UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Repos et méditation | Page d'accueil | Pas de vacances au Laboratoire »

27/06/2012

Croyance et connaissance

Prisonnier.jpg

Je me méfie de la CROYANCE. C'est un mot qui coasse comme le corbeau de la fable. Crois!Crois!Crois! Une solution de facilité qui évite de se poser des questions, de réfléchir à partir d'une expérience personnelle conduisant à une CONNAISSANCE. Ce n'est pas parce que l'on me dit qu'une idée est vraie que je la "connais", que je "sais", au sens que Jung donnait à ce qu'il ressentait au sujet de Dieu. 

Paul Valéry écrivait : " Il n'y a que les huîtres et les sots qui adhérent". J'espère n'être ni un mollusque ni une sotte car j'ai toujours eu beaucoup de difficulté à adhérer sans réticences à quelque doctrine que ce soit ...

Ariaga

Commentaires

On peut lui ajouter un petit chapeau,
cela donne croîs, croîs croîs ;)

bisous Ariaga

Écrit par : virginie | 27/06/2012

Vous avez raison ,croire ne s'impose pas par la volonté d'autrui , cela ne s'enseigne pas , ce serait plutôt un don , une connaissance innée qui ne passe ni par les autres ,ni par l'intelligence .Une liberté qui se suffit à elle-même .

Écrit par : Anthéa | 27/06/2012

A mon sens, la croyance mène au savoir quand la Foi mène à la Connaissance... Amitiés, douce âmie

Écrit par : Phène | 27/06/2012

Je suis devenu athée, parce que je ne croyais plus à ce qu'on m'enseignait !!

Et je dois dire, que je ne le regrette pas du tout..... Bises et belle journée

Écrit par : patriarch | 28/06/2012

La croyance est la colonne vertébrale des pires et des plus sublimes choses, de l’Inquisition aux enquêteurs persuadés d’œuvrer pour le bien des hérétiques fourvoyés dans l’erreur face aux bâtisseurs illuminés de foi des cathédrales. Mais mon expérience d’historien et d’enseignant me fait mettre en avant quelque chose d’un peu différent, et de très sournois : l’intime conviction, plus répandue, qui a envoyé à la guillotine ou livré à l’opprobre générale tant d’innocents. Il n’est nul besoin d’un Dieu immanent ou d’une doctrine aveugle pour broyer son prochain ou sombrer dans l’abject.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 28/06/2012

@ virginie, en effet, c'est très bien avec le chapeau .

Écrit par : ariaga | 28/06/2012

@ Anthéa, oui, mais alors, comme le dit Phène en dessous, c'est plutôt la Foi.

Écrit par : ariaga | 28/06/2012

@ Patriarch, moi je ne suis pas vraiment athée mais la curiosité m'a engagée sur des chemins ou j'espère avoir acquis un peu de connaissance ...

Écrit par : ariaga | 28/06/2012

@ Phène, j'aime beaucoup ta définition.

Écrit par : ariaga | 28/06/2012

Moi je sais que l'on ne sait rien !!! On veut nous imposer des croyances, mais je suis comme Thomas, je veux voir ! Bises chère Ariaga.

Écrit par : danae | 28/06/2012

Les aléas et souffrances de ma vie ont changé ma vision de ces "choses". Fini les idées que je m'étais "toute" faites (affirmations souvent péremptoires) et je suis maintenant beaucoup plus à l'écoute de l'autre. Cultiver l'esprit ouvert m'ouvre à tant de découvertes, sur ce sujet comme sur tant d'autres. Et puis, quand cela fonctionne...
Amitié Ariaga, tes notes invitent à la réflexion, à la méditation personnelle.

Écrit par : Louis-Paul | 29/06/2012

Bonjour amie,
ta façon de définir la croyance me plait bien ...
Merci pour tes pensées pour ma maman
Bon week-end
avec mon amitié
Daniel

Écrit par : bichon39 | 29/06/2012

@ ÉPHÊME, merci d'avoir attiré mon attention sur l'intime conviction. C'est très sournois quand cela est le fait de personnes toujours persuadées qu'elles ont raison.

