UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les phobies | Page d'accueil | Le travail du pinceau »

25/04/2013

Comment convaincre un auditeur

Une ombre dans la bonbonne.jpg

Vous savez, amis, la profonde influence de Goethe sur C.G.Jung.  Alors, en pensant à ce cher Carl Gustav dans l'oeuvre duquel j'ai à nouveau tendance à m'immerger, je vous propose, en attendant une note plus copieuse, une citation. 

Il s'agit des débuts du Faust I. Faust interrogé sur la possibilité de conquérir, de charmer et de convaincre un auditoire par de belles paroles répond :

"Si vous ne le sentez, vous essaierez en vain,

Si vous n'avez en vous l'éblouissante flamme

Qui jaillissant du coeur, persuade, convainc

Et force l'auditeur à vous ouvrir son âme,

Vous pouvez vous asseoir, cuire un pauvre ragoût

Des miettes de festin prises à d'autres tables,

Ranimer en soufflant des cendres misérables,

Les singes, les enfants, si c'est là votre goût,

Viendront vous admirer vous et vos patenôtres,

Mais jamais vous n'aurez accès au coeur des autres

Si ce n'est votre coeur qui leur parle pour vous."

J'aime beaucoup la fin, très simple et juste, et je crois que nous pouvons tous la méditer. Il y a des gens qui parlent admirablement et pourtant, quand leur discours est fini, il ne reste que du vent.

Ariaga

 

Commentaires

oh que oui !

J'adhère complètement à ce que tu viens de publier !
Ceux que j'appelle les "beaux parleurs" ne me touchent pas et me fatiguent. surtout que dans certains cas ce n'est que du "bla bla bla"

Et pourtant il suffit de peu de mots pour rendre quelqu'un heureux, les mots du coeur sont reconnaissables et lorsqu'on les "reçoit" ça fait tellement de bien.....

Et si on commençait par un je t'aime !

bisous très forts pour toi chère Ariaga

Écrit par : mariedumonde | 25/04/2013

Je suis plus un écouteur qu'un causeur. Je remarque qu'il est rare de pouvoir s'exprimer vraiment, en confiance, car l'écoute vraie est rare. Souvent la prise de parole est l'occasion d'imposer sa présence... et dans mon milieu de travail, par exemple, les grandes gueules aiment à tenir le haut du pavé...
Bises sonores Ariaga :)

Écrit par : lechantdupain | 25/04/2013

J'aime bcp aussi !

Écrit par : Frédéric | 25/04/2013

Très intéressante citation chère Ariaga à laquelle j'adhère. Ayant eu à présenter des poésies à des personnes qui n'auraient pas la connaissance de certaines formes d'expressions ( on m'avait prévenue de cela et là était l'écueil) j'ai durant plusieurs semaines essayé de comprendre au plus près chaque vers se rapportant à la vie de l'auteur, afin que tout me soit devenu proche de l'intime en espérant que mon émotion puisse transmettre le moment venu au-delà des mots, quelque chose à ceux et celles qui écouteraient.( Rien n'était plus improbable, bien sûr quand à l'issue...)Il me semble que la sincérité passe telle une onde, une vibration.
Goethe dit vrai !

Amicalement.

Écrit par : Hécate | 25/04/2013

Cela me rappelle que Jung est un homme qui n’a jamais accepté de tout réduire au plus petit dénominateur commun pour se concilier la faveur de l’ensemble du public, ce qui lui a valu de nombreux détracteurs et même des ennemis. On l’a même accusé, contre toute vraisemblance et contre tout bon sens, d’antisémitisme ! Qui veut noyer son chien...
Jung parlait bien avec le cœur, avec sincérité et honnêteté, mais ce qu’il disait n’a pas été reçu par le cœur de tous. Peut-être parce que ce qu’il disait était trop ignoré de beaucoup de gens, parce qu’ils n’en avaient pas fait l’expérience, ou parce que ces gens-là résistaient à le reconnaître pour vrai en raison des efforts de réflexion et de remise en question de leur points de vue établis que cela pouvait leur demander.
Il faut donc sans doute ajouter à ce qu’a dit Goethe que la flamme jaillissant du cœur de quelqu’un n’est pas à coup sûr reconnue comme flamme sincère par le cœur de telle ou telle autre personne. Et pour ces personnes-là, bien sûr, il ne reste que du vent.

