UA-2100979-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Contempler le feu | Page d'accueil | Joyeuses fêtes de fin d'année »

20/12/2014

Le temps de la télévision

écriture,société,télévision,culture,philosophie,psychologie,photo,temps

Le temps est une notion toute relative et l'on peut dire qu'il n'y a pas un temps mais des temps. Il y a, par exemple, un temps dit "psychologique" qui est le temps ressenti. Nous ne voyons pas passer le temps de la même manière si nous sommes en train de nous divertir ou si nous attendons un taxi sous la pluie.

Un temps nouveau, que je pourrais appeler un '"temps accéléré" se manifeste de plus en plus avec la télévision. La publicité et le fait que les gens "zappent" beaucoup n'y sont pas étrangers. Il faut retenir le public pour qu'il reste sur la chaîne. L'expression la plus employée est " dans un instant" cet instant pouvant représenter plusieurs minutes ! Quand on vous dit dans quelques minutes la suite de notre programme vous pouvez vous attendre à une pause pouvant atteindre le quart d'heure ... Il y a une variable un peu plus courte qui est la minute.

Cette manifestation de notre société spectacle n'est pas grave même si elle m'énerve un peu. Il suffit de régler son horloge interne, d'organiser son activité ( se faire un thé, aller aux toilettes etc ...) et d'accepter qu'aux autres temps se soit ajouté le temps de la télévision.

Prenez du bon temps !

Ariaga

 

Commentaires

eh eh, j'échappe le plus souvent à ce temps conventionnellement télévisuel mais rattrapé par celui de l'internet. Je me dis que le téléprospecteur a une arme redoutable en main face aux manigances des programmateurs : la zapette : s'engage alors une nouvelle course entre deux conceptions du temps.... :) Bises Ariaga !

Écrit par : Lechantdupain | 20/12/2014

L'autre jour, dans un village, j'ai raconté une histoire qui faisait 500 mètres, la distance qui restait au Père Noël pour faire son entrée.
J'y suis arrivée pile poil.

Écrit par : la Mère Castor | 20/12/2014

Le temps latent

Écrit par : Thierry | 20/12/2014

Ma perception du temps est relative... Une heure passe en cinq minutes, cinq minutes passent en une heure... Il y a un temps dans le temps de l'épaisseur d'un cheveu aussi... C'est une question de "tempo", en fait. La TV ? c'est un écran noir qui ne s'allume jamais chez moi... Parfois même le temps se fige puis accélère en un claquement de doigt... Difficile d'en faire la description exacte...
:-)

Écrit par : Shirokuma | 20/12/2014

L'écran montre et...cache
l'écran plombe et..gâche
s'il semble figer le temps un instant
il ne suspend pas plus que les news qui sèchent
instantanément dans la bouche de locuteurs perroquets
la répétition est énervante, on pense perdre ...son temps
Télé-vores et télé-phages ne sont ils pas des otages
qui pataugent dans un médiatique...potage
on noie et on dilue, on boit et on pollue !
fenêtre sur le monde certes
la passivité est le plus redoutable dans ce temps concédé
ces minutes de cerveau libre pour toutes les publicités
alors des fois l'écran déconne et moutonne, face à lui on tonne et on s'étonne, compagnon des heures sombres, ne sombre t on pas avec lui dans la vulgarité du pain et des jeux quand les catcheurs se mettent des beignes et les plus diverses voire stupides animations se succèdent, pas damnée mais presque.
Des médias il n'est plus l'acmé
à beaucoup il donne de l'acné
sans éteindre, j'aime couper le son des commentateurs sportifs et criards, qui avec leurs propos égrillards et parfois nocifs
n'apportent rien que du bruit et de l'énervement à des jeux de mouvement, nous savoir voir, lire et comprendre, parfois on nous assiste comme si nous étions sourds et aveugles, le retour de la sensorialité passe par la suppression de médias filtrants et encombrants, perturbateurs de pensée et de réflexion.
Le temps d'y penser et pffft on es déjà passé à autre chose.

Écrit par : Thierry | 21/12/2014

Jolie prose Thierry.

Tu as raison de partager la "réflexion du moment" Ariaga, elle est nourrie d'une spontanéité en lien avec "l'ambiance du moment"...
Depuis quelque temps, je ne regarde plus la télé.

