UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le pire ennemi | Page d'accueil | Lectures alchimiques »

20/06/2013

Silence et patience

écriture,philosophie,pensée,spiritualité,société, nature,chats

La conscience est bavarde et bruyante, elle ne cesse d'exprimer des opinions. Si on veut entendre la voix de l'inconscient il faut laisser cette voix s'exprimer dans le silence. Et aussi être à la fois très attentifs et très patients. Regardez les chats, ils sont de bons maîtres ...

Ariaga

écriture,philosophie,pensée,spiritualité,société,nature,chats

Commentaires

Bonjour chère Ariaga,
Je me suis promis d'être une fois la première à mettre un commentaire. Me voici ! Pour être, bien entendu, tout à fait d'accord avec ce que tu dis là. Être attentifs et patients, les deux sont plus difficiles qu'on ne croit, car il s'agit d'être véritablement patient, et véritablement attentifs. Tout en subtilité et en profondeur. Donner la parole à l'inconscient, c'est ouvrir mille fois l'horizon de notre être, si habituellement prisonnier des pensées. Ce n'est pas qu'il faille refuser les pensées, mais il convient de les laisser venir, et de les laisser se défaire d'elles-mêmes, "comme le font les nuages" dit le sage...
Méditation...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 20/06/2013

Se taire pour laisser la place à autre chose qu'aux opinions ressassées...se taire et laisser une chance au "tout nouveau" e nous atteindre...

L' "attention" est vraiment la clé.

Les chats, en ce domaine, sont des maîtres : ils ont la capacité d'être à la fois très détendus, très décontractés et "à l'affut"...de ce qui passe.

Bises.

P-S : J'aime beaucoup ton nouveau "style" d'illustration !

Écrit par : La Licorne | 20/06/2013

:)

Écrit par : Frédéric | 20/06/2013

Et en plus, ils ronronnent, eux-aussi, mais sans nous assommer de banalités mortellement ennuyeuses.
Et puis, contrairement aux chiens peut-être trop oublieux de leur indépendance et de leur dignité, ils ne se vendraient pas pour une caresse, même si elle leur est prodiguée dans le sens du poil...

Écrit par : Amezeg | 20/06/2013

Chaque mot me parait important. De l'art de l'essentiel écrit en quatre lignes!
Même un commentaire me paraît superflu, juste te demander la permission à l'occasion de les publier en citation.

Écrit par : Louis-Paul | 21/06/2013

Le silence apporte souvent une autre dimension à notre compréhension. Je me suis toujours méfié des gens bavards. Le silence est aussi communication.....Communication sur un autre plan, plus subtile.

Écrit par : Daniel | 21/06/2013

Attente égale détente
le félin est prêt à la détente
une détente souple

Écrit par : Thierry | 21/06/2013

Se dominer s'apprend très bien... mais de temps en temps , une explosion et le bienvenue, juste pour comprendre qu'on existe encore...... Sourires...

Bonne fin de semaine avec bises de nous deux

Écrit par : patriarch | 21/06/2013

silence, silence,
la queue du chat balance.

Écrit par : la Mère Castor | 21/06/2013

@ La gaillarde conteuse, oui, d'avoir dégager le chemin et ensuite laisser venir les pensées. J'espère que la Conteuse est en forme car je compte bien sur toi pour nous écrire quelque chose pendant les vacances d'été. Je publie sur mon autre blog, extraits du laboratoire, un texte en deux parties que tu avais écrit ici.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

@ Frédéric, quelle souriante leçon ...

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

@ La Licorne, Merci pour ce texte de Rûmi que tu as publié sur ton blog et qui m'a rappelé que ce grand poète et penseur a tout dit.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

@ Amezeg, le ronron des chats m'a toujours semblé mystérieux car, parfois ils ronronnent quand ils souffrent.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

Bonjour Ariaga,

Ca se voit que tu ne connais pas mon chat...héhéhé

Jean

Écrit par : Jean | 21/06/2013

@ Louis-Paul, certainement tu peux les publier en citation. Je sais qu'ils seront en de bonnes mains.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

@ Daniel, j'apprécie ce que tu dis sur la communication dans le silence. Il y a aussi le regard.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

Jean,

Je suis d’accord avec toi pour dire que chacun doit boire à la fontaine qui convient à sa soif et à son goût du moment et savoir que cela peut changer au fil des années.
Ton blog, qui n’a ni vocation thérapeutique ni celle du développement personnel, n’en est pas moins intéressant pour tous ceux que ces sujets concernent, et il est vrai qu’ils y trouveront des informations utiles sur divers aspects de la psychologie junguienne. (il me semblait l’avoir déjà dit assez clairement.)
Ce paragraphe ne ciblait pas l’auteur, il exprimait le point de vue personnel, à ce jour, de quelqu’un qui tend à s’éloigner de la théorie et à reconnaître et estimer de plus en plus la pratique "suffisamment libre" des théories. L’expression de ce point de vue n’est pas une invitation de ma part à faire de ton blog un lieu à vocation thérapeutique.
Il est vrai que je souligne le risque, pour ceux qui n’entreraient pas dans une pratique concrète, de demeurer perché dans les hauteurs nuageuses de la théorie. Mais, là encore, c’est à chacun de voir ce qu’il à à faire et ce qu’il fait.