Écrit par : Amezeg | 25/04/2013

bonjour Ariaga,

Belle photo où se dessine une sphère à peine visible prise dans les glaces,mais commençant à s'en détacher..ou à la fendre....un début de mouvement...une descente ou une remontée......une image peut-être de La Totalité figée dans la dureté et la rigidité du discours de l'intellect et qui cherche à s'en dégager.....?
pour compenser,quelques mots dans la chaleur et la fluidité du coeur....

laisser parler son coeur,c'est laisser parler plus grand que soi à travers nous,c'est devenir simple canal d'une énergie profonde qui habite en chacun de nous et qu'il faut savoir recevoir,avant de la laisser se transmettre par sa propre vertu,à d'autres âmes,à d'autres coeurs ouverts.....
C'est savoir se tenir dans le renoncement d'une certaine soif de pouvoir,celle de l'hégémonie du moi.C'est être sans intention particulière et dans une certaine forme d'innocence qui n'entachent un échange avec l'autre#quelque soit celui-ci d'ailleurs#,d'aucune attente de notre part,consciente ou inconsciente,comme celle qui viendrait se dissimuler par exemple derrière "d'admirables discours",aussi bien intentionés soient-ils,et traduisant finalement davantage le langage de la tête,donc du moi, que celui du coeur......
(pour ce qui est de nos attentes,nous savons bien entendu à quel point il est difficile,voir impossible d'éviter les projections ...)

Laisser parler son coeur,c'est pour reprendre les mots de Goethe,porter en soi "l'éblouissante flamme" qui fait qu'un feu se propage à un autre feu.....que le feu nourrit le feu......et que l'indicible se propage directement d'un coeur à un autre,d'un foyer à un autre.....

Laisser parler le coeur,c'est aussi laisser parler son humanité,laquelle est indissociable de la souffrance que chacun doit affronter dans sa propre existence;et seul celui qui a été blessé peut entendre et peut-être commencer de comprendre ce qui a été blessé en l'autre.Parler à partir du coeur,c'est donc laisser parler l'humilité en soi,accepter de ne pas rester figé et crispé au service du moi,mais de s'ouvrir au service de l'autre pour que vive le Soi, tel que Lui seul le souhaite à travers cet échange.....
Et puis c'est un langage qui n'à pas toujours besoin de mots et qui se vit aussi parfois dans le silence d'une communion secrète:un geste,un regard,une simple présence suffisent parfois et peuvent aller aussi profond que certaines paroles.......langage verbal ou non verbal donc,aucune règle en la matière.....
Enfin ,le langage du coeur ne peut être que celui de l'absolue sincérité qui est dépouillement des artifices et des leurres du moi......ce qui sous-entend donc une identification des projections# et leur retrait si nécessaire#,seule ouverture possible et véritable à l'altérité......
C'est donc le langage de la plus grande simplicité,qui lorsqu'il est juste,atteint directement le centre de la cible qui n'est autre que la lumière du Soi en chacun de nous,le Centre où brûle le feu transformant de l'Amour........là se trouve,je pense,le gage de son authenticité.
Convaincre un auditeur#ou un auditoire#,c'est laisser la parole rayonner à partir du centre et s'imposer d'elle-même;donc rien à faire en fait,si ce n'est laisser faire......tout un art!

Écrit par : aurora | 25/04/2013

Je suis bruyante et pourtant j'aime le silence...
J'aime entendre le bonjour timide qui s'inscrit dans le regard qui sourit...interroge...
Timidement je reçois le message...
Je caresse du regard celui ou celle qui me salut....j'en veux plus....échanger quelques instants....et la vie trépidante nous sépare....chacun s'en va vers sa réalité.
Je retourne dans mon silence un peu plus riche d'un regard .