Écrit par : ariaga | 29/06/2012

@ Danae, je te crois !

Écrit par : ariaga | 29/06/2012

@Louis-Paul, c'est en effet souvent la vie qui nous apporte des connaissances nous montrant que nos croyances les plus inébranlables peuvent s'écrouler comme des châteaux de cartes. Si je peux, même d'une manière, infime susciter quelques réflexions, tant mieux. Je suis la première à m'interroger.

Écrit par : ariaga | 29/06/2012

@ Bichon 39, contente d'être en harmonie avec toi.

Écrit par : ariaga | 29/06/2012

je crois, cependant et malgré tout, que c'est la grenouille qui coasse. Le corbeau, lui, croâsse (je fais ma savante, ouh la vilaine)
Rassure toi, tu n'es ni moule, ni sotte.

Écrit par : la Mère Castor | 29/06/2012

Ariaga ,je ne crois pas à tout ce que je lis ,à tout ce que j'entends ,mais quand mon corbeau croasse ,je crois que je sais que je peux me fier au message qu'il me transmet !
Amitiés d' H

Écrit par : Hécate | 30/06/2012

Pour moi croyance peut se rapprocher d'enthousiasme et d’exaltation
mais c'est à l'aune de mon expérience que j'aime porter un regard sur le monde, des impressions, des émotions, des confrontations , quand aux connaissances celle de demain ne seront pas celles d'hier et si la gnose reste un objet d'étude, je m'en approche avec respect et circonspection.

Content de te savoir revenue ici, quant à l'été il nous appartient de le faire sourire.

Écrit par : Thierry | 30/06/2012

Tu as bien raison, on peut croire à un certain moment de sa vie à quelque chose. Puis, avec le temps et les connaissances plus étendues que l'on acquiert, on peut croire à son contraire.
C'est comme la pub pour les épinards dans les années -60-70 -. On nous faisait croire qu'il fallait en manger car ils contenaient beaucoup de fer........ D'ailleurs je me méfie de la pub, elle est orientée !
Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 30/06/2012

Penser sans les croire, est extrêmement difficile, tant de croire sont inconscients !
Nos résistances de quoi parlent-t-elles ?

Contente de te lire, chère Ariaga

Écrit par : Miche | 01/07/2012

celui qui croît veut donner du sens, orienter sa pensée sans pesée néfaste
mais dans l'affirmation du croire je vois trop de certitudes là où j'ai surtout des doutes, l'écho naissance me semble nous révéler à nous même des choses plus profondes, enfouies et à redécouvrir, les manipulations de tout genre nous assaillent de toute part et jouent sur notre crédulité , pourtant le chemin de la connaissance est si long avant de pouvoir se satisfaire d'assez d'informations sur un sujet pour prétendre non en avoir fait le tour mais avoir une idée sur la question
dans l'entre deux on flotte, ce n'est pas désagréable mais pas toujours confortable.

