UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un mouvement mondial de libération | Page d'accueil | Les tsiganes »

09/08/2012

Chanson pour l'ÉVASION

vers le soleil.jpg

L'équipage de l'ÉVASION, réclamme une chanson de bord pour avoir le coeur à l'ouvrage pendant les manoeuvres. Je commence mais on peut toujours ajouter des couplets.

 

Brisons de notre étrave, les murs et les barreaux,

Et soulevons ensemble, le fardeau de souffrance,

De tous les rejetés.

Chantons, chantons, le gai chant d'l'Évasion,

Hissons, hissons, les bouteilles sur le pont.

 

Mettons à la poubelle, les mots gros mots qui condamnent,

Voguons vers l'horizon, où brille la lumière,

De la fraternité.

 Chantons, chantons, le gai chant d'l'Évasion,

Hissons, hissons, les bouteilles sur le pont.

 

Nous sauverons les mers, achetées à crédit,

Et le sang de la terre, pompé par les marchands,

Ces infâmes vampires.

Chantons, chantons, le gai chant d'l'Évasion,

Hissons, hissons, les bouteilles sur le pont.

Ariaga et ...

 

 

Commentaires

Débouchons à tout va les esgourdes rouillées

Des ravageurs de mer et des poules mouillées,

Envoyons par le fond ou bien par les dalots

Les sordides pirates, les tueurs de cachalots.

Affalons la grand-voile de la spéculation,

De tout ce qui affiche ou morgue ou prétention,

Surexploite la terre, affame la misère

Et navigue sans honte sur notre cécité,

Au cœur-même de nous et de notre cité,

Sur « notre eau » mal connue, mal famée,

Et qui, « Mer des sages », fut toutefois nommée.

Écrit par : Amezeg | 09/08/2012

Un vers était tombé à l'eau lors du transbordement sur le blog...C'est moins grave qu'un bon verre qui passe à l'eau mais...:-)

Débouchons à tout va les esgourdes rouillées

Des ravageurs de mer et des poules mouillées,

Envoyons par le fond ou bien par les dalots

Les sordides pirates, les tueurs de cachalots.

Affalons la grand-voile de la spéculation,

De tout ce qui affiche ou morgue ou prétention

Et de tout ce qui bat pavillon mortifère,

Surexploite la terre, affame la misère

Et navigue sans honte sur notre cécité,

Au cœur-même de nous et de notre cité,

Sur « notre eau » mal connue, mal famée,

Et qui, « Mer des sages », fut toutefois nommée.

Écrit par : Amezeg | 09/08/2012

@ Amezeg, c'est vraiment excellent, surtout la première partie. Tu es beaucoup plus doué que moi mais il fallait bien que je commence. Tu mérites ton titre de barde.

Écrit par : ariaga | 09/08/2012

Superbe ta poésie Amezeg !
Bien que !...
les autres sont responsables
nous ?...
à part notre cécité...
n'avons rien à nous reprocher .

Et pourquoi préférons-nous l'aveuglement ???
ça c'est une bonne question !

Écrit par : kea | 09/08/2012

@ Ariaga : Merci pour ton aimable appréciation. Comme chanson de bord, ce n’est peut-être pas très entraînant et ce que tu avais lancé pourrait suggérer de meilleures suites à plus d’un membre de l’équipage pourvu d’une imagination plus enjouée que la mienne en ce jour.


@ kea : Merci à toi également pour cette trés aimable appréciation.
Ils naviguent sur notre cécité, c’est à dire qu’ils bénéficient de notre méconnaissance de nous-mêmes* et qu’ils sont en quelque sorte « nos représentants », nos chargés de missions aux basses-œuvres. C’est sans doute souvent par paresse morale et psychologique que nous
préférons l’aveuglement.

* http://www.cgjung.net/alchimie/1991/mai.htm : « Débutant un "travail" de prise de conscience, Francisco traverse la Mer des Sages,................ »

Écrit par : Amezeg | 09/08/2012

après avoir lu ce texte , cette chanson à boire des marins de l'evasion je vais à mon tour quitter ce navire et naviguer entre AUBE, MARNE et SEINE, taquiner la truite des flots argentés de l'AUJON.400 et 500D seront du voyage,des clics rapides sortiront de leur coque emprisonnant les images.pas de web, le grand calme

Écrit par : lecracleur | 09/08/2012

"notre méconnaissance de nous-même"

c'est tout à fait à cela dont je voulais en venir avec mon commentaire.

Merci Amezeg de si bien l'exprimer, c'est une joie de te lire.

Écrit par : kea | 09/08/2012

@ Kea, merci de participer. C'est vrai que c'est une joie de lire Amezeg, mais, toi aussi c'est une joie de te lire.

Écrit par : ariaga | 09/08/2012

@ lecracleur, je te souhaite de bonnes vacances, de belles truites, et qui sait, l'imagination n'a pas de frontières, tu croisera peut être les valeureux passagers de l'Évasion.

Écrit par : ariaga | 09/08/2012

@ Amezeg
"Francisco (28 ans) ne sait pas encore que la pire des pauvretés n'est pas ce qui nous manque, mais l'ignorance de tout ce que nous avons en nous."
La connaissance de soi - de ce que nous avons en nous - qu'y a t-il d'autre à faire ?

Écrit par : kea | 09/08/2012

@Ariaga
Tu me fais là bien plaisir Ariaga.