Écrit par : *MeL* | 25/04/2013

@ Aurora : je crois qu’on ne peut pas mieux dire à propos de ce qu’est le cœur et je suis ravi que tu l’aies exprimé ici avec tant de justesse.

Écrit par : Amezeg | 26/04/2013

Le cœur et la raison...l'alliance à parfaire pour être authentique...
Ce mot convaincre !
Nous aimons nous livrer à ce jeu de la décomposition des mots...
et convaincre a été de la partie !...
con vaincre... déjà rien que le mot vaincre quand au mot con...que de commentaires !!!
Cela a été un festival d'interprétations !!!...

Hier j'ai tenté de poster un com mais il n'a pas daigner être enregistrer et à l'évidence je ne suis pas la seule à avoir été en difficulté !!!

Écrit par : michèle | 26/04/2013

Oups ! pour le daigné pourtant pas dé daigné et l'en registré !!!

Écrit par : michèle | 26/04/2013

Il y a longtemps que je ne cherche plus à convaincre qui que ce soit. Cela me paraît stérile et une perte de temps. Convaincre pourquoi? Pour satisfaire son égo, sans doute. Et en plus je pense que la vérité n'existe pas.....Alors.....

Écrit par : daniel | 26/04/2013

C'est juste, mais il arrive aussi que, l'orateur ou l'écrivain, emploie ce procédé et aborde les sujets que les lecteurs ou auditeurs attendent pour, comme l'on dit, les caresser dans le sens du poil. Les politiques savent très bien le faire...

Belle journée avec bises de nous deux

Écrit par : patriarch | 26/04/2013

"les chercheurs sur le chemin de l'évolution spirituelle, les voies de l'âme,"
quel beau programme et quel beau blog cher Daniel, j'ai commencé à défiler tes articles oh combien intéressants ! agréables à lire , à regarder et à entendre ce sont aussi les voix de l'âme n'est ce pas ?

Mais dis moi si tu penses que la vérité n'existe pas , il me semble bien que tu la cherches malgré tout ! et d'une bien belle façon semble t'il , méfie toi tu vas finir à en approcher "l'essence"

bonjour et bisous à toi Ariaga

Écrit par : mariedumonde | 26/04/2013

Je te suis Daniel, chacun a sa donne de vie, ses opinions pas toujours bien arrêtées (et c'est tant mieux parce que comme me disait mon père quand j'étais enfant, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas! ) les convictions sont une chose, la vérité une autre, plurielle et pas intemporelle mais j'évite de lâcher les chevaux!

Écrit par : Thierry | 26/04/2013

Bonjour Ariaga,
C'est bien vrai, ce qui est dit avec le cœur touche tandis que les belles paroles saoulent !!!
Je te souhaite un bon WE
Bises

Écrit par : danae | 26/04/2013

Je crois que quand il y a du fond la forme est toujours un plus et que ça donne beauté et émotion, mais avec l'art et la manière en plus de la matière quand aux mots on n'est pas obligé d'en rester prisonnier au delà des mises en scène. Je sens que je vais me faire plus rare de peur d'en irriter certains. quand je ne suis pas le bienvenu je sais vite l'entendre et ne m'impose jamais.

Écrit par : Thierry | 26/04/2013

@ Thierry, en tous cas pour moi tu es toujours le bienvenu, tes textes apportent beaucoup et si j'ai mis un peu de frein sur la note précédente c'est que l'on s'écartait du sujet et que je préfère attendre que les esprits se calment. Dans quelque temps je ferai peut-être une note sur la différence entre le point de vue de la société civile et le point de vue de l'union mystique des contraires. Patience l'ami les transmutations se font par une lente cuisson sur l'athanor ...

