UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La gourmandise spirituelle | Page d'accueil | Un monde fantastique »

20/05/2012

Remède ou poison

Chat noir et blanc.jpg

Le même jour, amis, je lis sur le blog de Phène, un texte intitulé "poison "( je vous mets un lien), et j'ouvre au hasard, comme j'aime le faire, un livre de Jung. Il s'agit du dernier tome de sa correspondance, des lettres écrites alors qu'il avait plus de 80 ans. Ce genre de synchronicité a un sens pour moi alors je vous propose l'extrait de cette lettre qui dit, en gros, que ce qui est bon pour l'un peut être mauvais pour l'autre. Bonne lecture. Ariaga.

 

"Ce qui est un remède pour l'un peut être un poison pour l'autre. On ne peut arriver à une vie saine et accomplie par l'application de règles et de principes généraux, car c'est toujours à l'individu de l'assumer. La solution est en chacun, et si vous savez vous y prendre dans votre propre cas, vous savez aussi comment faire dans d'autres cas. Il n'existe pas de principe général qui s'applique partout, et chaque position psychologique n'est vraie que si vous pouvez aussi la retourner en son contraire. Ainsi une solution qui serait tout simplement impossible pour moi peut se révéler la plus juste pour quelqu'un d'autre. Je ne suis pas l'arbiter mundi, et je laisse le créateur engager lui même la réflexion sur la diversité et les paradoxes de sa création."

C.G.Jung, Correspondance, tome 5, p.64.

Pour ceux qui voudraient un peu plus de "nourriture", je continue à publier sur mon autre blog : Extraits du Laboratoire.

Commentaires

Bonsoir Ariaga,

Voici alors une synchronicité collective (mais quel archétype avons nous donc titillé ?) car j'ai eu une discussion pas plus tard que cette après-midi avec un ami proche sur la nécessité d'accepter la singularité de la nourriture de l'âme nécessaire à chacun...et mentionnions l'élixir et le poison.

Je suis assez marqué...

Amitiés,
Jean

Écrit par : Jean | 20/05/2012

Coucou Ariaga,
Je n'ai eu qu'à traverser le joli petit pont construit par tes soins pour pouvoir me délecter des mots nourriciers de notre cher Jung... Belle semaine, douce âmie

Écrit par : Phène | 20/05/2012

Bonsoir amie,
merci d'avoir pris soin de mon muguet qui commence à passer !
Comme c'est très juste, un remède peu être un poison comme son contraire. En médecine bien entendu mais aussi au niveau de l'âme.
"Je" sais ce qui devrait être bon pour moi et personne d'autre.
Déjà penser que l'on peut savoir ce qui est bon pour soi, c'est gigantesque !.....
Les règles ne peuvent être généralisée, heureusement .....
Bonne soirée ou douce nuit
Bien amicalement
Daniel

Écrit par : bichon39 | 20/05/2012

Oui, bien sûr, ce que dit Jung est vrai, et on peut aussi le comprendre dans le sens : ce qui considéré "bon" pour l'un n'est pas forcément ni toujours considéré "bon" pour l'autre. "La solution est en chacun" dit Jung, mais que se passe-t-il si ce chacun considère "bon" quelque chose qui ne l'est pas pour son groupe ? pour la société ou la culture dans laquelle il vit ? eh eh ..
Bon début de semaine à toi chère Ariaga, gros bisous

Écrit par : ambreneige | 21/05/2012

"J’errais dans la campagne baignée de soleil avec, dans ma poche, un sachet de poison trouvé dans une pharmacie de l’armée américaine. Tandis que je cheminais dans l’idée de mettre fin à mes jours, une dame vint à ma ren­contre et m’adressa un sourire inoubliable. D’un seul coup, ce geste gratuit réveilla la vie en moi et me sauva du plongeon. Béni soit ce sourire !" Magda Hollander-Lafon
Lu ce matin ici : http://spinescent.blogspot.fr/2012/05/lamour-qui-enflamme-la-vie-avec-magda_20.html
Le poison est à l’intérieur, porté par les traces de nos blessures passées . le remède, la seule chose qui puisse s'imposer à nous c'est la vie elle même, dans un sourire, dans un regard qui s’élargit.

