise | 16/05/2012

Dès la naissance l'interrogation est !

"Faut-il ,pour t'avoir regardé,
mon amour ,dans le bénitier ,
et t'avoir dit que je t'aimais ,
faut-il ,faut-il me confesser ? "( R.Alberti )

Toute mon amitié Ariaga .

Écrit par : Hécate | 16/05/2012

force reste à l'oie qui nous fout les foies
pendant que le jard dine elle s'ébroue
et pointe interrogative son long cou flexible
ce n'est pas un jeu tout juste une excuse
elle est cendrée mais pas brûlante
elle n'est pas centrée mais oscille et cancane
elle n'est pas de Cancale et ne reste pas à fond de cale
son cou n'est pas une sarbacane
elle ne capitule pas, têtue et revêche
temps qu'elle n'a pas finit son prêche
elle nous gave de cancan pas French
et barbote comme une tête de linotte

Écrit par : Thierry | 16/05/2012

Ma vie est un point d'interrogation. Je m'interroge tout le temps, pour un rien........Je doute.....Pourquoi je suis là et où vais je aller?

Écrit par : Daniel | 16/05/2012

... Oui, paisible dans un "je ne sais pas" qui s'éclaire de l'intérieur !

Écrit par : Miche | 17/05/2012

Qui ne s'interroge pas sur le sens de la vie ? Mais le problème c'est qu'on n'arrive pas à y répondre ... Je t'embrasse

Écrit par : danae | 17/05/2012

@ virginie, depuis le temps que certains lecteurs demandaient une photo de moi, tu vois ça y est !

Écrit par : ariaga | 17/05/2012

@ Lechantdupain, tout à fait d'accord; ce qui est important c'est de poser des questions. Merci pour ce commentaire en écho.

Écrit par : ariaga | 17/05/2012

@ Claire-Cerise, je ne navigue pas beaucoup sur les blogs car je ne peux rester longtemps devant un ordinateur mais de temps en temps je "pioche" au hasard et, comme avec tonblog, j'ai la main heureuse.

Écrit par : ariaga | 17/05/2012

C'est toi ? :D
Belle interrogation, si un jour tu as une réponse, fais-nous signe, d'accord ? ;-)
C'est vrai qu'il arrive souvent une question, à laquelle on n'apporte pas de réponse et passant à un autre sujet, la fameuse question devient sans objet ni saveur. C'est certainement le cours du fleuve de la vie qui nous montre la vanité des choses en même temps que le chemin.
Bonne journée, chère Ariaga, amitiés.

Écrit par : pseud | 17/05/2012

@ Hécate, tu fais toujours des trouvailles pour proposer des citations en harmonie avec ce que je ressens.

Écrit par : ariaga | 17/05/2012

Laisser l’esprit vagabonder, se saouler de questions ou de vide…observer la rondeur de l’interrogation, s’y glisser. Risquer de tendre le cou vers la découverte de l’autre et de soi. De travers parfois, juste pour rendre le parcours insolite, se perdre et accueillir toujours. J’aime l’humour et la poésie de la nature et tu sais si bien, Ariaga, lire en elle. Une douce connexion…

Écrit par : Annethé | 17/05/2012

Un point d'interrogation cela fait fonctionner le cerveau. On cherche, on découvre ou non... On fait un certain chemin pour essayer d'arriver à quelque chose. Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | 17/05/2012

Je suis enchanté par la question, et les commentaires. Si quelqu'un n'est pas toute sa vie point d'interrogation permanent, il n'est pas une personne, mais une simple ombre sur les murs clos d'une vie où elle tourne comme un automate. Au moins l'oie cherche au sol une question à sa survie....

EPHÊME

Écrit par : EPHÊME | 17/05/2012

@ Miche, "qui s'éclaire de l'intérieur oui, mais encore faut-il que cette lumière éclaire la conscience.

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

@ Thierry, un joli jeu avec les mots, j'apprécie.

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

@ Daniel, bienvenue au club !

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

la vie me fait trop mal au cou ,vendredissime

Écrit par : keyouest | 18/05/2012

@ Danae, si on répondait à toutes les questions il n'y aurait plus de quête.

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

Le chemin de vie , c'est peut-être d'aller d'une interrogation à une autre...
chaque réponse apportant de nouvelles questions...on "nage" ainsi de plus en plus loin, comme le cygne au long cou interrogatif...de "signe" en "signe"... :-)

Écrit par : La Licorne | 18/05/2012

@ Pseud, oui, c'est moi, sous une autre forme. Je n'aurai que des bribes de réponses et je tenterai d'en donner un aperçu même si elles sont parfois contradictoires.

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

@ Annethé, Tu dis ce que tu penses et ressens si joliment ...

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

@ Élisabeth, je crois même que c'est le moteur principal. Cela commence avec le simple que vais-je faire dans la seconde qui suit.

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

@ ÉPHÊME, moi aussi les commentaires m'apportent beaucoup. J'avais envisage de les mettre un peu de côté mais ils me donnent des directions auxquelles je n'aurais pas songé.

Écrit par : ariaga | 18/05/2012

@ La Licorne, j'aime beaucoup cette idée de nager dans un courant de questions ...

Écrit par : ariaga | 19/05/2012

@ Keyouest, ton pseudo me plaisait bien, il évoquait les départs des grands navires mais je n'ai pas trouvé ton blog.

Écrit par : ariaga | 19/05/2012

Etre une vivante réponse l'est aussi! :)

Écrit par : Nout | 19/05/2012

@ Nout, ça c'est vrai !

Écrit par : ariaga | 19/05/2012

Magnifique !

Cependant parfois être un "imbécile heureux" reposerait

Biz

Écrit par : Lmvie | 22/05/2012

Je m'exclame devant ce point d'interrogation !
Mais non, je n'ai pas le cou trop long, c'est vous qui voyez trop court...il me sert de périscope lorsque vous vous acharnez à vouloir prendre vos clichés...et aussi à nettoyer mon magnifique plumage.

Écrit par : Le voisin | 01/06/2012

Une photo qui interpelle :-)

Écrit par : Pimprenelle | 02/06/2012