Écrit par : ariaga | 26/04/2013

Excellente note, qui démarre en trombe...! Il est évident que nous ne pouvons convaincre qu'avec notre cœur..., mais ce cœur peut être mauvais ! Il suffit de voir les extrémistes de tout poil qui s'exprime avec la plus terrible sincérité, et sont redoutablement convaincants pour certains.

Écrit par : éphême | 26/04/2013

ARIAGA À TOUS, beaucoup de commentaires auxquels je ne peux répondre aujourd'hui. Je me rattraperai demain. Idem pour les visites.

Écrit par : ariaga | 26/04/2013

Si vrai !
Quant à moi, c'est la dernière phrase de ta propre conclusion que j'aime beaucoup, c'est tellement le cas !
Zoubis et bon w-end.

Écrit par : Khayaa | 27/04/2013

@ Mariedumonde, on ne dit pas assez JE T'AIME.

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

@ lechantdupain, tu as bien raison, les vrais dialogues sont rares. Chacun produit son discours sans vraiment écouter celui de l'autre est les silences pour réfléchir à la pensée qui devrait circuler sont tout aussi rares.

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

@ Frédéric, j'aime beaucoup aussi que tu aimes !

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

@ Hécate, quand tu dis que la sincérité passe comme une ombre, une vibration, c'est tout à fait ainsi que je le ressens. J'ajouterai une chaleur.

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

Parler à coeur ouvert...
Ecrire spontanément ce que le coeur nous dicte...
Quoi de plus simple, quoi de plus difficile ?
Une vie suffira-t-elle pour le débarasser de tous les détritus qui s'y sont accumulées, pour fracasser les carapaces qui sont sensées le protéger ?
Lâcher tout...Les acquis, le savoir, le matériel...
Lâcher son fardeau au vent...S'abandonner à l'inconnu...
Pardonner et...se pardonner...
Donner son âme en pature...
En toute confiance avec, en sa besace, l'Amour et la Joie... Rien !

Écrit par : Jacques | 27/04/2013

On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

Merci "Le petit prince" et Ariaga

Écrit par : Fanchon | 27/04/2013

J'ai toujours eu un problème à assentir à des affirmations parées comme des vérités évidentes. Alors je vais soumettre à votre réflexion le paradoxe dans lequel je me trouve. Si la proposition "Si ce n'est votre coeur qui leur parle pour vous" est correcte, alors me direz-vous pourquoi lorsque j'ai entendu Gérard Filoche s'indigner devant la trahison de Cahuzac, et s'exprimer avec le coeur au bord des lèvres et des larmes dans les yeux, le seul effet que cela m'a fait c'est le dégoût ? Le dégoût car je ne sentais pas son coeur me parler, ce que pourtant il semblait faire, je percevais une forme de comédie excessive tel l'acteur pris à son propre jeu et entrainé irrésistiblement par son émotion comme le foulard coincé dans le cran d'un rouage. Pourtant, son coeur parlait mais il ne m'a pas touchée, il ne m'en a pas convaincue... pourquoi ?

http://www.youtube.com/watch?v=qmuy85NC8Lo&feature=player_embedded#!

Écrit par : Gicerilla | 27/04/2013

@ Amezeg, oui, surtout dans la seconde partie de sa vie Jung à parlé avec le coeur et cela n'a pas toujours été compris. Je crois que c'était, toujours à cette période, le cadet de ses soucis et c'est ce qui lui a permis d'écrire ses oeuvres les plus "profondes".

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

@ Aurora, merci pour ton commentaire. D'abord au sujet de la photo. Tu m'en apprends ... mais je te ferais remarquer que, si on regarde bien, en bas de la grande colonne, il y a une forme humaine, une présence.
Sur le reste de ton commentaire, si tu suis un peu ce blog, tu sais que je n'aime pas ajouter des mots aux mots, surtout quand ils parlent si juste à l'oreille de mon coeur.