Bises amicales,
Jean

Écrit par : Jean Bissur | 21/12/2014

Les technologies nouvelles ont accéléré le temps. Les voyages durent moins longtemps, les GPS nous indiquent la route et internet nous permet de communiquer presque dans l'instantanéité. Heureusement nous pourrons acheter bientôt, dans les boutiques, "des tranches de temps au ralenti" que nous prendrons sous le bras et que nous installerons chez nous pour profiter du temps qui passe.

Écrit par : Daniel | 21/12/2014

Merci Jean , malgré la fatigue et le besoin de recul, je me lance et en prose j'ose, pas de prosodie ou presque, mais un ode pas vieux mais venu du fond des sages .

Nous avons, collégiens, étudié dans les années 70 "le raccourcissement" des distances avec le progrès technique et depuis le courrier de louis 11 et celui des universités, en passant par les relais de poste, l'amélioration des routes avec mac adam (pas un cow boy) et puis les turgotines qui sans mettre le turbo mirent le poisson de roche qui se mirait à des distances moindre de paris, et ainsi de suite du fardier de Cugnot , des bateaux de jouffroy d'abbans ou de Fulton, le chemin de fer , le cheval de fer que dis je, et la petite reine que mon grand père a vu débuter ! le train d'enfer, la voiture qui tue et l'avion qui nous soulève, nous courrons contre la montre.
dans un tic tac et un va et vient incessant.

Mais ces gains (de temps) est ce que ça détend, limiter l'attente et les temps morts, esrt ce que ça diminue les angles morts ?

Que faisons nous du temps qui se raccourcit comme peau de chagrin, l'employons nous mieux pour nous ou juste pour la productivité des entreprises humaines en tout genre avec lesquelles nous sommes aux prises.

Qui nous apprend la patience, d'une quête personnelle, d'une recherche bibliographique, la lente et périlleuse construction d'arguments et de raisonnements.

La barrière du temps, pas celle de ce mur spatio-temporel hérité du big bang , s'érige et nous sommes nous encore les auriges d'un attelage fou qui nous échappe ?

Le temps de vivre pour apprendre à mourir et à nourrir en son sein des pensées fécondes y compris pour les autres.

Que l'attente soit détente (pas forcément à diabétique) et que nous puissions encore nous connecter, nous rencontrer, échanger même si c'est en asynchrone , du moment que le sens trône encore , car nous ne pouvons le déchoir de son piédestal.

Ah vraiment les temps changent "o tempora o mores" et si la linéarité n'est plus celle de la patrie (linéarité) qui va rapatrier avant que de trier nos émotions confondues dans une efflorescence qui mélange tout et son contraire.

Non le moment du changement continu impose des marches et de sauts, pas de carpes, peut être de "carpe diem" mais sans se défiler le temps poison qui s'enfuit de nos rets et nous échappe, ce temps là reviendra t il ?

Qui peut arrêter l'horloge du beffroi où on bée d'effroi , si ce n'est , ne sont , les extra terrestres de "quand la terre s'arrêtera" de tourner, de vivre, de penser ?

Déjà le jour terrestre depuis la naissance de notre planète n'en finit pas de s'allonger au fur et à mesure que la lune sa compagne s'en éloigne de quelques millimètres chaque année, on est passé de 19 heures environ à ce temps là qu'il fait, mais qu'un tremblement agite nos entrailles et déjà la bascule du temps, sans faire la culbute et buter sur une limite, se modifie de quelques epsilonesques quanta que seuls les horloges atomiques mesurent avec précision.

Oui le temps nous échappe , c'est une fuite en avant, une tendance lourde et presque sourde, mais qui entend que ce temps là, révolu , marque de son empreinte indélébile la bile qui reste.

Avec ou contre lui, l'attente est toujours là, parfois ravageuse , parfois rageuse, ni désespérée, ni désespérante , juste espérante , tôt ou tard !

Écrit par : Thierry | 21/12/2014

Bonjour Ariaga, en prenant de l'âge il me semble que les années passent plus vite, trop vite même, mais bien sûr je ne suis pas encore la petite vieille assise sur son fauteuil qui compte les heures et même les minutes dans sa solitude !!! C'est pourquoi comme tu dis l'appréciation du temps est différente selon les situations.
J'enprofite car il est le temps de te souhaiter de joyeuses fêtes et aussi plein de bonheur et la santé pour l'année venant. Avec de gros bisous et que notre amitié perdure ...