Écrit par : kea | 09/08/2012

Boire et chanter ...avant de déchanter
c'est unir chanson et échanson
c'est verser pour la gloire du calice au ciboire
j'aurais tant voulu m'enivrer
mais rien n'a pu me délivrer
ça aurait été chouette
de faire ici une pirouette
avant de me faire transporter
allongé dans une brouette
je me serais liquéfier
ne sachant à quel bouchon me vouer
rien ni personne ne me ferait avouer
que du liber action j'en avait à revendre
puiser dans les livres comme autant de vivres

Écrit par : Thierry | 09/08/2012

Ensemble unissons-nous, rallions nos volontés
Pour apporter la paix et la sérénité
Aux peuples de la terre

Écrit par : danae | 10/08/2012

Et la musique ? Qui d'entre nous pour mettre ses belles paroles en musique, capitaine ?... ;-) Bien chaleureusement, chère Ariaga

Écrit par : Phène | 10/08/2012

Les dents aigües d’un pirate taxeur, ou requin fiscal, s’étaient refermées sur la queue de mon texte lors du transbordement vers le blog, lui arrachant cinq pieds d’un seul coup de mâchoire. Je les lui ai enfin repris en lui fendant sans pitié le portefeuille avec mon sabre de marine et les ai replacés là où ils n’auraient jamais dû manquer :

Sur « notre eau » mal connue, mal aimée, mal famée,
Qui, je crois, « Mer des sages » fut toutefois nommée. »

Écrit par : Amezeg | 10/08/2012

@ Amezeg, oui ! cela tombe beaucoup mieux. Je remettrai tout cela en place dans une version finale.

Écrit par : ariaga | 10/08/2012

@ Thierry, toujours aussi original comme inspiration mais le texte de Amezeg est plus exploitable en chanson.

Écrit par : ariaga | 10/08/2012

@ Danae, tu es dans le rythme de ce que j'ai commencé et cela fait un joli couplet. Avec tous ces matériaux je sens qu'il y aura une belle chanson finale, et pourquoi pas deux ?

Écrit par : ariaga | 10/08/2012

@ Phène, ce ne sera pas moi, et pour le chanter encore moins. J'ai une certaine pitié pour les oreilles de mes semblables ...

Écrit par : ariaga | 10/08/2012

Voguons vers le grand large
par delà l'horizon
allons chercher les armes
de l'imagination

prenons au ciel les ailes
à la mer les poissons
pour traverser les murs
de toutes les prisons

personne ne nous tient
en bande nous allons
nourrir la nuit le jour
de nos engagements

Écrit par : venezia | 10/08/2012

conotation anarchiste....j'aime
besos
tilk

Écrit par : tilk | 10/08/2012

Ariaga, une incitation à la picole, t'as pas honte ? bisou bisou.

Écrit par : le Pierrot | 11/08/2012

Chantons ensemble, en buvant un verre : je suis bien d'accord... mais un seul verre ! Bon week end.

Écrit par : elisabeth | 11/08/2012

@ Vénézia, j'aime bien, "allons chercher les armes de l'imagination", çà a un petit air conquérant.

Écrit par : ariaga | 11/08/2012

@ Tilk, si tu entends par ce mot, absence complète de règles, je crois, en effet que ce terme s'applique assez bien à ce voyage.

Écrit par : ariaga | 11/08/2012

@ Le Pierrot, non, je n'ai pas honte et puis "c'est pour de rire" !

Écrit par : ariaga | 11/08/2012

@ Élisabeth, tu sais, sur ce bateau j'ai du mal à faire régner la mesure ...

Écrit par : ariaga | 11/08/2012

Il y a du choix chère amie !

Personnellement je vote pour un joli mélange, Ariaga/Venezia
ça me plairait bien !

Pour la mélodie, je ne peux m'empêcher de penser à :" Hisse et Haut Santiano"

C'est un fameux bateau l'évasion
souquez moussaillon ! etc.......
en démarrant comme ça on pourrait s'en arranger
bisous amie

Écrit par : mariedumonde | 11/08/2012

Ariaga,

La photo qui accompagne ta prose m'a saisi ce matin...nostalgie, liberté, immensité, tout s'y mêle.

*Raclement de gorge*

Chantonnnnnns, chantonnnns, le gai chant d'l'Évasionnnnnn,

Hissonnnnns, hissonnnnns, les bouteilles sur le ponnnnnt.

Jean

Écrit par : Jean | 12/08/2012

@ Mariedumonde, je crois que l'on va attendre pour mixer. Demain un nouveau texte et celui là restera "ouvert" pour les retardataires. bonne idée pour la mélodie.

Écrit par : ariaga | 12/08/2012

@ Jean, beaucoup d'émotion, ne serais tu pas, toi aussi allé faire un petit tour dans la cale où il se passe tant de choses. Comme dirait notre ami commun Carl Gustav, es profondeurs sont riches ...

Écrit par : ariaga | 12/08/2012

ARIAGA À TOUS, on va laisser "ouverte" cette note pour que, éventuellement, d'autres puissent s'exprimer et, plus tard,proposer la version définitive de la chanson de l'Évasion. Et pourquoi pas deux chansons ? Demain, en cette période où les blogs sont en sommeil, nous allons tenter de mettre un peu d'animation ...

Écrit par : ariaga | 12/08/2012

...

Cueillons des " Ose ! " jours du I

L'Ivresse douce des roses ... "

Ame t'y es chère Ariaga, l'Evasion est pleine de coeur et de vie !

Écrit par : Veronica | 14/08/2012