Écrit par : Amezeg | 21/06/2013

@ Thierry, c'est une bonne idée celle de la détente, au sens de filer vers le but, qui suit le message reçu dans le silence. Merci.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

Oui Ariaga mais c'est aussi un précepte utilisé en sophrologie et que je fais mien depuis longtemps. Il n'y a pas d'attente mortelle pour peu que la détente nécessaire au développement de la patience soit là. L'attente ce n'est pas être mis au piquet (de la tente) il ne s'agit pas d'une punition.
Mais sans de défiler aux termes qui tombent pile, on peut être aux aguets
prêt à bondir quatre à quatre. Quand le gai part ce n'est pas de savoir uniquement mais il est conduit par l'instinct.

Écrit par : Thierry | 21/06/2013

Oui, Ariaga, la conteuse est en forme. Mon roman avance, et même, touche à sa fin. Tu sais que j'ai toujours grand plaisir à intervenir ici. Je me suis attachée à ce laboratoire et j'attends impatiemment le voyage de cet été.

Les beaux yeux de ce chat sont de fine porcelaine bleue. Il me semble que si nous pénétrions dans cette pupille en grain de riz sauvage, nous entamerions un bien curieux voyage...

Écrit par : la gaillarde conteuse | 21/06/2013

un concentré de sapience , de résilience, le triomphe de l'inné si longuement acquis et fixé , et la truffe alors !

Écrit par : Thierry | 21/06/2013

@ Patriarch, c'est vrai que l'on ne peut pas toujours être dans le calme si on veut rester dans la vie active.

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

@ la Mère Castor, la queue du chat balance mais il y a une suite ?

Écrit par : ariaga | 21/06/2013

Élucubration féline et divertissement...

Imaginons :
Vous écoutez assez distraitement, un soir, une quelconque émission de radio ou de télévision. Un chat est venu très dignement et très nonchalamment s’installer sur vos genoux. Puis le chat se met à ronronner paisiblement. Au bout d’un petit moment, vous commençez insensiblement à méditer sur la nature comparée du chat et sur celle des humains, sur le ronronnement du chat comparé à celui des conversations humaines... Vous coupez la radio ou la télévision. Votre estime et votre sympathie pour le chat se mettent à grimper en flèche, vous rêvez presque d’un monde qui ne serait peuplé que de chats...
La même dérive peut se produire lors d’une réunion de famille au cours de laquelle le greffier du lieu est venu s’installer sur vos genoux, alors qu’épuisé par les délices de la conversation vous maîtrisiez à grand-peine la superbe cafetière de porcelaine blanche louvoyant au-dessus de votre délicate tasse à café.
La même dérive méditative, mais avec un plus grand risque de la voir interrompue par un proche qui – entre deux généreuses distributions de bisoux- bisoux à celles et ceux qui ont trouvé le bon prétexte pour déguerpir et quittent, "bien à regret", la joyeuse compagnie – viendra vous donner des nouvelles inépuisables et détaillées de son dernier safari photo au cœur des marinas de la Costa del Sol ou dans le délicieux village du Hoggar qu’il a récemment honoré de son insatiable et touristique curiosité. (Sa curiosité ne va tout de même pas jusqu’à s’enquérir du degré de votre intérêt pour ce qu’il vous déverse à la louche dans les écoutilles.) Il vous colle sous le nez son album photos qui pourrait bien vous écraser les pieds si par malheur il le lâchait tandis qu’il vous annone sans faillir toutes les anecdotes que chaque photo lui rappelle aussitôt.
Et là, je vous comprends, les griffes vous démangent un peu, elles s’avancent puis se rétractent nerveusement dans leurs petits fourreaux, vous hésitez...Vous vous traitez d’associable, de bégueule, d’ours misanthrope, voire même...d’introverti patenté. La culpabilité tente de s’emparer de vous mais n’y parvient pas tout à fait : vous bondissez soudain furieusement dans les rideaux, toutes griffes dehors, le poil hérissé, vous crachez méchamment du feu entre vos petits crocs acérés... Seigneur ! voilà que "vous avez tourné chat"... ! Bien malgré vous, je vous l’accorde...

Écrit par : Amezeg | 21/06/2013

Erratum: " ...tandis qu’il vous ânonne sans faiblir..."

Écrit par : Amezeg | 21/06/2013

Erratum, bis... : mieux vaut lire " vous commencez insensiblement à méditer sur la nature du chat comparée à celle des humains" (non seulement il élucubre, mais en plus il ne se relit pas assez attentivement...tsss... !)

Écrit par : Amezeg | 21/06/2013

Oui mais le chat très souvent bondit sur sa proie.

Écrit par : Fanchon | 22/06/2013

les chats sont très forts en spiritualité !

bon w end
arielle

Écrit par : arielle | 22/06/2013

@ Amezeg, j'aurais aimé écrire ton dernier commentaire sur la nature comparée du chat et des humains ....