Écrit par : danae | 21/12/2014

J'avoue, je zappe au moment des pubs juste pour trouver une autre chaîne sans pub, et quand je ne trouve pas je zappe entre les pubs...enfin...c'est vraiment long le temps avant de m'endormir devant la télévision ;)

Écrit par : aslé | 21/12/2014

Excellentes fêtes de fin d'année, âmie... Bien chaleureusement

Écrit par : Phène | 23/12/2014

@ Lechantdupain, il faudrait aussi ajouter le temps de la zapette et tellement d'autres ...

Écrit par : Ariaga | 23/12/2014

@ la Mère Castor, j'aurais voulu être là et je pense que, pour moi, le temps se serait concentré.

Écrit par : Ariaga | 23/12/2014

@ shiirokuma, ... et se joue la symphonie du temps linéaire et du temps cyclique ...

Écrit par : Ariaga | 23/12/2014

@ Thierry, que veux tu que j'ajoute à ton ode, il faut simplement te lire et plutôt deux fois qu'une car, entre les lignes se cachent d'invisibles mots.

Écrit par : Ariaga | 23/12/2014

J'ai entendu ce jour que le regretté Jacques Chancel réalisait des émissions en direct et en public de 3 heures!
C'était un "autre temps" de la télévision, (venu de la radio) et de ce temps, on en redemandait. Puis est venu le temps de l'audimat-roi, de la pub, de la "redif" et souvent du facile pour ne pas dire de la médiocrité. Mais il reste des chaînes où l'on prends du "bon temps"...
Le temps du choix.

Écrit par : Louis-Paul | 23/12/2014

Bonsoir chère Ariaga, et tout d'abord un bon Noël ,puisque c'est demain le 24 décembre. Que l'amour et la tolérance soient dans nos coeurs...
Trop de vitesse tue la possibilité de réfléchir, comment passer d'un bout d'image à une autre sans être lessivé ? Prendre le temps est précieux. Savoir choisir un programme télévisuel...et rester sur le mot fin. Y repenser...savourer...Tout comme après une lecture, je n'enchaîne pas aussitôt...Laisser la maturation...
Amitiés

Écrit par : Hécate | 23/12/2014

Merci Ariaga , ode yeux n'est pas :) après cet entrelacs de longues phrases à la ponctuation défaillante n'est qu'une partie du sujet, car j'ai été raide dingue de télé, oui mais il y a 50 ans , à une autre époque. Maintenant même si je ne zappe pas toujours, je fais face à un choix démentiel, qui me dépasse et m'enveloppe d'un châle d'incertitude.

Alors souvent je reste sur les blogs et le net, puisque j'y ai posé depuis 7 ans seulement mes mots. Et puis le gout de la lecture me reprend entre journaux, magazines, revues et ouvrages divers. Je partage sur les réseaux sociaux ma bibliothèque avec une pointe de fierté pour la nouvelle géographie universelle d’Élisée Reclus, édition originale dans son jus d'époque, qui fait souffler, incontinent, d'autres alizés sur notre monde. Avec lui pas de risque de s'enliser !

Mais la lecture occupe la plus grande partie de mon temps, et le reste c'est l'écriture...

Alors la télé dans tout ça, un souvenir d'enfant, un rêve de gosse, un exutoire, un écritoire, un prétoire, un peu de tout cela à vrai dire .

La nouvelle me fait chanceler, Radioscopie et le grand échiquier sont plus que des balises ou des phares dans ma vie.

Du coup j'écoute à nouveau la radio, surtout en voiture et dans les longs trajets, sa qualité inimitable de la texture des sons, de l'écoute profonde, le grain de la voix et les intonations, pas absorbés que dis je mangés par nos yeux, les autres sens suivent et s'accordent, nous accordent, c'est parfois un peu raide, je l'avoue, des répits et des épisodes, du temps mois haché (à chier) plus long et plus explicite.