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

*Mel, le regard peut être aussi convaincant que les mots car il est un reflet de l'âme. Merci pour ton commentaire. À quand le plaisir de voir une nouvelle oeuvre sur ton blog ?

Écrit par : ariaga | 27/04/2013

Je ne sais pas transmettre mon regard via ces commentaires, mais Ariaga sache qu'il est tendre pour toi en ce jour spécial.

Écrit par : Francine | 27/04/2013

Tu m'as convaincu Ariaga
ce qui me gène dans convaincre, c'est vaincre , à part vaincre sa peur
prendre l'avantage sur l'autre me parait moins intéressant que nouer un dialogue constructif dans une écoute réciproque de qualité.
Changer les autres est souvent une facilité pour ne pas changer soi même
ou du moins essayer de travailler assez la pierre brute pour produire des effets.

Écrit par : Thierry | 27/04/2013

Oui,une présence,Ariaga,à peine visible pour nos yeux,mais si forte en nos coeurs........comme un témoin peut-être de ce qui s'accomplit dans le plus grand mystère de la profondeur,et qui veille simultanément sur nous et en nous.......c'est troublant.....ni une présence qui vient,ni une présence qui s'en va,simplement celui ou celle qui se tient là,ou plutôt,CELA qui est présent et se tient là,au fond de soi,derrière le voile des apparences et la multitude des manifestations,et qui aspire à la réalisation de l'Unité.....un témoin silencieux de nos métamorphoses......

Et le questionnement que fait naître en moi cette magnifique photo:
QUI photographie QUOI?

Notre oeil,le petit moi cherchant à saisir et fixer un instant fugitif,ou
l'Insaisissable qui se manifeste à nous,à notre insu,et vient nous dévoiler à notre plus grande surprise,une autre réalité que celle à laquelle nous avions peut-être cru de prime abord?
Changer de perspective ne permet-il pas d'élargir son point de vue?
Donc,est-ce moi qui perçoit et voit les choses,ou bien est-ce l'oeil du Centre qui regarde à travers moi?
Et n'y a t'il pas un temps pour unir mon propre regard et celui du Soi en moi,en une seule et même vision,une seule et même connaissance,
qui au fond est celle du coeur?
Nous voici revenus au commencement(cf.premier commentaire),et de conclure que le langage du coeur doit passer par TOUS nos sens.
S'il nous faut apprendre à laisser la parole du coeur rayonner par elle-même à partir du Centre,nous avons également à laisser l'oeil du coeur voir et contempler toutes choses à partir du Centre en nous.
Merci de me le rapeler à travers ton beau travail Ariaga.

Écrit par : aurora | 28/04/2013

Je me méfie de l'enthousiasme et de la toute puissance de la conviction intime, elle bouscule le relativisme qui me semble nécessaire pour aborder de tels sujets.
Authenticité et sincérité sont ils des éclats fugaces qu'on peut à tout coup discerner dans les yeux de l'autre ? Je voudrais bien y croire pourtant l'expérience nous apprend que comme il y a des personnes capables de tromper les détecteurs de mensonge il y a aussi des individus qui donnent fort bien le change sur leurs intentions.
Ayant étudié quelques rudiments de psycho-morphologie avec jean louis Dubet je dois dire néanmoins qu’avec un peu d'entrainement on peut arriver à déceler dans le non verbal des signes dont il faut encore interpréter le sens possible dans un contexte donné mais qui souvent ne trompent pas, la capacité de contrôler le corps est ses gestes irrépressibles n'étant pas l'apanage de tous.

Écrit par : Thierry | 28/04/2013

Bonjour Ariaga,
Certains Maîtres des Véda amènent leur disciples à la Réalisation de Soi dans le silence le plus total. Cette parabole l'illustre parfaitement :"Maître, dis seulement une "parole" et mon serviteur sera guéri..." Une pensée pour Toi, en ce jour du souvenir. De tout Coeur, chère âmie

Écrit par : Phène | 28/04/2013

Dira-t-on jamais assez que le Yi King recèle des trésors de sagesse ?
L’hexagramme 61 nous conduit « au cœur » du sujet :

61. Tchoung Fou / La Vérité Intérieure

Neuf à la deuxième place signifie :
Une grue criant dans l'ombre.
Son petit lui répond.
J'ai un bon gobelet.
Je le partagerai avec toi.

