UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les passagers | Page d'accueil | l'Évasion vers le lac Titicaca »

22/07/2012

C'est le Pérou !

Nous sommes partis ! C'est ÉPHÊME, un valeureux membre de l'équipage, qui a activé le propulseur "imagination" de notre bateau, une propulsion forte car, en un instant, nous avons navigué sur l'Atlantique, passé le détroit de Magellan, vogué sur le Pacifique et remonté les côtes de l'Amérique du sud jusqu'au PÉROU ... quel périple initial !

***

Bien bichonné, briqué, acastillé, le vaisseau l’ÉVASION  s’est enfin endormi après les nombreuses bouteilles de champagne brisées sur sa proue.

Mais ses songes planaient… et sur un vol multicolore d’oiseaux sans nom il s’est envolé vers les côtes occidentales du PEROU, ce monde des mythes, là où CIPANGO mûrissait l’or en ses mines lointaines…

Bercé par la houle pacifique, il a quitté l’abri de PARACAS, le port aux pélicans, et, veillé par les momies pré-incas recroquevillées dans leurs «fardos» de fins suaires magiques figées dans les sables du désert, il a longé au plus près la côte déchiquetée.

       

écriture,photo,vacances,voyage,nature,Pérou,rêve

    

Dans un premier rêve éveillé est apparu d’abord, tout à coup, le mystérieux «Candélabre» : objet des phantasmes et délires les plus fous, il n’a toujours pas révélé les secrets de ses origines et regarde immobile la mer, sans un mot. Tonnerre de Brest ! Il aura de quoi causer à son retour à quai !

 

écriture,photo,vacances,voyage,nature,pérou,rêve

 Au loin se dévoilent enfin à lui les blanches îles BALLESTAS, arides cailloux calcaires, domaine des oiseaux et des lions de mer, trouées d’arches et de grottes, dessin improbable d’un magicien fou.

écriture,photo,vacances,voyage,nature,pérou,rêve

Des  centaines de milliers de cormorans s’y envolent vers des horizons chimériques grouillant de poissons, et les tout petits et rares manchots de HUMBOLT, d’une grande dignité du haut de leurs 45 cm, le regardent passer sans broncher.

écriture,photo,vacances,voyage,nature,pérou,rêve

Dans un raffut infernal s’ébattent à la «nurserie» otaries, phoques, lions de mer dans une joyeuse animation.

 Notre bateau est alors parti à la dérive de ses songes, ébloui par cette orgie de vie, à la recherche d'autres mondes chimèriques, là où deviennent réelles les fables nées de l'union vitale de l'Écume et de la Terre.

Photos et texte ÉPHÊME

 

 


Commentaires

Quel démarrage, cher Éphême !! à ce train-là la terre sera vite visitée, la suite se fera sans doute au milieu des étoiles ?? Je ne regrette pas d'être en compagnie de vous tous, tripoteurs de mots, de rouge et noir, d'alchimie ... les soirées à bord de l'évasion seront des plus intéressantes. Merci Ariaga...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 22/07/2012

Merci Ephême pour cette navigation étonnante sur les côtes péruviennes. J'aime beaucoup ce cactus aux étoiles :)

Écrit par : lechantdupain | 22/07/2012

Ah!...se réveiller en ce dimanche matin au Perou !....Quelle belle surprise ....:)
Murmure des flots ,bruissement d'ailes ....

Écrit par : Hécate | 22/07/2012

Si l'on m'avait dit que nous visiterions en compagnie de la nina
ces côtes poissonneuses dues au froid courant de Humbolt
je me serai dis que c'était prémonitoire avant que Bolt ne vole la vedette
mais ces empoignades d'oiseaux criards qui joignent aux anneaux olympique le guano fertile rappellent les enchoyades puisque les anchovitas ne donnent pas dans la noyade et puis toute cette farine de poisson nourrit les fermes piscicoles qu'elles soient au Chili ou ailleurs
Un cas dites vous pour un si long empire qui ne fit que prendre la suite
et rassembler des peuplades éparpillées en les asservissant au passage
je sens que nous aller monter aux clipper et cela ne me fait pas peur

Écrit par : Thierry | 22/07/2012

...Mais mes heures sont celles du clair de Lune .A plus tard :)
Amicales pensées...

Écrit par : Hécate | 22/07/2012

Je ne regrette pas d'avoir finalement enfilé mon manteau rouge, malgré la chaleur (si si Ariaga, ici près du jardin du Pérou il fait chaud !)
Le jeu en vaut vraiment la chandelle :)
L'Evasion nous porte bien au delà de ce que j'avais pu espéré du voyage,
entre les mots et les images nous avons de quoi nourrir nos rêves.
Merci Ephème pour le partage :)

amitié

Écrit par : virginie | 22/07/2012

Désemparement sèche est la côte
au point qu'on dit qu'il ne pleut jamais à Lima
bonjour la poussière sur la place d'arme
mais au moins cela a t il l'avantage
de favoriser la conservation
de sites et de tombes

Écrit par : Thierry | 22/07/2012

Là je suis "éberluée" par la beauté du lieu où nous a mené l'Evasion conduit par un Ephême heureux de nous faire plaisir et si talentueux.
Je nage de bonheur et je me demande quel est le message écrit par les anciens sur cette colline , représenté par un cierge "saguaro" ! Peut-être qu'il nous souhaite la bienvenue.

Écrit par : danae | 22/07/2012

C'est au Pérou que j'aimerais aller justement. Ce pays m'attire, il n'est pas le seul mais puisqu'on me le propose, je veux bien y aller. Merci.