Écrit par : ariaga | 22/06/2013

@ Fanchon, oui, le chat finit par bondir sur sa proie mais il peut attendre pendant des heures sans faire un bruit. L'action suit la méditation ...

Écrit par : ariaga | 22/06/2013

@ Arielle, peut-être parce qu'ils ignorent le mot spiritualité ...

Écrit par : ariaga | 22/06/2013

Merci Ariaga, c'est sur mon blogue l'Instant Présent.

Écrit par : Louis-Paul | 23/06/2013

Colette les aimait tant, ces délicats et indépendants
desmond Morris nous les a fait mieux comprendre
l’Égypte révérait Bastet , pourtant ils la relèvent fièrement

Amezeg nous a donné une illustration mi mutine mi féline
mais qui se plaindrait de garder son calme
catwoman était certes caricaturale et un beau film "la féline"
nous avait fait à l'idée des hybridations et des chimères
mais que serait ma vie sans chat à taquiner et à caresser ?

Écrit par : Thierry | 23/06/2013

Les chats ressemblent aux Dieux,
Car il aiment les caresses et n’en rendent pas ;
Il y a en eux je ne sais quoi de céleste et de mystérieux,
Ils voient la nuit comme le jour,
Et leurs yeux clairs semblent le reflet des astres.
(Cammas et Lefèvre)

Écrit par : la gaillarde conteuse | 23/06/2013

Les chats peuvent nous apprendre le respect de nous-mêmes car ils se respectent eux-mêmes et ils nous invitent très nettement à les respecter.
Les chiens n’ont généralement pas cette dignité. J’ai toutefois connu une exception, une chienne qui manifestait l’indéfectible et fidèle amitié du chien mais aussi une réelle dignité semblable à celle du chat. Elle était très impressionnante. Je serais tenté de dire, aujourd’hui, qu’elle était une chienne "individuée"... et qu’ainsi, elle dépassait à la fois le chien et le chat ordinaire.

Écrit par : Amezeg | 23/06/2013

@ La gaillarde conteuse, Les textes que tu avais publiés sur le Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie spirituells, au sujet du conte merveilleux et des contes et alchimie sont maintenant republiés sur mon autre blog "extraits du Laboratoire". Je les touve toujours aussi excellents et je te remercie du cadeau.

Écrit par : ariaga | 23/06/2013

@ Louis-Paul, merci pour cette publication sur ton autre blog, l'instant présent : http://leblog2lp.hautetfort.com/ que j'apprécie car il me semble être ton journal intérieur. J'ai beaucoup aimé ton chat en illustration.

Écrit par : ariaga | 23/06/2013

@ Thierry, oui, la vie sans chat c'est une vie avec un vide. Depuis la mon de mon dernier chat, à l'âge de vingt ans, je ne peux plus avoir un de ces délicieux compagnons (pour de raisons pratiques) et j'ai bien du mal à ne pas succomber.

Écrit par : ariaga | 23/06/2013

@ Amezeg, j'ai eu un chat/chien, un Sacré de Birmanie. Ce fût un merveilleux compagnon.

Écrit par : ariaga | 23/06/2013

Il faut d'abord faire silence et quand on a des journées de travail chargées, avec la résonnance de ces journées sur nos soirées, on oublie de penser à soi. J'ai vécu avec les chats pendant mon enfance et j'aurais bien voulu toute ma vie les garder mais ce n'était pas possible quand j'ai déménagé.

Écrit par : elisabeth | 23/06/2013

La conscience n'est que le miroir de nos contradictions, bavardes ou muettes. Les grecs pensaient que notre vision n'était que le reflet des rayons envoyés par nos yeux, d'où leur méfiance envers les miroirs, interdits aux citoyens. Elle n'est que ce retour de nos ambiguitées, aménagé par nos peurs, nos trahisons et nos frustations. Le chat ne suit que son instinct, et est le seul satisfait de la situation, car il n'a pas de choix.

Écrit par : EPHÊME | 23/06/2013

Merci Ariaga,
Tu sais bien que c'est un vrai plaisir pour moi de parler du conte merveilleux, je te remercie bien du compliment !

Écrit par : la gaillarde conteuse | 23/06/2013

Les chats puissants et doux, orgueil de la maison...aux prunelles mystiques comme l'écrivait Baudelaire.
Quand la conscience s'agite, le corps peut paraître tranquille. Mais l'inconscient agite les rêves...
Amicales pensées chère Ariaga. J'essaie de faire tenir tranquille l'un de mes corbeaux qui proteste parce que je tente de prendre la plume ! Mes chats jouaient avec mes stylos...:)

Écrit par : Hécate | 23/06/2013

@ Hécate, pendant que j'allais chez toi voir si il avait du nouveau tu as mis ton commentaire. Dis à ton corbeau, animal de l'alchimiste, de te laisser écrire.

Écrit par : ariaga | 23/06/2013

@ Élisabeth, oui, le silence est la seule manière de vraiment se reposer mais il est très difficile à obtenir.

Écrit par : ariaga | 23/06/2013

Lao-Tseu disait "La plus grande révélation est le silence" et il avait sans aucun doute raison :)

Écrit par : silencieux | 13/02/2014