Il est ici question de l'influence involontaire de la nature intérieure de la personne sur des êtres qui nourrissent les mêmes dispositions. La grue n'a pas besoin de monter sur une colline élevée. Même si elle fait entendre son cri tout en demeurant entièrement cachée, son petit entend sa voix, la reconnaît et lui répond. Là où règne une humeur joyeuse, il se présentera un compagnon qui partagera un gobelet de vin avec celui qui est là. Ainsi se manifeste l'écho éveillé dans l'homme par la sympathie. Là où un sentiment s'exprime en toute sincérité et en toute pureté. là où un acte est la claire expression de la disposition intérieure, ils exercent une influence secrète au loin, et d'abord sur ceux qui sont intérieurement prêts à la recevoir. Mais ces cercles s'élargissent. La racine de toute influence se trouve à l'intérieur de l'être. Quand cela se traduit en paroles et en actes avec une sincérité et une fermeté entières, alors l'influence est grande. L'influence n'est que le reflet de ce qui sort de notre cœur. Toute volonté délibérée de produire une influence ne ferait que détruire cette influence. Confucius dit à ce sujet : « L'homme noble demeure dans sa chambre. S'il prononce bien ses paroles, il trouve un assentiment à une distance de plus de mille milles : combien plus dans son voisinage ! Si l'homme noble demeure dans sa chambre et ne prononce pas bien ses paroles. il trouve une contradiction à une distance de plus de mille milles : combien plus dans son voisinage ! Les paroles viennent de l'essence de la personne et exercent leur influence sur les humains. Les œuvres naissent tout près et deviennent visibles au loin. Les paroles et les œuvres sont les gonds de l'homme noble et les ressorts de son arbalète. Lorsque ces gonds et ces ressorts fonctionnent, ils apportent l'honneur ou la honte. A l'aide des paroles et des œuvres, l'homme noble meut le ciel et la terre. Ne convient-il pas, dès lors, d'être prudent ? ».
http://wengu.tartarie.com/wg/wengu.php?no=61&l=Yijing&lang=fr

Écrit par : Amezeg | 28/04/2013

Tout est dit dans ce "neuf à la deuxième place" de "la vérité intérieure",avec tant de justesse,de précision et de lucidité,qu'on ne peut effectivement que s'émerveiller et s'incliner devant un tel trésor de sagesse......et laisser sa parole nous nourrir.

Écrit par : aurora | 28/04/2013

@ Michèle, il y a des jours de folie chez les fournisseurs d'accès. C'est vrai qu'en langue des oiseaux on peut bien jouer avec le mot convaincre !

Écrit par : ariaga | 28/04/2013

@ Daniel, bien désabusé ? Pourtant, moi qui te lis régulièrement j'ai souvent été convaincue ...

Écrit par : ariaga | 28/04/2013

@ Patriarch, oui, mais les hommes politiques sont des sophistes capables de faire un discours sur n'importe quelle opinion.

Écrit par : ariaga | 28/04/2013

@ Danae, c'est exactement cela on est saoulé de belles paroles mais ce sont des vins trafiqués.

Écrit par : ariaga | 28/04/2013

Et lorsque le coeur parle pour nous..
Nous avons l'impression d'avoir tout dit sans ouvrir la bouche..

Il est une Présence qui ne fait pas de bruit
Et pourtant quel vacarme !

Écrit par : Lise | 28/04/2013

@ Éphême, le coeur, dans le sens qui lui est donné par Goethe, peut-il être mauvais, là est la question ...

Écrit par : ariaga | 28/04/2013

@ Jacques, non une vie ne suffit pas ... merci pour ce beau commentaire.