Écrit par : Virginie | 21/05/2012

C'est très juste... Belle journée avec bises

Écrit par : patriarch | 21/05/2012

@ Jean, je pense que tout est relié et qu'il est normal qu'entre des personnes attentives au bruit que fait le grand flux souterrain il y ait des échos.

Écrit par : ariaga | 21/05/2012

@ Phène, c'est vrai que, pour ceux qui ont faim de nourriture spirituelle, La correspondance de Jung est comme une carte de grand restaurant ...

Écrit par : ariaga | 21/05/2012

Cette réflexion de Jung évoque bien la voie des rêves qu'il a suivie et qu'il a proposé à chacun de suivre. Marie-Louise von Franz témoigne qu'elle n'a jamais rencontré deux rêves exactement semblables alors qu'elle annonce en avoir interprété au moins soixante mille. Ainsi, le rêve est-il toujours une nourriture personnalisée convenant exactement à celui ou à celle qui la reçoit.
L'individuation, chère à Jung, est de ce fait largement nourrie par les rêves et conduit chacun à devenir ce qu'il est, à ne pas s'empoisonner de nourritures aliénantes. C'est aussi pour cela, sans doute, que Jung recommandait à ses élèves d'abandonner toute théorie au cours de l'échange avec une personne venant les consulter et leur demandait d'être simplement eux-mêmes, d'être un individu en relation avec un autre individu, hors de toute théorie. C'est, entre autres choses, ce qui distingue nettement son approche de celles d'autres voies bien trop asservies aux théories et à leurs poisons.
Il n'est pas sûr que tous ceux qui se réclament aujourd'hui de Jung aient entendu et véritablement mis en pratique ce conseil souvent répété par leur présumé mentor... :-(

Écrit par : Amezeg | 21/05/2012

C'est vrai que nous devons chercher à devenir ce que nous sommes!!!
Il faut savoir poser de temps en temps tous les bouquins , toutes les idées et pensées extérieures, écrites ou orales, et revenir à l'essentiel, à ce que nous sommes , ressentons, vivons,
être dans le moment présent, et écouter ce que nous dit notre Maître Intérieur, notre Moi .Il sera toujours de bon conseil !

je t'embrasse Amie

Écrit par : mariedumonde | 21/05/2012

Très pertinente cette citation du vieux sage. Non seulement elle s’applique à l’esprit, conscient et/ou inconscient, mais à tous les aspects de la vie des êtres. J’adore le vide du désert et l’obscurité des cavernes, d’autres sont agoraphobes ou claustrophobes… Certaines musiques me font vomir, au sens « propre », d’autres vont payer des fortunes pour se faire éclater les tympans. Là où les choses sont curieuses, c’est sur l’image de soi. Certain(e)s vont s’empoisonner la vie pour leur taille, leur maigreur ou leur rondeur… alors que d’autres se sentiront très bien dans leur tête avec les mêmes conditions physiques. La dernière phrase est un bijou d’humour !

EPHÊME

Écrit par : EPHÊME | 21/05/2012

Et si seul l'excès était nocif, pourtant on sait qu'il n'y a parfois pas de seuil dans les effets délétères et que le bas niveau peut se rapprocher du caniveau.
Alors à quand la mithridatisation ou encore la vaccination, on inocule mais on n'occulte pas, et puis cette thériaque n'est pas que la potion qui m'agite et dans les philtres je vois des filtres.

Écrit par : Thierry | 21/05/2012

@ Bichon 39, tu le dis bien : "Déjà penser savoir ce qui est bon pour soi est gigantesque". Il est juste le vieil adage de la paille et de la poutre.

Écrit par : ariaga | 22/05/2012

@ Ambreneige, c'est qu'est le problème, on ne peut penser pour un groupe. Ce qui engendre d'autres problèmes qui me tracassent car je pense qu'il est important de ne pas penser qu'à soi.

Écrit par : ariaga | 22/05/2012

@ virginie, tu es dans la ligne de ce que dis Jung, la réponse est en nous.