Écrit par : elisabeth | 22/07/2012

Merci la gaillarde conteuse, mais l'émerveillement est auprès de ces lieux magiques, je ne suis là qu'un médiuM, comme la conteuse dans les veillées.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

Lechantdupain, l'évasion est toujours au rendez-vous dans ce fabuleux pays.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

Hécate, c'était justement un dimanche matin....

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

Thierry, c'est effectivement fabuleusement aride, et cette réserve est une ancienne exploitation de guano... Depuis que ces îles sont protégées, le nombre d'oiseaux a été multiplié par trois, en deux ans !!!

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

Virginie, c'est en effet mieux que tout ce que l'on imagine...

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

Danæ, il a dû être écrit une bibliothèque sur ce "Candélabre" qui a échauffé les esprits, des plus rigoureux aux plus délirants, et, devant, assez troublé, on ne peut que rêver... sans chercher trop de réponses cartesiennes.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

elisabeth, c'est un excellent choix, et ce n'est pas pour rien que l'ÉVASION y a fait sa première escale... Les civilisations préhistoriques de ces côtes sont très raffinées mais aussi très rudes, car ce milieu est impitoyable.

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 22/07/2012

Peut-être allons-nous avoir l'immense chance de rencontrer quelques Incas ?... Belle journée à vous tous, marins émérites

Écrit par : Phène | 23/07/2012

@ Phène, je ne sais pas où va nous conduire le navire mais qui sait ?

Écrit par : ariaga | 23/07/2012

@ La Gaillarde conteuse, les soirées à bord de l'Évasion seront encore plus intéressantes si tu as une belle histoire à nous raconter.

Écrit par : ariaga | 23/07/2012

A propos de Nazka : Quand le rationnel ne donne pas d'explication convaincante, l'imaginaire prend le relais et alors là plus rien ne vient contredire les auteurs des théories les plus fumeuses...

Écrit par : Jeanmi | 24/07/2012

@ Jeanmi, Je ne sais si ÉPHÊME te répondra sur Nazka car il est consigné dans sa cabine jusqu'à ce qu'il nous raconte la suite des aventures de l'Évasion au Pérou, mais,en attendant, je te remercie du passage à bord car ton imagination débordante d'auteur ne peut qu'apporter du carburant au navire.

Écrit par : ariaga | 24/07/2012

Absente aussi d'OB je n'ai pas lu cette préparation à ce fantastique voyage.
Je me suis empressée d'y remédier en lisant tout depuis le début.

Je souris car un des anagrammes de bateau est : abuter (joindre des éléments par le bout)

Faut-il trouver le bon bout !
Une vie ne suffit pas d'ailleurs mais quel magnifique voyage tu nous proposes et quel enrichissement d'embarquer sur l'imaginaire, la découverte, la recherche et j'en passe.

Merci
Bises

Écrit par : Lmvie | 24/07/2012

merci de nous faire partager de si beaux rêves...

bonne journée
arielle

Écrit par : arielle | 24/07/2012

Jeanmi, le problème est ici un peu diffèrent. Nazka est assez bien daté. Le besoin d'envoyer un message aux dieux du ciel uniquement, en grattant très superficiellement le sol est évident, même si, vu que nous sommes dans la préhistoire, il y ait beaucoup de flou. Ici, le dessin a été «creusé» beaucoup plus profondément, est visible par les hommes, et surtout NON DATÉ. Amer pour des pêcheurs, motif religieux, repère récent pour des pirates ? Tout est possible, sans mettre une pioche entre les mains de petits hommes verts…

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 24/07/2012

@ Lmvie, j'espère que tu vas tenir le "bout" ferme pour nous aider à la manoeuvre des voiles.

Écrit par : ariaga | 24/07/2012

@ Arielle, merci de ta visite. J'ai été voir ton "univers", il y a de quoi naviguer !

Écrit par : ariaga | 24/07/2012

@ ARIAGA À TOUS, j'ai beaucoup aimé les lieux où Éphême à conduit notre navire et je lui ai demandé si il pouvait, encore un peu nous raconter cette belle histoire. Demain,nous allons rester au Pérou et grâce à la magie de l'évocation notre imagination va encore être nourrie ...

Écrit par : ariaga | 24/07/2012

Ephême,

Ces cormorans semblent avoir pris la pose ou, mieux, j'ai le sentiment de voir une statue dressée sur les rochers, symbole de l'envol et de la liberté.

Ton invitation au voyage est très réussi !

Jean

Écrit par : Jean | 29/07/2012

@ Jean, en plein milieu de l'Océan pacifique, alors que je contemplais la mer du pont de l'Évasion, j'ai aperçu soudain la minuscule tête d'un nageur. C'était toi qui faisait de grands efforts pour rattraper le navire. Nous avons réussi à te récupérer, épuisé par ta course folle, et à te prendre à bord. Je suis ravie ...

Écrit par : ariaga | 29/07/2012

Jean, ces cormorans accompagnaient parfois le bateau à trois ou quatre mètres, droits comme la flèche de la liberté. Superbe image de l'évasion !
Amitiés

ÉPHÊME

Écrit par : ÉPHÊME | 31/07/2012

Je viens de faire défiler toutes tes billets de ces "vacances imaginaires" que tu as publié depuis mon départ...Juste défiler avec déjà l'envie de m'attarder sur chaque épisode. Je vais prendre mon temps, (c'est le délicieux privilège que j'ai cette année: revenir sans la contrainte d'un car à prendre) et voguer avec l'Evasion de port en port. Amitiés Ariaga.

Écrit par : Louis-Paul | 17/08/2012

Louis-Paul, voilà, prendre son temps, une manière d'être qui devient de plus en plus rare dans notre société de la vitesse et du survol rapide.

Écrit par : ariaga | 17/08/2012