Écrit par : ariaga | 28/04/2013

@ Ariaga
*Mel, le regard peut être aussi convaincant que les mots car il est un reflet de l'âme. Merci pour ton commentaire. À quand le plaisir de voir une nouvelle oeuvre sur ton blog ?

Écrit par : ariaga | 27/04/2013


Ma réponse un jour peut-être ...ou jamais ....!
Dame la Mort peut m'emporter comme tous sans avertissement.
C'est la vie !

Écrit par : *MeL* | 28/04/2013

Oui, je crois aussi que quand le cœur parle la valeur de l’échange s’en voit transformée.
Mais sommes-nous toujours sûrs que nous laissons vraiment notre cœur s’exprimer, aussi sincères soyons-nous ?
Je me prends à rêver parfois que mon égo s’est enfin endormi et que je peux sans mal être dans le vrai, l’écoute magique et la parole authentique.
Ma peur de m’exposer ou mon excès d’expression ne cache-t-il pas une forme de pouvoir sur l’autre car je juge ou je cherche à dominer.
En fait je me demande si le cœur ne prend pas toute sa dimension quand le mental est au repos, que nous ne réfléchissons plus à nos actions et leurs retombées. Juste dans le temps présent…
Bref je crois mettre toujours mon cœur le plus sincère en action mais je me suis rendu compte que parfois mes motivations étaient plus complexes et pouvaient modifier la donne…malgré moi ou à cause de moi

Écrit par : Annethé | 28/04/2013

...C'est bien pour cela que "le langage du coeur" n'est pas toujours fait que de paroles. Tu as bien fait de lettre la dernière phrase de cette citation en gras. Amitiés.

Écrit par : Louis-Paul | 29/04/2013

Comme vous avez raison. Mais c'est parce qu'ils ne parlent pas en vérité, parce qu'ils ont vécu et ressenti les heurs et malheurs de la vie... L'authenticité permet à un discours d'être fort. Sinon, comme vous dites, c'est du vent.

Écrit par : Bonheur du jour | 29/04/2013

@ Gicerilla, je comprends ton dégoût mais je te dirai aussi que ce n'était pas le coeur qui parlait un ainsi car le coeur, au sens où je l'entends, ne peut pas mentir.

Écrit par : ariaga | 29/04/2013

@ Francine, ton regard est transmis par tes oeuvres, et je te remercie pour la tendresse, elle me fait du bien.

Écrit par : ariaga | 29/04/2013

@ Thierry, tout à fait d'accord, il faut d'abord être sincère envers soi même pour changer les autres.

Écrit par : ariaga | 29/04/2013

@ Aurora, je n'ajouterai rien à ton commentaire, j'espère simplement que beaucoup le liront.

Écrit par : ariaga | 29/04/2013

@ Phène, merci pour ta pensée, et j'espère être ce serviteur qui sera guéri mais le chemin est long ...

Écrit par : ariaga | 29/04/2013

Eh oui Ariaga on ne se ment pas impunément à soi même et les retours de manivelles ne font pas les tournages

Écrit par : Thierry | 29/04/2013

@ Amezeg, merci pour cet hexagramme qui, comme tu le dis si bien nous conduit au coeur du sujet.

Écrit par : ariaga | 30/04/2013

Bonsoir la compagnie !
J'avoue que le mot convaincre me gêne... n'est-il pas une intrusion dans la liberté d'autrui ?
Tâcher de convaincre c'est parfois penser que l'on possède la vérité, et j'aime cette remarque de mon regretté collègue Sotiguy Kouyaté : "Il y a ma vérité, il y a ta vérité, il y a la vérité."
Tâcher de convaincre c'est parfois aussi craindre de rester seul à penser ce qu'on pense. On veut alors rassurer, consolider sa conviction avec l'adhésion d'autrui.
Plutôt que "convaincre", le maître-mot n'est-il pas "toucher" ?
C'est bien moins teinté de pouvoir.
Convaincre est du cerveau, toucher est du coeur.
Et ne pas vouloir convaincre s'avère parfois... convaincant !
Que la soirée vous soit infiniment douce.
La gaillarde conteuse

Écrit par : la gaillarde conteuse | 30/04/2013

Mais le cœur cherche-t-il à convaincre ?