Écrit par : Thierry | 01/07/2012

Peut-être ne faut-il, finalement, s’attacher (s’amarrer) ni aux croyances ni aux savoirs, mais simplement adhérer au libre écoulement à travers soi de Cela qui est plus grand et plus sage que « moi ». Marie-Louise von Franz en parle ici :
« .........Après que l'on a connu le satori, l'illumination intérieure (que nous appellerions un contact ou une expérience du Soi), vient le problème de savoir comment continuer sa vie. Ainsi, à la fin de la série d'images Zen bien connue intitulée La domestication de la vache (1) après que le novice a reçu la grande expérience de la transcendance, l'illumination ou satori, la dernière image montre un sage vieillard qui marche en souriant de façon amicale et quelque peu niaise, accompagné de son disciple, et le poème dit : « II a oublié les dieux, il a même oublié son illumination. Il s'en va simplement mendier sur la place du marché mais, où qu'il aille, les cerisiers se mettent à fleurir. »
Cela montre, de façon imagée, l'effet positif du sage sur les êtres et les choses extérieures, et même sur la nature. C'est le retour à une façon de vivre naïve et apparemment inconsciente dans la réalité concrète et quotidienne, telle qu'elle est, sans effort artificiel pour contenir ou réprimer les émotions, les phantasmes et les pensées, mais en conservant en quelque sorte tous ces éléments dans la cornue, ce qui donne l'apparence de retourner à l'état initial d'inconscience. Il n'en est rien, bien entendu, car cela se passe à un niveau élevé qui se manifeste indirectement dans le fait que les êtres s'épanouissent sur son passage, sans même qu'il s'en aperçoive. Le maître Zen, à ce stade, a atteint la douceur et la paix du cœur et la possibilité de vivre de la façon qui a peut-être été le mieux décrite par Lao-Tseu : c'est la douceur et la tristesse dans laquelle il se sent seul et ignorant tandis que les autres croient tout connaître, savent ce qu'ils veulent et ce qu'ils pensent (2). Dans la « multiplication » alchimique se trouve aussi l'idée du retour au stade initial, mais projetée sur la matière, et une rupture de la cornue. Appliqué à l'être humain et exprimé en termes psychologiques, cela correspondrait à la cessation des exercices volontaires d'introversion. Ceux-ci étaient destinés à introjecter les projections afin de permettre à l'inconscient de couler à travers soi, sans avoir à se concentrer constamment sur ses contenus. C'est un renversement complet de ce qui se passe dans le premier stade.
Ainsi, en analyse, lorsque le sujet projette ses états d'âme sur le monde extérieur et se laisse prendre naïvement par ses sentiments et ses affects, nous essayons de lui en faire prendre conscience, en l'aidant à comprendre que ce qu'il croit être la réalité extérieure est en partie un facteur personnel intérieur à lui-même. Ainsi, les projections sont peu à peu reconnues comme telles et se retirent de la chose extérieure, ce qui permet une vue objective, aussi bien du facteur psychologique que de la réalité extérieure........»
Marie-louise von Franz, « Alchimie et imagination Active », chapitre V - Éditions Jacqueline Renard, 1989.

1. Cf. Les dix tableaux de la domestication de la vache, édité par Jean Herbert, Derain, Lyon, 1960.
2. Cf. C.G. Jung, Ma vie, trad. cit., chap. « Rétrospective » et plus particulièrement, p. 408.

Écrit par : Amezeg | 01/07/2012

@ La Mère Castor, je pensais, comme toi, au corbeau.Lla grenouille dit plutôt, quoi, quoi, quoi ?!!!

Écrit par : ariaga | 01/07/2012

,@ Hécate, oui, mais ce corbeau, que j'écoute aussi, est le corbeau des alchimistes pas celui de la fable qui est un corbeau trompeur.

Écrit par : ariaga | 01/07/2012

@ Thierry, la croyance est immobile, la connaissance évolue sans cesse. Pour cet été je vais réfléchir à ce que nous pourrons tous faire au Laboratoire pour intéresser et distraire tous ceux qui, pour de multiples raisons, ne partent pas en vacances.

Écrit par : ariaga | 01/07/2012

@ Élisabeth, en effet, toute chose s'accompagne de son contraire.

Écrit par : ariaga | 01/07/2012

Ah chère Ariaga, je crois que ceux qui croient croivent bien...heu, ça se dit pas ça, n'est-ce pas ? hi hi...pour te répondre, bien sur que j'étais heureux dans la ferme, toute mon enfance, que de bons souvenirs et oui...et pour la photo des chats, suffit de remuer la boite de croquettes pour que l'attention soit bien maintenue...pas fou le Pierrot, ben non...bon, des bisous en ce dimanche après midi...