Ne tirons pas trop sur la corde du temps, après la nuit la plus longue depuis longtemps, car quand s'effiloche le brin, même d'humour, l'âme tressaille et les torons ont tort mais pas de s'inquiéter, non de se défaire et de se faire la malle.

Chère Ariaga, j'use et j'abuse de ton hospitalité ces derniers temps, mais la pression en cette fin d'année a été importante, ce n'est pas un exutoire, pas un excuse, mais voilà j'aime tant votre compagnie , ici , où je ne fus que rarement jugé, même si j'ai pu pousser parfois le bouchon un peu loin , sur des sujets scabreux.

Alors bonne soirée et merci pour tout, car sache que grâce à des blogueurs émérites et rares, dont Christophe Bohren fut, je me maintiens en forme, ce qui, pour la sécurité sociale, n'a pas de prix.

Écrit par : Thierry | 23/12/2014

@ Thierry, non seulement tu n'abuses pas mais je compte sur toi et quelques fidèles pour maintenir le blog en vie pendant que je vais prendre un peu de recul en attendant de revenir avec une formule un pu modifiée qui tiendra compte des avis que j'ai reçus et surtout qui sera un meilleur reflet de mes ressentis et pensées.

Écrit par : Ariaga | 24/12/2014

@ ARIAGA À TOUS, pour les derniers commentaires, que j'ai lus avec attention, sur cette note, je vous remercie en bloc car je suis victime d'envahisseurs du genre familial et le temps me manque ...Je sais que vous comprendrez.

Écrit par : Ariaga | 24/12/2014

Mais que dire de l'ordinateur qui nous "pompe" complètement avec les ratages de la machine... Pfff. Bisous, je ne suis pas chez moi, pause aussi de quelque temps.

Écrit par : Aloysia | 25/12/2014

Comme cela me fait râler aussi pour ces pubs. Il faut attendre une douzaine de minutes pour la suite du programme, nous sommes pris dans un engrenage. Et sur Internet, pour voir des vidéos, c'est cela aussi. Le règne de la société de consommation. Ce n'est pas pour ça que je vais acheter plus. Ils se trompent. Et quand ils veulent ouvrir les supermarchés plus de dimanches, ce n'est pas pour ça que les gens vont acheter plus. Le porte monnaie n'est pas élastique. Tout s'est accéléré depuis notre enfance, qui est déjà loin. Jusqu'où irons-nous ? c'est fou. En tout cas, je résiste. J'ai plus de temps pour lire le soir. Profite-bien de ta famille, ce sont des moments forts.

Écrit par : elisabeth | 27/12/2014

‘Le Temps nous égare, Le Temps nous étreint
Le Temps nous est gare, Le Temps nous est train

Prévert

Écrit par : Lmvie | 31/12/2014

sans liberté de railler pas de possibilité de dérailler

Écrit par : Thierry | 31/12/2014

Il est vrai qu'à la télévision on se moque de nous, quand parfois on nous annonce quelque chose pour "dans une poignée de secondes"...
Mais il est vrai que le temps est quelque chose de terriblement subjectif d'autant plus terrible que le horloges existent pour nous casser et nous stresser - nous sécuriser aussi ! mais qu'est-ce que ce décompte des secondes avant la "nouvelle année" ?!! Une entourloupe virtuelle d'autant plus ridicule que personne n'a la même heure !! Quant à "craindre la dernière" : quel est le sens du mot "heure" ? S'il signifie seulement "moment" alors notre vie entière n'est peut-être qu'une heure, il n'y a donc ni première, ni dernière...

Écrit par : Aloysia_Martine | 01/01/2015

Il est vrai qu'à la télévision on se moque de nous, quand parfois on nous annonce quelque chose pour "dans une poignée de secondes"...
Mais il est vrai que le temps est quelque chose de terriblement subjectif d'autant plus terrible que le horloges existent pour nous casser et nous stresser - nous sécuriser aussi ! mais qu'est-ce que ce décompte des secondes avant la "nouvelle année" ?!! Une entourloupe virtuelle d'autant plus ridicule que personne n'a la même heure !! Quant à "craindre la dernière" : quel est le sens du mot "heure" ? S'il signifie seulement "moment" alors notre vie entière n'est peut-être qu'une heure, il n'y a donc ni première, ni dernière...

Écrit par : Aloysia_Martine | 01/01/2015