Écrit par : ariaga | 22/05/2012

Encore une fois je vais être un peu "terre à terre". Voila, je trouve mon bonheur à m'engager dans des chemins aventureux et dangereux, alors qu'un autre dans ce même contexte serait mort de peur !!!!! Bises Ariaga

Écrit par : danae | 22/05/2012

@ Patriarch, toujours présent au Laboratoire. Merci ami fidèle.

Écrit par : ariaga | 22/05/2012

@ Mariedumonde, je crois que ce que tu nous proposes ne peut se trouver pleinement que dans le silence de la méditation.

Écrit par : ariaga | 22/05/2012

@ Amezeg, merci pour ce commentaire dont je retiens surtout ce que nous nous dis sur Jung qui disait qu'il fallait abandonner les théories. Je crois, en effet que tu as bien raison quand tu dis que certains ne suivent pas ses conseils.

Écrit par : ariaga | 22/05/2012

En amitié nous retrouvons bien ce principe. laisser l'autre avoir ses propres pensées et envies aussi surprenantes soient elles à nos yeux (parfois). Simplement l'accompagner, l'écouter sans lui dire ce que l'on imaginerait de vraiment bien pour lui. Et se rendre compte que ses choix etaient les meilleurs pour lui.J'ai le sentiment que quand nous faisons un choix qui nous parait bon nous mettons tout en place pour le réussir.

Écrit par : Annethé | 22/05/2012

là je suis d'accord avec lui ce qui est bon pour l'un ne l'est pas forcement pour l'autre chaque nourriture corporelle ou spirituelle est differente selon l'individu.je suis allé au bord du cosson avec apn et mon panier d'osier à la recherche de racines de l'inconscient je n'en ai pas trouvé beaucoup, un fond de panier ce qui est suffisant car trop consommées et surtout sans mâcher provoque des folies .j'ai vu des pisaures ,des coccinelles, des agrions, des azurés, des mouches de fleurs qui m'ont dit :cela se mange?
: oui certains humains en consomment.
perplexes ils resterent un instant puis retournerent à leur occupation principale MANGER ou etre mangé

Écrit par : lecracleur | 23/05/2012

@ ÉPHÊME, tu as bien cerné l'étendue des domaines où s'applique la citation de Jung et surtout, et cela me fait plaisir, tu as apprécié L'humour ravageur de ce cher Carl Gustav. Comme j'aurais aimé échanger avec lui sur des sujets dits "métaphysiques".

Écrit par : ariaga | 23/05/2012

Thierry, c'est vrai que si on décante trop le "matériau" perd de sa richesse. Ce n'est pas toujours vrai et, en ce moment, j'apprécie fort la richesse du fond et la condensation de tes propos. (amical humour!)

Écrit par : ariaga | 23/05/2012

@ Danae, j'apprécie ton courage et ton esprit d'aventure moi qui suis du style lapin craintif ...

Écrit par : ariaga | 23/05/2012

@ Annethé, tu as bien raison mais il est parfois difficile de laisser l'autre faire ses choix. Nous avons une telle tendance à croire que nous savons ce qui est bon pour lui !

Écrit par : ariaga | 24/05/2012

@ Lecracleur, creuse encore un peu tu arriveras peut-être jusqu'aux rhizomes, comme le disait Jung.

Écrit par : ariaga | 24/05/2012

J'ai apprécié le passage Ariaga, d'autant que mes lectures de Jung ne vont pas jusqu'à ses correspondances...Mais cela recoupe des écrits de lui lu dans d'autres livres. Et que j'ai eu l'occasion de vérifier la justesse de ces propos.

Écrit par : Louis-Paul | 24/05/2012

@ Louis-Paul, je crois, en effet que Jung parle souvent juste, même si il a toujours revendiqué le droit de se tromper et de se contredire ...

Écrit par : ariaga | 25/05/2012

Très beau, belle ampleur de la pensée, bises

Écrit par : Ray | 27/05/2012

@Ray, merci de ta visite et de ton commentaire. À bientôt j'espère.

Écrit par : ariaga | 28/05/2012