Écrit par : le Pierrot | 01/07/2012

Petit coucou Ariaga pour te souhaiter une bonne fin de week end. Moi je crois en l'amitié, c'est déjà beaucoup ! Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 01/07/2012

On voyage dans la vie avec tout ce à quoi on croit ...et avec tout ce en quoi on ne croit plus...L'incertitude est dans notre être comme une ombre où s'interroger ,où s'abriter aussi quand la fatigue est là .
Un amical bonsoir Ariaga .

Écrit par : Hécate | 01/07/2012

Croire en Soi est déjà quelque chose d'assez ardu, comment croire à des idées reçues des autres ? et comme rien n'est figé, ce qui est aujourd'hui sera différent demain :-)
Avancer pas à pas vers une certaine connaissance du monde et la vie défile, tranquillement ... ou moins, cela dépend des jours ...
Bonne fin de soirée, heureuse de te lire à nouveau.

Écrit par : pseud | 01/07/2012

Texte court mais plein de sagesse. Bonne journée

Écrit par : Fethi | 02/07/2012

Des croyances on en a des tonnes sans le savoir!
Elles ne devraient être que temporaires... jusqu'à ce qu'elles débouchent sur "connaître".
En ce qui me concerne, croire au paradis à la fin de mes jours... ou après la mort... ou dans une vie future hypothétique,
ça ne m'intéresse pas du tout.
Un tient vaut mieux que deux tu l'auras...
alors je fais en sorte de saisir maintenant.
La vie est précieuse... "run with it"!

Écrit par : kea | 02/07/2012

et j'aime beaucoup la citation de Valéry
besos
tilk

Écrit par : tilk | 03/07/2012

tu as raison ...la croyance évite les questions...cela abouti souvent à l'intolerance.
besos
tilk

Écrit par : tilk | 03/07/2012

quel sujet intéressant pour un retour d'escapade dans les îles grecques !

Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet que tu proposes mais en fait est ce bien nécessaire ?

je me considère comme éternel chercheur, et cela depuis déjà un certain nombre d'années, et plus ça va plus je me pose des questions !

Cependant ce qui a changé c'est que maintenant, lorsque je lis ce qui semble être des certitudes de certains philosophes, j'ose dire que ce sont leurs versions et que je n'adhère pas forcément à ce qui semble pour certains la réalité !

Autrement dit j'ose penser et ressentir ce que je perçois en profondeur
je t'embrasse chère Amie

Écrit par : mariedumonde | 03/07/2012

@ Miche, nos résistances sont plus fortes que le parler elles crient.

Écrit par : ariaga | 03/07/2012

@ Amezeg, merci de partager ce texte, que j'aime beaucoup, de Marie-Louise von Franz et de donner des références. C'est un travail que je n'ai plus le gout de faire et je suis heureuse quand les habitués du Laboratoire enrichissent ainsi mes petits textes de manière pertinente.

Écrit par : ariaga | 03/07/2012

@ Le Pierrot, merci l'ami de toujours penser à moi, même quand je suis moins "présente".

Écrit par : ariaga | 03/07/2012

@ Kéa, tu as bien raison de crois surtout à la vie. Nous devons la déguster et surtout lui donner un sens car c'est le lieu où s'accomplit l'Oeuvre.

Écrit par : ariaga | 03/07/2012

Ariaga, les questions pertinentes par toi posées en ce Laboratoire du rêve et de l’alchimie spirituelle font remonter tout naturellement des éléments de mémoire ou d’expérience que l’on a ainsi l’occasion d’approfondir ou de mûrir davantage. Ce texte de M.L.von Franz peut sembler un peu indigeste en cette période de vacances - ou même indigeste en tout temps ? - mais chacun peut en prendre et en laisser selon son goût et son appétit du moment.
« La fleur dans l’ordure » et « L’enfant », que tu viens de publier dans les volets Photos et Extraits du laboratoire, ne manquent ni d’intérêt sur le fond ni de poésie dans la forme. :-)