Et ne sommes-nous pas tous, tour à tour dans la peau d’un discours qui cherche à convaincre ou tout simplement à être écouté ?

Tu vois, cette expression « il ne reste que du vent », pour moi c’est ce qu’il y a de plus beau, quand il ne reste que du vent…
Alors, on s’assoit sous un arbre, et ensemble écouter le vent chanter dans les branches …
Belle journée à toi, à tous

Écrit par : Miche | 01/05/2013

Joyeux1er mai Ariaga,
c'est une belle parole sincère qui vient du fond du cœur !
Je t'embrasse.

Écrit par : danae | 01/05/2013

Celui ou celle qui écrit, qui parle vraiment avec son coeur n'a pas pour objectif de "convaincre".
Libre à chacun de saisir ou non ce qui est lu ou dit...
Le langage du Coeur est sans aucune attente.
La pureté de ses écrits, de ses paroles, est comprise instantanément par le Coeur de celui ou celle qui les reçoit.
L'Amour ne se recherche pas, ne se trouve pas...
C'est "Lui" qui, soudainement, sans prévenir, sans frapper à la porte, se dévoile furtivement...
Et le Monde bascule... Toutes les idées reçues s'envolent... Des pans entiers de l'édifice s'écroulent... Le fardeau se disloque... Une étincelle de Lumière infinie vient de se réveiller...
Belle journée Ariaga
Jacques

Écrit par : Jacques | 01/05/2013

Un bon dimanche de premier mai chère Ariaga. Les clochettes fleuries sont sous la pluie...

Écrit par : Hécate | 01/05/2013

@ Lise, le vacarme de la silencieuse Présence, c'est beau amie. J'essaie de ne pas boucher mes oreilles.

Écrit par : ariaga | 01/05/2013

@ Annethé, il faut quand même conserver un peu d'égo car c'est lui qui nous aide à être conscient, c'est une structure qui nous empêche d'être submergés par l'inconnaissable. Merci pour ce commentaire.

Écrit par : ariaga | 01/05/2013

@ Louis-Paul, je le sens comme toi, ce peut être un regard, un geste de la main, une action discrète et tutti quanti.

Écrit par : ariaga | 01/05/2013

@ Bonheur du jour, je reviens de ton blog où je vais le plus souvent possible et je veux dire à tous ceux qui me suivent sur ce blog que c'est un moment rare que l'on passe à lire tes petits bonheur. Un travail dALCHIMIE AU QUOTIDIEN.

Écrit par : ariaga | 01/05/2013

@ la gaillarde conteuse, tu as raison, "toucher" est mieux que convaincre. il faudra RE-écrire.

Écrit par : ariaga | 02/05/2013

@ Miche, c'est quand même bien qu'il y ait un tout petit reste, une trace, non ?

Écrit par : ariaga | 02/05/2013

@ Jacques, nous passons là sur le plan mystique mais on ne tutoie pas toujours les sommets, hélas. J'aime beaucoup tes interventions qui conduisent mon modeste "discours" sur de plus hautes marches.

Écrit par : ariaga | 02/05/2013

Ma foi le vent aussi , porte l'hors des murmures ,
chacun a sa Nature , sa Muse à fleur de lui ,
cette flamme sans être jolie , donne corps à l'écriture ,
soufflant à l'oreille dure , éclaire moi par l'esprit.
~
NéO~
~
Becs en Rose des Vents

Écrit par : NéO | 26/10/2013

@ NeO, quel joli commentaire. J'aime vraiment tes recherches dans mes notes que j'ai tendance à oublier une fois publiées ... Merci.

Écrit par : ariaga | 26/10/2013