Écrit par : Amezeg | 03/07/2012

Il est très intéressant de faire un tri. Quelles sont les croyances reçues et quelles sont celles que notre coeur choisit, ressent, ou crée même. Je crois que nous sommes tenus de créer. Rien n'est immobile, même si l'immobilité rassure.
Pour faire ce tri, il faut devenir perceptif et cessez d'être "pensant".La pensée est une merveille, mais elle est aussi un piège, car elle accueille en premier la raison. Que de choses avons-nous perdues depuis que nous nous croyons intelligents ! Que de poésie et de chants du coeur abandonnés dans les méandres labyrinthiques de nos vieilles mémoires. Chacun doit partir seul, et tâcher de retrouver son âme. Celle-ci sait tout, d'ici, d'ailleurs, d'avant, d'après. La mythologie juive raconte qu'avant notre naissance, un ange a chuchoté à notre oreille toute la vérité de l'univers. Au moment de notre naissance, il a posé un doigt sur notre bouche - la marque en reste encore entre la lèvre et le nez - et nous avons perdu conscience de cette connaissance.
Je pense que la méditation, ou la prière, apaisant le mental, permettent à cette connaissance de commencer à émerger.
Houla... il est 6h40 du matin, et déjà je bavarde ainsi... j'adore le petit matin...
Je vous salue bien !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 04/07/2012

Imposer une croyance laisse souvent un goût amer….quelle est la part d’objectivité, de prise de recul, de découverte, d’apprentissage réel ?nous voyons tous les jours les excès des croyances aveugles…L’Homme a heureusement son libre arbitre, son intuition, son intelligence, ses facultés diverses, ses 5 sens ...plutôt pas mal pour poser ses réflexions en toute autonomie
S’il est une chose en laquelle je souhaite croire encore et toujours c’est dans l’être humain, pas toujours facile mais tellement enrichissant. Croire en quelqu’un rend la personne toujours plus forte et plus belle….vous n’avez pas remarqué

Écrit par : Annethé | 04/07/2012

http://www.youtube.com/watch?v=QpBiRuGU928

Écrit par : Maria-D | 04/07/2012

@ Miche, nos résistances sont plus fortes que le parler elles crient.

o))))

Écrit par : Miche | 05/07/2012

@ Tilk, en effet, celui qui a une croyance aveugle ne se pose plus de questions ...

Écrit par : ariaga | 05/07/2012

@ Mariedumonde, une belle escapade les îles grecques. Ce que tu me décris me semble être le stade de la "maturité spirituelle", non ?

Écrit par : ariaga | 05/07/2012

@ la gaillarde conteuse, merci de rendre la peine, au petit matin, de nous raconter des histoires aussi intéressantes.

Écrit par : ariaga | 05/07/2012

@ Maria D, j'aurais voulu donner à cette note une illustration sonore, que je n'aurais pas trouvé mieux. Merci.

Écrit par : ariaga | 05/07/2012

Moi, c'est pareil. J'ai toujours été réticent aux doctrines et aux dogmes de tout bord. C'est pour cela que les religions, entre autre, ne m'attire pas particulièrement. J'aime les chemins solitaires qui partent vers l'inconnu et dont on ne sait où ils mènent.
En fait j'avoue être un peu réfractaire à l'autorité et ma liberté n'a pas de prix qu'elle soit physique, mentale ou spirituelle.

Écrit par : Daniel | 05/07/2012

@ Daniel, comme je te comprends ...

Écrit par : ariaga | 06/07/2012

On peut s'engager sans tout avaler. Pour ma part je me suis engagé sur un chemin laïque et humaniste, mais je reste un homme libre. Quand les valeurs auxquelles je crois ne seront plus respectées je partirai sur un autre chemin...

Écrit par : Jeanmi | 07/07/2012

@ Jeanmi, je suis une lectrice de polars et j'ai eu plaisir à découvrir ton blog.

Écrit par : ariaga | 08/07/2012